AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.26 /5 (sur 78 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Diplômée de Iowa Writers' Workshop et de l'Université de Californie du Sud, Angela Flournoy a enseigné à l'Université de l'Iowa, à la The New School et à l'Université Columbia.

"La maison des Turner" (The Turner House, 2015), son premier roman, a obtenu le First Novelist Award.

son site : http://www.angelaflournoy.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/AngelaFlournoyAuthor/
Twitter : https://twitter.com/angelaflournoy

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Angela Flournoy lit un passage de son roman "La Maison des Turner" lors de la cérémonie du National Book Award.


Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
alainmartinez   30 janvier 2018
La maison des Turner de Angela Flournoy
Elle dirait quelque chose sur la petite marge qui les séparait tous d’une relative pauvreté, un mauvais mois suffirait, même pour Cha-Cha, avec sa maison de luxe presque payée, qui ne pourrait pas survivre avec sa pension s’il était forcé de prendre une retraite anticipée. Ils tiraient tous sur la corde.
Commenter  J’apprécie          110
Thyuig   23 octobre 2017
La maison des Turner de Angela Flournoy
- (...)Qu'est-ce que ça change, une grande famille et un boulot minable à Detroit quand ça fait pas deux générations qu'on est sortis des champs ?

L'esclavage. Est-ce qu'on pourrait trouver une façon plus irritante encore de faire comprendre à un noir d'aujourd'hui que ses problèmes étaient insignifiants, qu'il ferait mieux de se contenter du lot minable que la société lui avait consenti ?
Commenter  J’apprécie          60
alainmartinez   22 janvier 2018
La maison des Turner de Angela Flournoy
L’esclavage. Est-ce qu’on pouvait trouver une façon plus irritante encore de faire comprendre à un noir d’aujourd’hui que ses problèmes étaient insignifiants, qu’il ferait mieux de se contenter du lot minable que la société lui avait consenti ? Cha-Cha trouvait que non. Le raisonnement était faussé : c’était justement parce que le père de son grand-père était né esclave que lui devait attendre davantage de la vie, davantage de son pays, pour au moins rattraper le temps perdu.
Commenter  J’apprécie          50
isabroot   09 février 2019
La maison des Turner de Angela Flournoy
«Les maisons sont plus hantées par des humains que par des fantômes. Les hommes et les femmes accordent de la valeur à la brique et au mortier, associent leur identité aux remboursements effectués à temps. Par les nuits d’hiver glaciales, les jeunes mamans traînent leurs bébés agités de pièce en pièce, apprenant à l’occasion par où passent les courants d’air et où craquent les lattes du parquet. Dans la chaude moiteur de l’été, les papas s’asseyent dans la véranda, parfois inquiets, souvent fatigués, mais réconfortés de sentir l’abri d’un toit au-dessus de leur tête. Les enfants maculent les murs de traces de mains sales, trouvent des recoins pour cacher leurs étonnants trésors, ou pour se cacher eux-mêmes en cas de besoin. Nous vivons et mourons dans des maisons, nous rêvons de revenir dans des maisons, et prenons grand soin de réfléchir à qui en héritera à notre mort.
Commenter  J’apprécie          40
isabroot   09 février 2019
La maison des Turner de Angela Flournoy
Il était toujours inquiet, ton père, à s’en saouler. Tellement inquiet de ce qui n’arrivait pas, au travail, à la maison, dans la rue. Inquiet de tout et de rien. Quelle perte de temps. 
Commenter  J’apprécie          50
isabroot   03 février 2019
La maison des Turner de Angela Flournoy
Cette conversation sentait un peu la langue de bois, comme au cinéma, quand deux espions parlent projets de vacances alors qu’en fait ils préparent un meurtre. 
Commenter  J’apprécie          50
TheaBib   22 juillet 2017
La maison des Turner de Angela Flournoy
Les maisons sont plus hantées par des humains que par des fantômes. Les hommes et les femmes accordent de la valeur à la brique et au mortier, associent leur identité aux remboursements effectués à temps. Par les nuits d'hiver glacial, les jeunes mamans traînent leurs bébés agités de pièce en pièce, apprenant à l'occasion par où passent les courants d'air et où craquent les lattes du parquet. Dans la chaude moiteur de l'été, les papas s'asseyent dans la véranda, parfois inquiets, souvent fatigués, mais réconfortés de sentir l'abri d'un toit au-dessus de leur tête. Les enfants maculent les murs de traces de mains sales, trouvent des recoins pour cacher leurs étonnants trésors ou pour se cacher eux-mêmes en cas de besoin. Nous vivons et mourrons dans des maisons, nous rêvons de revenir dans des maisons, et prenons grand soin de réfléchir à qui en héritera à notre mort.
Commenter  J’apprécie          30
isabroot   09 février 2019
La maison des Turner de Angela Flournoy
Troy n’avait jamais rien pu recevoir dont il se sente satisfait, qu’il s’agisse d’un travail, d’un cadeau, d’une femme. Sauf pour sa fille, Camille, et aussi pour cette nouvelle que Cha-Cha allait bien. Tout le reste, qu’il avait toujours trop ressassé pour en profiter vraiment, comptait pour rien dans la mesure où il manquait un don, un accomplissement 
Commenter  J’apprécie          30
isabroot   03 février 2019
La maison des Turner de Angela Flournoy
Il ouvrit le réfrigérateur de Francey, passa un bref regard sur les bouteilles de jus de pruneau, de carottes, et une espèce de jus vert qui s’était séparé en trois couches distinctes, déconcertantes. S’il fallait ça pour être aussi fort à son âge, Cha-Cha préférait se sentir un peu faible. Il opta pour de l’eau. 
Commenter  J’apprécie          30
KateMoore   21 octobre 2018
La maison des Turner de Angela Flournoy
Viola disait souvent : "Une femme qui n'a pas le choix n'a qu'à attendre l'homme qui viendra la détruire." Et elle avait raison. A Yarrow Street, Lelah avait vu trop de filles intelligentes et talentueuses traîner devant leur maison, à la recherche d'excitation, puis rencontrer le mauvais gars et finir mal.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Angela Flournoy(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les plus belles citations

Qui a dit: "L'ennui dans ce monde, c'est que les idiots sont sûrs d'eux et les gens censés plein de doutes."

Churchill?
Clémenceau?
Russell?
Chirac?

9 questions
71 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..