AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.63 /5 (sur 123 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Buffalo , le 30/01/1931
Mort(e) à : Corona, Californie , le 07/07/2011
Biographie :

Allan Wesley Eckert est un historien, un naturaliste et un auteur américain.

Né dans l'état de New York, il est élevé dans l'Illinois, dans la région de Chicago, mais vit longtemps à Bellefontaine, dans l'Ohio, où il va à l'université.

Jeune homme, il visite les États-Unis en auto-stop, se nourrissant de ce que lui fournit la terre et étudiant la vie sauvage. Il commence à écrire sur la nature et l'histoire américaine à l'âge de treize ans puis devient l'auteur de nombreux livres populaires pour adultes et enfants. Sept de ses livres furent nommés pour le prix Pulitzer.

En plus de ses romans, Allan W. Eckert écrit également plusieurs scénarios pour la télévision et plus de 225 épisodes de la série télévisée "Mutual of Omaha's Wild Kingdom" (1963-1988) pour lesquels il reçoit un Emmy Award.

En 1999, la Ohioana Library Association lui attribue, en même temps que Toni Morrison, le titre de Favorite Ohio Writer of All Time, auteur favori de l'Ohio de tous les temps.

Il est auteur de "La Colline du Faucon" (Incident at Hawk's Hill, 1971), réédité sous le titre "La rencontre".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Allan W. Eckert   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mutual of Omaha's Wild Kingdom (1963-1988)


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Andrew   27 octobre 2010
La rencontre de Allan W. Eckert
Alors, elle commença à ronger sa propre chair, l'arrachant à petits coups de dents, ses efforts ponctués de grognements et de gémissements. Cela lui prit du temps, et le soleil était à son zénith lorsque le dernier tendon blanc céda enfin. Elle était libre.



Ignorant la douleur qui continuait à irradier de sa patte, elle se hâta vers le terrier et s'engouffra dans le tunnel en glapissant pour s'annoncer. Mais ses petis ne répondaient pas. Ils étaient étendus sur le sol de la tanière lorsqu'elle y entra. Le premier qu'elle flaira était froid et déjà rigide. Le deuxième, un petit mâle, était souple, encore chaud, et réagit un peu quand elle le poussa du bout du museau. Le troisième était mort.



Elle reporta toute son attention sur le petit mâle et le pourlécha en jacassant à mi-voix. Puis elle s'alongea sur le flanc, lui présentant ses mamelles enflées et douloureuses, mais il était si faible qu'il n'arrivait pas à soulever sa tête plus d'une ou deux secondes à la fois. Gémissant encore, elle s'arrangea pour lui presser un téton sur le museau. Il fit une ou deux tentatives pour téter, mais il n'arrivait pas à serrer le téton assez fort, n'avait même pas la force de téter? A la nuit tombée, lui aussi était mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Espanet   30 octobre 2015
La rencontre de Allan W. Eckert
Ce livre de mon point de vue n'est pas très imaginatif et emportant.

Je trouve que le début prend énormément de temps à commencé. Au début on voit les personnages qui je trouve son très mal présenté et donc nous prenons du temps à comprendre qui est qui.Et ce qui est dommage dans cette histoire c'est que l'histoire débute à peu près à la 140 èm pages et la fin de " l'histoire" est à la 200 èm pages.

Et cela gâche l'histoire.

Mais la fin par contre est décevante parce que déjà la scène de combat n'est pas bien écris et je n'arrivais pas à comprendre se qu'il se passais.

Surtout que en plus la fin se termine sur un coup de tête ou un quelques-un meurt et en faite non et puis on dit qu'elle ne pourras pas supporter toutes cette souffrance et donc ont dis qu'elle vas peut-être mourrir et que le père va aider le garçon a l'enterrer et c'est comme sa que sa se termine.

Donc ont ne sais même pas si elle est morte ou pas.

Même si cela était une bonne idée ce livre à été mal écris.

DOMMAGE !!!?????!!!!?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Les26miserables   08 avril 2016
La rencontre de Allan W. Eckert
Les secondes s’écoulaient; bientôt une minute,puis deux, puis trois...Ils continuaient à se regarder, les yeux dans les yeux, immobiles.

Vincent B.
Commenter  J’apprécie          60
fann   26 août 2018
La rencontre de Allan W. Eckert
Ben n'était pas, comme semblait le penser son père, une espèce de demeuré, un handicapé mental. Il était, à sa manière, tout à fait intelligent. Il était capable de réfléchir et d'analyser tout ce qui l'entourait d'une façon remarquable pour son âge. Simplement, il gardait pour lui ce qu'il avait appris. Il n'aimait pas parler aux gens. Il avait en quelque sorte toujours l'impression qu'on exigeait de lui plus de choses qu'il n'était prêt à en donner, ou encore que les autres n'avaient pas vraiment envie d'entendre ce qu'il avait à dire.
Commenter  J’apprécie          20
HenryWar   27 août 2021
La rencontre de Allan W. Eckert
La fatigue commençait à marquer les visages. Les yeux rougis par le manque de sommeil, cillaient douloureusement. Les joues bleues de barbe, les hommes se frottaient le menton en échangeant des regards sceptiques. Et pourtant, ils continuaient à chercher. Tout ce jour-là et la nuit suivante, où la pluie ne tomba pas, ils continuèrent à arpenter les alentours, et l’on voyait leurs lanternes vaciller au loin dans l’obscurité de la Prairie désolée comme autant de lugubres feux follets. La deuxième nuit, certains rentrèrent vers minuit et, fourbus, s’écroulèrent sur le plancher de la maison, d’autres dans la grange. Mais après un somme d’une heure à peine ils étaient de nouveau debout et repartaient. Pendant deux nuits et deux journées entières ils battirent la campagne et ce ne fut que peu avant le coucher du soleil, le deuxième jour, alors que la pluie s’était calmée et que le vent était tombé, que cinq coups de feu à la suite résonnèrent dans la cour de la ferme. Jusque loin dans les collines les hommes de la battue les entendirent et, avec un soupir de soulagement, tournèrent bride en direction de Hawk’s Hill.

William MacDonald se trouvait alors à l’extrême limite de la zone de recherches, et sa fatigue aussi était extrême car il n’avait ni fermé l’œil, ni mangé, ni pris le moindre repos depuis le début ; mais lui aussi tourna bride vers la maison et força Dover à prendre le galop à contrecœur – la pauvre bête était aussi fourbue que lui – dès que le bruit assourdi de la salve lui parvint.

Tout le monde, ou presque, était déjà là lorsqu’il arriva. Le murmure des conversations s’éteignit et les regards se tournèrent vers lui. Il n’y avait pas un sourire.

« On l’a trouvé ? » s’écria MacDonald en sautant de son cheval pour courir vers la compagnie assemblée devant la maison. « Il va bien ? Où est-il ? »

Esther jeta ses bras autour de lui et enfouit son visage contre l’épaule de son mari.

« On ne l’a pas trouvé, Will. On n’a pas retrouvé notre Ben. »

Les joues de MacDonald s’enflammèrent, son regard durcit et balaya les figures sombres.

« Qui a tiré ? demanda-t-il d’une voix cassante. Qui a tiré alors qu’on ne l’a pas encore retrouvé ? »

Joe Billington se détacha du groupe. Par contraste avec ses grands échalas de fils, c’était un homme petit et trapu, au torse large et puissant.

« C’est moi qui ai tiré, MacDonald, dit-il. Je voulais qu’on parle. Ça n’est plus la peine de continuer. On ne trouvera pas le gosse. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La rencontre de Allan W.Eckert

Quels sont les noms des parents de Benjamin ?

George et Esther
Max et Aurore
William et Esther
On ne sait pas

8 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : La rencontre de Allan W. EckertCréer un quiz sur cet auteur