AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.64 /5 (sur 957 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Portsmouth, Angleterre , le 12/07/1939
Biographie :

Patricia Ann Granger est une romancière, auteure de romans policiers historiques.

Elle obtint un diplôme en langues modernes au Royal Holloway College de l'Université de Londres, puis enseigna l’anglais dans un collège en France pendant un an (1960-1961).

Elle retourne ensuite à l'université pour compléter un baccalauréat universitaire en arts, avant de travailler aux bureaux délivrant des visas dans les consulats et des ambassades britanniques en Yougoslavie, en Tchécoslovaquie et en Autriche.

En 1966, elle épouse John Hulme, un collègue de travail. Le couple réside quelques années en République de Zambie et en Allemagne, avant que de retourner vivre en Angleterre, dans le Oxfordshire, avec leurs deux garçons.

Elle décide alors de se consacrer à l’écriture. En 1979, elle publie un premier roman d'amour historique sous le pseudonyme Ann Hulme.

Tout en poursuivant les publications sous ce pseudonyme, elle signe de son patronyme, en 1991, un premier roman policier intitulé "Dites-le avec du poison" ("Say It with Poison").

En 1991, elle publia son premier roman policier, la première enquête de Marksby et Mitchell "Dites-le avec du poison" ("Say it with Poison") où apparaissent le détective superintendant Alan Markby et sa petite amie Margaret Mitchell. Le couple revient pour d'autres investigations dans une quinzaine de titres.

Amorcée en 2006, une série de six romans policiers historiques a pour héroïne Lizzie Martin, la dame de compagnie d'une riche veuve.

Ann Granger vit près d’Oxford avec sa famille.

son site : http://www.anngranger.net/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ann Granger   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Peter James | Ann Granger | Authors Studio - Meet The Masters


Citations et extraits (233) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   28 juin 2013
Un intérêt particulier pour les morts de Ann Granger
Telle une vieille dame desserrant son corset, la locomotive émit un long soupir, puis elle enveloppa tout et tout le monde dans un linceul de vapeur et de fumée. La nuée tourbillonna autour du quai et monta jusqu'au plafond de la gare où elle resta piégée. L'odeur de soufre me ramena à mon enfance, dans la cuisine de Mary Newling un matin où j'étais chargée d'écaler des œufs durs.
Commenter  J’apprécie          640
Rebus   05 août 2013
Un intérêt particulier pour les morts de Ann Granger
Le brouillard se refermait sur moi, m'enveloppait aussi sûrement qu'un nouveau-né. Et comme un nouveau-né, je regardais le monde avec étonnement, incapable de différencier le nord du sud et l'est de l'ouest, et tout juste le haut du bas. Etais-je en train de monter une légère pente ? Descendais-je une ruelle ? J'avais cru me trouver dans une rue parallèle à Oxford Street ; peut-être étais-je en train de m'éloigner. Je n'entendais aucun bruit de circulation, le brouillard émoussait tous les sons.
Commenter  J’apprécie          310
iris29   06 novembre 2020
L'orpheline de Salisbury de Ann Granger
Ce n'est pas parce que les gens sont riches qu'ils ne sont pas cupides.
Commenter  J’apprécie          266
Imo   26 octobre 2013
Un intérêt particulier pour les morts de Ann Granger
Ben Ross



J'ai pour habitude, à la fin de chaque journée, de consigner par écrit mes observations concernant l'enquête en cours. Une sorte de journal intime, si l'on veut. Ceux de mes collègues qui ont découvert cette habitude se sont moqués de moi et m'ont traité de pédant. [...]

Cependant, je suis persuadé que, dans un avenir proche, tous les officiers de police enquêtant sur un crime feront de même.
Commenter  J’apprécie          240
Isambour   10 novembre 2013
Un intérêt particulier pour les morts de Ann Granger
"- C'est un petit garçon qui est mort, dis-je. Un tout petit garçon, n'est-ce pas papa ?

Mon père se tourna vers moi et je crois que c'est seulement à cet instant qu'il s'aperçut de ma présence.

- Oh, Lizzie…

Puis, secouant la tête :

- Oui, un tout petit enfant. Plus jeune que toi, je pense.

- Que faisait-il à la mine ? demandais-je. Il n'était tout de même pas assez grand pour extraire le charbon !

(…)

- N'oublie jamais ce que tu as vu aujourd'hui. Souviens-toi que cela représente le vrai prix du charbon."
Commenter  J’apprécie          221
iris29   10 novembre 2020
L'orpheline de Salisbury de Ann Granger
Depuis que je suis rentré dans la police, j'ai rencontré un certain nombre de meurtriers. S'ils ont un point commun, c'est le fait de se croire très malins. Tous ont aussi la capacité d'adopter diverses attitudes - poli, maussade, colérique, charmeur... - selon ce que commande la situation. Aucun des monstres protéiformes des anciennes légendes ne peut égaler leur don pour la métamorphose.
Commenter  J’apprécie          220
missmolko1   16 juin 2016
Le témoignage du pendu de Ann Granger
Ce n’était pas la seule raison pour laquelle je n'avais accepté qu'avec grande réticence cette visite à Newgate. Il me fallait toujours au moins deux jours pour me débarrasser de l'odeur de la prison. Elle imprégnait tout. Les âcres relents des corps mal lavés, la puanteur graisseuse de la prétendue nourriture que l'on faisait cuire dans de grandes marmites, l'air vicié du au manque d’aération et, par-dessus tout, le désespoir, dont émane un parfum si particulier.
Commenter  J’apprécie          200
missmolko1   01 juin 2015
Un assassinat de qualité de Ann Granger
Un jour, j'ai croisé le chemin d'un homme qui s’apprêtait a commettre un meurtre. Sur le moment, je ne le savais pas. Et peut-etre que lui non plus. Peut-être que ce qui allait devenir un crime n’était encore qu'une pensée brumeuse, un délire de son esprit malsain. S'il avait déjà pris sa décision, il aurait encore pu être révulsé par l'horreur de la chose, un sursaut de dégout aurait pu l’éloigner de l'abime. Une parole aurait pu suffire. J'aurais pu le retarder, ne serais-ce que pour lui demander ou il allait et lui dire de prendre garde ; c'est ainsi que les policiers sont censés s'adresser a leurs concitoyens. Il avait encore le temps pour réfléchir. Il aurait pu changer d'avis, si j'avais parler. Mais nous nous sommes croisés tels des navires dans la nuit, et une femme a perdu la vie.
Commenter  J’apprécie          190
jeunejane   05 novembre 2020
La curiosité est un péché mortel de Ann Granger
J'avais eu l'occasion de visiter bien des morgues et salles de dissection mais jamais aucune semblable à celle-ci. Parfois, je voyais des cadavres dans des lieux qui n'étaient guère que des cabanons crasseux empestant le sang et la chair décomposée. Ici, le défunt Jed Brennan était étendu sur une table couvert d'un drap blanc, dans un cadre plus raffiné que ce qu'il n'avait jamais connu au cours de sa vie.
Commenter  J’apprécie          190
claire04130   23 février 2014
Un intérêt particulier pour les morts de Ann Granger
-C'est un petit garçon qui est mort, dis-je. Un tout petit garçon, n'est-ce pas, papa ?

Mon père se tourna vers moi et je crois que c'est seulement à cet instant qu'il s'aperçut de ma présence.

-Oh, Lizzie...

Puis secouant la tête :

-Oui, un tout petit enfant. Plus jeune que toi, je pense.

-Que faisait-il à la mine ? demandai-je. Il n'était tout de même pas assez grand pour extraire le charbon !
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Un intérêt particulier pour les morts" d'Ann Granger.

Quel est le nom de famille de Frank ?

Tibbett
Parry
Martin
Caterton

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Lizzie Martin et Ben Ross, tome 1 : Un intérêt particulier pour les morts de Ann GrangerCréer un quiz sur cet auteur

.. ..