AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.77/5 (sur 3998 notes)

Nationalité : Ukraine
Né(e) à : Boudougochtch, Leningrad , le 23/04/1961
Biographie :

Andreï Iouriévitch Kourkov (en russe Андрей Юрьевич Курков, en ukrainien Андрій Юрійович Курков) est un écrivain ukrainien de langue russe.

Il a déménage en Ukraine, à Kiev, dès sa plus tendre enfance et y a terminé ses études à l'institut d'État de pédagogie des langues étrangères en 1983.

Enrôlé en tant que gardien de prison à Odessa durant son service militaire, il en profite pour écrire des contes pour enfants.

C'est en 1991 que son premier roman paraît à Kiev, deux semaines avant la chute du communisme.

En 1993, "Le monde de Bickford" est nominé à Moscou pour le Booker Prize russe et l'année suivante "La chanson préférée d'un cosmopolite" gagne le prix de la compétition Heinrich Böll.

C'est son roman "Le pingouin", paru en France en 2000, qui lui apporte le succès, confirmé par ces romans suivants, dont le dernier, "Laitier de nuit", est paru en 2010 en France.

Depuis 1996, il vit en partie à Londres.

Il est fait Chevalier de la Légion d'honneur en 2014.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Andreï Kourkov   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Vous voulez une comédie à l'humour absurde et piquant ? Connaissez-vous ce petit bijou qui met en scène un écrivain fauché et un pingouin ? « le Pingouin », d'Andreï Kourkov. C'est à lire en poche chez Liana Levi.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (673) Voir plus Ajouter une citation
Quand on vit longtemps dans un endroit, on a toujours plus de famille en terre qu’en bonne santé à côté de soi.
Commenter  J’apprécie          684
Tous les bruits discrets, qui ne suscitent pas l'agacement ni ne font se retourner, deviennent au bout du compte des éléments du silence. Il en était autrefois du silence de la paix. Il en était devenu ainsi du silence de la guerre, où le fracas des armes avaient évincé les bruits de la nature, mais à force de lassitude, était devenu coutumier, s'était comme glissé lui aussi sous les ailes du silence, avait cessé d'attirer l'attention sur lui.
Commenter  J’apprécie          626
Une vie tranquille à l'abri du besoin. Savourant l'été le bourdonnement des abeilles, et l'hiver le calme et le silence, la blancheur des champs couverts de neige et l'immobilité du ciel gris. Il aurait pu ainsi le reste de sa vie, mais le sort en avait décidé autrement. Quelque chose s'était brisé dans le pays, s'était brisé à Kiev, là où il y avait toujours un truc qui n'allait pas. S'était brisé, et de telle manière que de douloureuses fissures s'étaient propagées par tout le pays, comme dans du verre, et que de ces fissures du sang avait coulé. Une guerre avait éclaté, dont la cause pour Sergueïtch, depuis trois ans déjà, restait brumeuse.
Commenter  J’apprécie          5617
Le silence, c’est vrai est une chose capricieuse, phénomène sonore personnel, chaque individu l’ajuste, l’adapte à sa mesure. Autrefois, le silence pour Sergueïtch était le même que pour les autres. Le bourdonnement d’un avion dans le ciel ou le chant d’un grillon s’introduisant la nuit par le vasistas en faisait facilement partie. Tous les bruits discrets, qui ne suscitent pas d’agacement ni ne font se retourner, deviennent au bout du compte des éléments du silence. Il en était ainsi autrefois du silence de la paix. Il en était devenu ainsi du silence de la guerre, où le fracas des armes avait évincé les bruits de la nature, mais à force de lassitude, était devenu coutumier, s’était comme glissé lui aussi sous les ailes du silence, avait cessé d’attirer l’attention sur lui.
Commenter  J’apprécie          530
La peur, c’est chose invisible, ténue, multiforme. Comme un virus ou une bactérie. On peut l’inspirer en même temps que l’air, ou bien l’avaler par accident en buvant de l’eau ou de l’alcool, ou encore en être contaminé par les oreilles, par l’ouïe, et la voir alors de ses yeux si clairement que son reflet vous reste imprimé sur la rétine même alors qu’elle s’est déjà évanouie.
Commenter  J’apprécie          522
Rendue fragile par les rayons du soleil, la fine membrane du sommeil se déchira sans nulle difficulté, le faisant entrer dans un nouveau jour comme un poussin sorti de l’œuf.
Commenter  J’apprécie          492
Il s’absorba dans ses pensées. Regarda le ciel à nouveau, pensa à Dieu. Au fait que si Dieu existait dans la tête des hommes c’était parce que ceux-ci étaient irresponsables.
Commenter  J’apprécie          381
Vos Tatars, là, on va les expulser, déclara la vendeuse,…..On va sûrement les forcer à retourner dans leurs ouzbekistans. Ils auraient mieux fait d’y rester bien tranquilles plutôt que de revenir ici…
– Mais c’est leur terre, objecta timidement Sergueïtch.
– Leur terre ? C’est la meilleure ! s’indigna la femme benoîtement. Elle est russe et chrétienne, et ça depuis la nuit des temps ! Bien avant les Tatars, les Russes ont apporté de Turquie le christianisme ici. À Chersonèse. Il n’y avait alors aucun musulman. Ce sont les Turcs qui plus tard les ont envoyés en même temps que l’islam. Poutine, quand il est venu, a raconté lui-même tout ça : ici, on est en sainte terre russe.
- Bon, moi, je ne connais pas l’histoire. Les choses peuvent s’être passées de mille façons.
– Les choses se sont passées comme Poutine l’a dit, insista la vendeuse. Poutine ne me ment pas.

( parlant de la Crimée )
Commenter  J’apprécie          445
Il songea que c’était une drôle d’époque pour un enfant, un drôle de pays, une drôle d’existence, qu’on n’avait pas même envie de chercher à comprendre ; juste survivre, pas plus… [Ukraine ; 1995-1996]
Commenter  J’apprécie          451
Le froid força Sergueï Sergueïtch à se lever vers trois heures du matin. Le poêle-cheminée bricolé de ses mains d'après un croquis relevé dans la revue "Datcha bien aimée", avec porte vitrée et deux plaques de cuisson circulaires, ne dispensait plus aucune chaleur. Les sceaux de fer blanc, posés à côté, étaient vides. L'obscurité régnant, il avait plongé la main dans le plus proche, et ses doigts n'avaient rencontré que des miettes de charbon.
(incipit)
Commenter  J’apprécie          430

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Andreï Kourkov Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Andreï Kourkov Voir plus

Quiz Voir plus

Avez-vous bien lu les Abeilles grises d'Andreï Kourkov?

Avant d'être retraité, Sergueïtch était...

syndicaliste
ingénieur
inspecteur des mines
instituteur

9 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Les abeilles grises de Andreï KourkovCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..