AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.18/5 (sur 565 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Vigo , 1988
Biographie :

Alicia Jaraba Abellán est une auteure de bandes dessinées.

Elle a étudié les langues et la littérature espagnole et française à l'Université de Saint-Jacques de Compostelle pendant 7 ans, sans jamais s'éloigner du dessin, sa passion depuis toute petite.

Après l'université, elle s'est tournée vers une école d'arts graphiques à Madrid (ESDIP), où elle a étudié le neuvième art pendant un an, pour ensuite devenir autrice BD.

Entre 2017 et 2019, elle dessine la série jeunesse "Les détectives du surnaturel" (Jungle éd.) et les deux tomes de "L'Onde Dolto" (Delcourt). En 2020, elle se lance dans l'écriture de son premier roman graphique : "Celle qui parle" chez Grand Angle.

Elle a obtenu plusieurs titres dans des concours de bandes dessinées espagnols.

son site : https://esatiabizarra.wordpress.com/
+ Voir plus
Source : www.angle.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Alicia Jaraba Abellán   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Alicia JARABA présente Loin


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
J'aimerais tellement être toujours à côté de toi pour te protéger. Mais quand je ne serai plus là, je le serai quand même. Pour que tu n'oublies jamais qui tu es. Et quand tu te sentiras perdue... je serai avec toi. Je serai l'eau. Je serai la pluie, je serai la mer, le ruisseau, les nuages, les larmes... 
Commenter  J’apprécie          352
Ton corps est en train de changer
Ton sang descendra bientôt
Tu auras ta cérémonie
et la vie continuera...
Tu deviendras une femme, une femme importante.
La vie sera parfois difficile...
Commenter  J’apprécie          290
Ici, où je peux enfin parler ma langue maternelle ; ici tout à coup, les paroles ne sont plus nécessaires.
Commenter  J’apprécie          260
Tu connais les langues,
Voilà pourquoi tu es unique...
et nécessaire.
Qu'est-ce que je peux faire, moi ?
C'est le capitaine qui commande.
Tu ne comprends pas ?
Il n'y a que toi qui les amène à se comprendre
lorsqu'ils pourraient se battre,
rappelle-toi de l'embuscade des totonacas...!
Commenter  J’apprécie          230
- Et cet homme traduit les mots du dieu au Maya ?
- Pourquoi un dieu aurait-il besoin d'un traducteur ?
Commenter  J’apprécie          190
Malinalli, il est vrai que les temps sont durs…
Mais les choses ne vont pas si mal quand on peut toujours dormir sur des couvertures en continu.

Ce n’est pas tout à fait vrai…
On peut dormir sur des couvertures en coton, alors que des choses horribles se passent.
Commenter  J’apprécie          101
J'espérais que le chef Blanc voudrait avoir toutes les concubines pour lui. Mais bizarrement, il semble qu'il en offre une à chacun des autres caciques (*). Et il n'en garde aucune pour lui.
Définitivement mon cacique est humain. Même un peu... animal. Beurk... Je me demande quelle pourriture ils ont sur le corps pour puer comme ça...
(p. 77-78)

* Cacique est un mot emprunté au taïno qui désigne le chef d'une tribu en Amérique centrale.
Ici, des officiers Espagnols qui ont reçu en offrande d'un chef Indien en guise de bienvenue de jeunes esclaves Maya.
Des Espagnols, des hommes blancs venus de la mer que les Indiens avaient pris pour des dieux et dont l'hygiène était fort douteuse...
(année 1519)
Commenter  J’apprécie          90
L'angoisse de ne pas comprendre ces mots me terrifia plus que tout. Mais le fait que mon père, lui, les ait compris... ...ne servit pas à grand chose. [...] J'appris plus tard que cette langue était le náhuatl. Une langue que tout le monde parle dans l'empire des mexicas. Une langue pour attaquer, pour défendre, pour vendre et acheter, pour négocier, pour conquérir. Une langue à apprendre.
Commenter  J’apprécie          90
TU AS RAISON SUR UNE CHOSE, LE CAPITAINE EST CELUT QUI COMMANDE...
MAIS TOI, TU ES CELLE QUI PARLE
Commenter  J’apprécie          90
"J'aimerais tellement être toujours à côté de toi pour te protéger. Mais quand je ne serai plus là, je le serai quand même. Pour que tu n'oublies jamais qui tu es. Et quand tu te sentiras seule, je serai avec toi. Je serai l'eau. Je serai la pluie, je serai la mer, le ruisseau, les nuages, les larmes... Continue à faire des offrandes à Tlàloc. Rends hommage à tes ancêtres, et ne nous oublie pas. Nous resterons avec toi."
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alicia Jaraba Abellán (808)Voir plus

Quiz Voir plus

La Route de C.McCarthy (SPOIL)

Comment est le monde dans le roman ?

Il y a des petits feux partout
Il est inondé
Il est recouvert de cendres
Tous les sols sont craquelés

6 questions
725 lecteurs ont répondu
Thème : La Route de Cormac McCarthyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}