AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.45/5 (sur 422 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux , le 01/08/1974
Biographie :

Après des études de chinois et un DEA en Communication appliquée à la culture, Alexandre Labruffe a été en poste dans des Alliances françaises en Chine puis en Corée du Sud.

À cette époque, il a publié avec Benjamin Limonet un récit expérimental à 4 mains, "Battre Roger" (éditions D’ores et déjà, 2008).

Depuis son retour à Paris en 2015, il collabore à divers projets artistiques (avec la Villa des Arts dans le Bas-Montmartre), théâtraux (notamment avec le metteur en scène iranien Saeed Mirzaei) ou filmiques (avec le réalisateur coréen Jeon Soo-il, pour ses films "Un homme coréen", 2015; "America Town", 2017), tout en poursuivant sa thèse en Arts et Cinéma à l’Université Paris-3.

"Chroniques d’une station-service" (2019) est son premier roman.
+ Voir plus
Source : editions-verticales.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandre Labruffe   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Durant l'automne 2023, les élèves de 4e7 du collège Pierre Puget, à Marseille, ont écrit collectivement une nouvelle, accompagnés par Alexandre Labruffe, auteur. Cette nouvelle est en lice pour la 6e saison du concours littéraire Des nouvelles des collégiens. La remise des prix aura lieu pendant la 8e édition du festival Oh les beaux jours ! (22-26 mai 2024). Lire les nouvelles du concours 2024 : https://ohlesbeauxjours.fr/des-nouvelles-des-collegiens/ma-classe-vote/ _____________________ le projet Des nouvelles des collégiens mené en collaboration avec l'Académie d'Aix-Marseille reçoit le soutien, en 2023-2024, du département des Bouches-du-Rhône et de la Fondation La Poste. _____________________ Retrouvez Oh les beaux jours ! sur : acebook https://www.facebook.com/festivalohlesbeauxjours nstagram https://www.instagram.com/oh_les_beaux_jours/ witter https://twitter.com/festival_OLBJ eb http://ohlesbeauxjours.fr _____________________ Organisation et production : Des livres comme des idées, Marseille Coordination du projet : Maïté Léal, Émilie Ortuno Réalisation vidéo : Manon Gary Graphisme: Dominique Herbert, Manon Sahli © Des livres comme des idées, 2024 _____________________ #OhLesBeauxJours #OLBJ2024 #concourslittéraire #concoursdenouvelles #collège #collégiens #Littérature #littératurejeunesse #EAC #actionsculturelles #festival #Marseille #Istres #booktube #bookstagram #bookstories #livrestagram #lecture #livre #lire

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (116) Voir plus Ajouter une citation
Che Guevara de la psychanalyse, Marie Curie de l’astrologie, ma mère fumait des cigarillos. Ses verdicts prononcés : toujours dans les volutes. La jungle de sa pensée. Son divan en velours.
Les Landes, c’était son laboratoire.
Son laborantin, c’était mon père.
(pages 281-282)
Commenter  J’apprécie          400
Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible.  
Commenter  J’apprécie          360
Un jour, en 2001, à Shanghai, on me propose cinq mille yuans (cinq cents euros) pour jouer le client blanc, le client occidental d’un fournisseur de pièces d’une centrale thermique. L’idée du patron : qu’on visite ensemble un chantier de son futur client potentiel, sa cible, pour l’impressionner, attester que sa société est sérieuse, solvable, internationale. (À cette époque en Chine, les Blancs ont une valeur, l’Occident veut encore dire quelque chose. C’était juste avant l’effondrement des tours jumelles à Manhattan.) Mon rôle est simple (c’est un rôle de composition) : hocher la tête, avoir un regard mystérieux, profond, m’appeler Leibowitz, ânonner « good », quand il pointe le doigt sur quelque chose. Évidemment, j’accepte. Le fournisseur obtient le marché. Grâce à moi. (Un cantique pour Leibowitz.)
La centrale thermique finit par exploser deux ans plus tard. Non, je plaisante.
Commenter  J’apprécie          321
- Okay, on est face à un multioedipe. Un oedipe brouillé comme un nuage de lait dans un café. Il a continué à tuer le père alors que la mère était morte. Pff... il s'est acharné quoi. Il a castré le père même.
- Qu'est-ce que vous dites ?
- Je dis qu'on ne fait pas d'oedipe sans castrer les vieux.
(page 262)
Commenter  J’apprécie          330
Les deals,
les conflits incessants,
les trafics en tout genre :
mon frère dresse le portrait
de la violence ordinaire en prison,
de l’inhumanité des conditions,
d’un milieu sans foi ni loi
- la jungle et la junte -,
où règne la guerre.
La terreur est le maître mot,
le métronome de la vie cellulaire.
(pages 173-174)
Commenter  J’apprécie          290
Je me dis que le Nouveau Monde, c’est l’obsession de la Chine. Partout, dans le pays : ce nom. Pour des hôtels, des quartiers, des magasins, des marques. La Chine s’affiche comme le Nouveau Monde. Le clame sous tous les toits. Relègue l’Amérique aux oubliettes. 
Commenter  J’apprécie          290
À Hong Kong, il y a un braquage de papier toilette. Un stock volé par trois hommes armés. Curieusement, en période de fin du monde, les gens ne pensent qu’à leur cul. 
Commenter  J’apprécie          272
Cela fait dix jours que je suis en Chine et je n'ai accès à rien, aucun site étranger. Ni Google , ni YouTube, ni Libé, ni Le Monde, ni même Les Inrocks ou Radio France. (...) Tout est bloqué. la Chine a construit une Grande Muraille numérique. Pour soustraire sa population au monde. Me couper du mien. (p. 17)
Commenter  J’apprécie          240
Mon parcours me saute aux yeux alors que j’ai tout fait pour étouffer la forêt, l’oublier, me revoilà dans les Landes à quarante-deux ans. Retour aux sources, aux racines, aux arbres. À ce que j’ai toujours fui.
(page 111)
Commenter  J’apprécie          240
Loin de la liberté, un nouveau sentiment apparaît en moi. Contre mon frère. Je lui en veux d’être dans cette galère.
Je lui en veux
de s’être fait arrêter,
de ne plus être flamboyant,
de ne plus être indestructible,
de ne pas avoir fui aux Bahamas.
Je lui en veux et je ne comprends pas.
J’ai envie de crier, de hurler, de lui hurler dessus, de le radier à vie de ma vie.
(page 51)
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alexandre Labruffe (496)Voir plus

Quiz Voir plus

Morales de La Fontaine (1)

Dans quelle fable de J. de La Fontaine trouve-t-on cette morale: « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » ?

Le renard et le bouc
Le laboureur et ses enfants
Le lièvre et la tortue
L’ours et l’amateur des jardins

8 questions
216 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..