AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.65 /5 (sur 479 notes)

Nationalité : Maurice
Né(e) à : Trois Boutiques (district de Grand Port) , le 23/03/1957
Biographie :

Romancière d'origine telougou, Inde du sud, Ananda Devi est une femme de lettres mauricienne.

Ses parents, mauriciens, sont d'origine indienne. Elle est très vite confrontée à plusieurs langues (le français, le créole, l'anglais et le telugu). Enfant, elle commence à se passionner pour l'écriture en écrivant essentiellement de la poésie. A 15 ans, elle remporte un concours d'écriture avec l'ORTF (Radio France) qui publie sa nouvelle. Elle publie son premier recueil de nouvelles à 19 ans. Elle soutient un doctorat d'anthropologie sociale à l'université de Londres. Après ses études, elle revient à sa première passion, la littérature, et publie son premier roman dans une maison d'édition africaine. Puis elle publie ses romans dans différentes maisons d'édition, notamment l'Harmattan et aujourd'hui Gallimard. A travers ses différents romans et nouvelles, elle offre aux lecteurs une vison de l'île Maurice moins idyllique que la vision officielle transmise aux touristes.

Elle a obtenu le Prix des cinq continents de la francophonie et le prix RFO avec son roman "Ève de ses décombres" en 2006.

En 2007, "Indian tango" est sur la liste des Prix Fémina et France Télévisions.

En 2010, son remarquable "Sari vert" reçoit le Prix Louis Guillou et l'auteur est fait Chevalier des Arts et des Lettres.

En 2018, "Manger l'autre" reçoit le Prix Ouest-France - Étonnants Voyageurs.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ananda Devi Nirsimloo   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La romancière et poétesse Ananda Devi semble avoir eu mille et une vies au travers des personnages qui émaillent sa vingtaine de romans étonnants publiés durant cinq décennies consacrées à l'écriture. Née à l'île Maurice en 1957, cette écrivaine discrète qui a composé une oeuvre littéraire exigeante, riche et bouleversante, a choisi de livrer récemment à ses lecteurs une réflexion sur le mystère de l'écriture. « Deux malles et une marmite », paru aux éditions Project'îles est un essai autobiographique titré comme un conte et qui se lit comme un roman, ce qui n'est pas étonnant concernant cette autrice francophone majeure provenant de l'océan indien. Ananda Devi publie concomitamment chez Grasset “Le rire des déesses” qui a reçu le prix Femina des lycéens 2021. Un roman captivant qui nous plonge en Inde dont toute sa famille est originaire et non pas dans son île paradisiaque où elle a grandi avant de la quitter à ses 20 ans. Un paradis pour touristes et dont elle n'a eu de cesse de dépeindre avec noirceur une réalité crue qui efface l'image de la carte postale à laquelle elle est associée ! ITV: Alexandre HéraudRéalisation: Benoit Artaud

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (242) Voir plus Ajouter une citation
Cannetille   17 février 2022
Le rire des déesses de Ananda Devi Nirsimloo
Dès l’âge de dix ans, ils s’activent autour des bûchers. L’odeur imprègne leur peau, qui devient grise à force de vivre parmi les cendres. Ils manipulent tous les cadavres, jeunes, vieux, malades, amputés, en morceaux, décapités, ou si parfaits qu’on a du mal à croire qu’ils sont morts. Avec le temps, ils ne les voient plus. Enveloppés de leur suaire blanc, les défunts sont tous pareils, tous voués à la désintégration. Une fois les corps brûlés, les enfants sont chargés de retrouver ce que le feu n’a pas détruit. Ils marchent parmi les cendres à la recherche de bijoux, de pièces ou d’ustensiles, et pataugent dans la boue du Gange pour récupérer ce qui pourrait être vendu. Ils ramassent les morceaux de bois qui n’ont pas été brûlés pour les ramener à la maison, où ils seront utilisés pour cuisiner. Tout dans cette industrie est récupérable. Grande leçon, pour notre époque !
Commenter  J’apprécie          280
Dixie39   21 février 2016
Le long désir de Ananda Devi Nirsimloo
Vous n'avez pas encore compris la futilité d'un tel acte. Vous qui portez la plume aux mots, la salive au désir, le ventre au cercueil, la ruine à l'orgueil, vous serez les prochaines épaves. On retrouvera sans doute un jour quelque minerai enfoui au fond de vos incertitudes, quelque cristal de démesure dont on ne saura plus décompter les facettes, on parlera d'écriture avec un mol regret comme on parle d'un objet cassé mis au rancart du souvenir, ou ce sera peut-être la lassitude énigmatique du chercheur devant ses hiéroglyphes, mais ce sera tout.
Commenter  J’apprécie          280
viou1108_aka_voyagesaufildespages   27 janvier 2018
Manger l'autre de Ananda Devi Nirsimloo
Hélas, je suis lucide à défaut d'être mince: je suis obèse, donc, aux yeux des autres, déficiente en neurones. (...) Personne n'admirera ma vivacité d'esprit alors que mon corps tout entier la contredit.
Commenter  J’apprécie          240
viou1108_aka_voyagesaufildespages   28 janvier 2018
Manger l'autre de Ananda Devi Nirsimloo
Alcool, cigarette, bouffe, drogue, sexe, ce sont les excès qui nous excitent, qui nous passionnent. Sans eux, nous sommes de pâles effigies faisant semblant de vivre. Sans eux, nous passerions de la naissance à la mort comme des ombres qui n'auraient jamais connu le bonheur des délices interdits. Nous sommes la contradiction vivante de nos idéaux de sainteté et de santé. Nous ne sommes pas faits pour le jeûne ou l'abstinence, sauf comme forme de punition et d'autoflagellation.
Commenter  J’apprécie          220
Dixie39   16 janvier 2016
Le long désir de Ananda Devi Nirsimloo
Ce que je cherche : une rime de plus. Mais cette syllabe n'existe pas. Elle est le vide dans le silence, et la mort dans l'absence. Elle est l'impossible et l'irrésolue équation.
Commenter  J’apprécie          200
Dixie39   04 février 2016
Le long désir de Ananda Devi Nirsimloo
Marche au milieu de ta sciure elle te collera aux pieds sans jamais te lâcher amie ennemie elle est la poussière de toi qui se perd à force de se rassembler.



Marche au milieu de ta haine elle a des droits sur toi pour être née femme et vide ce vide qui n'a de sens qui n'a de cesse que de se désemplir.
Commenter  J’apprécie          190
Dixie39   10 janvier 2016
Le long désir de Ananda Devi Nirsimloo
J'avais oublié jusqu'au parfum de mes propres feuilles leurs veines les branchages d'où elles ont été cueillies la forme de mes membrures et la cassure de mes arêtes et les exigences de mon ciel et le nuage fervent des cimetières et le cœur de mes orages lourds tout cela oublié oublié alors que m'attendait une petite fille esseulée aux yeux plongés dans son propre regard.



A présent je la vois, je la revis et elle me tente. Je me souviens d'elle, non comme d'une innocente, mais comme une marée ténébreuse qui attendait de déferler. Aujourd'hui encore, cela ne s'est pas fait. Les chemins bifurqués m'ont entraînée bien loin vers de vieilles lunes. Elles ne se sont pas transformées en soleils. Ces chemins de soumission et de complaisance sont en vérité la plus grave des trahisons.



Je veux rejoindre mon étoile. Je veux la parcourir de vie et laisser des traînées de sang sur le miroir des sentiments parce que c'est pour cela que l'on est, par pour un sourire pâle d'aube déjà mourante à peine levée, pas pour un soupir crépusculaire que rien de plus sombre que le repas du soir ne tourmente, pas pour un avenir de pain rassis de rêves réduits de chair amortie d'enfants partis



un devenir d'ombre assaillie par ses propres moisissures.



Et si cela ressemble à de l'amertume, tant pis. Qu'elle soit un coup de fouet sur mon cœur endormi et que la cosse ainsi fendue fasse naître un fruit défendu tenu par une petite fille tragique tout près de sa poitrine, car elle sait, elle, que c'est ainsi que vient la vraie parole,



la seule qui compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175
Zakuro   25 février 2015
Quand la nuit consent à me parler de Ananda Devi Nirsimloo
A l'aube, tu descendras pieds nus

Boire à la rivière

Comme ces chats muets

Aux pattes cramoisies



Tu glisseras sur les pentes

Endormies de plaisir

Suivre la piste argentée

Des limaces écrasées



Tu iras au midi chercher l'évidence

Qu'un jour ici tu as vécu

Qu'il y avait des enfants, des amis,

Un amour, une constance



De tout cela demeurent

Que le ciel bas, les herbes grassent

L'eau violente,

Les ruches abandonnées



Tu tends l'oreille

Aux voix des absents

Jusqu'a ce que la nuit enfin

Consente à te parler.
Commenter  J’apprécie          170
Eve-Yeshe   21 septembre 2021
Le rire des déesses de Ananda Devi Nirsimloo
Les hommes sont simples à lire. Les filles, elles, le sont moins, mais elles sont infiniment pliables. C’est presque la même chose. Elles savent cacher leurs pensées, réprimer leurs instincts et, surtout, survivre.
Commenter  J’apprécie          160
Ananda Devi Nirsimloo
sabine59   24 juin 2017
Ananda Devi Nirsimloo
A l'aube tu descendras pieds nus

Boire à la rivière

Comme ces chats muets

Aux pattes cramoisis(...)



Tu iras au midi chercher l'évidence

Qu'un jour ici tu as vécu

Qu'il y avait des enfants, des amis,

Un amour, une constance



De tout cela ne demeure

Qu'un ciel bas,les herbes grasses,

L'eau violente,

Les ruches abandonnées



Tu tends l'oreille

Aux voix des absents

Jusqu'a ce que la nuit enfin

Consente à te parler



(" Quand la nuit consent à me parler")
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Ananda Devi Nirsimloo (557)Voir plus


Quiz Voir plus

Balzac contre Zola

Le père Goriot

Balzac
Zola

10 questions
395 lecteurs ont répondu
Thèmes : tribuCréer un quiz sur cet auteur