AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) : 1947
Biographie :

Alfons Cervera est un romancier espagnol né à Gestalgar, une petite ville montagneuse dans la région de Valence. Il est journaliste, universitaire responsable du « Fórum de debates ». Il a notamment écrit Maquis, un cycle consacré à la mémoire des vaincus.

Source : http://www.uv.es/cerverab/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dans le cadre des Bruits d'Espagne 2019, rencontre avec l'écrivain espagnol (valencien) Alfons Cervera qui revient sur l'état de la démocratie aujourd'hui en Espagne. Animation et traduction Domenge Blanc

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Herve-Lionel   15 septembre 2014
Tant de larmes ont coulé depuis de Alfons Cervera
Les livres qui ne se terminent jamais, qui commencent quand vous les refermez et que vous restez à regarder on ne sait où, comme le boxeur de la photographie, qui regarde comme si l'adversaire le guettait au-delà du ring et non dans le coin opposé, un point presque invisible dans la foule qui emplit les gradins du stade, ce mot juste, juste ce mot et aucun autre, jamais, qui recèle les clés pour mieux comprendre, mais jamais complètement, la détresse.
Commenter  J’apprécie          100
Herve-Lionel   17 septembre 2014
Tant de larmes ont coulé depuis de Alfons Cervera
Moi je suis resté vivre à Orange. Je ne sais pas pourquoi. Parfois je pense que ce sont les lieux qui choisissent les gens et pas l'inverse. S'il nous arrive de rentrer, c'est par un acte de volonté qui m'est étranger. Quelqu'un qui nous attend. Une lettre qui évoque la mort. Cette répugnante nostalgie qui transforme toutes choses en un inutile ravaudage du passé.
Commenter  J’apprécie          40
Herve-Lionel   01 avril 2014
Maquis de Alfons Cervera
Je ne recherche pas la revanche mais la mémoire des faits qui n'ont jusqu'alors été racontés que dans une version unique et intéressée des vainqueurs de la guerre 
Commenter  J’apprécie          40
Bazart   15 octobre 2011
Ces vies-là de Alfons Cervera
Elle aurait voulu que nous n’assistions pas à son inquiétante apathie,

au présage sans remède d’un final de dévastation. Qui s’accompagne, et

elle n’échappait pas à la règle, d’une ineffable vocation pour la cruauté. Le

terrain des détails domestiques constitue le champ de bataille où s’affrontaient

ses forces à elle et celles des autres. À elle.

Elle, c’est ma mère, elle était en train de mourir depuis qu’un an auparavant

elle avait fait une chute dans les escaliers et commencé à mourir de

peur. Juste de peur. La tumeur allait venir plus tard, comme viendraient

plus tard les papiers qui parlaient de la condamnation de mon père à une

peine de prison, dont je n’ aurais jamais soupçonné l’existence. »
Commenter  J’apprécie          20
Herve-Lionel   01 avril 2014
Maquis de Alfons Cervera
Nous ne sommes que ce que nous laissons, Sebas. Mets toi bien ça dans la crâne, juste ce que nous laissons. Une fois morts, il n'y a plus moyen de rectifier ce que nous avons été ou pas été, ni dans un sens ni dans l'autre, rien à faire, que dalle, point final
Commenter  J’apprécie          30
marcossor   12 mars 2014
La couleur du crépuscule de Alfons Cervera
Peut-être ai-je atteint l'âge où la seule chose que l'on ressent, c'est la peur. C'est sans doute ça. Et arrivée à ce stade du voyage, j'ai besoin d'écrire ces histoires pour la conjurer, cette peur

écrit la femme. Puis elle referme son cahier, jette un regard sur la lumière douce qu'émet la petite lampe, esquisse un sourire léger et descend mettre le couvert pour le dîner
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   24 septembre 2018
Un autre monde de Alfons Cervera
La photographie a jauni. Si ça se trouve, tu ne te la rappelles même pas. Tu me l’as dit à un moment : parfois certaines choses se passent comme si elles se produisaient hors du temps. Je ne sais pas de quand elle date. Tu es debout, bien campé sur tes jambes, une main reposant sur le dossier d’une chaise. C’est un portrait de studio. Tiré à l’occasion d’une permission militaire, selon toute vraisemblance. La bande de copains, l’uniforme repassé avec soin, le cuir de la buffleterie aussi brillant que le métal des boucles. Les pantalons ajustés, bien resserrés à l’intérieur des bottes. Caporal. Tu m’aurais dit général, pour moi, c’était pareil. Où a été pris ce cliché. Parfois tu parlais de Séville. J’ignore si c’était de là que tu envoyais à ma mère des mots d’amour griffonnés au dos des photos. Tu étais un flamboyant caporal de l’armée. Par la suite, j’ai appris qu’il y avait deux armées. Et que la tienne avait été vaincue. « La victoire est une illusion de philosophes et d’imbéciles », écrivait William Faulkner dans Le Bruit et la Fureur. Mais trop souvent la victoire n’est pas cette illusion qui convertirait toutes choses en une réalité fausse. Ni un recours facile de l’imagination littéraire. Ceux qui ont gagné la guerre n’ont pas bâti le temps de leur victoire sur l’illusion magique d’une métaphore. Je ne sais pas si toi tu le savais quand tu me montrais cette photo en me racontant que tu avais été caporal dans ta jeunesse. La guerre n’existait pas. C’était peut-être ce que tu voulais dire en parlant de certaines choses qui se passent hors du temps. Qu’elles n’existent pas, c’est ce que tu voulais dire, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Herve-Lionel   01 avril 2014
Maquis de Alfons Cervera
Il lui a parlé de la mémoire, de ce que nous sommes et ne sommes pas si nous renonçons à laisser le meilleur de nous-mêmes à ceux qui viendront après nous 
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   24 septembre 2018
Un autre monde de Alfons Cervera
Les peupliers, regarde. Moi, je les regarde, bien sûr, ondoyer au-dessus de la clôture du terrain de football, perdre leurs feuilles, et puis il y a ce chien tout blanc ou presque qui fouille dans le conteneur à ordures. Odeur de nourriture âcre dans les sacs-poubelle, noirs, d’alcool bon marché, de traces de goudron sur le sentier qui mène au vieux pont. Les machines ont été là jusqu’il n’y a guère. Elles déversaient le bitume, les ouvriers égalisaient la surface visqueuse avec les ratissoires et une autre machine à rouleau compresseur laissait le chemin sans aucun nid-de-poule, pas un trou. Tu ne regardes pas les peupliers mais tu dis qu’à présent les voitures vont trop vite sur l’asphalte, et que le chien qui renifle les sacs-poubelle, un instant d’inattention et on le retrouvera mort. Tu ne parles jamais de la mort. Et maintenant tu le fais pour annoncer celle d’un chien qui bouffe les rats et tout ce qu’il peut trouver dans une benne à ordures. Tu marches sans prêter attention à ce que je te dis. Tu es quand même bizarre ce samedi matin. Les autres jours, pourtant, tu parles. Pas de la mort mais d’autres choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   24 septembre 2018
Un autre monde de Alfons Cervera
Il est là. Plongé dans ses cahiers et ses magazines de cinéma. De l’autre côté de la frontière. Avec les bruits qui lui enflent la tête. De la même façon que toi tu sentais tourner la tienne les nuits de vertige. Le temps de mon frère s’est arrêté à ces petits matins de profond sommeil et de taches sombres sur les griffonnages de la mémoire. Je ne sais pas si tu le vois. Peut-être que lui te voit au plus profond de son voyage au centre de la terre. J’ai parfois songé à lui dire ce que je sais de tout ce que tu ne nous as jamais raconté. Mais je ne l’ai jamais fait. Il vaut mieux que sa tête reste à l’intérieur du cercle magique des cartes jouées contre personne. Sa tête et les nôtres, tu comprends, la tienne et la mienne. Les vertiges et la certitude qu’un jour tu as voulu parler mais que tu as décidé finalement de te taire à jamais. Je ris en songeant à ce vers terminal d’Álvaro de Campos : « J’ai besoin de vérité et d’aspirine. »
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La IIe Guerre Mondiale en 20 questions de plus !

Quelle bataille mit fin à la progression de l'AfrikaKorps de Rommel ?

El Galzaoui
El Gazala
Bir Hakeim
El Alamein

20 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre mondialeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..