AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.71 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vieux-Marché, Côtes d'Armor , le 03/04/1905
Mort(e) à : Lannion , le 07/11/1981
Biographie :

Anjela Duval (à l'état-civil Marie-Angèle Duval) est une poétesse bretonne.

Elle est la fille unique d'une famille de cultivateurs, et avait repris la ferme. (son père mourut en 1941, sa mère en 1951). Elle était, en effet, leur fille unique, car sa sœur aînée Maia (morte à dix ans, mais restée présente dans certains poèmes) ainsi qu'un frère (Charles) étaient décédés avant sa naissance. Seule, car elle était restée célibataire (à cause de son refus obstiné de suivre dans l'« exil » l'homme qu'elle aurait aimé, un marin qu'elle fréquenta alors (en 1924-1926 dit-on). C'est une paysanne pauvre et simple qui écrit ses poèmes après sa rude journée de travail aux champs sur un cahier d'écolière dans sa petite maison du Vieux-Marché à Traoñ an Dour, hameau isolé.

Elle lisait le breton depuis très jeune, mais ne s'est mis à l'écrire que dans les années 1960. Elle n'a fréquenté l'école, chez les sœurs dans la commune voisine de Trégrom, que de six à douze ans (1917) ; mais, victime d'une maladie des os, elle a ensuite suivi quelques cours par correspondance pour les jeunes filles du milieu rural. Elle maniait donc assez bien le français, alors qu'elle avait appris le catéchisme en breton, comme c'était alors la règle.

S'étant mise en quête de quelques revues en langue bretonne, on lui avait indiqué Ar Bed Keltiek, revue généraliste dirigée par Roparz Hemon.

Elle collabora à cette revue, ce qui était exceptionnel pour une paysanne. Selon d'autres sources, on doit à l'abbé Marsel Klerg, directeur de la revue catholique Barr-heol, de l'avoir découverte.

Gilles Servat, qui apprit en grande partie le breton à Traoñ an Dour lui consacra une chanson justement intitulée Traoñ an Dour. Gilles Servat raconte que quand on lui disait que l'on comprenait le breton sans le parler, elle répondait : "comme mon chien"...

Elle s'était fait connaître du public français par l'émission d'André Voisin Les Conteurs, en 1971.

Ses œuvres complètes (sous le titre Oberenn glok), ont paru en 2000. Tirées en 1000 exemplaires et rapidement épuisées, elles ont été rééditées en 2005, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance.

En 2011, à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort, l'association "Chas plasenn Anjela-Duval" organise une collecte de fonds afin d'ériger un granite à son effigie, sur la place du Vieux-Marché, une œuvre de Roland Carrée.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Visible sur le site de Brezhoweb. (Br) Peizantez, barzhez, stourmerez 'vit ar brezhoneg : sed amañ Anjela Duval 'vel ma anavezomp anezhi hiziv an deiz. Met piv 'oa ar vaouez hag ar plac'h 'drek ar gwiskamantoù-se ? Annie Ebrel 'neus bet c'hoant da c'hoût hiroc'h, ha savet 'neus un abadenn nevez, "Lellig" hec'h anv. Kinnig a reomp deoc'h mont da welet anezhi diouzhtu 'ba 4 munud e Breizh ! #AnnieEbrel #AnjelaDuval (Fr) Paysanne, poétesse, militante en faveur du breton : voici Anjela Duval telle que nous la connaissons aujourd'hui. Mais quelle était la femme cachée derrière cette façade ? Annie Ebrel a voulu en savoir plus et préparé un nouveau spectacle appelé "Lellig". Nous vous proposons de la retrouver de suite dans 4 munud e Breizh !

+ Lire la suite

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LennerArgoad   05 mai 2015
Oberenn Glok Oeuvres Completes d'Anjela Duval de Anjela Duval
"Mon métier a toujours été... couper les vers de terre."

Anjela Duval, barde-paysanne.



Traduction de

"Va micher zo bet a-viskoazh troc'han buzhug".
Commenter  J’apprécie          100
coco4649   22 mars 2019
Quatre Poires (bilingue français-breton) de Anjela Duval
Poèmes de nuit, poèmes de jour





Extrait 3



Je n’écris pas des vers de douze pieds

En comptant sur mes doigts

Mais de douze fois douze enjambées… et plus.

Mes vers, je les écris avec l’acier tranchant de ma faux

Andain après andain dans les cheveux blonds de mon Pays

Le soleil en fait des poèmes aromatiques

Que mes vaches ruminent pendant les nuits d’hiver





Janvier1966



//Traduit du breton par Paol Keineg
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   22 mars 2019
Quatre Poires (bilingue français-breton) de Anjela Duval
Poèmes de nuit, poèmes de jour





Extrait 2



Mais j’écris, moi, d’autres poèmes

Et ce n’est pas à l’ombre de ma lampe

Mais à la lumière du soleil

Ce n’est pas au dos d’enveloppes

Mais sur la poitrine nue de Celui que j’aime

Sur la peau nue du Pays que j’aime

Ce n’est pas avec un outil que j’écris

Mais avec des instruments d’acier.

Je ne parle pas de lance ou d’épée

Mes instruments sont de paix et de culture.





Janvier1966



//Traduit du breton par Paol Keineg
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   22 mars 2019
Quatre Poires (bilingue français-breton) de Anjela Duval
Poèmes de nuit, poèmes de jour





Extrait 1



Si j’écris à l’ombre de ma lampe

Des vers maladroits et creux

Avec ce petit outil mal assuré dans ma main lasse

Si j’écris le soir au dos d’enveloppes

Des poèmes humbles : camelote

Où l’on ne trouve que des fleurs sauvages…

Et quelques miettes d’amour.

Car tout cela je le fais pour ceux que j’aime.





Janvier1966



//Traduit du breton par Paol Keineg
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox