AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.21 /5 (sur 767 notes)

Nationalité : Estonie
Né(e) à : Tallinn , le 17/08/1970
Biographie :

Andrus Kivirähk, né le 17 août 1970 à Tallinn, est un romancier, nouvelliste et auteur de livres pour enfants, chroniqueur, dramaturge et scénariste estonien.

Écrivain très prolifique et novateur, il est considéré comme l'un des plus fascinants jeunes écrivains estoniens. Andrus Kivirähk commence à écrire pour les journaux à l'âge de 15 ans. Par la suite il devient journaliste professionnel, c'est un chroniqueur plein d'humour et plein d'esprit violant les tabous.

En 2004, son livre "Rehepapp ehk November" se vend à 30 000 exemplaires faisant de lui l’écrivain estonien le plus populaire du XXième siècle. En 2007, son livre L'Homme qui savait la langue des serpents a été aussi l’une des meilleures ventes en Estonie.

Il a reçu de nombreux prix, notamment le prix littéraire de la fondation Eesti kirjanduse (1995, 2000, 2006), le prix Friedebert-Tuglas (1998), le prix Tammsaare (2000) ou encore le prix de littérature estonienne (2001, 2007).

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Extrait de "L'homme qui savait la langue des serpents" d'Andrus Kivirähk lu par Emmanuel Dekoninck. Editions Audiolib. Parution le 3 juillet 2019. Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/lhomme-qui-savait-la-langue-des-serpents-9782367629377
Citations et extraits (150) Voir plus Ajouter une citation
joedi   02 août 2017
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
Le monde va à vau-l'eau, et même la source a un goût amer.
Commenter  J’apprécie          410
Bookycooky   26 février 2017
Le papillon de Andrus Kivirähk
"S'il n'y avait que cela......Vous trompez le monde! Les gens viennent vous regarder et ils découvrent que le monde n'est pas du tout comme ils l'avaient imaginé jusqu'alors, que l'amour peut-être plus fort que la mort -ridicule! -, que les méchants sont toujours punis, et je ne sais quoi d'autre ! De quel droit vos payez-vous ainsi la tête de ces malheureux? Ils ont leur vie toute tracée, ils naissent, travaillent, font des enfants, meurent, sans autre issue à espérer, pas comme Othello, ce type qui n'existe même pas, et qui se fiche un coup de poignard soir après soir, comme si mourir était aussi banal que boire une tasse de café et pouvait se répéter à loisir, pour peu que l'envie vous en prenne. Eux, votre public, ils ne peuvent pas se permettre une chose pareille. Ils perdent à tous les coups.....ils n'ont aucune chance.Pouquoi les tromper ainsi?

-Nous leur donnons de l'espoir , répondis-je." p.129
Commenter  J’apprécie          300
BlackWolf   13 juin 2014
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
Il se contenant de hausser les épaules.

"Il y en a qui croient aux génies et fréquentent les bois sacrés, et puis d'autres qui croient en Jésus et qui vont à l'église. C'est juste une question de mode. Il n'y a rien d'utile à tirer de tous ces dieux, c'est comme des broches et des perles, c'est pour faire joli. Rien que des breloques pour s'accrocher au cou pour faire joujou."
Commenter  J’apprécie          300
bilodoh   02 août 2015
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
… j’ai grandi dans une maison tellement envahie de principes qu’il ne me restait plus de place pour respirer. Je hais les principes. Je veux être heureuse. (p.304)

Commenter  J’apprécie          300
joedi   06 août 2017
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
Après moi, elle disparaîtrait, car ce dont nul ne sait rien, ce que nul n'a vu, n'existe plus vraiment.
Commenter  J’apprécie          240
Shan_Ze   31 juillet 2017
Les groseilles de novembre de Andrus Kivirähk
Toutes les âmes n'avaient pas une ferme où les attendait, ni une étuve bien chaude où l'on avait placé pour elles un bon repas et les meilleures fascinés de bouleau. Il y avait des âmes solitaires et sans famille, dont les maisons avaient brûlé et dont tous les parents étaient morts. Elles erraient tristement entre les maisons étrangères ou se morfondaient avec leur famille sous le rebord d'un toit, serrées comme des vers. Certaines allaient chercher refuge et compagnie dans une étable, et l'on entendait ici et là le mugissement effrayé des vaches lorsque les morts les trayaient avec leurs doigts froids.
Commenter  J’apprécie          200
Bookycooky   25 février 2017
Le papillon de Andrus Kivirähk
Tandis que sur les champs de bataille, les soldats tombaient, déchiquetés par les bombes, chez nous Arbénine empoisonnait Nina avec une créme glacée, et le public voyait que la mort peut aussi être belle. Et quand à la fin du spectacle, Nina venait saluer devant le rideau, il comprenait qu'elle n'est pas définitive-qu'elle peut être aussi un simple jeu. p. 75
Commenter  J’apprécie          200
boudicca   04 février 2015
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
-Est-ce que ces braillements vont se terminer un jour ? On aura jamais la paix, il passe son temps à ouvrir tout grand la gueule et à hurler comme un loup !

-Cher vieux voisin, répondit le moine paisiblement, ce genre de musique est aujourd'hui fort en vogue dans la jeunesse. Tu es âgé, tu as d'autres goûts, mais tu devrais comprendre que le temps va de l'avant et que ce qui ne te plaît pas peut procurer du plaisir à la jeune génération qui prend exemple sur Jésus-Christ.

-C'est ce type qui t'a appris à chanter comme ça ? cria le petit homme trapu.

-Bien sûr que c'est le Christ. C'est l'idole des jeunes. De telles mélodies sont celles qu'entonnent les anges au paradis et les cardinaux en la sainte ville de Rome. Pourquoi devrai-je m'abstenir de les chanter si tout le monde chrétien les entonne ?

-Chez moi, c'est pas le monde chrétien, coupa le Sage des Vents. Pardonne-nous de t'avoir déranger, tu devais être en train de faire la sieste.

-Bien sûr que je faisais la sieste ! Et juste au moment où je dormais le mieux, voilà ta charogne de fils que se met à pleurnicher comme si la merde était venue lui boucher le trou du cul !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
joedi   04 août 2017
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
Rien de nouveau sous le soleil. Les gens sont toujours en train d'inventer un quelconque croquemitaine pour se décharger sur lui de leurs responsabilités.
Commenter  J’apprécie          190
joedi   28 juillet 2017
L'homme qui savait la langue des serpents de Andrus Kivirähk
C'est la sottise qui est humiliante, pas la sagesse.
Commenter  J’apprécie          200
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Andrus Kivirähk (818)Voir plus


Quiz Voir plus

10 titres, 10 auteurs de Fantasy (1)

Qui est l'auteur/trice du "Seigneur des Anneaux: La Communauté de l'Anneau"?

George LUCAS
J.R.R. TOLKIEN
H.P.LOVECRAFT

10 questions
59 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , fantasy jeunesseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..