AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 208 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Ratisbonne , le 21/03/1962
Biographie :

Andrea Maria Schenkel est une femme de lettres de langue allemande.

Elle est surtout connue pour son premier livre, "La ferme du crime" ("Tannöd", 2006). Le roman décrit l'histoire vraie de l'assassinat d'une famille entière de fermiers dans le hameau bavarois de Hinterkaifeck.

Une adaptation théâtrale est mise en scène au Tiroler Landestheater à Innsbruck (Autriche) en mars 2008 puis au Staatsschauspielhaus à Dresde (Allemagne) en avril 2008. Il a été adapté au cinéma en 2009.

Son deuxième livre, "Un tueur à Munich : Josef Kalteis" ("Kalteis"), l'histoire d'un tueur en série dans le Munich des années 1930, a été publié en 2007 en Allemagne.

Schenkel est lauréate du "Deutscher Krimi Preis" à deux reprises (en 2007 pour "La ferme du crime" et en 2008 pour "Un tueur à Munich") et du "Friedrich Glauser-Preis" en 2007.

"Finsterau" (2015) est son quatrième roman. En 2016, elle publie "Le bracelet" ("Als die Liebe endlich war").

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview mit Andrea Maria Schenkelam 24.09.2007 in München
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
Jeanfrancoislemoine   06 août 2018
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Marie est venue m'aider à la maison parce que je tenais plus sur mes jambes.Mes jambes,ça fait longtemps qu'elles me portent plus.Quand on se fait vieux,il y a beaucoup de choses qui ne veulent plus,pas seulement les jambes.Comme le répétait ma mère, c'est moche de vieillir,croyez-moi,c'est moche. (P 22)
Commenter  J’apprécie          270
Annette55   16 août 2018
Le bracelet de Andrea Maria Schenkel
"Le passé ne disparaît jamais " ...



"La mort déploie ses ailes. "
Commenter  J’apprécie          130
Bazart   05 mai 2020
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
Quand je suis partie, il a dit qu'il me tuerait s'il me retrouvait. Il m'a envoyé deux de ses copains qui m'ont suivie. Luck est capable de tout, et tous ses amis sont de la même trempe. A la fin, j'avais peur d'être seule avec lui, et aujourd'hui encore, j'appréhende de le croiser. C'est un sentiment dont je ne me débarrasserai plus jamais.
Commenter  J’apprécie          110
galyalain   22 mai 2020
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
- Le jeune homme n’est pas là pour profiter de la vie, surtout pas sur le dos des autres. Vivre selon ce principe équivaut à courir à sa perte. Vous en êtes le parfait exemple. Vous qui entreteniez simultanément une relation avec la défunte Clara Ganslmeier et une jeune fille à Munich, dont les intentions envers vous étaient tout à fait honnêtes. Vous leur mentiez à toutes les deux. Vous n’avez jamais joué franc jeu. Est-ce là votre droit de profiter de la vie ? Et les autres, qu’en faites-vous ? (Le juge Kammener à Täuscher)
Commenter  J’apprécie          10
galyalain   22 mai 2020
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
Elle n’était plus toute jeune, le temps avait dû lui filer entre les doigts sans qu’elle s’en rende compte. Il éprouvait soudain une forme de tristesse pour Clara, mais ce n’était pas tant sa mort tragique qui le touchait, meurtres et homicides faisaient partie de son métier, et n’arrivaient pas si souvent, Dieu merci, non, ce qui lui faisait tant de peine, c’étaient les espoirs déçus, les rêves inassouvis.

« Tu t’es fait avoir, pauvre petite, comme nous tous […] » (Huther à propos de Clara)
Commenter  J’apprécie          10
galyalain   22 mai 2020
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
Le cinéma est un danger pour notre jeunesse, il lui fait miroiter une réalité fallacieuse. Une existence faite de luxe et d’’oisiveté, complètement dépourvue de la notion de travail ou d’effort. […] Les gens croient ce qu’ils voient et ne font plus la différence entre cette mise en scène et leur vie quotidienne. Ils confondent le monde illusoire du cinéma et la réalité dans laquelle nous vivons. Le film est un art de charlatan […] (Maître Klar)
Commenter  J’apprécie          10
galyalain   22 mai 2020
Tromperie de Andrea Maria Schenkel
[…] ils découpaient toujours le journal de la veille en feuilles rectangulaires qui, accrochés à une ficelle, servaient de papier-toilette à l’étage. Deux feuilles de journal, une feuille de papier-toilette. Huther secoua la tête, les temps étaient durs, même le papier-toilette était hors de prix.
Commenter  J’apprécie          10
ADAMSY   08 septembre 2016
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Elle a toujours été "une fière", et son père aussi. Ils parlaient qu'avec ceux qui leur revenaient. Ca m'étonne que quand ils allaient à l'église, le dimanche, les saints leur aient pas tourné le dos.
Commenter  J’apprécie          60
AliceW   26 octobre 2013
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
J’ai passé le premier été d’après-guerre chez des parents éloignés, à la campagne.

Au cours de ces semaines, le village m’était apparu comme un îlot de calme. L’un des derniers lieux épargnés par cette violente tempête que nous venions de traverser.

Des années plus tard, alors que la vie était revenue à la normale et que cet été n’était plus qu’un heureux souvenir, j’ai retrouvé mon village dans les pages d’un journal.

Il était devenu le « village meurtrier » et , dès lors, je n’ai plus cessé de penser à ce qui était arrivé.

En proie à des sentiments mêlés, j’ai décidé de m’y rendre à nouveau. Ceux que j’y ai rencontrés ont accepté de me parler du crime. De parler à quelqu’un d’à la fois étranger et familier. Qui ne resterait pas, qui écouterait puis repartirait comme il était venu.
Commenter  J’apprécie          40
sylsol   07 avril 2013
La ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
Pourquoi quelqu'un tue tout le monde ? Pourquoi il tue ce qu'il aime ? Anna, on ne peut tuer que ce qu'on aime.

Tu sais toi, Anna, ce qui se passe dans la tête des gens ? Tu le sais ? Est-ce que tu peux voir dans les têtes, dans les coeurs ? Moi, je suis resté enfermé toute ma vie, enfermé.

Et tout d'un coup, un nouveau monde s'ouvre à moi, une nouvelle vie. Tu sais ce que c'est ?

Je te le dis, on est tout seul toute sa vie. On naît seul et on meurt seul. Et entre les deux, j'étais prisonnier de mon corps, prisonnier de mon désir.

Je te le dis, il y a pas de Dieu dans ce monde, il y a juste l'enfer. Et l'enfer, il est sur terre, dans nos têtes, dans nos coeurs.

Le démon est en chacun de nous et chacun peut le faire sortir à tout moment.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Andrea Maria Schenkel (248)Voir plus


Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur