AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) à : Braila, Roumanie , 1901
Mort(e) à : Athènes , le 03/08/1975
Biographie :

Andréas Embiríkos est un poète et prosateur grec, également photographe et psychanalyste.

Né à Braila en Roumanie en 1901 et venu en Grèce l’année suivante, il a suivi des études de philosophie et de littérature anglaise à l’Université d’Athènes et au King's College de Londres.

De 1926 à 1931 il vit à Paris où il fréquente les cercles surréalistes et s’exerce à la psychanalyse aux côtés du psychiatre René Laforgue, l’un des fondateurs de la Société Psychanalytique de Paris. En 1931 il s’installe définitivement en Grèce, et fait sa première apparition dans les lettres grecques en 1935.

En tant qu’écrivain, il appartient à la génération de 1930 dont il est l’un des représentants les plus importants pour ce qui est du surréalisme grec. C’est Embiríkos qui a introduit le surréalisme en Grèce et c’est lui aussi qui a été le premier à y exercer la psychanalyse, activité qu’il a menée de 1935 à 1951. Il est souvent considéré comme un poète « visionnaire », occupant une place remarquable dans le monde littéraire grec, malgré la défiance que son œuvre a initialement inspirée.

Parmi ses œuvres, on distingue notamment son premier recueil de poèmes intitulé Υψικάμινος (Haut fourneau), qui constitue le premier texte purement surréaliste publié en Grèce, ainsi que son roman Ο Μέγας Ανατολικός (Le Grand Oriental) qui a fait scandale par sa liberté d’expression et son contenu érotique. Une grande partie de son œuvre n’a été publiée qu’après sa mort.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
TiriNoiret   05 mars 2020
Argo ou le vol d'aérostat de Andreas Embiricos
La nef — car c’est bien d’une nef qu’il s’agissait — fendait la mer en un instant d’affectueuse harmonie des éléments, cependant que le soleil s’élevait vers ce point de la voûte céleste d’ou‘ la lumière tombe de telle sorte que les ombres s’amenuisent par degrés, jusqu’à devenir très brèves et à s’anéantir enfin presque entièrement. Et tandis que les passagers — que dis-je, les Argonautes — se remettaient languissamment des premières impressions aimables de l’aventure, le timonier, ou plutôt le nautonier, comme du fond d’un gros coquillage, faisait claquer les voiles sous une tempête de fureur et querellait bruyamment ses compagnons, avec des injures et des reproches, pour leur indolence et leur muflerie, disant qu’avec de pareilles manières et une pareille inertie, le moment ne tarderait pas à venir où tout Achille et tout Jason se retrouveraient enchaînés, ou à tout le moins entraves, cependant que seuls resteraient libres les quatre vents, sous les ordres du premier Ulysse, du premier Ojeda, ou Gonzalo Jiménez de Quesada - bref du premier, deuxième ou troisième aventurier venu, tandis que les galères pirates, depuis les rives de la Phénicie jusqu'aux confins extrêmes de l'Occident, pilleraient et opprimeraient les populations des villes côtières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TiriNoiret   04 mars 2020
Argo ou Vol d'aérostat de Andreas Embiricos
L'immense ballon, franc de tous liens et gracieux, paraissait animé d'une respiration paisible et régulière - semblable à une puissante déité de légende - dans son ascension continue et lyrique à travers l'éther.
Commenter  J’apprécie          80
Tandarica   17 juin 2016
Haut fourneau de Andreas Embiricos
L'ÉDREDON DE LA FÉLICITÉ

L'écart en la plaine de Roumanie jouira d'une pleine euphorie. Un jour dans ses palais pousseront d'arborescents platanes brandissant dans leurs paumes des glaives ou des javelots incandescents. L'indolent bélier qui gîte aujourd'hui en son église cathédrale sera remplacé par une femme en copulation perpétuelle et tout autour de la rue principale les prisonniers politiques joueront le divin mystère de la résurrection d'une tête tranchée avec l'accompagnement musical d'un célesta.

(p.55)
Commenter  J’apprécie          30
Tandarica   20 juin 2016
Haut fourneau de Andreas Embiricos
Le but de notre vie c'est d'aimer. Le but de notre vie c'est d'accepter avec générosité notre vie et ses vœux en tout temps et en tout lieu suivant les ardeurs de nos pulsions existentielles. Le but de notre vie c'est le parchemin stigmatisé de notre existence même.

(p. 53)
Commenter  J’apprécie          30
brigetoun   28 décembre 2009
Oktanà, suivi de Ce Jour d’hui de Andreas Embiricos
.. Des heures et des heures passèrent et nous cherchions encore dans l’angoisse, avant de gagner notre navire (le schooner que nous avions armé), avant d’entamer notre voyage vers l’un ou l’autre rivage, l’une ou l’autre île, que nous voulions tous dans le Pacifique (sans doute à cause de toutes ces guerres où nous avions tant souffert) et où nous désirions être accueillis, dans la magie de l’équinoxe perpétuel, par les filles du Pacifique, les enfants paradisiaques — ô Herman Melville ! — du Pacifique, les ravissantes Fayaway, espérant aussi rencontrer, non pas en chasseurs, non pas en ennemis comme Achab, mais au contraire en amis sincères et ardents, le Souffle des océans à la crête liquide, la blanche et spermatique montagne flottante (salut à toi, salut, ô Moby Dick !), la Baleine Blanche, espérant trouver la reine des plus profondes abysses et de toute surface lumineuse, la Baleine Blanche, la blanche Aphrodite née de l’écume (Salut, ô Jaillissante, salut, salut, ô Bouillonnante !), vision divine, Souffle Premier, fille de l’absolue innocence, de l’absolue liberté, de l’absolue volupté — léviathan, ô léviathan qui toi seul, jusqu’à ce jour, conserves une trace des débuts du monde, à l’aube de la préhistoire, une trace de sa force authentique, de l’union absolue à la nature, une trace de la grandeur et des rythmes géants de cette époque sans mensonges des brontosaures et des tyrannosaures....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tandarica   20 juin 2016
Haut fourneau de Andreas Embiricos
Alors les cachalots éternuèrent, tous les cétacés se mirent le ventre en l'air et les carcasses surannées sombrèrent corps et biens pour la renaissance du bonheur pour l'accomplissement des fins dernières pour la paix pour l'occultation et pour l'exaltation de la vérité pour la prédominance des roses et de l'araignée magique en cette année de joie pour le siècle des grands déferlements de lames par-dessus les bateaux bien portants.

(p. 25)
Commenter  J’apprécie          20
Tandarica   20 juin 2016
Haut fourneau de Andreas Embiricos
Tantôt c'est le frémissement d'une veine tantôt l'éclat d'une bataille très meurtrière tantôt les dons du destin mais les émigrants demeurent toujours stupéfaits et frémissants.

(p. 47)
Commenter  J’apprécie          20
brigetoun   28 décembre 2009
Oktanà, suivi de Ce Jour d’hui de Andreas Embiricos
Toute vibration est une cigale

Toute cigale est une vibration

Qui se développe s’élève et culmine

Tandis que suent les corps et les troncs d’arbres

Et la résine déborde des godets
Commenter  J’apprécie          20
brigetoun   28 décembre 2009
Oktanà, suivi de Ce Jour d’hui de Andreas Embiricos
Ouvrez les fenêtres, ouvrez les âmes — voyez Kerouac le Musagète qui passe, Dionysos en

même temps qu’Apollon dans son pantalon étroit, souvent pas rasé, toujours beau, sans du tout

craindre la déchéance qui l’a détourné, car c’est lui qui apporte, dans son âme et entre ses

jambes, la semence d’une grandeur nouvelle.

Ouvrez les fenêtres, ouvrez les âmes — Kerouac passe couronné de lumière, buvant le nectar de

la vie quotidienne où qu’il se trouve, buvant et offrant le nectar qui coule plus que le Niagara,

quand le désir en nous l’emporte et l’homme béni prête serment sur le « Par ce signe tu vaincras

» de l’amour. »
Commenter  J’apprécie          00
brigetoun   28 décembre 2009
Oktanà, suivi de Ce Jour d’hui de Andreas Embiricos
Oktàna c’est l’union absolue de l’esprit et de la matière.

Oktàna c’est le maintien du contact jusqu’aux points les plus lointains de l’évolution avec toute source qui constitue vraiment le réservoir sacré des archétypes de la vie.

Oktàna c’est ce qui combat la mort et partout et toujours défend la vie.

Oktàna c’est la liberté véritable, et non cette ironie terrible, qui donne le nom de liberté à ce qui évolue ou stagne dans les limites étroites laissées aux humains par les lois inhumaines des froussards, des aveugles ou des imbéciles.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur