AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Vilnius, Lituanie , le 21/11/1870
Mort(e) à : Nice, France , le 28/06/1936
Biographie :

Alexandre Berkman (Александр Беркман), né Ovseï Ossipovitch Berkmann, est un écrivain et militant anarchiste russe d'origine juive.

Fils d'un prospère homme d'affaires juif, il grandit à Saint-Pétersbourg, capitale de l'Empire, où on le connut sous le nom d'Alexandre, plus commun dans ce pays. Ses deux parents moururent pendant sa jeunesse et il émigra aux États-Unis à l'âge de dix-sept ans, en 1888.

Il s'y impliqua rapidement dans l'activisme politique et s'intéressa à l'anarchisme par son engagement dans la campagne de libération des hommes accusés pour l'attentat de Haymarket.
À New York, il rencontra Emma Goldman (1868-1940), également immigrante russe avec qui il eut une brève relation. Cette femme, qui devint plus tard leader du mouvement anarchiste, resta très proche de Berkman tout au long de sa vie. Une des influences communes à Berkman et Goldman était l'anarchiste allemand Johann Most (1846-1906).

En 1892, à 22 ans, Berkman essaya d'assassiner Henry Clay Frick, riche industriel impliqué dans un conflit avec des ouvriers de Homestead, en Pennsylvanie. Il a été accusé de meurtre prémédité et fut condamné à vingt-deux ans de prison. Il n'en purgea que quatorze et fut remis en liberté en mai 1906.
Une fois libre, Berkman, physiquement et moralement affaibli, rejoignit Goldman comme figure du mouvement anarchiste aux États-Unis. De 1908 à 1915, il contribua à son magazine Mother earth puis il publia de 1916 à 1917 son propre magazine à San Francisco, The Blast, avant de collaborer à nouveau avec Goldman pour le Mother Earth Bulletin. Pendant cette période, Berkman enseigna, aida des chômeurs et des ouvriers et milita pour les droits civils. Berkman relata ses Mémoires de prisonnier dans son "Prison Memoirs of an Anarchist" (1912) qui l'aida à faire le deuil de cette expérience et lui donna un nouveau regard sur la vie.
En 1919, il se rend en Union soviétique en compagnie d'Emma Goldman et de 247 autres Américains. Dans son livre "Le mythe bolchevik" (1925), il raconte son périple dans la Russie des années 1920, de Moscou à la Sibérie en passant par la Géorgie.
Alexander Berkman émigra en France en 1925. Gravement malade, il met fin à ses jours en 1936.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (6) Ajouter une citation
steka   04 décembre 2018
Le Mythe bolchevik: Journal 1920-1922 de Alexander Berkman
Abolir ce qui est établi - sur le plan politique, économique, social et éthique -, tenter de le remplacer par quelque chose de différent, tel est le réflexe de l'homme dont les besoins se transforment, du peuple dont la conscience s'éveille.
Commenter  J’apprécie          40
Rusen   08 mars 2017
Le mythe bolchevik - Journal 1920-1922 de Alexander Berkman
Ce voyage est l'histoire d'une désillusion sans retour possible, le récit de la prise de conscience par Berkman, au gré de ses rencontres, de ce que représente le « communisme tel que l'interprète la faction au pouvoir » (p. 278), et qui est donc le contre-communisme, le contraire à ce à quoi aspirait le prolétariat révolutionnaire, et le peuple qui s'était soulevé à l'appel des soviets.



(Préface)
Commenter  J’apprécie          30
Rusen   13 mars 2017
Le mythe bolchevik - Journal 1920-1922 de Alexander Berkman
7 mars. - Un grondement lointain me parvient alors que je traverse la Nevski. Il résonne de nouveau, plus fort et plus proche, comme s'il roulait vers moi. Je réalise tout à coup que ce sont des tirs d'artillerie. Il est 18 heures, Konstadt a été attaquée !

Jours d'angoisse et de canonnades. Mon cœur est engourdi de désespoir ; quelque chose en moi est mort. Les gens dans la rue ont l'air ployés sous l'affliction, abasourdis. Personne n'ose parler. Le tonnerre des armes lourdes déchire l'air.



17 mars. - Konstadt est tombée aujourd'hui. Des milliers de marins et d'ouvriers gisent morts dans les rues. L'exécution sommaire des prisonniers et des otages continue.



18 mars. - Les vainqueurs fêtent l'anniversaire de la Commune de 1871. Trotski et Zinoviev accusent Thiers et Galliffet d'avoir massacré les rebelles de Paris...
Commenter  J’apprécie          20
paulotlet   12 mars 2017
Le mythe bolchevik - Journal 1920-1922 de Alexander Berkman
L'impression d'ensemble que j'ai eue en partant a été celle d'un homme qui a une vision claire et un but précis. Pas forcément un grand homme, mais un esprit fort à la volonté inflexible. Un logicien sans émotion, d'une souplesse intellectuelle et d'un courage suffisant pour adapter ses méthodes aux impératifs du moment, mais qui garde toujours en vue son objectif final. "Un idéaliste pragmatique" concentré sur la réalisation de son rêve communiste par tous les moyens, et auquel il subordonne toute considération éthique et humanitaire. Un homme sincèrement convaincu que de mauvaises méthodes peuvent servir un bon objectif, et être de ce fait justifiées. Un jésuite de la révolution qui forcerait l'humanité à devenir libre conformément à l'interprétation qu'il a de Marx. En bref, un vrais révolutionnaire au sens ou l'entend Netchaïev, qui sacrifierait la plus grande partie de l'humanité -s'il le fallait- pour assurer le triomphe de la révolution sociale.
Commenter  J’apprécie          10
Rusen   08 mars 2017
Le mythe bolchevik - Journal 1920-1922 de Alexander Berkman
Le livre que vous tenez entre les mains est exceptionnel. A plusieurs titres. Par ses effets d'abord. Après sa lecture, vous ne serez plus ce que vous étiez auparavant. Il provoquera en vous une autre vision de l'histoire du XXe siècle et, du même coup, une autre appréhension de notre monde contemporain, de notre situation dans le présent.

Exceptionnel en ce que son auteur n'est ni un réactionnaire, ni un conservateur, ni un libéral, mais un révolutionnaire communiste anarchiste, enthousiaste de la révolution d'Octobre. D'où la question : comment, par quelles voies un enthousiaste de la révolution de 1917 a-t-il pu écrire un livre qui a pour titre : Le Mythe bolchevik et pour visée une démystification informée et impitoyable de cet événement qui a constitué jusqu'en 1989 un des piliers de notre monde, de notre horizon historique.



(Préface)
Commenter  J’apprécie          10
steka   26 novembre 2018
Le Mythe bolchevik: Journal 1920-1922 de Alexander Berkman
Le cours habituel mesuré de l’existence est interrompu, les critères coutumiers deviennent inopérants, les précédents antérieurs s’annulent. L’existence est entraînée de force vers des voies inexplorées, chaque action exige une autonomie, chaque détail nécessite une décision nouvelle et indépendante. Le caractéristique, le familier, ont disparu ; la cohérence et l’interrelation entre les parties qui auparavant constituaient un tout se dérobent. Il faut créer de nouvelles valeurs. Cette vie intérieure de la révolution, qui en est la seule signification, a été presque entièrement négligée par ceux qui ont écrit sur la révolution russe.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur