AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.12 /5 (sur 204 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 29/04/1978
Biographie :

Journaliste, militante et conseillère de Paris, Alice Coffin est une figure centrale des luttes néoféministes et LGBT françaises et internationales. Elle a cofondé l’Association des journalistes LGBT, la Conférence européenne lesbienne, la LIG (Lesbiennes d’intérêt général), et est activiste au sein du groupe d’action féministe La Barbe. Elle est l’autrice du remarqué "Le Génie lesbien" (Grasset, 2020), un essai engagé qui interroge les mécanismes à l’œuvre dans sa vision des sociétés qu'elle qualifie d'hétéropatriarcales ainsi que sa vision des rapports de pouvoir dans les sphères culturelles et médiatiques.

Ajouter des informations
Bibliographie de Alice Coffin   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Lauren BastideIvan Jablonka Le féminisme a-t-il besoin des hommes ? A cette question en apparence simple, il n'y a pas de réponse évidente. le mouvement féministe, à travers les siècles, s'est toujours appuyé sur des cercles de parole non-mixtes pour faire émerger les vécus spécifiques de femmes. Dans les années 70, ce sont dans des groupes de femmes qu'on été pensées les revendications concernant la contraception et l'avortement. Dans ces années #Metoo que nous vivons actuellement, il a fallu que les hommes se taisent pour que résonnent les témoignages des femmes victimes de violence sexuelle, et que le monde prenne conscience de leur caractère systémique. Les artistes et penseuses féministes, de Charlotte Perkins Gillman à Alice Coffin, en passant par Monique Wittig et Valérie Solanas, ont souvent dessiné les contours utopistes de communautés sans hommes, un moyen radical, mais sûr, de libérer la société de toute domination patriarcale. Souvent, leurs proposition ont reçu en réponse les réactions, parfois violentes, de celles et ceux qui tiennent à ce qu'on précise : Pas TOUT les hommes. Indéniablement, s'il est un futur féministe désirable, il doit se construire avec nos frères, nos pères, nos fils et nos amants. Aucune féministe n'envisage sérieusement un monde sans homme, mais fait plutôt le constat de la difficulté de trouver la juste place des masculinités dans ce mouvement. Qu'est-ce que le sexisme fait aux hommes ? Les hommes doivent-ils se taire ou parler ? Comment éduquer les garçons ? Quel avenir pour l'hétérosexualité ? Pour répondre à ces questions, Lauren Bastide, journaliste et productrice de podcast, depuis six ans, ne reçoit à son micro que des femmes dans son podcast La Poudre. Elle s'entretiendra avec l'historien et écrivain Ivan Jablonka qui pense, depuis plusieurs années, la question des masculinités et la place des hommes dans le mouvement féministe.
+ Lire la suite

Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
Alice Coffin
Alfaric   14 octobre 2020
Alice Coffin
Quand on voit qui est à la tête des entreprises qui polluent, qui bousillent la planète, ce sont des hommes.
Commenter  J’apprécie          233
MdameLaProfDoc   15 octobre 2020
Le génie lesbien de Alice Coffin
L'actualité n'existe pas en soi. Elle est la somme de ce que les journalistes valident. Labellisent. « Toi t'es une info, toi t'es pas une info. » Ne pas enquêter sur la façon dont ils créent cette information, c'est passer à côté de l'actualité elle-même.
Commenter  J’apprécie          120
MegGomar   07 décembre 2020
Le génie lesbien de Alice Coffin
Lorsqu'on met sous les yeux des journalistes le défilé des unes, rubriques, pages pleines de photos et propos d'hommes, leur justification première est toujours étonnante : "Ce n'est pas notre faute, on montre la réalité." Une réalité dans laquelle la moitié de la population a disparu et l'autre est devenue complètement blanche? Non, ils ne montrent pas la réalité. "La télévision qui prétend être un instrument d'enregistrement devient instrument de création de la réalité", écrivait Pierre Bourdieu (𝘚𝘶𝘳 𝘭𝘢 𝘵é𝘭é𝘷𝘪𝘴𝘪𝘰𝘯). Les médias fabriquent une réalité masculine, blanche, hétéro et aggravent l'oppression sexiste déjà à l'oeuvre dans la société.
Commenter  J’apprécie          70
MegGomar   22 novembre 2020
Le génie lesbien de Alice Coffin
Les propos du président de l'académie des Césars, Alain Terzian, résument son aveuglement. "Le choix de Polanski comme maître de cérémonie est indiscutable", assène-t-il le 25 janvier 2017. Il réagit à la mobilisation féministe contre la célébration d'un réalisateur inculpé, en 1977, pour viol d'une fille de treize ans, et accusé de viol par plusieurs femmes, dont certaines enfants ou pré-adolescentes au moment des évènements qu'elles relatent.

In-dis-cu-ta-ble. L'oeuvre de l'Artiste s'impose, relève de l'évidence. Pour les représentants artistiques, c'est vulgaire, déplacé, de parler de sexisme, de conditions de création et de diffusion des oeuvres. Nulle réflexion féministe n'est possible au royaume de ceux qui ont pourtant renforcé, voire créé, les normes de genre.

Ceux qui, si souvent, pour justifier les hommages d'artistes criminels, nous disent, "il fait distinguer l'homme de l'artiste", ne perçoivent pas que ce sont leurs institutions elles-mêmes qui établissent et confirment, à chaque nouvelle cérémonie ou compétition culturelle, cette règle : l'homme est l'artiste, l'artiste est l'homme.

Le prix Goncourt a été attribué, dans 90% des cas à un homme, 105 fois sur 117. En vertu de la cooptation masculine et du sexisme qui sévissent dans toute la société, maisons d'édition comprises. Mais, plus insidieusement, parce que les règles de la narration sont masculines. Les femmes doivent se battre sur un terrain qui a été construit pour faire triompher des hommes. Le récit prisé est celui de l'homme, du héros masculin qui comme Ulysse fait son voyage, traverse mille épreuves, et en revient. Un récit linéaire, construit sur l'accumulation, la binarité, l'historique et le progrès. Les femmes, comme Monique Wittig (prix Médicis en 1964), qui parviennent néanmoins à triompher, en tant que femmes, lesbiennes et écrivaines proposant des formes narratives et une écriture hors du masculin, sont des exceptions. Virginie Despentes a livré une explication sur le succès de Vernon Subutex, bien plus encensé par les critiques que n'importe lequel de ses précédents romans. C'est le seul à avoir, pour héros, un homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MdameLaProfDoc   15 octobre 2020
Le génie lesbien de Alice Coffin
Ceci est le livre de combat d'une femme qui a été aimée, respectée, valorisée par des hommes depuis sa petite enfance. Je n'ai d'autres traumatismes à livrer que celui induit par le spectacle quotidien du comportement des hommes.
Commenter  J’apprécie          70
Alice Coffin
MegGomar   22 novembre 2020
Alice Coffin
Quand je suis en piste et que j'entends pleuvoir les insultes sexistes, j'oscille entre rage et fou rire.

Les rires sont provoqués par les réactions absurdes et éloquentes de ces hommes pris en flagrant délit d'entre-soi. Florilège :

Un directeur de l'Opéra de Paris appelant à la rescousse Aïda, Carmen et Lucia : "Le programme compte peut-être 19 hommes librettistes et 19 hommes metteurs en scène, mais toutes les oeuvres exaltent une femme sur cette scène."

Le président du comité national des pêches maritimes et des élevages : "Mon premier bateau, je l'ai appelé Ma puce."

Les insultes m'intéressent aussi. Ils crient "salope", ils hurlent "dégagez connasses". Les mots secouent et cognent. Mais ma barbe est un miroir magique. Celui des cours de récré qui chantonne "Tout ce que tu dis revient sur toi." Mon corps d'activiste est là pour ça. Il transforme une présence en action. Il sert de révélateur à leur violence sexiste. Leur vernis d'hommes policés se craquelle. L'activisme rend visible les tréfonds des structures de domination que ces hommes prennent, d'habitude, tant de soin à dissimuler.

Les actions de La Barbe font surgir la grande comédie de la masculinité. Elle se joue, chaque heure, à huis clos, sans nous. Nous sommes ses éclairagistes. D'abord parce que nous comptons. Nous établissons, par le nombre, qu'ils ne sont qu'entre hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
enzo92320   06 décembre 2020
Le génie lesbien de Alice Coffin
Nous nous travestissons avec nos barbes mais ce sont leurs masques qui tombent. Le pouvoir tient à quelques poils. Le pouvoir de la politique, le pouvoir du cinéma, le pouvoir du sport, le pouvoir des entreprises, le pouvoir déployé dans tous ces lieux n'est qu'un artefact de la masculinité. Les rites, les accessoires, les codes, les chorégraphies de leurs réunions entre hommes sont là pour en dissimuler l'artifice.

Quand on met nos barbes, le roi est nu. Le pouvoir est à poil. La supercherie est débusquée. Tout cela ne repose sur rien.

Eric Zemmour, représentant le plus médiatique des masculinistes blancs en France, ne dit pas autre chose. Invité le 26 mars 2013 sur le plateau de BFM TV, il énonce cette thèse :

« Dans les milieux où il y a vraiment le pouvoir, il n'y a pas de femmes. Dans la finance, c'est infinitésimal, c'est marginal. (...) Il y a un lien entre le pouvoir et la virilité, les hommes ont inventé le pouvoir. (...) Le pouvoir doit rester entre les mains des hommes sinon il se dilapide. (...) Les femmes n'expriment pas le pouvoir, elles ne l'incarnent pas, c'est comme ça, le pouvoir s'évapore dès qu'elles arrivent. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Alice Coffin
elodiedupuis   21 octobre 2020
Alice Coffin
- Les hommes tuent les femmes. Sans relâche. Ils les violent. Sans cesse. Ils les agressent, les harcèlent, les enferment, les exploitent. (p.195)



- Les hommes mènent une guerre permanente contre les femmes et tentent de la dissimuler. (p.202)



-Lors d’une opération barbage menée place de la Nation en 2012, sur les majestueuses statues, seins et fesses nus de Dalou, des militaires venus, eux aussi, célébrer le 14 juillet, nous ont interpellées. « Vous n’avez pas honte de faire les marioles à côté d’hommes qui risquent leur vie pour la France !! » (p.204)



-Pourquoi les ministères de la Défense et de l’Intérieur ne prévoient-ils pas de financements pour s’occuper des hommes violents ? Les hommes, leur masculinité, sont une menace immense pour la sécurité du pays. (p.207)



- Tant d’actrices me mettaient, malgré elles, en situation de perpétuelle humiliation. Je ne savais pas, ne pouvais pas, me mouvoir comme elles. Restait la possibilité de s’identifier aux gestuelles des hommes. Ce qui ne m’a pas facilité la vie non plus. J’en veux terriblement au cinéma. (p.217)



-L’emprise masculine a une emprise terrible. Je me surprends à trouver un chant de supporters homophobes entraînant. Je recopiais en extase des passages entiers des Valseuses. Cela me faisait rire. C’est drôle et rythmé, d’ailleurs. Ultramisogyne, d’ailleurs. J’aime encore me vautrer dans ces films français de bandes de mecs imbéciles. Je m’y sens bien, à la maison. Normal : l’homophobie, la misogynie, le racisme, on me les a perfusés pendant des années. Mon cerveau est de la farce à représentations masculines écrasantes. (p.218)



- J’ai passé ma vie à aimer des films qui, parfois, me détestaient - je m’identifiais à Superman, par exemple. (p.218)



- Ils [les hommes] ont créé l’art, le récit, pour raconter, se raconter l’un à l’autre, des histoires de viols. (p.219)



- Ces hommes accusés sont incapables d’endosser et de verbaliser leur culpabilité. Ils nient. Ou se taisent. Les militantes féministes insistent pour dire aux victimes « nous vous croyons ». (p.221)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MegGomar   22 novembre 2020
Le génie lesbien de Alice Coffin
Il est absurde de devoir s'excuser d'être militante, de devoir faire oublier, pour être acceptée dans son entreprise, qu'on est une personne engagée contre certaines injustices. Cela mériterait d'être célébré et valorisé. Mais la hiérarchie était impitoyable. Bête, souvent, à force d'être apeurée. Une phrase revenait, "Ton militantisme privé ne doit pas envahir ta sphère professionnelle." Je ne comprenais spas ce que signifiait l'expression "militantisme privé", ni quelles étaient les limites de la "sphère professionnelle" d'une profession censée embrasser le monde.

Ces remarques et obstructions sont employées contre des journalistes issues d'autres minorités. Sihame Assbague, journaliste et militante antiraciste, fait ce constat dans un de ses précieux décryptages médiatiques sur Twitter :

"La neutralité journalistique n'existe absolument pas mais est utilisée comme arme pour marginaliser les journalistes minorisés. Genre, on va douter d'un journaliste arabe parce qui écrit sur la colonisation mais pas un journaliste blanc qui écrit sur le même sujet. Si un journaliste arabe ne peut pas être considéré "objectif" quand il écrit sur la colonisation, en raison se ses liens supposés avec cette Histoire, un journaliste blanc ne devrait pas l'être non plus. Pour les mêmes raisons. Sauf que cela ne marche généralement que dans un sens."

Invoquer la neutralité dans une rédaction, c'est d'abord affirmer que certains peuvent écrire sur tout quand d'autres ont des biais. C'est établir un privilège. En territoire journalistique, il est particulièrement puissant. C'est le pouvoir de raconter toutes les histoires. D'être celui qui peut tout voir, tout lire, tout dire, qui n'est jamais biaisé puisqu'il n'existe pas, puisqu'il est neutre, évanescent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alice Coffin
lavoisine   24 octobre 2020
Alice Coffin
Selon un mécanisme déjà rodé par l'Église catholique, le cinéma a fait des femmes des objets à massacrer, tout en les plaçant au sommet de ses clocher. Sois belle et tais-toi, sois belle, je te viole, sois belle, tu vas crever, c'est ça le cinéma. "We get it. We get it. We get it." "On a compris. Vous pouvez arrêter de tourner des histoires de viol, on a pigé !" répète lors d'une conférence Jill Soloway, showrunner de la série Transparent. On n'en peut plus "des hommes qui regardent des hommes faire des choses que les hommes aiment regarder". Cette soif d'images de femmes attaquées, je l'ai retrouvée dans les reproches adressés à Yann Moix à Sandrine Rousseau, combattante de la victorieuse bataille contre Baupin et Pierrat. Yann Moix écrit, filme, produit des récits. Sur le plateau d'"On est pas couchés", il assène à Sandrine Rousseau au sujet de son livre racontant les oppressions de Baupin : "Ce qui m'a manqué (...) c'est en fait de lire l'agression. Je voulais voir l'agression (...) Avec tout le respect que je vous dois, je n'ai pas senti la violence. (...) Cette table et le lecteur que je suis a tout vu sauf l'agression. C'était le pendant qui m'intéressait (...) la description clinique, exacte de l'acte."

Ils ont créé l'art, le récit, pour raconter, se raconter l'un à l'autre, des histoires de viol.

[...]

Ces mecs sont cinglés. Ils s'autobranlent sur d'autres branlaisons de mecs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le vocabulaire du manga

Qu’est-ce qu’un Mangaka ?

Un auteur de manga
Un manga pour enfants
Une imitation de manga

8 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : mangaCréer un quiz sur cet auteur