AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.23 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Besançon , le 07/03/1948
Biographie :

Alexandre Mathis est un écrivain, photographe, et historien de cinéma français.

Il réalise des films expérimentaux, écrit des articles sur le cinéma, entre 1971 et 1979 sous le nom de Paul-Hervé Mathis.

Attaché de presse de José Benazeraf en 1972 pour The French Love, il publie en 1973 chez Éric Losfeld un ouvrage sur José Benazeraf cosigné avec Anna Angel, collection Anthologie permanente de l’érotisme au cinéma (Le Terrain Vague).

Fin 1979, il arrête toute critique cinématographique et n’utilisera plus la signature de Paul-Hervé Mathis.

Il interviewe à différentes époques Klaus Kinski, Howard Vernon, Michel Lemoine, Patricia Finaly, Yvan Lagrange, le peintre Arthur Sagroune, Larry Cohen...

Il est l’auteur de Maryan Lamour dans le béton et de plusieurs autres romans dont les Fantômes de M. Bill paru en 2011 aux éditions Léo Scheer.

Il vit aujourd’hui à Clairac dans le Lot-et-Garonne.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le mercredi 26 septembre 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie d'accueillir le collectif Playlist Society pour fêter le lancement de "Un monde parfait selon Ghibli" d'Alexandre Mathis.


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ju-s-tine   09 octobre 2013
LSD 67 de Alexandre Mathis
L’avenir n’existe pas. L’avenir est néant. Seul le présent existe. Toujours vécu au jour le jour. Sans prévoir. […] Le passé existe. A partir du passé que se font les livres, les films… pas sur l’avenir ! Pas d’avenir sans passé. Sans mémoire. Je ne regarde pas en arrière. Je me fiche de mon passé, dont je me passerais bien. Si on pouvait tout effacer ! On doit faire avec. Le refuge est le présent. Comme si j’étais en équilibre à haute altitude sur un emplacement où il y a juste la place pour poser les pieds, avec le brouillard partout en dessous.
Commenter  J’apprécie          70
tamara29   08 novembre 2013
LSD 67 de Alexandre Mathis
Je me présente en défoncé à mes heures, comme on endosse un habit, surtout pas en malade. Curieux état intermédiaire. Comment sortir de ça ?...

Autant poser une nouvelle fois la question comment sortir de soi. Si je sors de moi, je n'existe plus... bien que des dragées psychédéliques procurent la sensation de se sortir de soi, tout en continuant d'exister.

Je n'aime pas trop ce que je suis, je balaie cela. Je dois être devant une sorte de représentation, permanente. En me retrouvant seul, ça doit bloquer. Comment fuir tout ça, sinon qu'en fuyant davantage. Le navire ivre doit poursuivre son périple, sans faire escale. Tout reste secret.

Je déprime à mort.
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2   18 septembre 2018
Un monde parfait selon Ghibli de Alexandre Mathis
Chihiro, assise dans un train, voit le paysage défiler. Elle est accompagnée du Sans-Visage, de Bô et de Kashira. Le train roule sur l’eau. Il ne se passe rien. Pourtant, cette scène a marqué toute une génération. Elle résume Chihiro, Miyazaki et, par extension, Ghibli. Car cet instant suspendu dit tout : le périple d’une jeune fille qui s’émancipe et la beauté d’une nature magique remplie d’esprits. Le studio ne survivra peut-être pas, ou difficilement, à la retraite prochaine de Miyazaki et à la disparition de Takahata. Le futur de l’animation au Japon se passera peut-être ailleurs. Mais une chose est sûre : Chihiro restera à jamais la petite fille craintive devenue courageuse, qui a accompagné des millions de petits et de grands dans un voyage qui, lui, est éternel.
Commenter  J’apprécie          40
ju-s-tine   09 octobre 2013
LSD 67 de Alexandre Mathis
Le nubarène peut être un philtre d'amour, qui se prolonge au-delà de l'effet. Comme la sensation du poing dans la gueule, trouvant une réalité après coup. Ce qui est arrivé peut perdurer.
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2   06 juillet 2020
Terrence Malick et l'Amérique de Alexandre Mathis
De manière transversale, deux éléments récurrents portent ces questionnements sur l’enracinement et le déracinement. Le premier est le mariage. De Pocahontas et Rolfe à Marina et Neil en passant par Abby et le fermier, ces unions forgent un enracinement. En s’engageant, les amants attestent devant une communauté leur envie de s’épanouir en son sein. Or, tous ces mariages sont forcés. Neil hésite à s’engager et quand il accepte enfin, quelque chose s’est déjà brisé dans son couple. Le mariage d’Abby est, quant à lui, un pur mensonge. Seul celui de Pocahontas, au départ accepté par pur besoin social, s’épanouit en un amour véritable, certes moins idéal que ses émois avec Smith. Ce qui forme le ciment du couple aux yeux de la loi et de la religion ne s’accorde pas avec une véritable plénitude amoureuse pour les personnages de Malick. À un moment ou à un autre, l’un d’eux finit par prendre le large.

Et c’est un second élément – encore plus récurrent – qui atteste du déracinement des personnages: le départ qui clôt l’histoire. À la Merveille s’achève donc sur une séparation, avec le départ définitif de Marina. C’est aussi le cas du Nouveau Monde, où Rolfe retourne sur les terres américaines avec son fils alors que sa femme est morte. Toujours sur mer, les soldats de La Ligne rouge quittent le front et rentrent au bercail. Dans Les Moissons du ciel, la petite Linda s’échappe d’un orphelinat avec une amie et part on ne sait où le long d’un chemin de fer. La fuite criminelle du couple de La Balade sauvage prend fin à bord d’un avion, alors que les amoureux sont cernés par des policiers. Holly, en voix off, nous apprend que Kit sera condamné à mort et qu’elle s’en tirera, de son côté, avec quelques mois de prison. En ce sens, ils ont été physiquement déracinés du sol, eux qui étaient restés jusque-là dans un rapport horizontal à l’espace. Dans The Tree of Life enfin, les ultimes souvenirs de Jack sont ceux où il déménage et quitte son quartier.

À eux seuls, ces deux éléments résument l’attachement de Malick à un espace chéri par les personnages. L’épanouissement se fait chez soi, proche des siens. Quitter sa terre, se faire renier par ses pairs, c’est déjà un peu mourir, ou du moins ne plus pouvoir grandir et s’élever. Souvent, Malick accompagne ces adieux déchirants d’une musique funèbre, comme pour pleurer l’échec d’une mixité sociale rêvée. Si l’Amérique est une terre de promesses dans ses six films, c’est précisément parce qu’elle comporte la promesse d’une plénitude, d’un enracinement et d’un épanouissement. Ce n’est pas toujours le même continent qui est douloureux à quitter selon les personnages, mais Malick démontre que chacun trouve une terre promise au pied de l’arbre qui l’a vu grandir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   06 juillet 2020
Terrence Malick et l'Amérique de Alexandre Mathis
Rien n’est jamais refermé sur lui-même chez Terrence Malick. Sans extrapoler outre mesure, on se rend compte que cela tient à toute une culture dont il a hérité. Profondément américain, il façonne les mythes et les remet au goût du jour : la conquête du territoire, le questionnement de la violence, les valeurs religieuses, les traumatismes des tueries des Amérindiens et de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi toute une culture artistique, des luministes aux grands cinéastes classiques. La fin du monde se télescope avec l’image religieuse des Enfers, l’amour éphémère avec le jardin d’Éden.

Mais comme l’Amérique, qui puise ses racines dans la vieille Europe, le cinéma de Malick ne cesse de faire l’aller-retour entre ces deux continents : les philosophies allemandes et anglaises, le territoire français, ses souvenirs parisiens, la grande musique symphonique, de Wagner à Górecki. Et puis, devant le statut à part que lui confèrent les Américains (pas vraiment une figure du Nouvel Hollywood, cinéaste très marqué par le classicisme, manque de succès populaire), des critiques le disent européen, donnant à ce terme un sens cérébral.

Seulement, c’est toute une branche du cinéma états-unien qui utilise Malick comme figure de proue. Benh Zetlin (Les Bêtes du sud sauvage), David Gordon Green (L’Autre Rive, George Washington), John Hillcoat (La Route, Des hommes sans loi), Andrew Dominik (L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford) ou Jeff Nichols (Take Shelter, Mud) revendiquent plus ou moins directement cette filiation. Dans les bonus de The Tree of Life, David Fincher et Chistopher Nolan attestent également de leur admiration pour le réalisateur. Entre le pan hollywoodien et le cinéma new-yorkais, une troisième voie s’est fondée, au Texas, sous l’impulsion de Richard Linklater et du festival South By Southwest basé à Austin. Là-bas s’y développe le cinéma indépendant américain le plus vivace, le plus créatif. Là encore, tel un mystérieux parrain, Malick est dans toutes les têtes, mais il n’apparaît pas de manière officielle. Reste qu’il déambule souvent là-bas, qu’il tourne même avec Rooney Mara et Val Kilmer. La voilà sa réussite, être au centre des attentions tout en restant à l’écart. Quitte à rester caché à Cannes et à ne récupérer sa Palme d’or que le lendemain. Il est un moine réalisateur : grand penseur à la parole de sage, mais en dehors du siècle, au risque d’alimenter les fantasmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   06 juillet 2020
Terrence Malick et l'Amérique de Alexandre Mathis
Imaginer le cadre de vie de Terrence Malick relève de l’exploit. Réalisateur le plus secret depuis Stanley Kubrick, le Texan n’a cessé de fuir les projecteurs durant ses quarante ans de carrière. Dès lors, difficile d’espérer aller puiser dans sa vie médiatique pour le comprendre. Sa plus belle évocation intime reste ses films. Parce qu’il dédie À la Merveille à sa femme, qu’il laisse y entrevoir un aspect de sa vie passée à Paris, parce qu’il se livre sur son enfance dans The Tree of Life, qu’il utilise ses souvenirs de saisonnier dans les champs pour réaliser Les Moissons du ciel, mais surtout parce qu’il raconte sa terre, son pays et les croyances qui le traversent.

Travailler sur l’Amérique, c’est forcément revenir au culte de la terre promise, d’un monde nouveau aux mille espoirs : cette terre où les colons européens ont débarqué, chassé les Amérindiens, conquis les Appalaches et fondé leur morale sur les bases du protestantisme et de la propriété privée. À partir de ce rapport au territoire, à la glaise, au sol que foule l’homme, Malick élabore un jeu sur les espaces (géographiques, visuels, sonores) à la fois unique et très référencé. Le sacré, dans sa définition la plus large, fait lui aussi partie intégrante à la fois de la mentalité américaine et du cinéma de Malick.

La critique a parfois eu du mal à appréhender ce personnage. Elle lui a toujours accordé une sorte de respect froid et la reconnaissance de son talent, sans pour autant le porter aux nues. Un temps perçu comme une figure du Nouvel Hollywood, il est devenu une sorte d’icône en disparaissant de la circulation. Mais si des magazines comme Positif ont toujours suivi de près sa carrière, le cas Malick a l’air d’embarrasser tant il ne rentre pas dans les cases. Avec sa Palme d’or en 2011 pour The Tree of Life, le succès semblait à nouveau au rendez-vous, avant l’étrange retour de bâton qu’a suscité son film suivant, À la Merveille. Son cinéma est complexe, à la fois immédiatement reconnaissable et difficile à résumer. Il y a une « forme Malick », un type de cadre, un ton, un lyrisme qui lui est propre. Mais, comme chez ses compatriotes Mark Twain ou Georges Stevens, Terrence Malick plonge ses histoires au cœur de thématiques américaines classiques. Chacune de ses six réalisations en atteste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   18 septembre 2018
Un monde parfait selon Ghibli de Alexandre Mathis
Si Ghibli n’est effectivement que le nom d’un avion, lui-même inspiré d’un terme désignant un vent du Sahara, c’est un nom important qui fait partie de l’identité du studio depuis sa création en 1985, par Hayao Miyazaki, Toshio Suzuki et Isao Takahata. En 2005, quand Ghibli prend son indépendance vis-à-vis de la maison mère Tokuma Shoten, qui avait financé le projet à ses débuts, se pose la question de la pérennité du nom. Comme l’explique le producteur et cofondateur Toshio Suzuki, lui et ses collègues se sont notamment interrogés sur l’opportunité de leur racheter le terme Ghibli. « Miyazaki m’a suggéré de leur laisser le nom Ghibli, raconte-t-il. J’étais de son avis. Ni lui ni moi ne sommes voués corps et âme à une entreprise. » Le duo propose alors à leurs équipes de changer de nom et de remplacer Ghibli par Sirocco, l’autre appellation du vent du Sahara. Suzuki rapporte qu’une jeune employée lui a dit : « Non, pas ça ! Quand on répond au téléphone, « Ghibli à l’appareil », ça sonne bien, mais « Sirocco à l’appareil », ça ne va pas. « Finalement, nous avons choisi de garder le nom Ghibli, ce sont les gens sur le terrain qui sont le plus attachés au nom », conclut Suzuki. En 2005, que ce soit au nom de l’entreprise ou auprès du public, le nom Ghibli est effectivement devenu une référence en matière de dessins animés. Il évoque à lui seul mille images et existe par lui-même. Abandonner le terme Ghibli, ce serait comme si Disney changeait demain de nom. Une institution s’effondrerait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   18 septembre 2018
Un monde parfait selon Ghibli de Alexandre Mathis
Ghibli, c’est donc un trio de confondateurs – les réalisateurs Hayao Miyazaki et Isao Takahata, et le producteur Toshio Suzuki – entourés d’une armée de collaborateurs, parmi lesquels on retrouve des dessinateurs, des producteurs, des avocats, des assistants, ainsi que la star nippone de la musique de film, Joe Hisaishi.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   18 septembre 2018
Un monde parfait selon Ghibli de Alexandre Mathis
Plus qu’une marque, Ghibli est devenu un style reconnaissable entre mille. Mis à part quelques fantaisies de Takahata, notamment dans les dessins des crayonnés de Mes voisins les Yamada et dans les couleurs pastel et blanches du Conte de la princesse Kaguya, une esthétique globale se dégage des films du studio. Les traits des personnages sont majoritairement réalistes, leurs réactions dénuées de tout effet inspiré par les mangas. Pas de larmes abondantes, pas de têtes qui deviennent énormes et rouges sous le coup de la colère. Aucune des techniques, courantes dans l’animation japonaise, ne vise à déformer les visages pour traduire les sentiments. Ce qui fait l’originalité et la cohérence des productions du studio, c’est le fourmillement visuel déployé par chaque film.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Bernadette Lafont

Qui réalise le court métrage Les Mistons, d'après l'œuvre Les Virginales de Maurice Pons, l'un de ses premiers rôles en 1958?

Jean-Pierre Mocky
Claude Chabrol
François Truffaut

8 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : adapté au cinéma , adaptation , cinema , cinéma français , Actrices , littérature , romans policiers et polarsCréer un quiz sur cet auteur