AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.31/5 (sur 8 notes)

Biographie :

Alberto Acosta, équatorien, est économiste, enseignant chercheur et l’un des premiers théoriciens du « Buen Vivir ». Il fut président de l’Assemblée nationale constituante équatorienne, ministre de l’Energie et des Mines et un acteur de premier plan du processus révolutionnaire en Equateur.
Il a été candidat à la présidence de la république pour l’Unité plurinationale des gauches en 2013, mouvement politique équatorien de tendance indigène et anti-capitaliste. Intellectuel de Gauche, proche du mouvement altermondialiste, Alberto Acosta est l’un des penseurs des révolutions citoyennes d’Amérique Latine.

Ajouter des informations
Bibliographie de Alberto Acosta   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Quoi qu'il en soit, le défi principal réside dans le dépassement du système capitaliste en tant que civilisation de l'inégalité (Joseph Schumpeter). Un système destructeur et exploiteur par essence. Un système qui "vit en étouffant la vie et le monde de la vie" (Bolivar Echeverria) En résumé, le Buen Vivir propose de surmonter le capitalisme.
Commenter  J’apprécie          60
Le Buen Vivir, né de visions utopiques, se fonde sur la réalité du système capitaliste encore en vigueur et sur l'impérieuse nécessité de promouvoir dans le monde une vie harmonieuse entre les êtres humains et la Nature, une vie axée sur l'autosuffisance et l'autogestion des êtres humains vivant en communauté.
Commenter  J’apprécie          50
Dans l'espoir de nous moderniser en imitant les pays avancés, c'est-à-dire modernes, nous sommes allés jusqu'à renier nos racines historiques et culturelles. Nous nions la possibilité d'une modernisation qui nous serait propre.
Commenter  J’apprécie          50
[...] le Buen Vivir est "un concept de communauté où personne ne peut gagner si son voisin ne gagne pas. Le concept capitaliste prône exactement l'inverse : pour que je puisse gagner, le reste du monde doit perdre".
Commenter  J’apprécie          50
La Nature fut définie sans considérer que l'humanité en était partie intégrante. La voie était ainsi dégagée pour la dominer et la manipuler.
Commenter  J’apprécie          50
[...] la promulgation des Droits de la Nature implique nécessairement d'entrer dans une civilisation postcapitaliste.
Commenter  J’apprécie          50
La constitution équatorienne de 2008, en reconnaissant les Droits de la Nature, c’est-à-dire en comprenant la Nature comme sujet de droit et en lui accordant le droit d’être intégralement restaurée après destruction, a établi un point de repère dans l’humanité. Tout aussi importante est l’incorporation de l’expression Pacha Mama, considérée comme synonyme de Nature, car elle marque la reconnaissance du plurinational et du multiculturel
Commenter  J’apprécie          10
[...] l'économie doit être subordonnée à l'écologie, et ce pour une raison bien simple : la Nature fixe les limites de la soutenabilité et de la capacité de renouvellement des systèmes dont dépendent les activités produites. En d'autres termes, détruire la Nature équivaut à détruire les fondations de l'économie elle-même.
Commenter  J’apprécie          10
Le Buen Vivir remet en cause le capitalisme, qui par essence a accéléré le divorce entre l'être humain et la Nature. Il critique également les socialismes que nous avons connus jusqu'à présent, c'est-à-dire les socialismes anthropocentriques.
Commenter  J’apprécie          10
Le Buen Vivir est un chemin qui doit être imaginé pour être tracé
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alberto Acosta (16)Voir plus

Quiz Voir plus

Connaissez-vous...

Qu'est-ce qu'un ménure?

une petite pièce de bois
une marque de voiture
un dialecte chinois
un oiseau

1 questions
6 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}