AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) à : Skiathos , le 04/03/1851
Mort(e) le : 03/01/1911
Biographie :

Alexandre Papadiamándis (grec moderne : Αλέξανδρος Παπαδιαμάντης) est un écrivain majeur du XIXe siècle en Grèce.

Son père, Adamantios Emmanuel, était un pauvre prêtre orthodoxe, et sa mère, Angélique, était née Moraïtidis.

Il poursuit ses études secondaires de manière irrégulière au Pirée, en raison de difficultés économiques, et fin janvier 1870, il est à nouveau de retour à Skiathos.

Au cours du mois de juillet 1872, il accomplit un pèlerinage au Mont Athos en compagnie de son ami Nicolas Dianelos, devenu moine sous le nom de Niphon, et il vit durant huit mois comme novice dans un monastère. Mais se considérant comme indigne de l'état de moine, il renonce à la vocation religieuse.

Il obtient son diplôme de fin d'études secondaires avec la mention « bien » en septembre 1874, et en octobre, s'inscrit à la Faculté de philosophie de l'Université d'Athènes.

Il a écrit de nombreuses nouvelles et des romans qui ont marqué profondément la littérature grecque comme en témoignent les éloges prononcés par de nombreux écrivains, entre autres Constantin Cavafis, Odysséas Elýtis, et à l'étranger, Milan Kundera.

Papadiamantis est considéré comme le fondateur des lettres modernes en Grèce. Grand lecteur des classiques, il estimait par-dessus tout Shakespeare.

Considéré dans son pays comme le grand prosateur classique des lettres grecques, il est l'auteur de quelques romans historiques et surtout de cent soixante-dix nouvelles dont la plupart ont pour cadre Skiathos, son île natale. Solitaire bohème, écrivain décalé qui refusait l'intégration sociale et les modes littéraires, il a créé sous l'apparence trompeuse d'une chronique de sa petite patrie une œuvre profondément symbolique, sensible au destin des égarés de la vie, ceux pour qui "le droit chemin était perdu" écrit-il en citant l'Enfer de Dante.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   06 mars 2017
L'ile d'Ouranitsa de Aléxandros Papadiamándis
La voûte du ciel se mirait dans ce jardin prodigieux, dont l'ardeur du soleil n'embrasait pas les profondeurs, car l'astre du jour, épuisé par sa course, allait au fond de l'abîme chercher le repos et, dans ses forges marines, aiguiser ses rayons émoussés. La lune envoyait sa clarté d'argent jusqu'aux confins de cette immense étendue, et se baignait avec volupté dans ses courants. Les Pléiades, avec une exquise et virginale pudeur, scintillaient jusque dans ses gouffres inexplorés, qu'elles traversaient comme des sondes lancées our en mesurer la profondeur, pour en toucher le fond.

On entendait mille bruits résonner dans les grottes et les rochers qui entouraient cette surface immaculée - des gémissement de plaisir amoureux aussi bien que des fracas guerriers amplifiés par l'écho. Des sensations suaves, des parfums légers s'exhalaient de toutes parts et embaumaient les brises. Les embruns, le feu du soleil, colorant et durcissant les chairs, hâlaient les visages et leur donnaient un air viril.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Sachenka   02 mai 2018
Gardien au Lazaret ; Les rivages couleur de rose de Aléxandros Papadiamándis
- Rendez service à vos concitoyens, ça vous retombera toujours sur le nez.
Commenter  J’apprécie          250
Bookycooky   03 octobre 2019
Rêverie du quinze-août de Aléxandros Papadiamándis
-Pauvres de nous, tout ce que nous sommes capable de faire...c’est de nous attabler pour boire, et nous avons la prétention de résoudre les problèmes les plus graves.

-Aprés tout, la boisson donne des idées, dit Pandelakis.

-Ca dépend de ce qu’on a dans la cervelle, dit Grigorakis.

(Le moine II)
Commenter  J’apprécie          222
Sachenka   02 mars 2017
Rêverie du quinze-août de Aléxandros Papadiamándis
Le monastère est la redoute du moine : à lui ensuite d'avoir la volonté de la défendre.
Commenter  J’apprécie          220
Sachenka   16 mars 2017
Les petites filles et la mort de Aléxandros Papadiamándis
- Tu ne sais pas combien de fois les femmes donnent l'exemple! Dans pas mal de circonstance elle font preuve de beaucoup de courage.
Commenter  J’apprécie          140
Sachenka   01 mars 2017
Rêverie du quinze-août de Aléxandros Papadiamándis
Est-ce que vous en rencontrez beaucoup, à notre époque, des gens mariés qui soient contents de leur sort?
Commenter  J’apprécie          140
Sachenka   15 mars 2017
Les petites filles et la mort de Aléxandros Papadiamándis
Jeune fille, elle avait été la domestique de ses parents. Une fois mariée, elle était devenue l'esclave de son mari - et pourtant, par l'effet de son propre caractère et de la faiblesse de l'autre, elle était en même temps sa tutrice. Quand ses enfants étaient nés, elle s'était faite leur servante ; et maintenant qu'ils avaient à leur tour des enfants, voici qu'elle se retrouvait asservie à ses petits-enfants.
Commenter  J’apprécie          100
Alice_   21 juillet 2018
Les petites filles et la mort de Aléxandros Papadiamándis
La somme que Khadoula avait volée en plusieurs fois à ses parents, et qui s'élevait à environ quatre cents piastres, la monnaie de l'époque, elle la tint soigneusement cachée pendant de longues années. Et pour parvenir à construire sa maison elle l'augmenta grâce à son industrie. Elle était travailleuse et pleine de savoir-faire. Autant que le lui permettaient les soucis qu'elle avait pour élever tant d'enfants qui se succédaient sans arrêt, elle travaillait chez les autres. Mais dans les villages il n'est pas de spécialistes, chacun exerce plusieurs métiers. Et de même qu'un épicier de campagne est simultanément mercier, pharmacien et même usurier, rien n'empêchait une ouvrière habile dans le tissage, comme était Francoyannou, d'être en même temps sage-femme et rebouteuse et d'exercer encore d'autres métiers - il suffisait qu'elle fût habile. Et Francoyannou était habile entre toutes les femmes.
Commenter  J’apprécie          70
Sachenka   01 mai 2018
Gardien au Lazaret ; Les rivages couleur de rose de Aléxandros Papadiamándis
Le choléra peut tout contaminer, seul l'argent reste indemne.
Commenter  J’apprécie          60
giati   07 juillet 2019
L'ile d'Ouranitsa de Aléxandros Papadiamándis
Je me rappellerai longtemps encore ce corps tendre, délicat de jeune fille pure que j'ai senti un jour sur moi, pendant un court moment de ma vaine existence. Ce fut un songe, une illusion, un enchantement. Comment comparer aux étreintes égoïstes, aux fausses amitiés, aux bestiales amours de ce monde, cet exquis, ce sublime frôlement ? Je n'avais pas saisi un fardeau ; j'avais trouvé le soulagement, le repos. Jamais je ne me suis senti aussi léger qu'aussi longtemps que j'ai port le poids de son corps...J'étais l'homme qui avait, l'espace d'un instant, réussi à tenir un rêve entre ses mains, son propre rêve...
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Aléxandros Papadiamándis (62)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur