AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 34 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Anne Bernard-Lenoir est née en France et vit au Québec depuis 1989.

Diplômée en géographie, elle obtient en 1991 une maîtrise en urbanisme à l'université de Montréal et plusieurs bourses de recherche et d'excellence. Elle a également publié (seule et en équipe) plusieurs rapports scientifiques dans les domaines de la recherche et des statistiques.

Plusieurs de ses romans ont été nominés pour des prix prestigieux: Le secret de l'anesthésiste (série enigmae.com, La courte échelle) pour le Prix Hubert-Reeves 2011 (ouvrage grand public de vulgarisation scientifique), L'orteil de Paros (série enigmae.com, La courte échelle) pour le prix de Gouverneur général du Canada 2011, et Terreur sur la ligne d'acier (série Pacific Express, La courte échelle) pour le prix Hackmatack 2012-2013 et le prix Tamarac 2012-2013.
+ Voir plus
Source : http://www.litterature.org/recherche/ecrivains/bernard-lenoir-anne-1146/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
historia   16 novembre 2010
Le Tombeau des Dinosaures les Aventures de Laura Berger de Anne Bernard-Lenoir
Soudain, de gigantesques fossés apparurent.

Les Badlands de l’Alberta offraient une

vision spectaculaire de falaises et de buttes

ravinées par le ruissellement des eaux. Plus

de dix mille ans auparavant, la fonte des

glaciers avait creusé une vallée profonde où

logeait maintenant la rivière Red Deer. La

forte érosion avait mis à nu des roches de la

période du crétacé, révélant la présence de

nombreux ossements de sauriens. Drumheller

se situait en bordure de la rivière, en plein

coeur de cette vallée des dinosaures…
Commenter  J’apprécie          60
historia   09 juillet 2013
Le pont du ruisseau Mountain: Pacific Express, tome 5 de Anne Bernard-Lenoir
Après avoir forcé la porte, les deux hommes pénétrèrent à l’intérieur du poste de police. Entrer dans ce genre d’endroit sans y être attendu constituait une expérience franchement exaltante !



Pour une fois, il n’était pas question d’y rencontrer un officier hautain aux galons flamboyants, ni d’y subir un interrogatoire ou d’y purger une peine d’emprisonnement.



La raison de la présence en ces lieux des deux intrus était tout autre…



Ils firent le tour du poste, qui avait été déserté à midi. Les rayons obliques du soleil traversaient les barreaux de l’unique fenêtre et balayaient le plancher d’une lumière éclatante.



Cette baraque était bel et bien la plus vaste de toutes celles bâties dans le campement de Beaver ! Et la rumeur à son propos se confirmait : les cachots, aussi somptueux que de vieux pièges à castor, s’y comptaient par dizaines.



En se dirigeant vers la pièce principale, un des hommes – au tour de taille imposant – ramassa sur le plancher une bouteille de rhum presque pleine, qui avait été sans doute confisquée. Il en but une gorgée, s’essuya la bouche du revers de la manche et passa le flacon à son acolyte. Celui-ci avala une bonne rasade.



— C’est l’heure, Fleming, déclara-t-il.



Ils échangèrent un sourire.



Puis, le plus costaud des deux sortit du matériel de son sac en toile et commença à s’intéresser à l’objet de leur visite : le coffre-fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
historia   09 juillet 2013
Les pensionnaires de La Patoche, tome 3 : Une disparition poilue de Anne Bernard-Lenoir
- Pistou, Pistou, appelle Nina.



Au bout du quai, quelqu’un a laissé un grand parapluie, un panier en plastique troué et une paire de grosses chaussures. Soudain, je vois un drôle d’objet d’un rouge lumineux au pied des marches qui mènent au quai.



- Regarde !



Nina a vu mon doigt pointé dans la direction et elle s’approche du lieu à toute vitesse. Elle se penche pour ramasser cette mystérieuse trouvaille en forme de lacet et se tourne vers moi en me montrant l’objet :



- C’est le collier de Pistou !



Nina a raison. Il s’agit bien du ruban satiné couleur framboise qui ne quitte jamais le cou de Pistou !



- Misère de misère, murmure Nina, l’air inquiet.



Je sors ma grosse loupe pour observer le collier de Pistou de plus près. Il n’est ni cassé ni coupé, mais dénoué.



- Je crois que ce collier était mal attaché et que notre chat l’a perdu au cours de sa promenade, Nina, lui dis-je en le faisant virevolter sous son nez.



- Il pue ! s’écrie Nina en grimaçant.



Intrigué, je place le ruban rose sur mes moustaches :



- Pouah ! Tu as raison ! Il sent le poisson pourri !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
historia   09 juillet 2013
La tabatière en or: Pacific Express, tome 3 de Anne Bernard-Lenoir
Bobcat était reparti en expédition. Il s’était écoulé deux mois depuis les péripéties de Ti-Khuan dans la forêt. Après ces terribles incidents, mon ami ne perdit pas son travail ; apprenant les raisons de sa défection, le photographe Will McFarley ne pouvait que lui pardonner de ne pas l’avoir accompagné pendant l’ascension du massif de Whitehorn.



Quant à moi, je vivais toujours à Laggan, le camp de base des travailleurs engagés par la compagnie Canadian Pacific Railway, chargée de la construction de la première voie ferrée transcanadienne.



Depuis le mois de juin, chaque train provenant de l’est déversait dans le coin des dizaines d’hommes proposant leurs services. La besogne ne manquait pas, et certains s’y attelaient jour et nuit. Pourtant, le chantier prenait du retard, et le travail à accomplir demeurait colossal. Crottin de citrouille, l’été 1884 était exécrable ! La pluie ne cessait de tomber, gonflant les eaux de la rivière Kicking Horse, qui débordait et inondait les terrains plats. Les glissements de terrain provoquaient le déplacement d’immenses plaques de terre. Les avalanches déclenchées par les opérations de dynamitage rasaient le pan de montagnes, arrachant les arbres, qui dégringolaient des sommets comme des fagots d’allumettes géantes. Des ponts qu’on venait de construire s’affaissaient, emportés par les eaux tumultueuses des rivières. La voie ferrée n’avait toujours pas fini de franchir le col du Cheval-qui-Rue. La Grande Pente était un tronçon terrifiant long d’une dizaine de kilomètres qui descendait de la montagne. Son inclinaison était vertigineuse : quatre pour cent et demi. La première locomotive qui l’avait empruntée avait fini sa course dans la rivière, tuant trois hommes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
historia   16 novembre 2010
Le secret de l'anesthésie de Anne Bernard-Lenoir
Emmy regarda ses amis, qui semblaient détendus et

plongés dans leurs pensées. Elle poussa un gros soupir.

Dès le premier jour de cette aventure, elle s’était sentie en

sécurité à leurs côtés, malgré le fait qu’ils ne paraissaient

pas toujours s’intéresser à cette histoire pour les mêmes

raisons qu’elle… Elle avait l’impression que Félix était surtout

attiré par le défi intellectuel que représentait cette

énigme à résoudre, alors que son frère cherchait surtout

à se faire peur ! Cela n’avait aucune importance. Sans eux,

jamais elle n’aurait mis les pieds sur cette île maudite…
Commenter  J’apprécie          50
historia   09 juillet 2013
Les pensionnaires de La Patoche, tome 2 : Le vol de La Joue Ronde de Anne Bernard-Lenoir
― Tu penses que La Joue Ronde a été volée, Rose ? (…) Qui aurait pu faire une chose pareille ?



― Je n’en ai aucune idée. Quelqu’un a pu prendre cette toile pour se venger du directeur, sachant qu’il serait furieux de constater sa disparition.



― Se venger de quoi, saperlipopette ? m’interroge Louis.



― Monsieur Groin a tant de défauts que je ne serais pas surprise d’apprendre que nous avons chacun une bonne raison de lui en vouloir ! À moins que quelqu’un ait voulu lui faire une blague…



― Cette personne ignore que le directeur n’a aucun sens de l’humour, rétorque Louis.



― Enfin, dis-je, je vois un dernier motif à ce vol. Le directeur est devenu un peintre renommé. Ses toiles valent très cher. Le voleur a dérobé La Joue Ronde pour la vendre sur le marché des œuvres d’art et en retirer une fortune.



Nina et Louis me dévisagent, comme si je venais de prononcer des mots grossiers. Puis ils éclatent de rire (…)



― Tant qu’à imaginer des choses pareilles, pourquoi ne pas supposer qu’un résident de La Patoche, tombé amoureux du portrait de la grosse dame qui mange une banane, l’a volé pour le suspendre dans sa chambre ?



― Le contraire me paraît plus probable, déclare Nina. Un résident, qui déteste La Joue Ronde, l’a habilement fait disparaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
historia   16 novembre 2010
Enigmae.com vol 2 le destin des sorciers de Anne Bernard-Lenoir
Félix et Léo ne lui répondirent pas. Ils étaient en

quête de choses insolites, et les vieux machins, comme

disait Julien, étaient loin d’être dénués d’intérêt pour eux !

Bien au contraire, il leur suffisait d’être dans des lieux où

l’histoire avait inscrit sa marque pour que leur imagination

travaille et que leur désir de fouiner s’amplifie.
Commenter  J’apprécie          50
historia   09 juillet 2013
La disparition de Ti-Khuan: Pacific Express, tome 2 de Anne Bernard-Lenoir
— Qu’est-ce que tu fabriques ici? me demanda-t-il, intrigué.



— Je cherche Ti-Khuan Wu.



— Son nom ne me dit rien, mais cela ne fait pas longtemps que je suis arrivé, lâcha-t-il. Malgré l’événement, les gens sont tous repartis travailler!



— Quel événement?



— On a retrouvé un Chinois dans la rivière ce matin.



Mon coeur s’arrêta net.



— Un jeune? bredouillai-je, bouleversé.



— Dans la vingtaine, il me semble.



J’avalai ma salive, à moitié rassuré. Crottin de citrouille! Je savais que Ti-Khuan paraissait plus âgé qu’il ne l’était, mais pouvait-on lui donner plus de vingt ans?



— Ce Chinois, il était… mort? voulus-je savoir.



— Il n’était pas en train de se baigner, pardi! Quand on l’a repêché, on a tous pensé qu’il s’était noyé. Mais, quand la police montée est venue sur les lieux pour l’examiner, elle a découvert en enlevant son foulard qu’il avait été étranglé avec une corde.



— C’est horrible, murmurai-je, affolé.



— Ouais… répondit l’homme en haussant les épaules. Faut que je te laisse, je dois aller chercher du bois.



— Où ça s’est passé? me renseignai-je avant qu’il s’éclipse.



— On l’ignore. Le corps du gars a dû être emporté par le courant. Il a été retrouvé près d’ici, sous le pont. Allez, salut!



L’homme disparut pour de bon.



Pris de panique, je restai seul avec Wednesday et Kiaokéli, qui me regardaient de leurs grands yeux attendris. La disparition de Ti-Khuan était-elle liée à la découverte du Chinois dans la rivière? Qui était cet homme qu’on avait étranglé et jeté dans le courant tumultueux de la Bow? Ti-Khuan ne pouvait pas être parti plus tôt en expédition avec MacFarley, car ses affaires attendaient dans la tente, et Kiaokéli, qui faisait partie de leur équipe et transportait leurs bagages, se trouvait à mes côtés! Je n’avais qu’une seule idée en tête: me rendre à l’hôpital temporaire de Laggan pour vérifier si mon ami n’y avait pas été admis comme blessé.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
historia   16 novembre 2010
La Piste du Lynx les Aventures de Laura Berger 4 de Anne Bernard-Lenoir
Le petit fauve avait quitté l’allée sans arbres et fui les lumières blanchâtres et brillantes de la ville qui dissipaient toutes les zones d’ombre. Sa silhouette élancée se déplaçait avec souplesse et puissance entre les buissons. Parfois, la tempête poussait de longs gémissements et des tourbillons glacials le forçaient à ralentir. Il s’immobilisait durant un court instant, les yeux mi-clos. Son épais pelage d’hiver le protégeait contre les plus basses températures.
Commenter  J’apprécie          40
historia   09 juillet 2013
L'inconnu de Beaver: Pacific Express, tome 4 de Anne Bernard-Lenoir
La tempête avait apporté quinze centimètres de neige sur les monts Selkirk, et les parois du canyon étaient d’une blancheur étonnante à la lueur de la lune.

Il jugea l’endroit parfait; il y avait juste assez de lumière pour qu’il agisse avec discernement, et juste assez de noirceur pour qu’il mène son affaire à l’abri des curieux.



À l’approche des fêtes et en raison des conditions météorologiques difficiles qui ralentissaient la progression des travaux sur le chantier de construction de la voie ferrée, les habitants du campement avaient plus de temps pour vaquer à leurs occupations, leur préférée étant de passer leurs soirées dans les saloons. Il ne risquait pas d’être dérangé. Personne ne s’aventurerait sur ce sentier glissant si tard dans la nuit.



Il vérifia la position des deux corps au fond de la calèche.



Le cheval était confiant. Il l’approcha du gouffre, au creux duquel on entendait couler les eaux de la Beaver.



Une fois qu’il fut prêt, il piqua la croupe du cheval avec la pointe de son couteau et poussa la calèche, qui glissa hors du sentier. La bête se cabra et rua, emportée par le poids de l’attelage, qui dévala la pente.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Anne Bernard-Lenoir (21)Voir plus


Quiz Voir plus

Amateurs de polar ? Qui a écrit quoi ... ?

Mais qui a écrit "Pandemia" ?

Maxime Chattam
Bernard Minier
Franck Thilliez
Olivier Véran

7 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar enquête , policier françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..