AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.2 /5 (sur 5 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Fourchambault , le 22/11/1901
Mort(e) à : Paris , le 22/02/1971
Biographie :

Alexandre Breffort est un journaliste, scénariste, homme de théâtre et écrivain français, né le 22 novembre 1901 à Fourchambault (Nièvre), décédé le 22 février 1971 à Paris.

Il est engagé comme rédacteur au Canard enchaîné en 1934, après avoir envoyé une réponse à un poème de Pierre Châtelain-Tailhade. L'engagement d'un rédacteur sans aucune expérience de presse était un fait rarissime au Canard enchaîné. Après la Seconde Guerre mondiale, il retrouve la rédaction du journal. Son humour et son talent pour les calembours deviendront rapidement proverbiaux.

Source : wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandre Breffort   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Alexandre Breffort
isajulia   21 avril 2013
Alexandre Breffort
Une partouze, c'est l'amour avec un grand tas.
Commenter  J’apprécie          300
Alexandre Breffort
SZRAMOWO   30 novembre 2020
Alexandre Breffort
« Cogiter avant de s'en servir. »



Jean-Paul Sartre.
Commenter  J’apprécie          210
Alexandre Breffort
tynn   06 mars 2017
Alexandre Breffort
Dieu est un vieux monsieur qui adore se faire prier.
Commenter  J’apprécie          160
Alexandre Breffort
coco4649   04 novembre 2021
Alexandre Breffort
  

  

Dieu, quand il a pétri la terre, a fait une grosse boulette.
Commenter  J’apprécie          120
SZRAMOWO   30 novembre 2020
Mon taxi et moi de Alexandre Breffort
MALDONNE



Douze juin mil neuf cent vingt-trois!



Me voilà sur le sable ou plutôt sur le pavé de bois de la rue Saint- Honoré.

Tout heureux.

Je viens d'être balancé de l' Union, compagnie d'assurances sur la vie.



Ouf!



En quarante jours que j'y suis resté à sécher sur des « polices » j'ai jeté 618 coups d'œil désespérés à la pendule. Ça ne l'a jamais fait avancer de trois secondes.

Se trouver libéré du service militaire pour s’engouffrer dans une autre prison, ça ne me serait jamais venu à l'esprit. Mais c'était venu à l'esprit de ma mère qui s'inquiétait de me voir sans boulot et qui, finalement, m'avait, je ne sais comment, trouvé celui-là.

Il est vrai que je commençais à filer un coton suspect. J'avais retrouvé le môme Lupeau, un marrant, un vrai titi et qui ne se cassait pas beaucoup la nénette pour ce qui est du coltin. C'est bien simple, on ne l'avait jamais vu travailler. Débrouillard comme pas deux, il vivotait de petits commerces absolument imprévus. Et vivait avec son père, car c'était un sage.

Je ne l'avais vu qu'une fois se gonfler d'orgueil. Le jour où son père avait été décoré de la médaille du travail — trente ans de service dans la même maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Alexandre Breffort
Danieljean   22 novembre 2017
Alexandre Breffort
J'étais tombé sur une indécente de lit.
Commenter  J’apprécie          81
SZRAMOWO   30 novembre 2020
Les contes du grand-pere zig de Alexandre Breffort
Rien ne va plus



« Et pourtant, elle tourne ! »

Le Croupier.



C'est par un matin printanier de décembre — l'aventure se passe dans une édénique principauté de la Côte d'Azur — que l'Étranger avait fait son apparition, très simplement. Chapeau mou, chaussures vernies, modeste pardessus à martingale, il pouvait passer pour le ponte le plus inoffensif.



Il fallut vite déchanter. L'homme s'était à peine installé à la table de roulette qu'il devint, en vertu d'une chance impolie à force d'insolence, le pôle attractif de toutes les curiosités.



« Maximum sur le 28.



— Rien ne va plus ! 28, noir, pair et passe.



— Laissez la mise.



— Rien ne va plus ! 28, noir, pair et passe. »



De la véritable sorcellerie ! Les jetons affluaient vers le joueur comme une marée pactoléenne.

Ce soir-là, l'homme ne joua pas plus avant. Chacun estima qu'il avait bien raison et qu'il est toujours sage, après une passe de chance, d'effectuer une retraite stratégique.



Le lendemain, il était là, l'air détaché, comme un coupon de titre, et accompagné de deux domestiques chargés d'emporter, en de larges poches, les gains éventuels. Et l'homme gagna comme la veille il avait gagné. Il gagna d'une façon ahurissante. Sa chance paraissant être, à cette minute, un défi aux lois naturelles et officielles du jeu, les spectateurs s'en étonnèrent grandement, au même titre qu'ils se fussent étonnés d'une faillite des lois physiques éternelles ou d'un arrêt, sans accident, du battement de leur propre cœur.



« Maximum sur le 17, maximum sur le noir, sur

l'impair, manque et la seconde douzaine.



— Messieurs, faites vos jeux ! Rien ne va plus ! »



Au milieu des clameurs, le croupier annonçait :



« 17, impair et manque. »



Ce fut du délire. Personne — par expérience — n'admettant une manifestation prolongée et insolite de la veine, il était hors de doute que l'infaillible martingaleur possédait la clef, la formule magique qui, violant les

probabilités, agenouille la poisse, domestique le hasard et impose le concubinage à la fortune.



Les croupiers tentèrent un geste de défense. D'un accord tacite, ils accélérèrent le rythme de la boule pour affoler le joueur. Celui-ci se fâcha et, incontinent, fit sortir douze fois de suite le 9, ce qui ne s'était jamais vu.



« 9, rouge, impair et manque. »



Ayant ainsi fait la preuve — par 9 — de sa toute-puissance, il alluma un cigare qu'il paraissait aussi avoir bien gagné.



La scène fut inoubliable et d'un désordre sans précédent. On l'embrassait, on l'élevait dans un geste de triomphe, on fouillait dans ses poches — par amitié

spontanée — et tous les joueurs, qui, ce jour-là, perdaient la boule, alors que la boule les perdait chaque jour, le regardaient avec cette envieuse admiration qu'ont les maris bafoués pour les dons Juans.



On dut faire appel à la caisse des autres tables pour régler les gains de l'homme. Le lendemain, le Casino paya par chèque et fit élargir les râteaux pour gagner du temps dans les opérations de paiement. La caisse se vidait. L'homme gagnait toujours. Ne dût-on pas, certain soir de Noël, le laisser emporter le grand lustre de 372 bougies et la tenture de la salle de baccara ?

L'homme prenait tout, avec une froide impassibilité. Secondé par deux forts déménageurs, dont le fourgon attendait à la porte, il enleva successivement le comptoir du bar, le tableau de Ribera et la femme d'un croupier.



Le conseil d'administration, affolé, décida de se réunir en assemblée extraordinaire pour prendre des mesures d'extrême urgence.



Hélas ! on ne pouvait rien faire. Une expulsion eût été arbitraire, l'homme ne se rendant coupable d'aucune irrégularité. De plus, une telle mesure eût sans doute amené des complications diplomatiques. Que faire ?



Quinze jours plus tard, le Casino, en état de liquidation judiciaire, quittait son fastueux palais pour s'installer dans une baraque Adrian. Les trois quarts des croupiers étaient inscrits aux fonds de secours de chômage. La situation était désespérée ; mais le gros martingaleur se refuserait — c'était probable — à venir jouer dans un cadre si peu luxueux. Il vint. Ni les prières, ni les ruses

n'eurent raison de sa détermination. Il revint tous les jours. Et tous les jours, il gagna. On sentait que cet homme profitait d'une veine impitoyable.



Et tout périclita. Le Casino en tôle ondulée dut fermer ses portes comme avait fermé ses portes le Casino de marbre. La lutte fut épique. Presque seul, secondé uniquement par quelques ducs et comtes authentiques qui, par un honnête retour des choses, tenaient l'emploi de barons, le prince régnant, voulant donner l'exemple du noble sacrifice, n'hésita pas alors, héroïque et farouche, à s'installer au coin du grand palmier, avec un parapluie

retourné, pour y pratiquer le jeu innocent du bonneteau.

C'était l'ultime ressource, le suprême espoir. L'homme, enfin, pris de pitié, s'abstiendrait peut-être de venir. Il importait de lutter jusqu'au bout.



Le prince se réveilla, les traits convulsés. Par la grande fenêtre du palais, il vit le Casino surplombant la mer bleue et disparaissant à demi sous les fleurs, le

Casino resplendissant et tout fardé de l'éclat d'un soleil méditerranéen.



Le prince, la prunelle élargie, essuya sur ses tempes une sueur d'angoisse.



« Un rêve absurde », fit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
alberthenri   19 novembre 2020
Les contes du grand-pere zig de Alexandre Breffort
-Je suis du bois dont on fait les flûtes.



(Pan)
Commenter  J’apprécie          70
Lamifranz   05 juin 2022
Les contes du grand-pere zig de Alexandre Breffort
UN HUMORISTE



« Demain, quatre pages ! »

Henri III





Il vint au monde humoriste. On comprit tout de suite dans la famille que ce serait un précoce de gosse. A peine l’avait-on arraché des bras de son père pour le confier au sein de sa mère qu’il pensa :

« Je tombe de mâle en pis ! »

Mais il se garda bien de le dire parce qu’il ne parlait pas encore et qu’il était vexé.

Il avait de l’esprit jusqu’au bout des ongles, et dès qu’il put lire les journaux, ce fut pour se marrer supérieurement au récit des déboires du président du Conseil. De quoi se tordre, en vérité.

« N’avoir pas encore sa majorité à cet âge ! Quel retard ! »

Il excellait délicieusement dans le genre vache. Un jour que sa maman lui intimait l’ordre d’appeler son père, il rétorqua :

« Lequel ? »

Ce qui lui valut une volée qui ne l’était pas. Il grandit. Non par conformisme, mais parce que c’était sa nature. L’âge d’être soldat le prit à l’heure où sa vocation d’humoriste s’affirmait. Comme il n’arrêtait pas de faire des calembours, il fut versé dans l’auxiliaire.

C’est alors que, souffrant de sa nouvelle condition, il eut l’idée de faire insérer cette annonce dans un journal spécialisé : Jeune auxi gêné cherche une oxygénée.

Il préférait – et de loin – les brunes authentiques, mais son annonce rédigée autrement, eût manqué de sel.

Et c’était un humoriste.

Il attendit. Une missive lui vint, d’une jeune personne servante dans une maison bourgeoise. Rendez-vous fut pris. C’était un petit bout de femme haut comme ça. Dès qu’il la vit :

« Elle est courte », fit-il.

Et ne se consola qu’en ajoutant qu’elle était bonne. Des projets furent ébauchés. On se marierait et tout. Pour la cérémonie, on se retrouverait à la porte de la Chapelle. Malentendu. Alors qu’il attendait à la porte de la chapelle de son quartier, elle s’était rendue à la station du Nord-Sud proche de la barrière. Quand il comprit, une crise d’hilarité le secoua. Au fond, ne s’était-il pas marié pour rire ?

« Le mariage hymen à tout à condition de ne pas le contracter », songea-t-il.

Cependant, lorsqu’il fut rentré au logis et qu’il se vit seul dans son lit-cage, il se traita de grand serin. Ce qui, fort heureusement, l’amusa une bonne partie de la nuit. De sa nuit de noces.

C’est à cette époque qu’il écrivit certaine histoire désopilante Qui fit le tour du monde. Traduite en quatre-vingt-trois langues ; N’avait-il pas imaginé qu’un de ses amis s’appelait Yau de Poêle ? Ce qui fournissait à mille quiproquos irrésistibles l’admirable occasion de s’épanouir. Il était alors en plein succès, se faisant payer très cher des mots impayables. Marié – c’était arrivé une bonne fois – un jour que sa femme l’avait doté d’un rejeton couleur café au lait, il crut défaillir. Une colère inconnue l’agitait. Une soif de meurtre lui bourdonnait aux tempes. Mais, comme il allait faire un malheur, l’inspiration vint…

« C’est un marmot croisé », articula-t-il.

Et de rire. Pouvait-il se fâcher après un mot historique ?

Malgré les apparences, il n’était pas heureux. Jouer ce rôle d’homme réjoui envers et contre tout le fatiguait. Comme ce devait être bon de quitter ce masque d’humoriste, d’exhaler ses rancoeurs en toute sincérité ! Et de ne pouvoir laisser couler ses larmes, il en aurait pleuré.

Sa fin fut tragique. Un jour qu’il buvait un anis dans un café des boulevards (n’avait-il pas dit au garçon : « Poète, prends ton litre et me donne un Berger » ?), un orage affreux éclata.

« C’est plus de l’amour, c’est de l’orage », fit-il.

Mais alors qu’il s’aventurait à la terrasse, il fut terrassé.

Il rendit l’âme, murmurant dans un sourire épanoui :

« Je suis victime du coup de foudre ».

Ce fut d’ailleurs, avec le mot de la fin, la fin de ses maux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alexandre Breffort
Pujol   28 octobre 2019
Alexandre Breffort
La Bible ne fait pas le moine.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Alexandre Breffort (5)Voir plus