AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Anne Percin (695)


marina53   15 octobre 2015
Ma mère, le crabe et moi de Anne Percin
Tout arrive, dans la vie. Si le pire peut arriver, c'est que le meilleur aussi. Y'a pas de raison. Après tout. 
Commenter  J’apprécie          550
marina53   30 juillet 2014
Bonheur fantôme de Anne Percin
Le bonheur, même quand il vous est donné d'un coup, il faut se retenir d'en jouir trop vite, il faut en faire de petites provisions pour les jours d'après.
Car viennent ensuite des jours entiers, tout noirs.
Commenter  J’apprécie          550
marina53   27 juillet 2014
Bonheur fantôme de Anne Percin
Aimer, c'est sentir vivre en soi quelqu'un qui n'est pas soi.
Commenter  J’apprécie          532
marina53   20 juillet 2014
Le premier été de Anne Percin
Ce n'est pas une tombe. Pas plus que ne le sont, sur le bord des nationales, les silhouettes noires découpées dans le métal, sur les sites des accidents meurtriers. C'est vide, ça ne contient rien, ça ne protège rien. C'est juste un lieu, une borne, un espace délimité pour fixer le souvenir du drame...
Commenter  J’apprécie          520
marina53   15 octobre 2015
Ma mère, le crabe et moi de Anne Percin
J'ai voulu prouver à ma mère que c'était pas grave de perdre ses cheveux. Je crois qu'elle avait plus peur du regard des autres que de mourir pendant son opération. C'est débile, non ? Qu'on doive se cacher pour être malade, je trouve ça dingue ! Comme si ça suffisait pas de souffrir, faudrait encore le faire en silence ! Et puis quoi, encore ?
Commenter  J’apprécie          490
marina53   01 septembre 2014
Point de Côté de Anne Percin
J'ai envie d'avoir quelqu'un, ou que quelqu'un m'ait... j'ai envie d'une présence. J'ai envie d'une main sur mon épaule. J'ai envie... de quelque chose que je ne peux pas écrire, même pas ici.
J'ai envie d'aimer, j'ai envie de crever. C'est pareil, au point où j'en suis, c'est pareil.
Commenter  J’apprécie          480
marina53   27 juin 2014
Comment (bien) rater ses vacances de Anne Percin
Mamie n'a jamais su résister au plaisir de bourrer ses petits-enfants de crêpes. Elle les fait mieux que personne et surtout, elle en fait des tonnes. Et quoi qu'on mette dessus ou dedans, elle ne s'offusque jamais. J'ai le souvenir ému d'un crêpe rillettes/Nesquick qu'elle m'a regardé manger, l’œil embué par la fierté familiale. (Peut-être aussi qu'elle se retenait de vomir.)
Commenter  J’apprécie          482
marina53   27 juin 2014
Comment (bien) rater ses vacances de Anne Percin
Parfois, dans le vie, il faut savoir disparaître, pour que les autres se rendent compte qu'ils tiennent à vous.
Commenter  J’apprécie          451
marina53   24 juillet 2014
Bonheur fantôme de Anne Percin
Qu'on fasse cent mètres ou qu'on en fasse trois millions, partir c'est avancer, bouger, vivre. Je n'aime pas le voyage, j'aime le départ. Pas besoin d'exotisme. C'est le premier pas qui coûte. Partir, ce n'est pas mourir un peu. Partir, c'est vivre.
Commenter  J’apprécie          442
marina53   31 août 2015
Les singuliers de Anne Percin
La beauté est un voile que la nature a mis sur le monde pour nous le rendre tolérable.
Commenter  J’apprécie          420
marina53   29 septembre 2014
Western girl de Anne Percin
Ecrire, c'est un peu dessiner avec des mots.
Commenter  J’apprécie          390
marina53   31 août 2015
Les singuliers de Anne Percin
Faire n'est pas important, je crois. L'important, c'est d'être, dans sa vie, dans son corps. Il faut habiter. Observer, respirer. Regarder. De là, peut-être un jour, produire quelque chose.
Commenter  J’apprécie          370
marina53   02 septembre 2014
Point de Côté de Anne Percin
Je vis sans savoir pourquoi. Les gens qui pensent que les morts vont "là-haut" pourraient me donner des raisons, mais ça ne m'intéresse pas. Je ne cherche pas une réponse, je cherche une solution. Une issue.
Il faut que je m'en sorte. Que je sorte de cette vie.
Commenter  J’apprécie          350
marina53   24 juillet 2014
Bonheur fantôme de Anne Percin
Ce qu'on laisse derrière soi ne meurt pas. Un lieu ne cesse pas d'exister parce qu'on n'y vit plus: cette idée a quelque chose de rassurant.
Il en va de même pour quelqu'un qu'on a quitté: on ne le tue pas pour autant. On cesse seulement de vivre dans la crainte de sa disparition. On troque la peur de perdre contre l'espoir du retour.
Commenter  J’apprécie          350
marina53   30 juin 2014
Comment (bien) rater ses vacances de Anne Percin
Tous les malheurs du monde arrivent parce que les gens uniques s'obstinent à se comporter comme tout le monde.
Commenter  J’apprécie          340
rabanne   12 novembre 2018
Western girl de Anne Percin
C'est mon cow-boy dream. Mon petit monde à moi.
Dans ce monde-là, il y a des chevaux, de l'harmonica, des cactus dans le désert et des montagnes rouges, de l'herbe sous les roues des chariots et le flot furieux du fleuve Colorado.
Commenter  J’apprécie          327
Harioutz   25 juillet 2018
Le premier été de Anne Percin
A partir de ce moment, mon souvenir est incolore et froid Je ne me souviens que d'une profonde confusion, un désordre pénible de l'esprit, un brouillage.
Je crois que ce que je ressentais, c'était de la haine. C'est difficile à expliquer, je ne saurais même pas dire contre qui elle était dirigée.
C'était une haine lasse, fatiguée, impuissante. Elle affectait tout le genre humain, moi y compris.
Je croyais voir tout au fond la vraie nature de l'homme. La mesquinerie, l'égoïsme, le conformisme, la peur de l'autre, le tout étalé en un mélange impur, une vase, une boue, enseveli sous un vernis de politesse qui n'est qu'une cruauté déguisée.
Chacun était convaincu d'être dans son bon droit, du bon côté de la vie. Mais, je le savais désormais, il n'y avait pas de bon côté. Et je savais aussi je ne n'échapperais pas à cette fatalité. Sans le savoir, j'avais déjà glissé du côté où les hommes se croient sauvés : du côté de la raison, de la morale, de la normalité.
Commenter  J’apprécie          320
marina53   01 septembre 2014
Point de Côté de Anne Percin
La mort que je m'étais préparée me berçait depuis sept ans. Je n'ai jamais rien eu à prouver, puisque j'allais crever. Pas besoin de chercher à savoir qui j'étais, pas besoin de me regarder dans le miroir. Personne à affronter, juste à se laisser faire, se laisser pousser hors du monde sans rien dire.
Commenter  J’apprécie          320
fanfanouche24   01 septembre 2014
Le premier été de Anne Percin
J'ai créé des dépendances, des attentes. J'ai déçu. J'ai fait des promesses non tenues, dont j'ai conçu des remords, l'hiver venu, une fois revenue en ville. J'ai pleuré sur le sort de chatons que j'avais habitués à la tendresse, au confort.
J'ai fait des dégâts considérables.
On avait pourtant tenté de m'apprendre qu'il était plus sage et plus responsable de résister à la tendresse. Mais c'est une leçon difficile pour un enfant. (Actes Sud, collection Babel, août 2014, p.24)
Commenter  J’apprécie          320
marina53   28 juillet 2014
Bonheur fantôme de Anne Percin
La certitude que j'ai d'aimer est le seul bien qui me semble immortel.
Commenter  J’apprécie          320



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox