AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Albertine Sarrazin (157)


Albertine Sarrazin
andreas50   10 octobre 2018
Albertine Sarrazin
" Cher, qu'il m'encombre ce passé. Si beau, si dégueulasse et si délirant que son poids est effroyable."
Commenter  J’apprécie          600
andreas50   09 octobre 2018
L'astragale de Albertine Sarrazin
A la Centrale, nous partagions les dimanches entre la danse et la belote. Les cartes étaient ma pénitence : une fois l'atout retourné, la partie ne m'intéressait plus. J'observais le jeu des mains, leur grâce ou leur lourdeur à balancer les cartes, l'expression surprise ou impassible des yeux. Pourtant, j'aimais bien l'as de trèfle, « le triomphe » en langage cartomancien : deux ou trois herbes à vache retournées le même jour nous faisaient augurer de toutes les réussites... Oui, il était temps que je me casse : le trèfle, la benzine, le poison des rêves tordus, l'onanisme et toute la taule me menaient tout droit à Sainte-Anne. Je me casse, chaque jour plus loin, de la folie...
Commenter  J’apprécie          310
Chocolatiine   18 juillet 2015
L'astragale de Albertine Sarrazin
Je crois qu'à l'hôpital, on aime assez exhiber ce qu'on a de plus laid : c'est à qui aura la plus effroyable couture, avec le plus grand nombre de points de suture, le plâtre le plus volumineux, l'extension la plus pesante. Et moi, devant Julien, au lieu de jouer de mes mains et de mon visage intacts, je dénude ma peau criblée de trous et de marbrures, et je regrette de ne pouvoir lui montrer aussi ce qu'il y a sous mon plâtre et qui, à en juger par les infiltrations qui colorent le talon, doit être plus saisissant encore.
Commenter  J’apprécie          290
joellesence   08 novembre 2012
Poèmes (suivi de) Réponses de Albertine Sarrazin
Le soleil voudrait saigner sans arrêt
Il coupe mon corps de longues aiguilles
Mais l'aube naîtra d'ici partirai
Un jour n'est pas loin nous reconnaîtrons
Ta voix franchit en liberté mes grilles
Tes cheveux encor dansent tes chansons
Je voudrais tant dire et ne parle pas
Car la nuit est froide où sans fin tu brilles
Chut j'écoute en moi l'écho de tes pas

(Poèmes publiés par J.J. Pauvert en 1969)
Commenter  J’apprécie          260
zazimuth   29 août 2010
L'astragale de Albertine Sarrazin
On tue un corps plus facilement qu'un souvenir. (p.187)
Commenter  J’apprécie          260
joellesence   06 décembre 2012
Poèmes (suivi de) Réponses de Albertine Sarrazin
Dormir en ces prairies
Où les cerises sont
Comme de ronds glaçons
A manger non cueillies

Dormir comme angéliques
En un amoureux lit
Le ventre tout rempli
De sèves magnifiques

Dormir au monde indigne
Le laissant au sommeil
Quand vers notre réveil
Les soirs nous feront signes

Dormir avec toi j'erre
Puisqu'ainsi tu m'aimas
De perdre en cinémas
La moitié de ma terre

1960
Commenter  J’apprécie          210
zazimuth   28 août 2010
La Traversière de Albertine Sarrazin
Je n'aime pas la Télévision, sourire plaqué d'un côté de l'écran, sourires béats et digérants de l'autre. (p.81)
Commenter  J’apprécie          162
Chocolatiine   19 août 2017
La Cavale de Albertine Sarrazin
Les amis de mes ennemis sont mes amis, pourquoi pas, lorsqu'ils sont serviables et intelligents.
Commenter  J’apprécie          150
Hardiviller   02 août 2017
L'astragale de Albertine Sarrazin
Ce texte ne figure pas dans le roman , il est ici , juste pour donner un aperçu du talent de l'auteure .
**************VERONA LOVERS**********************

Sur les frais oreillers de marbre ciselé
Où fane un lourd feston de corolles savantes
Se confondent sans fin les amants aux amantes
Qui se sont fait mourir du verbe ensorcelé

Avares du vieillir , Ô vous enviez-les
D'avoir sur le tremplin des extases si lentes
Laissé ce million de minutes naissantes
Et bien royalement le monde tel qu'il est

Cette nuit là comme ils s'aimèrent sans mensonges
Quelque pouce géant dans sa toute bonté
A fait rouler leurs yeux hors des coffres du songe

Cependant que très loin sur les terres bénies
Les violons têtus enchantaient les Asies
Et riaient de tendresse leurs divinités
Commenter  J’apprécie          150
Albertine Sarrazin
Macabea   02 mars 2017
Albertine Sarrazin
Ce n'est pas ce qu'on connaît de soi qui est lourd: c'est ce qu'on ignore de l'être qu'on aime.
Commenter  J’apprécie          156
ATOS   27 mars 2015
L'astragale de Albertine Sarrazin
Que ce réveil tourne lentement ! Le drap colle à ma poitrine, m’oppresse un peu. Je voudrais dormir, être minéral, être bloc autour de mon cœur qui bondit et court devant moi : choisis-la, Julien la route qui est à moi, sautes-y à pieds joints et que je porte à jamais chacun de tes pas.
Commenter  J’apprécie          150
joellesence   29 novembre 2012
Poèmes (suivi de) Réponses de Albertine Sarrazin
Nous avons sommeillé en la même maison
Mordu à la même heure au pain de la prison
Sans nous toucher jamais qu'à travers les murailles
Et nous voir un instant
...
Pour toi la dette est prête et l'épreuve commence
Tu t'en vas tout à fait
Je reste sans beauté
Sans secret
Sans clé
Aussi nue que la nuit
Où tu me connus

(poème d'Albertine à son ami qui faisait aussi de la prison.)
Commenter  J’apprécie          150
Albertine Sarrazin
nicokykkoduq   01 juillet 2021
Albertine Sarrazin
Au palais d'injustice en la sanglante robe
On t'a signé ce jour un bon d'éternité
Commenter  J’apprécie          140
VALENTYNE   03 août 2015
L'astragale de Albertine Sarrazin
À nouveau je marche, mes pieds sont ocrés de poussière, et les gens que je côtoie m’enveloppent, me portent, me bousculent sans me gêner, comme des vagues ; je marche, passive, ni gaie ni triste. L’ardeur du soleil s’emmagasine en moi, sans irradier encore : je remonterai bientôt vers les froidures, j’aurais besoin de mon stock.
Avec ma patte, je ne peux plus marcher sans semelles : la plante du pied est dure et cornée, mais elle est devenue sensible comme une muqueuse, la moindre poussière de caillou la perce de douleur. Ma jambe n’est plus la demi-base sûre de mon équilibre, chaque pas est un simulacre, une chute rectifiée ; que je cesse de penser à ma démarche, et aussitôt je me surprends à clopiner et à poser le pied de travers, sous l’angle laissé par le moule de plâtre « en léger équin » disait le dossier.
Marche droit, Anne : si l’on te questionne, jamais cet accident ne doit transparaître, ta patte menace de prison ceux qui l’ont sauvée. Mais… Comment se rappeler la prison, ici ? Comment même y croire ? Ici, tout le monde semble déguisé, et la police omni-présente laisse tranquille la foule à laquelle je ressemble, avec mon chapeau de pacotille et mes lunettes noires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Jcequejelis   22 avril 2015
Lettres de la vie littéraire de Albertine Sarrazin
22/9/65

Les prix... bien sûr, M. Pauvert m'avait expliqué le fonctionnement. Je croyais qu'il fallait que l'éditeur propose lui-même ses candidats. L'a-t-il fait ou est-ce automatique, en tout cas les journaux m'ont empelotonnée. Mais ne croyez pas que j'y rêve jusqu'à la névrose pour autant. Je ne pense pas – indépendamment de la grande valeur que j'attribue à mes marmots – que les représentants de l'honnête lisent et la fine farine française élise de cœur enthousiaste et unanime une personne qui, truande ou péripatéticienne ou taularde, trouve ceci tellement intéressant que, loin de le cacher, elle se débrouille pour le faire savoir par des voies et des voix autorisées. Monsieur Pauvert est magnifiquement « souple » et pour ce que je l'aime, mais moi, vous savez... je suis tout à fait fixée sur le qu'en dit-on, je suis parmi les impardonnables, et j'espère me faire vendre seulement parce que je connais aussi la petite curiosité vicieuse qui sommeille en le plus apparemment rigide... J'ai lu quelque part l'histoire des bouquins de Violette Leduc, le tirage se joue quelquefois de ces consécrations, ne parlons pas de la mère Sagan, je ne suis pas Sagan, je m'en voudrais.

2575 – [Le Livre de poche n° 5134, p. 108-109]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Jcequejelis   25 mars 2015
Lettres de la vie littéraire de Albertine Sarrazin
L'orgueil vital, nécessaire pour échapper au désespoir de la prison, devient, en liberté le handicap d'un complexe de supériorité.

2527 – [Le Livre de poche n° 5134, p. 10] Josane Duranteau, Introduction
Commenter  J’apprécie          130
Jcequejelis   24 mars 2015
Lettres de la vie littéraire de Albertine Sarrazin
Dans les périodes, où Albertine est dans son Midi, loin des mondanités, le journal tend à être celui du corps, qui peut-être prend sa revanche : elle tient le compte de ses étreintes, et, minutieusement, elle enregistre les menus de ses repas.
Le journal, si précieux contrepoint à ses autres écrits, s'interrompt brusquement en 1966. Elle-même, sans aucun doute a détruit la suite. Au prix de quel déchirement ? Elle conservait toutes ses notes depuis l'âge de quatorze ans. Il lui a fallu de bien puissantes raisons, sans doute, pour prendre un parti si contraire à sa propre tradition.

2522 – [Le Livre de poche n° 5134, p. 8] Josane Duranteau, introduction
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   01 mars 2015
Lettres de la vie littéraire de Albertine Sarrazin
A Jean-Jacques Pauvert - Le 2/2/66

Mon cher Jean-Jacques (...)

Le bouquin que je projette-réduit jusqu'ici à 60 pages de cahier à lignes-parle au début de mon enfance, en "play-back" avec une histoire adulte, navrante de solitude et de deuil: c'est aboslument contraire à ce que j'espérais(...)
Mais le bic décide... j'essaie lorsque j'écris de ne pas penser à tout ce que je sais maintenant des hasards et des intransigeances de l'édition: je n'ai plus la belle foi ignorante d'avant mai 65 et je m'intimide toute seule, je m'ahuris...Ce qui m'oblige à gribouiller n'est pas l'édition, ce serait plutôt ce qui m'en dissuade...mais comme d'autre part je prends soin de refuser toute influence, tout conseil et toute étiquette, je reste au moins libre, et c'est le plus important. (p.203)
Commenter  J’apprécie          130
joellesence   07 novembre 2012
Poèmes (suivi de) Réponses de Albertine Sarrazin
Paris aux yeux tristes
Ciel inimité
En vain tourmenté
Des méchants artistes

Comme alors la reine
Je cours sans souliers
Aux blancs escaliers
Qu'a noyés la Seine

Richesse complète
Avoir mon tombeau
Au fin fond de l'eau
Où Paris reflète

Publié en 1969
Commenter  J’apprécie          130
zazimuth   29 août 2010
L'astragale de Albertine Sarrazin
Je n'essaie pas d'intéresser les gens : après quelques avances mal reçues ou interprétées de travers, je me renfrogne dans l'indifférence où eux-mêmes me laissent. Non par mépris, mais parce que je ne sais pas forcer les oreilles et les coeurs : il faut qu'on vienne à moi. (p.140)
Commenter  J’apprécie          130



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz spécial Tintin ! (niveau assez difficile)

Dans quel journal Tintin travaille-t-il ?

Le Monde des Bulles
Le Petit Vingtième
L'illustré
Le journal de Tintin

10 questions
1717 lecteurs ont répondu
Thèmes : tintin , bande dessinéeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..