AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Alphonse Bonnafé, professeur de français à Sète dans les années 30, est celui qui a ouvert à la poésie ses élèves dont Georges Brassens. Il a présenté ses textes dans la collection "Poètes d'aujourd'hui"
Alphonse Bonnafé, jeune professeur de français, enseigne aussi la philosophie. Il est ami de Jean-Paul Sartre, a une allure très sportive, et le nez cassé. Il sera surnommé « Le boxeur », sport qu’il a pratiqué durant ses études universitaires.
Bonnafé ouvrira à ses élèves de troisième, les portes de la poésie, celle de Rimbaud, de Valéry, de Mallarmé, et surtout celle de Charles Baudelaire.
Roger Thérond, grand patron de Paris-Match, se souvient quelques décennies plus tard, du choc de la rencontre avec Alphonse Bonnafé . « …..Après nous avoir interrogé pour juger de nos connaissances, il nous déclare que tout ce que nous avions appris jusque là, n’était que foutaises. Corneille ? n’existe pas ! Racine ? quelques vers ! Avant Baudelaire, il n’y a pratiquement rien, sauf Rutebeuf, Villon, et quelques poètes du moyen-age. A partir de Baudelaire, tout commence… »
La classe entière écoute alors sur un phonographe, « L’invitation au voyage » de Baudelaire, chanté par un ténor de l’opéra, sur une musique de Duparc.
A.Bonnafé sera le premier biographe de Brassens, en 1963.
+ Voir plus
Source : http://www.georges-brassens.fr et Wikipédia et Catalogue de la BNF
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Jcequejelis   16 juin 2013
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
En somme, son enfance fut heureuse. Cela peut expliquer qu'il soit si gentil, comme on dit chez lui, et ce terme indique très bien une générosité native développée par les habitudes familiales et l'ambiance. Gentil, il l'est énormément, avec les bêtes autant que Léautaud, avec les gens autant que Sartre. Ce dernier sut d'ailleurs le distinguer tout de suite, un jour où ils se rencontrèrent. La philosophie ni la poésie n'y était pour rien, il s'agissait seulement de faire plaisir à quelque ami : pour Sartre comme pour Brassens, c'est le plus pressant motif. Leur contact fut de quelques minutes, et Sartre dit aussitôt après : "Il a un beau regard ; on voit de la bonté dans ses yeux." C'était juger vite et bien.



858 - [Poésie et chansons n°2, p. 19]
Commenter  J’apprécie          92
krzysvanco   29 août 2014
Georges brassens - collection poètes d'aujourd'hui n° 99 de Alphonse Bonnafé
La Jeanne la Jeanne

Elle est pauvre et sa table est souvent mal servie

Mais le peu qu'on y trouve assouvit pour la vie

Par la façon dont elle le donne

Son pain ressemble à du gâteau

Et son eau à du vin comm' deux gouttes d'eau
Commenter  J’apprécie          80
Stephbegala   12 septembre 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Je serai triste comme un saule

Quand le dieu qui partout me suit

Me dira,la main sur l épaule,

Va-t en voir là -haut si j y suis

Alors du ciel et de la terre

Il me faudra faire mon deuil

Est-il encore debout le chêne

Où Le sapin de mon cercueil ?



S il faut aller au cimetière

J’ prendrai le chemin le plus long

J’ ferai la tombe buissonnière

J’ quitterai la vie à reculons

Tant pis si les croqu’-morts me grondent

Tant pis s ils me croient fou à lier

Je veux partir pour l autre monde

Par le chemin des écoliers



( Le testament)
Commenter  J’apprécie          52
Stephbegala   21 septembre 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Je me suis fait faire prisonnier

Dans les vieilles prisons de Nantes

Pour voir la fille du geôlier

Qui paraît-il est avenante

Mais elle a changé de ton

Quand j ai demandé Que dit-on

Des affaires courantes

Dans la ville de Nantes ?

La mignonne m a répondu

On dit que vous serez pendu

Aux matines sonnantes

Et j en suis bien contente

Les geôlières n ont plus de cœur

Aux prisons de Nantes et d ailleurs

La geôlière de la chanson

Avait de plus nobles façons.



(La route aux quatre-saisons chansons)
Commenter  J’apprécie          50
Stephbegala   25 août 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Au bout d un siècle on m a jeté

A la porte de la santé

Comme je suis sentimental

Je retourne au quartier natal

Baissant le nez rasant les murs

Mal à l aise sur mes femurs

M attendant à voir les humains

Se détourner sur mon chemin.



Machin chose,un tel ,une telle

Tous ceux du commun des mortels

Furent d avis que j aurais dû

En bonne justice être pendu

À la lanterne et sur le champ,

Y s'voyaient déjà partageant

Ma corde,en tout bien tout honneur,

En guise de porte-bonheur.



Y en a un qui m a dit:salut

Te revoir on n y comptait plus

Y en a un qui m a demandé

Des nouvelles de ma santé

Lors j ai vu qu il restait encore

Du monde et du beau mond'sur terre

Et j ai pleuré le cul par terr'

Toutes les larmes de mon corps.





(Celui qui a mal tourné )
Commenter  J’apprécie          30
Stephbegala   15 septembre 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Une monographie serait bienvenue,qui étudierait l amour tel qu il se présente dans les chansons de Brassens.Car dans ce domaine tant exploré,il a indiqué bien des richesses intactes.De toutes nouvelles lueurs sur ce qui rapproche les coeurs nous sont données par exemple dans La Fille à Cent sous : au dédain qui semblait décisif:

Remballe tes os ma mie,et garde tes appâts ,

Tu est bien trop maigrelette,

il suffit que s oppose une voix qui se noue, un Ce n est pas ma faute ,et cela aboutit à cette merveilleuse strophe :



Et ce brave sac d os dont je n’avais pas voulu

Même pour une thune,

M est entré dans le cœur et n en sortirait plus

Pour toute une fortune.



On écoute avec une longue stupeur.On revient à la voix qui,au début,sans articuler,lançait avec une atroce dérision la mélodie.Et on constate que ces vers instruisent bien mieux sur les bizarreries du sentiment que les romans les plus fouillés,les analyses les plus fines.
Commenter  J’apprécie          20
Stephbegala   21 juillet 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Quand pire qu une brosse elle eut été tondue

Elle eut été tondue

J ai dit c est malheureux ces accroch'-coeur perdus

Ces accroch'-coeur perdus



Et ramassant l un deux qui traînait dans l ornière

Qui traînait dans l ornière

Je l ai comme une fleur mis à ma boutonnière

Mis à ma boutonnière



En me voyant partir arborant mon toupet

Arborant mon toupet

Tous ces coupeurs de natt's m ont pris pour un suspect

M ont pris pour un suspect



Comme de la Patrie je ne mérite guère

Je ne mérite guère

J ai pas la croix d honneur j ai pas la croix de guerre

J ai pas la croix de guerre



Et je n en souffre pas avec trop de rigueur

Avec trop de rigueur

J ai ma rosette à moi c est un accroch'-coeur

C est un accroch'-coeur
Commenter  J’apprécie          20
rasibus   17 janvier 2019
Georges brassens - collection poètes d'aujourd'hui n° 99 de Alphonse Bonnafé
Je serai triste comme un saule

Quand le dieu qui partout me suit

Me dira la main sur l'épaule

Va-t-en voir là-haut si j'y suis

Alors du ciel et de la terre

Il me faudra faire mon deuil

Est-il encore debout le chêne

Ou le sapin de mon cercueil ?
Commenter  J’apprécie          30
Stephbegala   14 septembre 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Dans son livre L homme révolté,Camus a bien montré que toute révolte suppose une exigence morale.Il serait excessif de prétendre que l œuvre de Brassens résume le meilleur de son livre.Mais elle a la supériorité de la poésie sur la dissertation,elle fait vivre,palpiter,crier la révolte :



Et je me demande pourquoi,bon dieu,

Ça vous dérange que je vive un peu,





dit La Mauvaise Herbe.Il est facile d imaginer ce cri poussé par les millions de morts des trois guerres franco-allemandes,maintenant que la vérité officielle est de reconnaître l inutilité,la funeste erreur de ces trois guerres.L exigence morale qu il suppose apparaît dès lors avec assez de netteté.
Commenter  J’apprécie          20
Stephbegala   28 septembre 2019
Georges Brassens de Alphonse Bonnafé
Ci-gît au fond de mon cœur une histoire ancienne

Un fantôme,un souvenir d une que j aimais

Le temps à grand coups de faux peut faire des siennes

Mon bel amour dure encore et c est à jamais.



J ai perdu la tramontane

En trouvant Margot

Princesse vêtue de laine

Déesse en sabots

Si les fleurs le long des routes

S’ mettaient à marcher

C est à Margot sans doute

Qu’ell’s feraient songer.

J’ lui ai dit:De la Madone

Tu est le portrait

Le bon Dieu me le pardonne

C’était un peu vrai

Qu’il me le pardonne ou non

D’ailleurs je m’en fous

J’ai déjà mon âme en peine

Je suis un voyou.



(JE SUIS UN VOYOU )
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur

.. ..