AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.32 /5 (sur 245 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Ratisbonne , le 21/03/1962
Biographie :

Andrea Maria Schenkel est une femme de lettres de langue allemande.

Elle est surtout connue pour son premier livre, "La ferme du crime" ("Tannöd", 2006). Le roman décrit l'histoire vraie de l'assassinat d'une famille entière de fermiers dans le hameau bavarois de Hinterkaifeck.

Une adaptation théâtrale est mise en scène au Tiroler Landestheater à Innsbruck (Autriche) en mars 2008 puis au Staatsschauspielhaus à Dresde (Allemagne) en avril 2008. Il a été adapté au cinéma en 2009.

Son deuxième livre, "Un tueur à Munich : Josef Kalteis" ("Kalteis"), l'histoire d'un tueur en série dans le Munich des années 1930, a été publié en 2007 en Allemagne.

Schenkel est lauréate du "Deutscher Krimi Preis" à deux reprises (en 2007 pour "La ferme du crime" et en 2008 pour "Un tueur à Munich") et du "Friedrich Glauser-Preis" en 2007.

"Finsterau" (2015) est son quatrième roman. En 2016, elle publie "Le bracelet" ("Als die Liebe endlich war").

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Andrea Maria Schenkel   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview mit Andrea Maria Schenkelam 24.09.2007 in München


Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
Jeanfrancoislemoine   06 août 2018
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Marie est venue m'aider à la maison parce que je tenais plus sur mes jambes.Mes jambes,ça fait longtemps qu'elles me portent plus.Quand on se fait vieux,il y a beaucoup de choses qui ne veulent plus,pas seulement les jambes.Comme le répétait ma mère, c'est moche de vieillir,croyez-moi,c'est moche. (P 22)
Commenter  J’apprécie          270
kielosa   09 octobre 2020
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Andrea Maria Schenkel habite un petit village près de Ratisbonne en Bavière avec son mari médecin et leurs 3 enfants. Selon un journaliste allemand, avant dans le village on désignait l'auteure comme "la femme du toubib", maintenant avec son succès littéraire, il est devenu "le mari de l'écrivaine".
Commenter  J’apprécie          254
Raffaello   28 avril 2021
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
L’hiver, cette année, refuse de céder la place au printemps. Il fait beaucoup plus froid que d’ordinaire en cette saison. Depuis début mars, il ne cesse de pleuvoir ou de neiger. La grisaille des brouillards matinaux ne s’efface même pas au cours de la journée.

Mais voilà que le vendredi matin le ciel commence enfin à s’éclaircir. Les nuages sombres se dissipent un peu. De temps en temps, la chape de nuages se perce même tout à fait. Les premiers rayons de soleil printanier se fraient timidement un chemin au travers.

A la mi-journée, cependant, le ciel s’assombrit à nouveau, et il recommence à pleuvoir dans l’après-midi.

Il fait soudain tellement sombre qu’on a l’impression que le jour tombe déjà, cédant place à la nuit.

Deux silhouettes, toutes de noir vêtues, s’avancent dans cette lumière trouble. Elles se dirigent tout droit vers l’une des fermes. L’une pousse un vélo, l’autre porte un sac à dos. Le paysan, qui vient juste de sortir de la maison pour aller dans l’étable, lâche son chien, par précaution. Ce n’est que lorsqu’elles sont presque arrivées à la ferme qu’il voit que ces deux silhouettes sont des femmes.

Il siffle son chien. Le tient par le collier.

L’une des deux femmes, celle qui porte le sac, demande son chemin. Elles veulent se rendre à la ferme de la famille Danner, à Tannöd. Disent s’être égarées à cause de cette pénombre. Peut-il les aider, connaît-il le chemin ?

“Là-bas, après le dernier champ, à gauche dans la forêt. Pouvez pas la manquer”, répond-il.

Les deux femmes se remettent en route. L’homme rattache son chien, sans plus leur prêter attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Annette55   16 août 2018
Le bracelet de Andrea Maria Schenkel
"Le passé ne disparaît jamais " ...



"La mort déploie ses ailes. "
Commenter  J’apprécie          130
Bazart   05 mai 2020
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
Quand je suis partie, il a dit qu'il me tuerait s'il me retrouvait. Il m'a envoyé deux de ses copains qui m'ont suivie. Luck est capable de tout, et tous ses amis sont de la même trempe. A la fin, j'avais peur d'être seule avec lui, et aujourd'hui encore, j'appréhende de le croiser. C'est un sentiment dont je ne me débarrasserai plus jamais.
Commenter  J’apprécie          110
ADAMSY   08 septembre 2016
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Elle a toujours été "une fière", et son père aussi. Ils parlaient qu'avec ceux qui leur revenaient. Ca m'étonne que quand ils allaient à l'église, le dimanche, les saints leur aient pas tourné le dos.
Commenter  J’apprécie          60
AliceW   26 octobre 2013
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
J’ai passé le premier été d’après-guerre chez des parents éloignés, à la campagne.

Au cours de ces semaines, le village m’était apparu comme un îlot de calme. L’un des derniers lieux épargnés par cette violente tempête que nous venions de traverser.

Des années plus tard, alors que la vie était revenue à la normale et que cet été n’était plus qu’un heureux souvenir, j’ai retrouvé mon village dans les pages d’un journal.

Il était devenu le « village meurtrier » et , dès lors, je n’ai plus cessé de penser à ce qui était arrivé.

En proie à des sentiments mêlés, j’ai décidé de m’y rendre à nouveau. Ceux que j’y ai rencontrés ont accepté de me parler du crime. De parler à quelqu’un d’à la fois étranger et familier. Qui ne resterait pas, qui écouterait puis repartirait comme il était venu.
Commenter  J’apprécie          40
sylsol   07 avril 2013
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Pourquoi quelqu'un tue tout le monde ? Pourquoi il tue ce qu'il aime ? Anna, on ne peut tuer que ce qu'on aime.

Tu sais toi, Anna, ce qui se passe dans la tête des gens ? Tu le sais ? Est-ce que tu peux voir dans les têtes, dans les coeurs ? Moi, je suis resté enfermé toute ma vie, enfermé.

Et tout d'un coup, un nouveau monde s'ouvre à moi, une nouvelle vie. Tu sais ce que c'est ?

Je te le dis, on est tout seul toute sa vie. On naît seul et on meurt seul. Et entre les deux, j'étais prisonnier de mon corps, prisonnier de mon désir.

Je te le dis, il y a pas de Dieu dans ce monde, il y a juste l'enfer. Et l'enfer, il est sur terre, dans nos têtes, dans nos coeurs.

Le démon est en chacun de nous et chacun peut le faire sortir à tout moment.
Commenter  J’apprécie          40
missmolko1   09 avril 2018
Le bracelet de Andrea Maria Schenkel
Il avait trouvé la jeune femme devant sa porte le jour de Noël 1943. Comme le petit chat qui s’était réfugié sur le seuil quelques années auparavant. Au début, il n’avait pas prêté attention au chaton. Il allait sûrement repartir. Mais contre toute attente, il était resté, et la neige elle-même n’avait pu le chasser, que le ciel hivernal d’un blanc laiteux déversait pourtant, après les premiers flocons épars, en un flot qui n’avait cessé de s’intensifier. Le chaton s’était recroquevillé dans l’encadrement de la porte, devenant presque invisible : on ne distinguait plus qu’une petite boule blanche blottie dans un coin.

Le chat lui avait fait pitié, il n’avait pas eu le cœur de le chasser. Il avait ouvert la porte, l’avait laissé entrer, l’avait nourri, lui avait permis de rester.

La jeune femme, elle, il l’avait vue venir de loin, en faisant rentrer le chien. Il avait d’abord cru que c’était une de ces troqueuses de la ville, que la misère poussait vers les campagnes en ce cinquième hiver de la guerre.

Mais ces gens-là étaient d’ordinaire lourdement chargés, leurs sacs à dos débordant de tous les biens dont ils pouvaient se résoudre à se séparer. Ils échangeaient

la montre en or du grand-père, la broche de la grand-mère ou un tableau de famille contre trois œufs, un morceau de beurre, un peu de lait ou de jambon. Ses voisins n’étaient pas les derniers à jouer au jeu du troc, ces derniers temps. Lui avait mal au cœur quand il les voyait arriver. Parfois, il leur donnait un œuf ou une pomme sans rien prendre en échange. Il avait suffisamment à manger, la guerre n’était pas encore arrivée jusqu’à lui, et puis à son âge, il était plus vite rassasié.

La jeune femme ne portait qu’un baluchon sur l’épaule et une petite valise à la main.

Elle était arrivée à hauteur de la maison tandis qu’il se dirigeait vers la grange. Elle lui avait demandé si elle pouvait se reposer un instant sur le banc. Ça ne le dérangeait pas. Un peu plus tard, alors que la nuit commençait à tomber, il était ressorti chercher quelques bûches, et elle était toujours là. Elle semblait frigorifiée.

— Il gèle. Tu veux entrer ?

— Je peux ?

Il avait hoché la tête.

Il lui avait approché une chaise du poêle pour qu’elle puisse se réchauffer. Elle avait posé son baluchon et sa petite valise à côté d’elle, s’était assise et avait frotté ses mains glacées. Il n’avait pas fait spécialement attention à elle, avait préparé la soupe sans un mot, avant de poser la gamelle sur la table et de lui faire signe d’approcher. Il lui avait donné une cuillère et un quignon de pain.

— Mange.

Ils avaient partagé la soupe à même la gamelle posée au milieu de la table. Elle engloutissait avidement chaque cuillerée.

— Qu’est-ce que tu viens faire par ici ?

— Je cherche un gagne-pain.

— Si tu veux, tu peux rester ici le temps de chercher. J’ai pas vraiment de quoi te payer, mais tu seras nourrie et logée.

Elle était restée. Il lui avait donné la petite chambre de l’ancien valet de ferme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cvd64   23 janvier 2021
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
Tout ce que je peux faire, c'est espérer que ce pauvre excentrique soit gracié. Mais vous savez ce qui me ronge, dans cette affaire, mon cher Huther? C'est que tout le monde a menti, que tout le monde ai été trompé.

Clara, Hubert, tout le monde. Et finalement, ce qui me fait le plus mal, la justice elle-même.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Andrea Maria Schenkel (283)Voir plus


Quiz Voir plus

L’étranger, d'Albert Camus

Où Meursault rencontre-t-il Marie Cardona le lendemain de l’enterrement de sa mère ?

dans une salle de cinéma
à l’établissement de bain du port
sur une plage aux environs d’Alger

10 questions
844 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..