AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 485 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Saint-Sébastien-de-Frontenac , le 12/11/1957
Biographie :

Andrée A. Michaud est une romancière québécoise, auteur de romans policiers.

Elle détient un baccalauréat en philosophie, en cinéma et en linguistique de l'Université Laval et une maîtrise en études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Après ses études, elle entame une carrière de romancière.

"La Femme de Sath" (1987), son premier roman, est un suspense psychologique qui avait suscité les éloges de la critique. Mais elle est surtout connue pour ses romans policiers.

Pour deux d'entre eux, elle remporte le prix du Gouverneur général : en 2001 pour "Le Ravissement" (2001) et, en 2015, pour "Bondrée" (2013).

Ce dernier titre lui vaut également le prix Saint-Pacôme du roman policier 2014, le prix Arthur Ellis du roman policier en langue française 2015 et le Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes en 2017. "Le Ravissement" reçoit également le Prix littéraire des collégiennes et des collégiens en 2001.

Andrée A. Michaud reçoit en 2007 le prix Ringuet pour "Mirror Lake" (2006), roman policier adapté au cinéma en 2013, par Érik Canuel, sous le titre "Lac Mystère". En 2019, Andrée A. Michaud devient la première Québécoise à remporter le prix SNCF du polar, pour "Bondrée".

Parallèlement à son travail d'écrivaine, elle exerce aussi le métier de réviseuse et de rédactrice.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Rentrée Frissons pour ce premier Cercle polar de l'année 2020. Tempêtes, le nouveau roman de la Québécoise Andrée A. Michaud explore la montée de la peur et de la folie chez deux personnages prisonniers de la fureur de la montagne. le Français Patrice Gain plonge une famille dans la violence d'une rivière qu'ils tentent de descendre en raft. Quant à l'Américain T.E. Grau, c'est dans le chaos de l'esprit d'un soldat retour du Vietnam qu'il enferme le lecteur, façon Apocalypse now. Bonne année à tous ! "Tempêtes" d'Andrée A. Michaud, éd. Rivages/Noir "Le sourire du scorpion" de Patrice Gain, éd. le mot t le reste "Je suis le fleuve" de T.E. Grau, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard, éd. Sonatine
+ Lire la suite
Citations et extraits (241) Voir plus Ajouter une citation
nameless   29 septembre 2016
Bondrée de Andrée A. Michaud
Larue avait perçu dans ces yeux la détermination du gars qui ne baisserait jamais les bras, à moins de se les faire arracher, de celui qui se prenait l'absurdité de la vie en pleine face, mais continuait néanmoins d'avancer, tête haute, parce que le mouvement est moins désespérant que l'inertie.



Page 89
Commenter  J’apprécie          300
Bazart   23 mai 2020
Tempêtes de Andrée A. Michaud
"J'ai soulevé le premier pour en vérifier la couleur. Noir de jais, ai-je lu sur le contenant. J'ai soulevé le deuxième pot, le troisième, le quatrième. Noir, noir, noir. Ca n'avait aucun sens. J'avais vu du rouge, bloody mary, c'était écrit sur l'étiquette, et du jaune citron. J'avais vu de la peinture jaune, joualvert. Je n'étais pas cinglée." "t'es forte Marie, tu vas t''en sortir."
Commenter  J’apprécie          80
marina53   28 octobre 2019
Rivière Tremblante de Andrée A. Michaud
On croit toujours que ça n'arrive qu'aux autres, ces histoires d'horreur. On compatit avec les parents éplorés quand on voit le visage d'un gamin ou d'une gamine reproduit dans le journal ou placardé sur un mur, mais on n'imagine pas que ce visage puisse un jour être celui de notre enfant. Si cette idée nous traverse l'esprit, on la repousse immédiatement en se disant que ça ne peut pas se produire, qu'on est là pour protéger le petit, la petite, que rien ne peut l'atteindre tant qu'on monte la garde. On plaint les pauvres types qui se promènent avec la photo de première communion de leur fillette (…). On plaint les femmes aux yeux cernés abruties par les somnifères, les antidépresseurs, le gros gin caché dans l'armoire de la cuisine (…) mais on n'arrive pas à s'associer réellement à leur détresse. Ce type de fatalité ne frappe que ceux dont le destin est programmé pour le malheur et on ne fait pas partie de ces gens. C'est ce qu'on croit.
Commenter  J’apprécie          261
nameless   01 octobre 2016
Bondrée de Andrée A. Michaud
Il ne voyait pas de meilleure façon de traverser cette vie que de continuer à poser un pied devant l'autre. En ce qui le concernait, l'illusion d'avancer remplaçait Dieu et il tenterait de maintenir cette illusion tant que ses jambes lui obéiraient.



Page 303
Commenter  J’apprécie          270
bilodoh   03 août 2015
Bondrée de Andrée A. Michaud
Le mal ne pouvait survenir d’un être isolé. Il venait toujours du nombre et du surnombre, de l’accumulation des haines avec le nombre, de la proximité de trop de destins orchestrant férocement leur accomplissement.



(p.161)

Commenter  J’apprécie          260
tamara29   13 octobre 2018
Bondrée de Andrée A. Michaud
La mort de Zaza Mulligan, comme toute autre mort, ne parviendrait pas à étouffer éternellement le rire des survivants. La vie se réorganiserait autour de cette absence et tous, sauf les proches et les flics de son espèce [Michaud], incapables de repousser les fantômes, oublieraient que dans l'espace occupé par l'absence, se tenait autrefois une jeune fille. Il devait en être ainsi, le jeu n'autorisait pas la participation des disparus.
Commenter  J’apprécie          250
nameless   28 septembre 2016
Bondrée de Andrée A. Michaud
Comme des milliers d'autres jeunes Yankees, il avait gagné à la loterie de Roosevelt un aller simple pour l'Europe, enrôlé avec tous ceux que l'on considérait comme aptes à se battre sans s'interroger sur leur aptitude à mourir ou côtoyer la mort.



Page 32
Commenter  J’apprécie          250
bilodoh   03 août 2015
Bondrée de Andrée A. Michaud
Il ... se demandait comment on vieillit, si on s’enlaidit lorsqu’on a personne à qui confier sa peur de mourir ou d’arrêter de bander, personne devant qui on peut cracher la bile qui vous bloque les mâchoires si elle reste dedans



(p. 132)

Commenter  J’apprécie          250
marina53   20 août 2019
Bondrée de Andrée A. Michaud
Mon père avait posé une main sur mon épaule. Ça va, punaise ? Il me donnait ce surnom dans les moments graves, punaise. J'aurais pu m'en offusquer, mais je savais que la punaise qu'il voyait en moi n'avait rien à voir avec la bestiole. Il s'agissait d'une punaise pas vraiment punaise, qui ne sentait pas le diable et savait grimper aux arbres. Punaise n'était qu'un synonyme de la puce, pas tellement plus flatteur, si on y pense bien, qu'un mot gonflé d'affection, et rien ne me faisait plus plaisir que de l'entendre m'appeler ainsi. Tant qu'il m'appellerait punaise, je saurais qu'il m'aimait.
Commenter  J’apprécie          241
iris29   28 janvier 2019
Rivière Tremblante de Andrée A. Michaud
Il faisait tournoyer au fond de son verre la petite goutte d'alcool qui avait échappé à notre cul sec, en suivant le sens de la rotation de la terre, puis il changeait de direction, prenait le temps à rebours et recommençait. Peut- être se disait- il que si le verre pivotait assez longtemps vers l'arrière, il pourrait remonter vers le passé et obliger la terre à replier ses nuits les unes après les autres. Il aurait pourtant dû savoir qu'il ne faut pas davantage plier la nuit que le jour, qu'il faut au contraire courir et retenir ses cris, que c' est l'unique façon de sauver sa peau.
Commenter  J’apprécie          240
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Andrée A. Michaud (586)Voir plus


Quiz Voir plus

Céréales quiz !

Poursuivis par la police, Walter, un truand sans envergure, et Francesca, sa maîtresse, se réfugient dans un campement de «mondines», ces repiqueuses de riz de la plaine du Pô, où ils découvrent le dur travail des ouvrières agricoles. Ils y font la connaissance de la belle mais dangereuse Silvana. Celle-ci, voyant clair dans le jeu des deux fugitifs, dénonce Francesca au sergent Marco et, une fois la voie libre, devient la maîtresse de Walter. Le truand tombe vite sous le charme de cette femme aux mœurs libres et à l'allure farouche. Les deux amants, sentant tourner le vent, décident de s'enfuir. Le sergent Marco se lance à leur poursuite...

Riz amer
Blé amer
Orge amer
Seigle amer

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , céréales , films , bd adulte , romans policiers et polarsCréer un quiz sur cet auteur
.. ..