AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 318 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vienne , le 9/02/1923
Mort(e) à : Vosnon (Aube) , le 24/09/2007
Biographie :

André Gorz, de son vrai nom Gerhard Hirsch puis Gérard Horst est un philosophe et journaliste français.
Il est cofondateur, en 1964 du "Nouvel Observateur", sous le pseudonyme de Michel Bosquet.

Il est le fils d’un commerçant en bois juif, Robert Hirsch, et d’une secrétaire catholique, Marta Starka. Il est élevé dans un contexte antisémite qui amène son père à se convertir au catholicisme en 1930. Son fils s'appelle désormais Gerhart Horst. En 1939, sa mère l’envoie dans une institution catholique de Lausanne pour éviter sa mobilisation dans l’armée allemande. En 1945, il sort de l'École d'ingénieurs de l'Université de Lausanne avec un diplôme d’ingénieur chimiste. Débutant dans la vie active comme traducteur de nouvelles américaines chez un éditeur suisse, il publie ses premiers articles dans le journal d’un mouvement coopératif.
En juin 1949, il déménage à Paris. Son entrée à Paris-Presse en 1951 marque ses débuts dans le journalisme. Il y prend le pseudonyme de Michel Bosquet et y fait la connaissance d’un chroniqueur, Jean-Jacques Servan-Schreiber qui, en 1955, le recrute comme journaliste économique à "L'Express".
Signés du pseudonyme André Gorz, ses deux premiers ouvrages publiés sont "Le Traître" (1958) et "La Morale de l'histoire" (1959).
Son positionnement à la fois anti-institutionnel, anti-structuraliste et anti-autoritaire se retrouve dans la ligne qu’il assigne à la revue "Les Temps modernes" à partir de son entrée au comité de direction de la revue sartrienne en 1961. En 1964 il quitte "L'Express" avec Serge Lafaurie, Jacques-Laurent Bost, K.S. Karol et Jean Daniel pour fonder "Le Nouvel Observateur".
Le début des années 1980 marque sa rupture avec différents courants auxquels il avait été lié. Il rompt d'abord avec la mouvance sartrienne. Ensuite il rompt avec les différentes sensibilités marxistes, répliquant à leurs attaques avec Les "Chemins du paradis" (1983). Il s'inscrit en faux avec les mouvements pacifistes lorsque, en 1983, il refuse de s’opposer à l’installation de missiles nucléaires américains en Allemagne de l'Ouest. Cette même année, il se retire du "Nouvel Observateur". Ses derniers ouvrages, "Misères du présent, richesse du possible" (1997) et "L'immatériel" (2003), développent une analyse fine des dernières évolutions du capitalisme.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
"Andre Gorz" film by Marian Handwerker. part 1
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (181) Voir plus Ajouter une citation
André Gorz
deuxquatredeux   11 octobre 2016
André Gorz
Nous sortons de la civilisation du travail, mais nous en sortons à reculons dans une civilisation du temps libéré, incapables de la voir et de la vouloir, incapables donc de civiliser le temps libéré qui nous échoit, et de fonder une culture du temps disponible et une culture des activités choisies.
Commenter  J’apprécie          264
Jean-Daniel   27 janvier 2018
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
Tu n’avais aucune place à toi dans le monde des adultes. Tu étais condamnée à être forte parce que tout ton univers était précaire. J’ai toujours senti ta force en même temps que ta fragilité sous-jacente. J’aimais ta fragilité surmontée, j’admirais ta force fragile. Nous étions l’un et l’autre des enfants de la précarité et du conflit. Nous étions faits pour nous protéger mutuellement contre l’une et l’autre. Nous avions besoin de créer ensemble, l’un par l’autre, la place dans le monde qui nous a été originellement déniée. Mais, pour cela, il fallait que notre amour soit aussi un pacte pour la vie.
Commenter  J’apprécie          250
blanchenoir   06 janvier 2015
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
Nous avions beau être profondément dissemblables, je n'en sentais pas moins que quelque chose de fondamental nous était commun, une sorte de blessure originaire - tout à l'heure je parlais d'"expérience fondatrice" : l'expérience de l'insécurité. La nature de celle-ci n'était pas la même chez toi et chez moi. Peu importe : pour toi comme pour moi elle signifiait que nous n'avions pas dans le monde une place assurée. Nous n'aurons que celle que nous nous ferions. Nous avions à assumer notre autonomie et je découvrirai par la suite que tu y étais mieux préparée que moi.
Commenter  J’apprécie          250
blanchenoir   06 janvier 2015
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
Avec toi j'étais ailleurs, en un lieu étranger; étranger à moi-même. Tu m'offrais l'accès à une dimension d'altérité supplémentaire, -à moi qui ai toujours rejeté toute identité et ajouté les unes aux autres des identités dont aucune n'était la mienne.
Commenter  J’apprécie          250
berni_29   05 juillet 2020
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
Tu viens juste d'avoir quatre-vingt-deux ans. Tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t'aime plus que jamais. Récemment je suis retombé amoureux de toi une nouvelle fois et je porte de nouveau en moi un vide dévorant que ne comble que ton corps serré contre le mien. La nuit je vois parfois la silhouette d'un homme qui, sur une route vide et dans un paysage désert, marche derrière un corbillard. Je suis cet homme. C'est toi que le corbillard emporte. Je ne veux pas assister à ta crémation ; je ne veux pas recevoir un bocal avec tes cendres. J'entends la voix de Kathleen Ferrier qui chante "Die Welt ist leer, Ich will nicht leben mehr" et je me réveille. Je guette ton souffle, ma main t'effleure. Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l'autre. Nous nous sommes souvent dit que si, par impossible, nous avions une seconde vie, nous voudrions la passer ensemble.
Commenter  J’apprécie          90
sylvie   10 décembre 2007
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
"Tu as tout donné de toi pour m'aider à devenir moi-même."
Commenter  J’apprécie          240
berni_29   05 juillet 2020
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
À l'époque, je n'ai pas cherché la réponse à cette question dans l'expérience que j'étais en train de vivre. Je n'ai pas découvert, comme je viens de le faire ici, quel était le socle de notre amour. Et que le fait d'être obsédé, à la fois douloureusement et délicieusement, par la coïncidence toujours promises et toujours évanescente du goût que nous avons de nos corps - et quand je dis corps je n'oublie pas que "l'âme est le corps" chez Merleau-Ponty aussi bien que chez Sartre - renvoie à des expériences fondatrices plongeant leurs racines dans l'enfance : à la découverte première, originaire, des émotions qu'une voix, une odeur, une couleur de peau, une façon de se mouvoir et d'être, qui seront pour toujours la norme idéale, peuvent faire résonner en moi. C'est cela : la passion amoureuse est une manière d'entrer en résonance avec l'autre, corps et âme, et avec lui ou elle seuls. Nous sommes en deçà et au-delà de la philosophie.
Commenter  J’apprécie          70
André Gorz
nath45   28 avril 2019
André Gorz
On ne serait mieux dire que l’instrument de travail est ainsi devenu inapproprié pour le travailleur et que cette séparation du travailleur d’avec l’outil de production implique la séparation du travailleur d’avec le produit et la séparation du travailleur d’avec le travail lui-même qui, désormais existe à l’extérieur de lui comme l’exigence muette, coulée dans l’organisation matérielle, de tâches quantifiées, prédéterminées et rigoureusement programmées demandant à être remplies.

C’est sûr cette base de cette triple dépossession seulement que la production peut s’émanciper de l’arbitrage des producteurs directs, c’est-à-dire devenir indépendante du rapport entre les besoins et désirs qu’ils éprouvent, l’importance de l’effort qu’ils sont disposés à fournir pour les satisfaire, l’intensité, la durée et la qualité de cet effort.
Commenter  J’apprécie          191
sylvie   10 décembre 2007
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
"J'ai compris avec toi que le plaisir n'est pas quelque chose qu'on prend ou qu'on donne. Il est manière de se donner et d'appeler le don de soi de l'autre. Nous nous sommes donnés l'un à l'autre entièrement."


Commenter  J’apprécie          190
blanchenoir   05 janvier 2015
Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz
Nous n'étions pas pressés. J'ai dénudé ton corps avec précaution. J'ai découvert, coïncidence du réel avec l'imaginaire, l'Aphrodite de Milos devenue chair.
Commenter  J’apprécie          184

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..