AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.62 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : Maroc
Né(e) : 1951
Biographie :

Ami Bouganim est écrivain, philosophe et enseignant, installé en Israël depuis 1970. Il a publié une vingtaine d'ouvrages consacrés à la philosophie de la religion et du judaïsme. il a publié de nombreux ouvrages dont l'action se situe à Mogador-Essaouira, comme Récits du Mellah (Lattes, 1982), Le Charmeur des mouettes (La Chambre d'échos, 2005). Il est également l'auteur de plusieurs essais, parmi lesquels Walter Benjamin, le rêve de vivre (Albin Michel, 2007) et Tel-Aviv sans répit (Autrement, 2009).

Source : http://www.rue-des-livres.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Ami Bouganim   (12)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Patrijob   16 octobre 2018
Un bâtard en Terre promise de Ami Bouganim
Ce qui m'est clair c'est que de traiter les Allemands de barbares ne veut rien dire. Cela élude les questions les plus troublantes sur la criminalité congénitale de l'homme ou, comme l'a dit Arendt, la banalité du mal. Je suis un criminel en puissance. Je le sais, je le sens.
Commenter  J’apprécie          50
michallekconstance   13 janvier 2012
L'arbre à voeux de Ami Bouganim
On ne doit pas laisser le désir s'embourber et s'encrouter dans la routine. Sinon, on ne montrerait plus autant d'entrain à le débrouiller. C'est lui qui ranime l'entaille où la vie se reprend, se déprend et se reprend. Il présente la vertu de ne point être exaucé ou assouvi et c'est pour cela que la vie rebondit sur lui. Il creuse le sillon où l'on sème le sens et que l'on colmate de prétextes, de textes et de sur-textes. Sans désir, on dépérit de désarroi dans le non-sens; débordé de désir on se perd dans tous les sens. Le désir est le ressort essentiel de la vie.
Commenter  J’apprécie          40
Laureaimelire   03 avril 2020
Un bâtard en Terre promise de Ami Bouganim
Entre-temps, je suivais la dérisoire parade de ce pauvre ramassis d’immigrants se prenant pour un peuple et se comportant comme autant de parvenus à je ne sais toujours pas quelle désastreuse souveraineté. (…) Ce ne sont pas les meilleurs qui réussissent, mais les plus roués. Ce ne sont pas les plus sages qui gouvernent, mais les plus impudents. Ce ne sont pas les plus doués qui recueillent les lauriers, mais les plus entreprenants. Ce ne sont pas les plus studieux et ingénieux qui bénéficient du régime des largesses de l’Université, mais les mieux introduits. Ce ne sont pas les plus talentueux qui s’imposent dans les arts, mais les plus imposteurs. Je n’ai rencontré pires immoralistes que parmi ceux qui se posent en parangons de la vertu ; pires parasites que parmi ceux qui clament haut et fort leur patriotisme et versent devant les caméras leurs larmes sur les victimes des attentats.





*



La vie n’a de sens qu’en relation avec Dieu. Or Dieu n’existe pas. Donc la vie est insensée.



*



On était censé nous acheminer à la Terre promise, on nous a largués dans un désert rocailleux et ingrat.



*



- Je ne sais que retourner la terre et pour tout dire, je ne me soucie pas de ce que je plante. C’est ma manière de philosopher. Retourner la terre pour chercher le sens et semer le sens.



*



Il lisait pour se batir un univers. Je lisais pour raturer le mien.



*



La mort est toujours impromptue. Mais elle est bonne. Plus de hantises ; plus de cauchemars. Ni guerres ni massacres. Ni Dieu ni Diable. Ni la dilution de la terre ni sa glaciation. Ni douleurs ni sueurs. Ni orgueil ni humiliation. La mort est belle. C’est rentrer chez soi et en plus se réveiller. C’est la paix des sables. C’est l’absence éternelle. C’est la mélodie du silence.



*



Je ne regretterai rien. Ni les lueurs blêmes de l’aube ni celles cramoisies du soir. Ni le cortège des femmes dans la rue ni le manège des camelots au souk. Peut-être les arbres de mon jardin. Le grenadier en particulier. Mon seul véritable regret c’est qu’il n’y aura plus personne pour rêver de ma mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Patrijob   16 octobre 2018
Un bâtard en Terre promise de Ami Bouganim
A Casablanca, les visages des fidèles étaient transfigurés; dans cette bourgade, dont on ne connaissait pas le nom tant il changeait, ils étaient dévastés. Là-bas, ils étaient beaux malgré leur malheur; ici, ils étaient irrémédiablement hideux, décomposés par la chaleur et déssechés par le vent. Partout l'hébétude de pauvres gens auxquels on avait dérobé un rêve et une promesse millénaires. Ils n'attendaient plus; ils végétaient. Une bourgade d'assistés, de rebuts et de vieillards. Les prières étaient toutes exaucées ou toutes déboutées.
Commenter  J’apprécie          20
michallekconstance   13 janvier 2012
L'arbre à voeux de Ami Bouganim
Plus tard, quand il se mettra à prononcer des homélies, il ne reculera pas devant des constatations audacieuses qui séduiront ses disciples et lui aliéneront les rabbins rémunérés par les pouvoirs publics:

"S'il est un Dieu, il est dans le pli de la conscience de soi. Il est personnel et impersonnel. Il est muet, sourd et aveugle. Il est avec chacun et avec personne. Il est tout-puissant et impuissant. Il est mortel et immortel. Il est contant et inconstant. Tout autre Dieu ne serait qu'un mirage dans le non-sens cosmique."
Commenter  J’apprécie          20
Laureaimelire   27 février 2020
Le charmeur de mouettes de Ami Bouganim
Ils ne comprennent pas, Si Mohand [poète algérien], que les ans accentuent le dépaysement plutôt qu’ils ne l’atténuent, que la nostalgie d’un autre destin, plus naturel, exacerbe chez l’immigré la dissonance entre son être le pus intime et le carcan de sa vie. De plus, on ne croit pas au vase monde quand on est né et qu’on a grandi dans une ville minuscule. On reste casanier, le visage voilé, cloitré derrière des murailles intérieures. On reste acquis au vent, ne voulant ni ne pouvant le dépasser. On continue de se vêtir de bleu pour conjurer le mauvais oeil qui perce entre les nuages. De tressaillir au son de l’horloge tintant sur l’air d’une cloche. De vaciller dans la houle. D’attendre le retour de l’hirondelle pour sortir s’assurer que la rumeur, de l’autre côté de l’univers, n’a pas changé.



*



On ne s’est jamais totalement départi de l’enfant que l’on fut. On le prend avec soi. Partout. Aussi longtemps que l’on vit, aussi loin que l’on s’aventure et aussi haut que l’on s’élève. On le retrouverait, immanquablement, sur son lit de mort.



*



Leurs haïks sont autant de linceuls de désirs, leurs voiles autant de masques sur des visages contusionnés. Elles [les femmes marocaines] ont leurs menstrues sur la conscience, elles se masturbent contre leurs maris, elles trahissent le Vent.



*



Comment voulez-vous que je rumine autre chose que du non-sens, moi qui ne broute que du Vent ? Pourquoi cette allergie au non-sens ? Pourquoi cette obsession du sens ? Pourquoi cette virulence de la vérité ? Pourquoi une vie de chien ne serait-elle pas préférable à une vie de marchand ? L’amour ne garde-t-il pas le chien éveillé ? La confiance ne lui interdit-elle pas d’accumuler les provisions ? L’insouciance ne le pousse-t-elle pas à errer dans les rues en quête de tout et de rien ? Ne voit-il pas plus loin que son maître, ne sent-il pas mieux que lui ?



*



J’ai toujours su que les désirs sont plus bénins que les passions, qu’il est plus dangereux de les contenir que de les satisfaire, que réduits au silence, ils ne réussissent qu’à caricaturer les vertus et à exacerber les vices.



*



L’extase n’est pas un luxe, c’est un besoin.



*



Les livres ont encore de beaux jours devant eux, nous devons nous attacher à enchanter le lecteur, non l’exténuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Patrijob   16 octobre 2018
Un bâtard en Terre promise de Ami Bouganim
Ces seigneurs de l'Alliance n'étaient pas de grands sionistes. Ils restaient attachés à la mission universelle de leur institution et à la dispersion juive. Malgré l'holocauste et ses six millions de morts. Israël était en Orient et eux étaient en Occident.
Commenter  J’apprécie          20
michallekconstance   13 janvier 2012
L'arbre à voeux de Ami Bouganim
"Il connaissait davantage Angelus Silesius et Tchouang-tseu que Rabbi Nahman. Il choisit de se taire pour ne pas s'attirer des reproches. Il reconnut d'une moue qu'il ne savait rien.

- C'est une bonne occasion de le découvrir, demain on t'apportera un de ses livres.

- Tu dois savourer chaque page, chaque phrase, chaque mot.

- On t'apportera également la calotte des Nahnahs.

Quand on lui demanda pourquoi il ne parlait pas, il répondit: "Je n'ai rien à dire."

Commenter  J’apprécie          10
YsaM   06 octobre 2018
Un bâtard en Terre promise de Ami Bouganim
Je ne regretterai rien. Ni les lueurs blêmes de l'aube, ni celles cramoisies du soir. Ni le cortège des femmes dans la rue ni le manège des camelots au souk. Peut-être les arbres de mon jardin. Le grenadier en particulier. Mon seul véritable regret c'est qu'il n'y aura plus personne pour rêver de ma mère.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Mouton, chèvre, chameau, bourrique (expressions)

Dans ce magnifique ciel bleu, quelques jolis ..... blancs.

singes
moutons
éléphants

14 questions
591 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , détente , langue française , culture générale , expressions françaises , humour , animaux , flegmeCréer un quiz sur cet auteur