AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Liban , 1950
Biographie :

Anne-Marie Eddé est une historienne médiéviste, spécialiste du proche-orient et des croisades.

Elle est née au Liban, au sein d'une famille qui compte dans ses membres plusieurs ministres. Elle s'installe à Paris en 1968 et y réétudie l'arabe.

Après une formation historiographique générale, et une maîtrise menée avec Pierre Vidal-Naquet, elle s’oriente (sous la direction de Dominique Sourdel et dans le cadre d'une collaboration avec Claude Cahen) vers le monde arabo-musulman.

Elle est nommée maître de conférences à l'Université Paris IV Sorbonne puis professeur d'histoire médiévale à l'Université de Reims.

Elle devient ensuite directrice de recherche au CNRS où elle dirige l'Institut de recherche et d'histoire des textes, avant d'être élue professeur d'histoire médiévale à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 3.

Ses travaux portent sur la politique, la société et l'économie de la Syrie médiévale, Saladin et les Ayyoubides, la représentation du pouvoir et les rapports entre croisés et musulmans en Terre sainte.

+ Voir plus
Source : http://www.bibliomonde.com/auteur/anne-marie-edde-465.html
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Horizon_du_plomb   10 avril 2019
Saladin de Anne-Marie Eddé
Ailleurs, al-Wahrânî se moque encore des soufis célébrant la fête du sacrifice qui clôt le pèlerinage : Après avoir écouté quelques vers de poésie amoureuse, ils crient, hurlent et trépignent si fort que le plancher s’effondre sous leurs pieds. Les morts sont enterrés alors que certains soufis, insensibles à ce qui se passe autour d’eux, continuent de danser
Commenter  J’apprécie          20
Horizon_du_plomb   10 avril 2019
Saladin de Anne-Marie Eddé
À l’opposé des panégyristes, les satiristes laissaient parfois courir leur plume avec une surprenante liberté de ton et de contenu. La littérature satirique (hijâ’) était un genre poétique répandu au Proche-Orient dès les temps préislamiques. Le plus souvent, elle prenait pour cible l’honneur de l’adversaire, cherchait avant tout à le confondre, à l’humilier. Le Prophète, qui en fut lui-même victime, encouragea fortement de son côté les poètes contre les incroyants. Il disait que les traits ainsi décochés faisaient plus mal que de vraies flèches. Le hijâ’ ordurier se développa au « VIIIe siècle, enregistra une baisse sensible au cours du siècle suivant – tout en s’introduisant dans la prose – avant de connaître un nouvel essor au Xe siècle. Les thèmes les plus répandus étaient l’avarice, la petitesse d’esprit, l’incompétence, l’extraction modeste, l’homosexualité et toute sexualité débridée.
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_   20 mars 2019
Saladin de Anne-Marie Eddé
Sur le plan des mœurs, les musulmans relevèrent la place particulière des femmes en milieu franc y compris dans le système de succession dynastique. Choqué par le remariage rapide de la princesse Isabelle avec Henri de Champagne, après l’assassinat de Conrad, alors qu’elle était enceinte de celui-ci, ‘Imâd al-Dîn s’interroge : « A qui l’enfant sera-t-il attribué […] Voyez donc la licence de cette bande de mécréants ! » L’étonnement des musulmans face à la relative indépendance dont jouissaient les femmes occidentales, par leur liberté de se montrer, de circuler ou de parler aux hommes, n’était pas nouveau. Sans doute fondé sur une différence réelle entre la situation des femmes en Orient et en Occident, ce sentiment ne se nourrissait pas moins de quelques légendes : ainsi Ibrâhîm ibn Ya’qûb, au Xe siècle, évoque-t-il l’existence d’une île de la mer occidentale appelée la Cité des femmes ou vivaient des femmes sur lesquelles les hommes n’avaient aucun pouvoir, qui montaient à cheval, menaient la guerre, possédaient des harems d’esclaves mâles et tuaient leur enfant lorsque c’était un garçons pour ne garder que les filles. On reconnaît là, bien sûr, le mythe antique des Amazones. Tels les clichés sur la bravoure, la grossièreté et la saleté des Francs, la liberté des femmes occidentales répondaient donc, en partie, à des préjugés fortement ancrés dans les esprits. On est moins étonné, dans ces conditions, de lire le récit d’Usâma dénonçant l’absence de jalousie des maris francs :



« Lorsque je venais à Naplouse, je descendais chez un nommé Mu’izz, dont la maison servait de logement aux musulmans. Elle avait des fenêtres qui donnaient sur la rue. De l’autre côté, et en face, se trouvait le domicile d’un Franc qui vendait du vin aux marchands. […] Un jour, en rentrant, il trouva un homme au lit avec sa femme. ‘’Que veut dire, s’écria-t-il, cette intrusion chez ma femme ? – J’étais fatigué, répondit l’autre, et je suis entré me reposer. – Et comment se fait-il que tu te sois mis dans mon lit ? – J’ai trouvé un lit tout prêt. J’y ai dormi. – Mais ma femme dormait avec toi ! – Le lit est à elle. Pouvais-je le lui interdire ? – Par la vérité de ma religion, si tu reviens et que je t’y reprenne, nous aurons maille à partir, toi et moi.’’ Voilà comment cet homme manifestait sa désapprobation et quel était chez lui le comble de la jalousie. » (pp. 379-380)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
enkidu_   20 mars 2019
Saladin de Anne-Marie Eddé
Le terme générique le plus souvent employé pour désigner l’ennemi était celui de « Franj » (Franc) appliqué indistinctement à tous les Occidentaux quelle que fût leur région d’origine, alors que celui de « Rûm » (Romains) était plutôt réservé aux Byzantins.

(…)

Mais au-delà de la perception objective de l’adversaire et de ses objectifs, les nombreux qualificatifs, épithètes et métaphores utilisés pour le désigner révèlent l’image que les musulmans voulurent répandre des Francs. Métaphores animales le plus souvent. Aux Francs, ivres de peur et de soif, tels des ivrognes chancelants, est opposé Saladin, « semblable au lion qui parcourt le désert, à la lune qui se lève. » Le musulman est le plus souvent comparé au lion, le roi des animaux, tandis que le Franc est tour à tour assimilé au loup, renard, lièvre, dragon, chacal, vautour, chien, singe, serpent, porc, à la hyène, la mouche, la guêpe. Des animaux auxquels on ne peut faire confiance, qui attaquent par derrière – le loup dans la sourate de Joseph est la bête supposée l’avoir dévoré (Coran, XII, 13, 14, 17) – et qui sont méprisés, vénéneux, charognards, rapaces, repoussants, rusés ou prêt à s’enfuir.

(…)

Les Francs sont aussi très souvent associés à l’obscurité, à la nuit, à la saleté et à la souillure, par opposition à la lumière de l’aube, à l’aurore et à la pureté de l’islam. Tout un vocabulaire à connotation religieuse très polémique était utilisé pour répandre cette image négative des Francs. ‘Imâd al-Dîn ne manque pas de qualificatifs dans ce registre : séditieux, polythéistes, impies, idolâtres, êtres de turpitudes, chômeurs du dimanche, démons infidèles ou démons de l’erreur, être infernaux, comtes malfaisants, barons corrompus, bandes d’égarés et champions du mensonge, adorateurs de la nature humaine et divine qui en mourant vont peupler l’enfer par opposition aux croyants martyrs qui peuplent le paradis. Al-Fâdil dans un style moins lyrique ne qualifie pas moins les Francs d’associationnistes, d’infidèles, d’orgueilleux, de compagnons de la gauche (face aux musulmans compagnons de la droite), et de gens de la croix (opposés aux gens du Coran). (pp. 375-377)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Horizon_du_plomb   10 avril 2019
Saladin de Anne-Marie Eddé
 Richard Cœur de Lion mit un point final à la discussion en prenant la décision, le 20 août 1191, de faire exécuter tous les prisonniers dont il pensait ne pouvoir tirer aucun profit. Ils furent entre deux mille six cents et trois mille à être ainsi massacrés dans la plaine à l’extérieur d’Acre, une décision que l’auteur latin de l’Itinerarium, favorable au roi d’Angleterre, justifie en disant que le délai accordé à Saladin avait expiré depuis longtemps et que la mort de ces musulmans devait venger les nombreux chrétiens tués par les Turcs. D’autres sources occidentales vont dans le même sens, mais quelques-unes réprouvent, au contraire, un tel acte et le mettent sur le compte du caractère colérique de Richard.
Commenter  J’apprécie          10
Horizon_du_plomb   10 avril 2019
Saladin de Anne-Marie Eddé
Lisa Wedeen a relevé, parmi les plaisanteries qui circulaient à l’époque du président Hafez al-Asad, une anecdote elle aussi significative du détournement par l’imaginaire populaire de la propagande gouvernementale : un professeur d’histoire demande un jour à ses élèves : « Qui a tué Salâh al-Dîn ? » Les élèves, effrayés, se mettent brusquement à pleurer et s’écrient : « Ce n’est pas nous, maître, nous le jurons. » Surpris, le professeur fait venir le principal. Celui-ci demande : « Que se passe-t-il ? » – « J’ai demandé qui a tué Salâh al-Dîn et personne n’a répondu » répond le professeur. Les élèves se remettent à pleurer. Le principal demande alors au professeur : « Suspectez-vous l’un d’entre eux ? »
Commenter  J’apprécie          10
lehibook   12 avril 2020
Saladin de Anne-Marie Eddé
Dans le cas de Saladin , la difficulté à cerner sa véritable personnalité est amplifiée par le succès de sa légende .Aussi la question de sa sincérité restera-t-elle à jamais controversées ,le discours , les gestes et les émotions que lui prêtent les textes médiévaux étant le plus souvent destinés à montrer que sa conduite était conforme à l'idée que l'on se faisait alors du souverain idéal.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   01 octobre 2017
Saladin de Anne-Marie Eddé
Dans ce contexte de dépendance, voire d’impuissance, le sultan est apparu comme la figure par excellence du libérateur, comme le modèle du souverain ayant su redonner fierté et dignité aux Arabes. Et pourtant, on le sait, Saladin n’était pas arabe, mais... kurde. C’est donc son « arabité » linguistique et culturelle qu’on s’est efforcé de mettre en avant, son attachement à l’islam, son respect des valeurs arabes : l’hospitalité, la générosité, la longanimité, l’honneur, le courage... Autant de raisons pour des dirigeants, si différents soient-ils, de le prendre pour référence, de l’adopter pour héros.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   01 octobre 2017
Saladin de Anne-Marie Eddé
Saladin était évidemment un homme de son temps. Il baignait dans une société marquée par la guerre et la violence, mais aussi par de nombreux échanges, une vie culturelle intense, une forte religiosité, un sentiment de fatalité qui poussait les hommes à accepter toutes les épreuves de la vie parce qu’elles étaient voulues par Dieu. Une société fondamentalement inégalitaire au sein de laquelle il était admis que les hommes et les femmes, les maîtres et les esclaves, les musulmans et les non-musulmans, les riches et les pauvres, n’avaient ni les mêmes droits ni les mêmes devoirs.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   01 octobre 2017
Saladin de Anne-Marie Eddé
En Orient, Saladin a d’abord été le libérateur de Jérusalem, cette ville qui cristallise, aujourd’hui encore, les aspirations et les revendications de trois grandes religions : le judaïsme, le christianisme et l’islam. Saladin est aussi celui qui a réussi à repousser les Occidentaux et à réunifier une grande partie du monde musulman, des rivages du Tigre à la Cyrénaïque, et du Yémen à la Syrie du Nord. D’où son éclat et sa popularité, toujours vivaces dans un Moyen-Orient où le culte des héros est omniprésent.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur