AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Tornadizos , 1919
Mort(e) le : 25 mai 2017
Biographie :

Auteur espagnol d'un livre témoignage sur l'Espagne franquiste et les camps français.

À 81 ans, Albino Garrido retrace, dans des cahiers d'écolier, son parcours du camp de concentration de Castuera, d'où il s'évade en 1940, à ceux de Gurs et Argelès-sur-Mer.

Il rejoint le 6 août 1936, à 17 ans, les miliciens de la colonne du lieutenant-colonel Julio Mangada après le coup d'État des militaires franquistes du 18 juillet 1936. Après avoir participé aux combats dans les provinces d'Avila et de Madrid, a poursuivi son combat au sein de la 34e brigade mixte. À la fin de la guerre, il est fait prisonnier et enfermé dans le terrible camp de concentration de Castuera d'où il réussit à s'évader le 4 janvier 1940.

Après 79 jours d'une incroyable et périlleuse traversée de l'Espagne, il est parvenu à rejoindre la frontière française à Urdos. Interné à Gurs puis à Argelès-sur-Mer, il a intégré les GTE (Groupement de travailleurs étrangers) de la région de Marseille. Il passe alors d'un GTE à l'autre en se soustrayant aux réquisitions de Vichy qui veulent le mettre au service l'organisation Todt. La dictature lui interdisant tout retour en Espagne, il s'établit définitivement en France


2012 "Une longue marche : de la répression franquiste aux camps français"

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Pecosa   24 mai 2012
Une longue marche : De la répression franquiste aux camps français de Albino Garrido
Malgré les menaces d'expulsion vers l'Espagne qui nous avaient été faites, aussi bien Silverio que moi-même restâmes au camp de Gurs. Dans ce camp de concentration, les conditions d'existence n'étaient pas très bonnes. Malgré tout, elles étaient notablement meilleures et sans commune mesure avec celles que nous avions connues à Castuera. Nous n'avons pas subi de mauvais traitements et l'alimentation était meilleure que dans le camp franquiste.

A Gurs, les internés se divisaient en trois groupes: les Basques, les membres des Brigades internationales et des militaires des forces aériennes de la République espagnole.
Commenter  J’apprécie          100
Pecosa   24 mai 2012
Une longue marche : De la répression franquiste aux camps français de Albino Garrido
Au défaut de nourriture venaient s'ajouter les vexations, les mauvais traitements et les bastonnades quotidiennes. Les phalangistes, qui la plupart du temps se déplaçaient des villages des environs, allaient et venaient à leur guise à l'intérieur du camp et des baraques. La plupart des internés étaient d'Estrémadure. Je me souviens des terribles bastonnades qu'ils ont tant de fois subies, souvent avec des manches de pioches ou des nerfs de boeuf. En certaines occasions, après les avoir copieusement battus, ils leur disaient: "Avant que l'on ne vous fusille on reviendra vous donner une bonne bastonnade!" J'ai malheureusement assisté à ce genre de scènes plus d'une fois.

Commenter  J’apprécie          92

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Albino Garrido (5)Voir plus


Quiz Voir plus

le debarquement en normandie

comment s'appelle le point de rendez-vous de la flotte d'invasion

Piccadilly Circus
Round-Up
Opération Deadstick
je sais pas

4 questions
0 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur