AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.52 /5 (sur 197 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 04/09/1984
Biographie :

A l'âge de 23 ans, Alma Brami publie son premier roman : Sans elle, au Mercure de France. Elle y fait parler une enfant, Léa, qui se retrouve brusquement confronté au monde des adultes, et l'affronte à la fois avec innocence et lucidité.

Cet ouvrage paraît dans le cadre de la rentrée littéraire 2008.

Depuis, elle a publié Ils l'ont laissée là en 2009 et Tant que tu es heureuse en 2010. Ces trois romans ont été publiés en Chine en septembre 2011. C'est pour ton bien, son 4e roman, a été publié au Mercure de France en 2012. En janvier 2013, elle a publié Lolo, aux éditions Plon. Elle écrit également pour les enfants ; son premier album jeunesse Moi, j’aime pas comme je suis est paru aux éditions Albin Michel en 2011. « Qui ne dit mot consent » est son septième roman.

+ Voir plus
Source : /livres.ados.fr ; Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Alma Brami .
Gérault tente d?offrir une image idéale de lui-même, mais quand on est seul, au chômage à cinquante ans, ce n?est pas chose facile. Homme empêché, il s?interdit de dire ce qu?il pense et retient en lui sa colère, sa violence. Sa voix intérieure prendra-t-elle peu à peu le dessus ? Ironique et tendre, Alma Brami révèle un personnage lucide, terriblement humain, reflet des travers de notre société tout entière. Avec "J?aurais dû apporter des fleurs", son sixième roman, Alma Brami confirme son talent d?écrivain.
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Bazart   12 septembre 2017
Qui ne dit mot consent de Alma Brami
Je leur en voulais de ne pas faire corps avec moi, c'étaient mes enfants, la chair de ma chair, mais finalement, ils se revélaient étrangers, pactisant avec l'ennemi au moindre désir assouvi.
Commenter  J’apprécie          180
Nastasia-B   17 mai 2014
Moi, j'aime pas comme je suis de Alma Brami
- Moi, j'aime pas comme je suis. Mes joues sont si grosses...

- C'est normal, dit Maman, t'es dodue parce que tu es une petite fille, plus tu grandiras, plus ces adorables joues disparaîtront.

- J'ai plein de poils sur les bras, des milliers de poils...

- Ce ne sont pas des poils, dit Maman, c'est du duvet tout doux de poussin.

- Et mon nez, je déteste mon nez.
Commenter  J’apprécie          150
c.brijs   07 février 2012
C'est pour ton bien de Alma Brami
Lili avait l'impression d'avoir grandi dans une boîte de fer, une boîte comme celle des grands-mères où l'on cache des biscuits secs, dont personne ne veut. Une boîte cercueil, sans lumière, sans bruit, où rien n'est dramatique, mais rien n'est vraiment drôle non plus.
Commenter  J’apprécie          110
Litterature_et_Chocolat   18 février 2012
C'est pour ton bien de Alma Brami
Sans jamais tomber dans la critique stérile et méchante, Lili analyse avec une perspicacité savoureuse les travers du genre humain!



Lili n’avait jamais supporté le rapport à Dieu des autres. Suppliant, priant pour qu’on les épargne, qu’on leur pardonne, priant pour des miracles.

Des mots adressés vers Lui, pour ne parler que d’eux, seulement d’eux, d’eux, d’eux. [...]

On L’abreuvait de prières pré-écrites, de rituels au lever, au coucher, avant et après les repas, tout était fonction de Lui et de la crainte perpétuelle de Le froisser.

C’était se donner beaucoup d’importance de croire que de si petits actes auraient une incidence sur Son humeur. La prétention des hommes, quel fléau!

Commenter  J’apprécie          100
Bazart   12 septembre 2017
Qui ne dit mot consent de Alma Brami
Il me racontait ce qu’il voulait, mais je ne devais pas poser de questions. T’es trop curieuse là mon Coeur, ça me met mal à l’aise, j’ai l’impression que tu fais des fiches. Quand il commençait à me complimenter et à me suivre de pièce en pièce, c’était le signal qu’il avait fait le tour de « l’invitée » et qu’il me demanderait sous peu de « l’aider ». J’ai fait une erreur, je n’aurais jamais dû, je ne te mérite pas. De toute façon il n’y a que toi qui sait m’aimer comme il faut, il n’y a que toi qui me connais, ton amour est extraordinaire"
Commenter  J’apprécie          90
trust_me   15 septembre 2014
J'aurais dû apporter des fleurs de Alma Brami
Je vous passe votre mère, elle sera contente de vous entendre, vous devriez l'appeler plus souvent quand même. » Gros yeux autoritaires à l'autre bout du fil. La garde-malade donne des ordres, c'est nouveau ça. Mme Gros-Yeux ferait bien de se tenir à carreau si elle ne veut pas être remerciée. « Oui vous avez raison, j'essaierai. » Elle peut parler tant qu'elle veut, je n'essayerai rien du tout, je suis un fils à la hauteur de sa mère. Point final. On n'a que ce qu'on mérite il paraît.
Commenter  J’apprécie          90
MissAlfie   14 octobre 2010
Sans elle de Alma Brami
Je me demandais qui avait eu cette idée d'enterrer les morts, peut-être que c'était quelqu'un qui pensait que ça s'attrape, que la mort c'est comme une épidémie, que c'est contagieux.

Et puis je me suis rappelée la voisine qui parlait de son chien, qui disait que quand l'âme s'en va, le corps pourrit, mais quand ? A partir de quand ? Est-ce que c'est la mort qui ronge la peau, qui la dévore, qui la saccage, qui la troue ?
Commenter  J’apprécie          80
Astrid2479   24 mai 2012
Sans elle de Alma Brami
Le droit d’être en vie devient un devoir, le devoir d’être heureux pour apaiser les souffrances passées.

Commenter  J’apprécie          90
MissAlfie   14 octobre 2010
Sans elle de Alma Brami
Un jour, j'ai compris que la mort avait un ennemi, un ennemi plus fort qu'elle. [...] Et j'ai eu l'idée de l'oubli, ou plutôt du non-oubli. Si on pense aux morts, ils vivent. Il ne vivent plus au même endroit, mais ils vivent.
Commenter  J’apprécie          70
gteisseire2   31 août 2010
Tant que tu es heureuse de Alma Brami
Il avait été clair dès le début, il ne lui avait rien promis. Il lui avait expliqué sa situation, sa décision immuable de rester auprès de sa femme, quoi qu’il arrive. Et pourtant elle s’était laissé approcher. Ils étaient allés chez elle dans son petit appartement rose et orange, douceur de filles. Il n’était jamais resté une nuit, juste quelques heures après le boulot, il n’avait jamais coupé son téléphone au cas où sa femme aurait dû le joindre, il ne l’avait jamais fait passer en premier et elle avait accepté ça tout de suite, comme une évidence.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..