AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.01/5 (sur 2018 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Caire , le 20/03/1920
Mort(e) à : Paris , le 06/02/2011
Biographie :

Andrée Chedid est une femme de lettres et poétesse française d’origine syro-libanaise.

Son père est un chrétien maronite né à Baabda, dans le moutassarifat du Mont-Liban et sa mère est née dans la communauté grecque orthodoxe de Damas, alors dans le vilayet de Syrie.

Elle a fait ses études en Égypte dans des écoles égyptiennes puis françaises, avant d'intégrer l’Université américaine du Caire. Elle y obtient un baccalauréat universitaire en journalisme en 1942. La même année elle se marie avec le biologiste Louis Selim Chedid, issu d'une famille bourgeoise maronite du Caire, également d'origine libanaise.

En 1943, elle part vivre au Liban avec son mari. Elle publie son premier recueil de poésie, en anglais, "On the Trails of My Fancy", sous le pseudonyme A. Lake. En 1946, elle s’installe définitivement à Paris : son mari est professeur à l’Institut Pasteur. Tous les deux acquièrent la nationalité française.

Elle écrit son premier roman en 1952 et écrit des nouvelles, des poèmes, des pièces de théâtre, des romans, et de la littérature jeunesse.

Son œuvre est un questionnement continuel sur la condition humaine et les liens entre l’homme et le monde. Andrée Chedid, dans toute son œuvre, célèbre la vie tant aimée, tout en ayant une vive conscience de sa précarité. Elle encourage chaque homme à accepter l’altérité16. Son style très travaillé se caractérise par sa fluidité. Elle évoque l’Orient avec une grande sensualité pour mettre en avant ses parfums. Elle s’attache aussi à décrire la guerre du Liban. L’œuvre d’Andrée Chedid est également attentive à la question de la condition de la femme.

Andrée Chedid a été atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle a évoqué sa maladie dans son dernier recueil de poèmes, "L’Étoffe de l'univers"

Elle est lauréate de nombreux prix, notamment le Prix Goncourt de la nouvelle 1979 pour "Le Corps et le Temps" et le Prix Goncourt de la poésie 2002.

Andrée Chedid est la mère de Michèle Chedid-Koltz et de chanteur Louis Chedid (1948), et la grand-mère de plusieurs enfants dont Matthieu Chedid (1971), aussi connu sous le nom d'artiste de M, la réalisatrice Émilie Chedid (1970), la musicienne Anna Chedid (1987), le chanteur Joseph Chedid (1986).

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Andrée Chedid   (77)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Une anthologie de femmes-poètes ! - Eh oui, pourquoi pas ? […] On a dit du XIXe siècle que ce fut le siècle de la vapeur. le XXe siècle sera le siècle de la femme. - Dans les sciences, dans les arts, dans les affaires et jusque dans la politique, la femme jouera un rôle de plus en plus important. Mais c'est dans les lettres surtout, - et particulièrement dans la poésie, - qu'elle est appelée à tenir une place considérable. En nos temps d'émancipation féminine, alors que, pour conquérir sa liberté, la femme accepte résolument de travailler, - quel travail saurait mieux lui convenir que le travail littéraire ?! […] Poète par essence, elle s'exprimera aussi facilement en vers qu'en prose. Plus facilement même, car elle n'aura point à se préoccuper d'inventer des intrigues, de se créer un genre, de se faire le champion d'une idée quelconque ; - non, il lui suffira d'aimer, de souffrir, de vivre. Sa sensibilité, voilà le meilleur de son imagination. Elle chantera ses joies et ses peines, elle écoutera battre son coeur, et tout ce qu'elle sentira, elle saura le dire avec facilité qui est bien une des caractéristiques du talent féminin. […] Et puis, au moment où la femme va devenir, dans les lettres comme dans la vie sociale, la rivale de l'homme, ne convient-il pas de dresser le bilan, d'inventorier - si l'on peut dire, - son trésor poétique. Les temps sont arrivés où chacun va réclamer le bénéfice de son apport personnel. […] » (Alphonse Séché [1876-1964]) « Il n'y a pas de poésie féminine. Il y a la poésie. Certains et certaines y excellent, d'autres non. On ne peut donc parler d'un avenir spécial de telle poésie, masculine ou féminine. La poésie a toujours tout l'avenir. Il naîtra toujours de grands poètes, hommes ou femmes […]. Où ? Quand ? Cela gît sur les genoux des dieux, et nul ne peut prophétiser là-dessus. […]. » (Fernand Gregh [1873-1960]) 0:00 - Angèle Vannier 1:22 - Andrée Chedid 2:07 - Juliette Darle 2:51 - Anne Perrier 3:26 - Claire Malroux 4:01 - Anise Koltz 4:26 - Liliane Wouters 5:20 - Générique Contenu suggéré : QUI NYMPHE, QUI MADONE #12 : https://youtu.be/_wcvfKF95-A QUI NYMPHE, QUI MADONE #11 : https://youtu.be/UGX87mD2NRE QUI NYMPHE, QUI MADONE #9 : https://youtu.be/DtWZIHZU7Vo QUI NYMPHE, QUI MADONE #8 : https://youtu.be/¤££¤51De Serge Martin45¤££¤ QUI NYMPHE, QUI MADONE #7 : https://youtu.be/bPexQr8zYWY QUI NYMPHE, QUI MADONE #6 : https://youtu.be/IKim_loBAbs QUI NYMPHE, QUI MADONE #5 : https://youtu.be/p1ZeL66gnaY QUI NYMPHE, QUI MADONE #4 : https://youtu.be/yos¤££¤54Alphonse Séché64¤££¤ QUI NYMPHE, QUI MADONE #3 : https://youtu.be/D_5987PxJRU QUI NYMPHE, QUI MADONE #2 : https://youtu.be/wGvAEiMIJ2k QUI NYMPHE, QUI MADONE #1 : https://youtu.be/2eLyH8-CM68 Femmes écrivains : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8qhOvXJDXpE1fe92htazYwn Références bibliographiques : Couleurs femmes, poèmes de 57 femmes, Paris, co-édition le Castor Astral/Le Nouvel Athanor, 2010. La poésie à plusieurs voix, rencontres avec trente poètes d'aujourd'hui, sous la direction de Serge Martin, Paris, Armand Colin, 2010. Françoise Chandernagor, Quand les femmes parlent d'amour, Paris, Cherche midi, 2016 Images d'illustration : Angèle Vannier : https://traversees.files.wordpress.com/2020/11/angele-vannier-biographie-cristel-couverture.jpg Andrée Chedid : https://www.bulledemanou.com/2015/03/andree-chedid.html Juliette Darle : http://academiereneevivien.unblog.fr/salon-litteraire/salon-litteraire-6-juillet-2019/ Anne Perrier : https://www.recoursaupoeme.fr/auteurs/anne-perrier/#iLightbox[aac8e1aa6f5de8aeaab]/0 Claire Malroux : https://twitter.com/ColeHenri/status/717368378826956801/photo/1 Anise Koltz : https://www.luxtimes.lu/en/culture/anise-koltz-wins-top-poetry-prize-602d5ef2de135b92369270dd Liliane Wouters : https://www.lezardes-et-murmures.com/2016/10/testament-liliane-wouters.html Bande sonore originale : Arthur Vyn

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (992) Voir plus Ajouter une citation
Andrée Chedid
L’espérance

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.
Commenter  J’apprécie          1440
"Marie se souvient :
- Je ne serai pas ta routine.
Et Steph de rétorquer :
- Je ne deviendrai jamais ton habitude."
Commenter  J’apprécie          1050
Voila le résumé par chapitre du livre :

1 Marie se rend au rendez-vous avec Steph. Elle marche tout en ayant une balle dans le dos, Steph est beau et parfait aux yeux de Marie, bien qu’ils aient des tempéraments opposés
.
2/3 La blessure de Marie saigne beaucoup, elle a du mal à avancer jusqu’au pont ou elle en est sur, l’attend Steph, c’est l’été.

4 La rencontre de Steph et Marie : Steph avait 10 ans lors du mariage de son frère ainé dans un pays Méditerranéen. Ils se revirent 10 ans après.

5 Marie est a bout de force mais veut à tout pris arriver à l’heure au rendez-vous avec Steph.

6 Images d’horreur de la guerre

7 Souvenir heureux d’un moment amoureux passé avec Steph au bord de la mer.

8 Marie se sent mourir, elle avait voulu mourir de vieillesse.

9 Elle n’arrive plus à avancer, ses genoux flageolent. Elle sent une douleur la traverser. Elle trébuche.

10 On apprend que Steph lui a écrit une lettre, elle sait qu’elle ne pourra atteindre le pont (lieu du rendez-vous) et elle cherche un passant pour faire passer son message.

11 Contenu de la lettre de Steph : Dans la lettre, Steph dit que, depuis qu’il connait les horreurs de la guerre, plus rien n’est important sauf l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre. Marie essaye d’atteindre cette lettre dans la sacoche qui est fixé autour de sa taille pour écrire son message.

12 Dans sa lettre, Steph lui donne rendez-vous dimanche à midi précise, il attendra une heure puis tout sera rompu définitivement entre eux. Marie prend la lettre, la griffonne « je venais, je t’aime »

13 Elle crie pour attirer l’attention mais la rue est déserte, elle est a terre et agonise.

14 Marie s’accroche à la vie.

15 Un couple avec des valises sort soudain d’une porte pour fuir cette guerre.

16 Marie les voit et les laisse s’approcher. Ce sont les derniers habitants de ce quartier.

17 Il la dépasse puis Marie pousse un grand cri, ils l’entendirent et courent vers elle.
18 Anton court chercher sa trousse de secours pour soigner Marie, pendant ce temps, Marie arrive à donner la lettre à Anya qui comprend l’urgence de la situation et promet à Marie d’arriver à temps au pont pour donner la lettre à Steph, il est 12h45.

19 Anton sait que Marie ne pourra pas survivre mais il essaie de la garder en vie jusqu’à sa rencontre avec Steph.

20 Marie est apaisé depuis qu’Anton est à ses coté, elle n’a plus envie de mourir.

21 Anton veille sur Marie en espérant le retour d’Anya et Steph.

22 La révolte, le dégout, d’Anya contre la guerre lui fait refuser les religions et les croyances.

23 Anya continue sa route vers Steph et imagine le bonheur d’Anton si elle le trouve.
24 Marie se souvient de son passé lorsqu’elle était petite, puis de sa passion avec Steph. Mais, lorsque Anton lui parle, elle sourit, cligne des yeux mais n’arrive plus a parler.

25 Anya entrevoit Steph assis près du pont, comme il avait écrit dans sa lettre, au milieu d’une foule de personnes ne désirant qu’une chose : FUIR. Elle arrive tant bien que mal à s’extirper de cette foule.

26 Anton chantonne une mélodie à Marie, qui, les yeux mi-clos, écoute chaque syllabe.

27 Anya, au milieu de la foule, s’aperçoit que Steph n’est plus sur le muret et à rejoint la foule, donc elle crie en agitant la photo : « Steph, l’homme au chandail bleu » mais ses cris n’atteigne pas Steph. Puis elle le vit s’éloigné et monter dans le bus l’emmenant de l’autre coté du pont.

28 Anton s’inquiète de ne pas voir Anya surgir au bout de la rue. Soudain, un jeune homme avec une mitraillette demande à Anton ce qui ce passe.

29 Marie se retourne vers Anton en trainant les pieds.

30 Le jeune homme se dit protecteur du quartier, il semble bon et dit à Anton qu’il part chercher une ambulance pour Marie.

31 Anya arrive tout essoufflé par pour raconter à Anton sa peur de le perdre et son échec de retrouver Steph, l’homme « au chandail bleu » malgré ses cris dans la foule. Près d’Anton, Anya est a présent rassurée.

32 Les horreur de la guerre alors que la terre continue de tourner.

33 Steph raconte son attente et sa déception de ne pas voir Marie au rendez-vous malgré leur pacte de toujours s’aimer et de finir leur vie ensemble. Il est déçu, car il pense que Marie à trouver un autre compagnon. Il décide de consacré encore plus de temps à ses fouilles.

34 Marie se demande si Steph est venu au rendez-vous, si Anya lui a donné la lettre, elle entend Anya et Anton chuchoté et elle a peur que tout soit fini avec Steph.

35 Giorgio, l’homme à la mitraillette raconte son parcours depuis le début des conflits : il s’est opposé à ses parents en s’engageant dans le camp adverse et, solitaire, tire de loin, sur tout ce qui bouge sans affronter les conséquences de ses actes. Sa mitraillette et lui ne font plus que un.

36 L’admiration d’Anya pour son mari fait qu’elle a du mal a lui raconter son échec de prendre contact avec Steph.

37 Giorgio se sent à présent quelqu’un depuis qu’il a une mitraillette et un uniforme. Avant, son père le rabaissait en raison de ses mauvais résultats scolaires.

38 Anton et Anya se promettent de retrouver Steph un jour pour lui dire.

39 Giorgio s’est réfugié dans un quartier de riches chez un écrivain ou il y a de nombreux livres. Il vide les maisons désertées pour se nourrir et se procuré des bougies car il n’y a pas d’électricité, il lit les livres et recopie les phrases qui le touchent dans un calepin. Il pense à sa mère qui lui manque. Il est au 9ème étage d’un immeuble et fait le guet, avec sa mitraillette, pour tirer sur les personnes suspectes.

40 Il pense à la jeune femme étendue, au vieil homme agenouillé à ses cotés et l’apparition de la vieille femme essoufflée qui fut pris de panique à sa vue. Il assimile cette jeune femme à sa mère qui il n’a pas donné de nouvelles depuis 1 ans. Il va vers l’hôpital et demande sa route à un marchand de légumes qui l’injurie. Mais Giorgio ne répond pas.

41 Anya et Anton font croire à Marie qu’Anya a parlé avec Steph et qu’il va arriver pour la maintenir encore en vie.

42 Dans l’autocar, oppressé par la foule, Steph repense à sa relation avec Marie puis, tout à coup, il se dit que elle est peut-être en danger et que le quartier qu’elle devait traverser pour le rejoindre n’est peut être pas si tranquille que sa. Il décide alors de descendre du bus malgré la foule qui rend les issues inaccessibles.

43 Marie n’arrive plus à manifester ses sentiments, son pouls est faible. Anya et Anton pense qu’elle n’en a plus pour longtemps. Mais ils continuent à mentir à Marie en lui faisant espérer que Steph va bientôt apparaitre au bout de la rue.

44 Giorgio arrive devant l’hôpital mais il est détruit, il pense alors a l’hospitalisation de sa mère il y a 10 ans et a sa dispute avec son père, puis lorsqu’il est parti de chez lui et que son père la maudit. Il veut trouver rapidement une ambulance pour pouvoir retourner dans son logement.

45 Steph saute de l’autobus en marche. Le chauffeur de bus et les passages l’insultent car il a mit en danger tout le monde.

46 Anya et Anton continue à faire espérer Marie de la venue de Steph.

47 Steph avait roulé dans un Jalus Sablonneuse. Il était 14h, il va rejoindre Marie

48 Giorgio cherche toujours une ambulance.

49 Anya et Anton se disent heureux d’être encore vivant car cela devrait être eux a la place de Marie et mourir. Ils pensent à la mort.

50 La foule dense empêche Steph de traverser le pont car elle ne comprend pas pourquoi il est dans le sens inverse d’elle. Elle le laisse passer alors quand il explique qu’il va chercher sa femme. Il est de plus en plus convaincu que Marie l’attend chez elle.

51 Giorgio se rend au pont ou se trouve Steph pour demander de l’aide à la foule. Mais, à la vue de la mitraillette, les gens prennent peur. Alors, Giorgio s’adresse à un gendarme qui essaye de dispersé la foule. Mais celui-ci lui dit de venir l’aider plutôt de vouloir aider Marie qui est déjà probablement morte, Giorgio refuse et repart.

52 Anya et Anton assoient Marie de sorte qu’elle puisse voir le début de la rue et l’arrivée de Steph car, à présent, elle ne vit plus que pour sa.

53 De l’autre coté du pont, Giorgio parle à un homme qui lui dit de rebroussé chemin car ce coté il n’y a ni pompier, ni ambulances. Il lui indique un poste de pompier, de gendarme et d’ambulance.

54 Steph court vers l’immeuble ou habite Marie pour la rejoindre.

55 Marie aperçoit Steph au bout de la rue et lorsque Steph approche, Anton se met au milieu de sa route pour le stopper car Steph ne l’avait pas vu.

56 Giorgio prend une ambulance avec 3 infirmiers et va en direction de Marie.

57 Anton explique à Steph qu’un franc-tireur a tiré dans le dos de Marie qui est étendue par terre. Steph se jeta à genoux près de Marie et la prend contre sa poitrine car Anton lui explique qu’il n’y a plus rien à faire et qu’elle est sur le point de mourir. Steph berce Marie et lui parle doucement, ainsi marie décède en douceur sans douleurs.

58 L’ambulance arrive mais Giorgio se rend compte que Marie est morte, Steph accuse Giorgio d’avoir tiré sur sa femme, prend son révolver dans sa poche et tue Giorgio. Les ambulancier pris de panique, repartent dans leur ambulance

FIN
Commenter  J’apprécie          942
"Il adossa Marie contre sa poitrine et lui parla à l'oreille, lentement. Des mots usés, des mots neufs, des mots denses, chargés d'amour. Des mots inépuisables. Des mots simples, des mots vrais :
- Je t'aime. Tu es ce qui m'anime. Je n'ai aimé que toi."
Commenter  J’apprécie          900
Sur cette parcelle du vaste monde, sur ce minuscule îlot de bitume, sur cette scène se joue, une fois de plus, une fois de trop, le théâtre barbare de nos haines et de nos combats. Massacres, cités détruites, villages martyrisés, meurtres, génocides, pogroms. Les siècles s'agglutinent en ce lieu dérisoire, exigu, où la mort, une fois de plus, joue avant son heure, son implacable, sa fatale partition
Commenter  J’apprécie          790
Andrée Chedid
De cet amour ardent je reste émerveillée.

Je reste émerveillée
Du clapotis de l’eau
Des oiseaux gazouilleurs
Ces bonheurs de la terre
Je reste émerveillée
D’un amour
Invincible
Toujours présent

Je reste émerveillée
De cet amour
Ardent
Qui ne craint
Ni le torrent du temps
Ni l’hécatombe
Des jours accumulés

Dans mon miroir
Défraîchi
Je me souris encore
Je reste émerveillée
Rien n’y fait
L’amour s’est implanté
Une fois
Pour toutes.
De cet amour ardent je reste émerveillée.
Commenter  J’apprécie          766
Andrée Chedid
Lorsque nos mots se gercent
Que nos rêves se plombent
Que nos yeux s'emmurent

La poésie

A l'envers des talus
Ramifie le sens
Élargit le secret
Entraîne dans un souffle
Les poussières du jour
Les maillons nocturnes
Merveilles et détresses

Vers un autre littoral
Commenter  J’apprécie          654
Le rire

Le rire
Pour rire
Quitta les hommes
Ce fut navrant
Fallait voir comme
Mais le rire
Bonhomme
Regagna son " home "
Riant riant
De voir comment
Un homme sans rire
N'est plus un homme
Commenter  J’apprécie          610
Andrée Chedid
La poésie n'attend que notre regard.
Commenter  J’apprécie          624
Andrée Chedid
Nous ne donnons rien au poème qu'il ne nous rende au centuple. Nous croyons le faire; c'est lui qui, secrètement, nous fait.

Au cœur du cœur (2010)
Commenter  J’apprécie          600

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Andrée Chedid Voir plus

Quiz Voir plus

La peau de Chagrin

Comment se nomme le personnage principal?

Valentin de Raphaël
Benjamin De Villecourt
Raphaël de Valentin
Emile

20 questions
1593 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..