AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.01 /5 (sur 683 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , le 08/02/1979
Biographie :

Anaïs Barbeau-Lavalette est une comédienne, réalisatrice et autrice québécoise. Elle est la fille de la cinéaste Manon Barbeau et du directeur photo Philippe Lavalette.

Elle est détentrice d'un baccalauréat de l'Université de Montréal en Études Internationales et diplômé de l'Institut national de l'image et du son (INIS) en 2002.

Elle s'est fait connaître principalement par son film "Le Ring" sorti en salle en 2007, et par son rôle d'Isabelle dans l'émission jeunesse "Le club des cents watts" diffusée à Télé-Québec à la fin des années 1980.

Elle publie son premier roman, "Je voudrais qu'on m'efface", aux Éditions HMH Hurtubise à l'automne 2010. Le livre raconte l'histoire d'enfants d'Hochelaga-Maisonneuve vivant dans le même immeuble à loyer modique. Son livre se retrouve parmi les finalistes au Prix des libraires du Québec 2011, catégorie Roman québécois.

En 2012, elle est nommée Artiste pour la Paix.

En 2015, elle publie un roman inspiré de la vie de sa grand-mère, "La femme qui fuit". Ce livre remporte le Grand prix du livre de Montréal 2015, prix France-Québec 2016 et Prix des Libraires du Québec 2016.

En 2017, elle réalise le long-métrage documentaire "Ma fille n’est pas à vendre" (productions Bazzo Bazzo, diffusion Télé-Québec).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Anaïs Barbeau-Lavalette   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Con­fi­dences d'écrivaine avec Anaïs Bar­beau-Lavalette, qui a séduit bon nom­bre d'entre nous avec son réc­it poignant à saveur biographique La femme qui fuit, en 2015. En novem­bre, juste à temps pour le Salon, elle pub­lie Femme-forêt, décrit comme «un appel d'air et d'amour, où l'existence valse avec la mort». À suiv­re! L'animation a été con­fiée à la jour­nal­iste Elsa Pépin. Avec: Anaïs Barbeau-Lavalette, Auteur·rice Elsa Pépin, Animateurrice Livre: Femme-forêt Le Site Web du #SalonDuLivreDeMontreal : https://www.salondulivredemontreal.com/ Retrouve-nous sur tous nos réseaux sociaux INSTAGRAM: https://www.instagram.com/salonlivremtl/ TIKTOK: https://www.tiktok.com/@salonlivremtl TWITCH: https://www.twitch.tv/lismoimontreal DISCORD: https://discord.gg/7MP3veRP FACEBOOK: https://www.facebook.com/salondulivredemontreal/ #slm2021

+ Lire la suite

Citations et extraits (169) Voir plus Ajouter une citation
michfred   23 août 2017
La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
Parce que je suis en partie constituée de ton depart. Ton absence fait partie de moi, elle m'a aussi fabriquée. Tu es celle à qui je dois cette eau trouble qui abreuve mes racines, multiples et profondes.

Ainsi, tu continues d'exister.

Dans ma soif inaltérable d'aimer.

Et dans ce besoin d'être libre, comme une nécessité extrême.

Mais libre avec eux.

Je suis libre ensemble, moi.
Commenter  J’apprécie          372
le_Bison   19 mai 2022
Femme forêt de Anaïs Barbeau-Lavalette
L'homme de ma vie frôle les murs. Il cherche des fentes, des brèches pour s'y cacher. Il se sent traqué, pris au piège. Il cherche un espace pour se perdre en lui, mais en lui il n'y a plus de place. C'est complet. Ses doigts craquent, sa tête craque, et la colère coule sur cette petite surface où nous devons nous protéger. Sa rage et sa peine collent à mes pieds, je ne peux plus courir. Je dépose ma main sur sa poitrine et j'essaie d'être une ancre. On découpe des bouts de jour, on lui fabrique une solitude, mais elle étouffe entre les mâchoires de ses parenthèse. La lumière veloutée du jour le pique et le heurte, il voudrait un terrier sans bruit et sans lumière où enfin pourrait exister le début d'un silence, le début de son silence, au bout duquel, peut-être, il saurait ce qu'il cherche.
Commenter  J’apprécie          180
le_Bison   24 mai 2022
Femme forêt de Anaïs Barbeau-Lavalette
J'ai retourné la terre en écoutant Johnny Cash, puis j'ai planté beaucoup de concombres parce qu'on adore les concombres.

A l'autre bout de la saison, j'ai récolté des courges, énormes, beaucoup, beaucoup de courges. Mais aucun concombre.

Je suis au début de tout.
Commenter  J’apprécie          132
le_Bison   21 mai 2022
Femme forêt de Anaïs Barbeau-Lavalette
L'arbre qui se meurt fleurit davantage. Il explose de beauté, il donne tout ce qu'il peut avant la fin, comme un majestueux salut à la vie qu'il a traversée. Leonard Cohen a écrit que la vieillesse est une façon élégante de faire ses adieux. C'est ce que fait le pommier qui meurt. II ouvre des fleurs par centaines, dans un ultime et magnifique effort pour essaimer, avant de disparaître.
Commenter  J’apprécie          130
M-Pi   04 avril 2016
La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
Parce que je suis en partie constituée de ton départ. Ton absence fait partie de moi, elle m'a aussi fabriquée. Tu es celle à qui je dois cette eau trouble qui abreuve mes racines, multiples et profondes.

Ainsi, tu continues d'exister.

Dans ma soif inaltérable d'aimer.

Et dans ce besoin d'être libre, comme une nécessité extrême.

Mais libre avec eux.

Je suis libre ensemble, moi.
Commenter  J’apprécie          230
diablotin0   12 juillet 2018
La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
Le paysage se déroule et s'éloigne, tu avales tout des yeux tranquillement. Tu sens que tu es à ta place, pour la première fois. Installée dans le mouvement des choses.
Commenter  J’apprécie          220
Zakuro   03 juin 2017
La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
Je pose mes yeux sur toi une dernière fois.

Tu as de gros seins. Pas nous.

Tu as une armure. Pas nous.

Nous sommes ensemble. Pas toi.

Tu ne nous auras pas tout légué.
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24   28 mars 2017
La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
Elles fabriquent des armes. Transforment les casseroles en navire de guerre. (...)

Elles ont la prestance des grandes ballerines. L'élégance du geste utile.

Elles sont aussi un stimulus, une récompense. Les hommes qui partent au front se battent aussi pour elles: leur beauté participe à l'effort de guerre. (p. 71)
Commenter  J’apprécie          200
le_Bison   09 janvier 2021
Je voudrais qu'on m'efface de Anaïs Barbeau-Lavalette
Roxane rentre de l'école.

Sac à dos lourd.

Porte gelée, sonnette pétée.

Sonne une fois. Deux.

Passe par l'arrière.

Roxane sait à peine ses jours de la semaine, mais le jour du chèque, elle le reconnait facile. C'est aujourd'hui. Y a une deux trois bières sur le comptoir. La télé joue fort. Trop. Sa mère boit dans le salon.

Une gorgée. Un allô mouillé. Roxane, les yeux inquiets, cherche ce qui reste de sa mère.

Des arches noires sous les yeux, des trous dans le sourire, la robe de chambre grise ouverte sur son cou plissé, souffrance évachée dans le sofa.

- ... Allô, maman.

Un temps.

Sa mère face à la télé. Roxane face à sa mère. Roxane voudrait qu'elle la regarde.
Commenter  J’apprécie          154
fanfanouche24   25 mars 2017
La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette
Ma mère a toujours peur qu'on l'abandonne encore. Même si une mère, ça ne s'abandonne pas, il faut faire attention parce que, pour elle, ça n'est pas si clair que ça. (p. 11)
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Anaïs Barbeau-Lavalette (911)Voir plus


Quiz Voir plus

Que ça brille !

Roman de Dominique Maisons qui se passe à Hollywood en 1953.

Après les diamants
Avant les diamants
Entre les diamants
Hollywood Diamants

10 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , livresCréer un quiz sur cet auteur