AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Angélique Del Rey (5)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
A l'école des compétences : De l'éducation à la fab..
  31 mai 2020
A l'école des compétences : De l'éducation à la fabrique de l'élève performant de Angélique Del Rey
L'auteure défend l'idée que l'école ne devrait pas enseigner des compétences valorisables sur le marché de l'emploi de manière assez psychorigide. La plus grande partie du livre (au moins les deux tiers) répète à loisir ce credo sans argumentation valable, dans une posture de déni.



Elle incrimine l'économie de marché qui voudrait des humains flexibles.



Le style est clair et correctement travaillé mais c'est bien le seul point positif.
Commenter  J’apprécie          00
La tyrannie de l'évaluation
  30 avril 2015
La tyrannie de l'évaluation de Angélique Del Rey
De la maternelle à la retraite, les évaluations nous suivent obstinément, répétant sans cesse les mêmes questions : « Avez-vous acquis les bonnes compétences ? » « Avez-vous réalisé les objectifs qui vous étaient fixés ? » Mais est-ce une mauvaise chose en soi ? Ce système d'évaluations, après tout, a remplacé l'ancien système de sélection, basé sur le sang ou la réputation des individus. Désormais, tous les participants sont égaux puisque notés selon le même système impartial.



L'auteure émet plusieurs critiques sur cet argument. Tout d'abord, certaines caractéristiques échappent naturellement à une notation : comment noter avec exactitude l'enthousiasme, la sociabilité ou la créativité ? Ensuite, l'objectivité et l'impartialité de ces évaluations sont plus un idéal inaccessible qu'une réalité. Même si les données sont collectées dans les règles de l'art, ce qui va être noté, et la manière dont on les note, sont des choix arbitraires et/ou politiques. On pourrait ainsi évaluer la « performance » d'une école sur sa capacité à transmettre des connaissances de base (mais lesquelles?), la rapidité à trouver un emploi pour ses étudiants, ou simplement leur bien-être. Aucune de ses évaluations n'est fausse en soi, mais elles aboutissent à des visions radicalement différentes des missions de l'école. Et quand les outils d'évaluation sont présents depuis longtemps, on oublie généralement de se questionner sur leur pertinence.



Multiplier les évaluations sur des facettes toujours plus nombreuses des individus ne change pas fondamentalement le problème, et une personne n'est de toute façon pas décomposable en une série de caractéristiques chiffrables et indépendantes.



Autre point sensible, les évaluations portent désormais autant sur l'être que sur les compétences techniques. Être timide, routinier, rêveur ou indépendant ne sont plus des traits de caractères qui vous sont propres, mais des compétences boiteuses qu'il est vivement conseillé de corriger, à l'aide de formations adaptées, pour correspondre aux besoins du monde moderne. On peut toutefois se poser la question de savoir si une personne a la capacité de se redéfinir continuellement selon les envies de ses supérieurs.



Pour conclure, les évaluations représentent pour l'auteure une nouvelle source de tyrannie, peut-être plus douce que les précédentes, mais tyrannie tout de même : elles disciplinent les esprits, créent des normes et participent à l'exclusion de ceux qui s'en écartent. Le phénomène est d'autant plus efficace que les individus se retrouvent volontiers dans ces bilans chiffrés et s'offrent d'eux-mêmes à de nouvelles évaluations : les réseaux sociaux offrent tous la possibilité de soumettre photos de vacances, convictions politiques et humeurs du jour (et critiques de livres !) à l'approbation de nos pairs.



Bien que le ton soit de temps en temps exagérément pessimiste à mon goût, j'accorde à ce livre, pour la réflexion qu'il provoque et la remise en cause de comportement qui semblent aller de soi, la note de quatre étoiles sur cinq.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Éloge du conflit
  15 décembre 2013
Éloge du conflit de Angélique Del Rey
Critiquer la notion de consensus, la forme de nos démocraties qui oublient les minorités sous prétexte d'une représentation de la majorité. Les auteurs rappellent que l'homme idéal de la démocratie est un homme sans qualité c'est-à-dire sans racines ni caractéristiques. Et-il possible de supprimer les conflits de nos vies? Est-il souhaitable de le faire? Les auteurs mettent cette question au centre même de notre société. Livre intéressant qui permet de réfléchir au fonctionnement même de nos démocraties.
Commenter  J’apprécie          20
La tyrannie de l'évaluation
  05 février 2013
La tyrannie de l'évaluation de Angélique Del Rey
Même si le propos peut paraître parfois trop négatif, voire militant, ce petit texte fort intelligent nous interroge utilement.
Lien : http://www.lesechos.fr/cultu..
Commenter  J’apprécie          00
De l'engagement dans une époque obscure
  17 janvier 2012
De l'engagement dans une époque obscure de Angélique Del Rey
Une réflexion riche et novatrice sur l’engagement, dans un monde néolibéral qui se présente comme un horizon indépassable.
Lien : http://www.nonfiction.fr/art..
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Angélique Del Rey (36)Voir plus


Quiz Voir plus

Écrivains prénom prénom

Olivier

Abel
Adam
Armand
Rolin

15 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : écrivain , prénoms , nomsCréer un quiz sur cet auteur