AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 425 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Barcelone , le 01/01/1965
Biographie :

Albert Sánchez Piñol est un anthropologue, écrivain et scénariste espagnol d'expression catalane.

Il interrompt ses études de droit et poursuit un cursus d'anthropologie à l'Université de Barcelone.

Son premier roman "La peau froide" (2002) est traduit dans une trentaine de langues.
Il connait la notoriété grâce à ce premier succès, qui serait en cours d’adaptation cinématographique aux Etats-Unis sous la direction de David Slade.

Il est également l’auteur de "Pandore au Congo" (2005) et de "Treize mauvais quarts d’heure" (2008).

"Victus. Barcelone 1714" (2013) est son premier roman écrit en castillan et non en catalan.

Il collabore activement au journal catalan Ara.

Source : Actes Sud
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
Nous ne sommes jamais très loin de ceux que nous détestons. Pour cette même raison, nous pourrions donc croire que nous ne serons jamais au plus près de ceux que nous aimons.
Commenter  J’apprécie          410
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
Mais le paysage qu'un homme voit, les yeux tournés vers l'extérieur, est généralement le reflet de ce qu'il cache, les yeux à l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          380
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
Seul un homme qui naît ou un homme qui meurt peut être aussi seul que je le fus cette nuit, au phare.
Commenter  J’apprécie          360
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
Qu'avait-il pu arriver ? Une nouvelle guerre de portée mondiale qui aurait interrompu le transit naval jusqu'à la fin des hostilités ? Peut-être. Mais, bien que nous les hommes nous ayons tendance à rejeter la faute de nos peines sur les grandes hécatombes -cela rehausse notre importance en tant qu'individus-, la vérité s'inscrit toujours en lettres minuscules.
Commenter  J’apprécie          330
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
La mascotte avait entonné un air d'une lointaine origine balinaise, une mélodie qu'il serait inutile de décrire, une musique qui devait fuir tout pentagramme. Combiens d'humains avaient-ils entendu cette chanson ? Combien d'êtres humains, depuis le début des temps, depuis que l'homme est homme, avaient-ils eu le privilège d'entendre cette musique ? Juste Batis et moi ? Tous ceux qui avaient affronté à un moment donné la dernière bataille ?
Commenter  J’apprécie          320
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
C'était un hymne épouvantable et un psaume barbare, et il était beau dans sa malice ingénue, très beau. Il touchait tout le spectre de nos sentiments, avec la précision d'un bistouri ; il les mêlait, les altérait et les niait trois fois. La musique s'émancipait de l'interprète.
Commenter  J’apprécie          320
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
Quelle route mentale avait-il suivie pour contourner les obstacles de la civilisation et de la nature ?
Commenter  J’apprécie          320
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
Ma frustration obéissait à des processus mentaux que je n'étais pas sûr de vouloir reconnaître.
Commenter  J’apprécie          290
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
- Mein Gott, mein Gott... murmura soudain Batis. Les faces de crapaud sont plus nombreux que jamais.

- Où sont-ils ? Je ne vois rien.

Mais Batis ne répondait pas. Il était très loin de moi, bien qu'il fût là, à mes côtés. Il avait les lèvres écartées et humides d'idiot, comme s'il avait regardé à l'intérieur de son esprit au lieu de surveiller les abords du phare.
Commenter  J’apprécie          270
Sesheta   01 novembre 2008
La peau froide de Albert Sànchez Piñol
je n'aurais jamais cru pouvoir souhaiter un jour que nous soyons attaqués par une foule de monstres. Et le fait était que leur absence me conduisait maintenant à la lisière du paroxysme.
Commenter  J’apprécie          270

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Espagnol ou Latino ?

Miguel de Cervantes (1547-1616) était...

espagnol
latino-américain

15 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature hispaniqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..