AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.89/5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Annecy , 1988
Biographie :

Alexandra Huard est une toute jeune illustratrice qui s'est vu attribuer un prix au festival d'illustration de Bologne, alors qu'elle n'avait pas encore terminé ses études à l'école Emile-Cohl.

Depuis, elle a illustré plusieurs albums pour l'édition jeunesse, publiés par Sarbacane, Tourbillon, Nathan et Bayard. Elle a déjà illustré plusieurs albums écrits par de grandes plumes de la littérature jeunesse: Béatrice Fontanel, Marie-Sabine Roger, Marcus Malte, Davide Cali…

Plusieurs de ses albums ont été sélectionnés ou ont remportés des prix littéraires.

http://alexandrahuard.blogspot.fr

Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandra Huard   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Sur quel artiste peintre portera notre nouvel album, en partenariat avec le musée de l'Orangerie ? Il s'agit évidemment de Claude Monet ! De la fin des années 1890 jusqu'à sa mort en 1926, il se consacre essentiellement au cycle des Nymphéas, dont le musée de l'Orangerie possède un ensemble unique ! Oeuvres mondialement connues, vous les (re)découvrirez en plongeant dans ce récit palpitant de Béatrice Fontanel, merveilleusement illustré par Alexandra Huard, qui ont toutes deux mené un impressionnant travail de documentation. Le plus ? Une version audio incluse grâce à un QR code, des photos d'archive et des illustrations pour aller plus loin, et découvrir les secrets de Monet.

+ Lire la suite

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Mais... incroyable! En creusant, les ouvriers ont découvert des tombes anciennes et un énorme coffre! Un archéologue est appelé en urgence : il va sûrement falloir arrêter les travaux quelque temps!
Commenter  J’apprécie          20
– Oui, on en a bavé pendant des années… ça, on peut le dire. (Silence)
Mais ça va mieux maintenant, reconnaissez-le.
– Oui, mon cher Hannibal… beaucoup, beaucoup mieux.
Commenter  J’apprécie          20
Et pourtant : le pire était à venir, juste après leur départ précipité de la maison. Quand il est revenu tout seul, je me demandais s'ils s'étaient disputés ou quoi.
Mais il avait l'air enchanté. Il a passé un nombre de coups de téléphone incalculable, en parlant très fort et surtout... il a oublié de nous donner à manger. C'était le pompon. Heureusement, mon cher Hannibal, vous vous êtes rappelé à lui, il a fini par comprendre que nous crevions de faim !
Commenter  J’apprécie          10
Mon cher Scipion, pourquoi n'avons-nous pas vu venir la catastrophe?
- Mais mon cher Hannibal, comment imaginer ce qui allait nous arriver? Impossible!
- Nous aurions pu nous renseigner. Je ne sais pas moi. Par exemple, quand elle a commencé à grossir chaque jour, ça aurait dû nous mettre la puce à l'oreille. Ce gros ventre, ce n'est pas normal du tout. Tellement gros à la fin qu'on ne pouvait même plus monter sur ses genoux. Il n'y avait plus de place...
Commenter  J’apprécie          10
- On avait à peine le droit d'entrer dans la chambre. C'était devenu un sanctuaire. Et puis, le premier jour du printemps (je m'en souviens comme si c'était hier), ils ont apporté cette sorte de niche de luxe avec des dentelles. Vous vous rappelez ?
- Qu'est-ce que vous croyez... J'ai tout de suite imaginé qu'ils avaient acheté un nouveau chien d'un pedigree exceptionnel, un genre d'altesse canine, devant laquelle il nous faudrait faire des révérences et des génuflexions, vous pensez... avec mes rhumatismes. Je me demande
encore comment nous avons pu être aussi naïfs...
Commenter  J’apprécie          00
Mon cher Scipion, pourquoi n'avons-nous pas vu venir la
catastrophe ?
- Mais mon cher Hannibal, comment imaginer ce qui allait
nous arriver ? Impossible !
- Nous aurions pu nous renseigner. Je ne sais pas, moi. Par exemple, quand elle a commencé à grossir chaque jour, ça aurait dû nous mettre la puce à l'oreille. Ce gros ventre, ce n'était pas normal du tout. Tellement gros à la fin
qu'on ne pouvait même plus monter sur ses genoux.
Il n'y avait plus la place...
Commenter  J’apprécie          00
D'ailleurs, dans le parc, nous aurions dû nous douter de quelque chose, lorsqu'elle s'installait toujours sur le même banc, devant tous ces affreux enfants qui nous jetaient du sable dans les yeux.
Commenter  J’apprécie          00
Il n'y a plus de place en surface! Où installer la cuisine du restaurant, le fournil du boulanger, les vêtements de la boutique? Sous le sol!
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Alexandra Huard (153)Voir plus

Quiz Voir plus

Qui suis-je ? Les auteurs en A

J'ai écrit Le grand Meaulnes. Je suis mort au Sud de Verdun durant la première guerre mondiale. Qui suis-je ?

Jean Anouilh
Alain-Fournier (de son vrai nom Henri-Alban Fournier)
Guillaume Apollinaire
Marguerite Audoux

7 questions
21 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}