AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.3 /5 (sur 5 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1980
Biographie :

Alternatives économiques, dit aussi Alter éco, est un magazine mensuel traitant de questions économiques et sociales. Ses auteurs sont des universitaires proches des théories économiques néo-keynésienne, régulationniste ou post-keynésienne.

Alternatives économiques a été fondée par l'économiste Denis Clerc en réaction au slogan « There is no alternative » de Margaret Thatcher[1]. Depuis le premier numéro de novembre 1980 tiré à 2 000 exemplaires, ses ventes ont continuellement augmenté pour atteindre aujourd'hui plus de 1 000 000 exemplaires/an. Alternatives économiques a un chiffre d'affaires de plus de sept millions d'euros[2]. En 2012, la société était déficitaire d'environ 73 000 euros [3].

Le journal, constitué en coopérative, n'est pas adossé à un groupe de presse et vit principalement de ses ventes. Il reçoit néanmoins des aides directes de l'État français à hauteur de 29.736 € pour l'année 2014 (142.702€ en comptant les aides indirectes)[4].

Sur le plan juridique, Alternatives économiques est une Société coopérative et participative (Scop). En conséquence, elle appartient à ses salariés. Une association de lecteurs et une société des lecteurs se sont aussi constituées autour de la revue.

En 1995 la revue lance la Lettre de l'insertion par l'activité économique traitant des questions d'emploi, de chômage et d'insertion des personnes en difficulté sur le marché du travail. Puis, son activité s'est étendue avec la publication du magazine Alternatives internationales, en coopération avec l'hebdomadaire Télérama la première année, avec Libération entre 2007 et 2010, puis seul après cette date. La coopérative édite aussi le trimestriel L'Économie politique contenant des articles de recherche en économie.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Musardise   30 mars 2016
Alternatives Economique Mensuel N 356 - Avril 2016 de Alternatives Economiques
Mettre 1 000 euros sur le compte en banque de chaque Européen… Huit ans après le début de la plus grave crise depuis 1929, la situation paraît tellement bloquée en Europe que cette idée a priori loufoque est discutée très sérieusement. Et pas seulement dans les colonnes d'Alternatives Economiques. Comment a-t-on pu en arriver là ? Le capitalisme est un système génial à bien des égards. Il a une capacité inégalée jusqu'ici à mettre à notre disposition des biens et des services pour répondre à nos voeux les plus fous. Et cela en les produisant de façon toujours plus efficace et moins coûteuse. Quand je me rappelle avoir appris à écrire avec une plume et un encrier et à faire des opérations avec une règle à calcul, il m'arrive d'être pris de vertige…



Mais le capitalisme a aussi inventé un truc moins génial : la crise de surproduction. Il y a certes eu des crises depuis la nuit des temps, mais c'étaient des crises de sous-production : on n'avait pas récolté assez de blé pour nourrir tout le monde. Dans le capitalisme, c'est l'inverse : on est en crise parce qu'on peut produire trop de choses et qu'il n'y a pas assez de gens suffisamment riches pour les acheter. D'où le chômage, les usines qui ferment… Cette plaie frappe régulièrement les pays capitalistes depuis trois siècles. Suscitant misère, crises politiques et guerres. Après le krach de 1929 et ses conséquences dramatiques, l'ensemble du monde, ou presque, avait fini par comprendre que, malgré les jérémiades des patrons, il fallait des règles sociales strictes, des salaires minimums et des systèmes sociaux coûteux pour que le capitalisme fonctionne correctement.



Mais depuis quarante ans, nos élites se sont remises à considérer qu'il fallait au contraire privilégier le laisser-faire. C'est malheureusement en Europe que ce dogmatisme libéral a été pris le plus au sérieux. Et le résultat est sous nos yeux. Quatre-vingts ans après le New Deal et le Front populaire, il est plus qu'urgent que les dirigeants européens, et notamment les socialistes français, redécouvrent cette vérité de base : ce n'est pas en écoutant les chefs d'entreprise qu'on peut construire une économie capitaliste qui fonctionne. On ne peut faire leur bonheur que malgré eux.



Edito - Guillaume Duval
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
talou61   15 avril 2019
Alternatives Economiques Mensuel - numéro 389 Avril 2019 de Alternatives Economiques
Les gilets jaunes s'inscrivent dans une histoire et une culture des révoltes européennes, avec une spécificité française : le heurt, la rupture sont, depuis la fin du Moyen Age, le principe du changement dans l'espace français, et de manière encore plus accentuée depuis la Révolution.
Commenter  J’apprécie          60
DLN   21 août 2019
L'économie politique, n°83 : Quel avenir pour l'Etat-providence ? de Alternatives Economiques
L'Economie politique publiait son premier numéro en 1999. Vingt ans après, son ambition demeure : être un espace de débat sur les politiques économiques et sociales en s'installant dans le temps long d'une revue, le temps des questions que l'actualité ne démode pas en quelques semaines. Ses convictions sont intactes : l'économie n'est pas une fin en soi, elle doit être ua service d'une société plus juste et plus vivable ; elle n'est pas une discipline autarcique, mais en dialogue constant avec les sciences humaines et sociales ; elle n'est pas la chasse gardée des experts, mais un objet de discussion démocratique.
Commenter  J’apprécie          10
talou61   15 avril 2019
Alternatives Economiques Mensuel - numéro 389 Avril 2019 de Alternatives Economiques
Dublin tire profit du Brexit : sans attendre la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, les institutions financières transfèrent une partie de leurs activités vers la capitale irlandaise et sur le continent.
Commenter  J’apprécie          20
talou61   15 avril 2019
Alternatives Economiques Mensuel - numéro 389 Avril 2019 de Alternatives Economiques
Des économistes contemporains plus futés - George Akerlof et Joseph Stiglitz, tous deux "nobélisés" en 2001 - ont franchi un pas important avec le "salaire d'efficience"" : bien payer les salariés est source d'efficacité, parce que, leur patron les traitent correctement, ils sont incités à travailler correctement (Akerlof)
Commenter  J’apprécie          10
talou61   15 avril 2019
Alternatives Economiques Mensuel - numéro 389 Avril 2019 de Alternatives Economiques
La Suède, qui a développé la première, dès 1661, l'usage du billet de banque en Europe, sera-t-elle la première économie à fonctionner sans cash ?
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox