AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 412 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Metz , 1984
Biographie :

Anne-Sophie Brasme est une écrivain.

En 2001, elle publie aux éditions Fayard son premier roman "Respire", qui raconte le destin tragique d’une lycéenne emprisonnée après avoir tué sa meilleure amie. Il reçoit le prix du premier roman de l'Université d'Artois.

Elle publie, en 2005, "Le Carnaval des Monstres", également chez Fayard. Ce deuxième roman reçoit la Feuille d’Or de la ville de Nancy.

Anne-Sophie Brasme est étudiante en Master de littérature comparée à l'Université Paris IV-Sorbonne. En 2007, elle est reçue à l'agrégation de lettres modernes et son mémoire s'intitule "Virginia Woolf et l’impressionnisme".

Elle est professeur de Lettres Modernes.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Respire - Interview de Joséphine Japy et Lou de Laâge


Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   18 mai 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
— Regarde-la, Charlène. Tu vois comme elle t'ignore. Elle le fait avec subtilité. Elle te rend invisible, en même temps elle te torture, elle te bouffe, elle te tue. Elle fait comme si elle ne te voyait pas, mais elle a tout planifié, tout anticipé : elle sait que tu la regardes, elle en est tout aussi consciente que toi. Elle attendra que vous soyez seules pour te faire espérer. Elle choisira le moment où vous êtes entourées pour te faire des reproches. Mais surtout, dis-toi bien que sans les autres, elle n'est plus rien. Que sans TOI, elle n'est plus rien.



JOUER.
Commenter  J’apprécie          730
Nastasia-B   16 mai 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
Rien aujourd'hui ne me lie à cette enfant insouciante et pleine d'entrain que j'étais à l'époque. Désormais en moi s'affrontent deux identités que je ne reconnais plus.



OUBLIER.
Commenter  J’apprécie          550
Nastasia-B   13 mai 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
C'est bien connu : les gens les plus fous sont aussi ceux qui, au premier abord, ont l'air tout à fait normaux.



OUBLIER.
Commenter  J’apprécie          470
Nastasia-B   13 mai 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
Ma vie aurait pu être tout à fait normale. Si j'en avais décidé autrement, j'aurais pu exister comme n'importe lequel d'entre vous. […] À première vue, mon existence paraissait plate et insignifiante. Je vivais au beau milieu d'un monde qui ne me voyait pas, que je ne comprenais pas.



OUBLIER.
Commenter  J’apprécie          420
Nastasia-B   03 juin 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
Au début du mois d'octobre, nous avons enterré mon grand-père. Ce n'était pas un bel automne. Je me souviens de ce matin brouillé et humide, de cette boule douloureuse au fond de ma gorge qui m'empêchait toujours de respirer.

Je suis arrivée devant le cercueil ouvert. Ma mère, le visage saccagé par des flots de larmes qui s'écoulaient depuis plusieurs jours, me retenait le bras, me demandant de ne pas regarder. Je l'ai fait malgré tout. Je me suis avancée et j'ai fixé le visage de la mort sous mes yeux, jusqu'à sentir un vertige. Je me suis retirée, tant cette impression était profonde et abjecte, puis je suis allée vomir derrière les murs du funérarium. Je n'ai pas eu le courage de pleurer.

Au cours du repas, je les ai regardés tous, un à un, minutieusement, comme si je découvrais pour la première fois leur terrible insignifiance. Ils me dégoûtaient. Je plaignais leur bêtise, méprisais leur insouciance et l'ineptie qui les enfermait dans cette vie dérisoire. Ma famille, à présent, n'était plus qu'un sordide clan d'étrangers.

Mes parents, pourtant, n'avaient pas changé. Mais je me rendais compte, après quinze ans de vie à leur côté, à quel point ils pouvaient être ridicules. Ils avaient terriblement vieilli, tous les deux, ma mère toujours à se lamenter, se plaignant à tout bout de champ dans le seul but de pouvoir s'effondrer dans les bras de n'importe qui ; et mon père, stoïque et silencieux, torturé, bouffé par des années de travail acharné, qui avaient fini par tout détruire autour de lui. Mes grands-parents paternels, eux, les vieux, demeuraient cloîtrés dans leur petit monde comme pour se protéger du moindre danger extérieur, ne vivant plus que dans l'attente morose de leur mort et l'angoisse que vienne leur tour.

Ils avaient tous peur. Ils espéraient. Leur champ de vie minuscule ne dépassait pas les limites de leur petite sécurité, de leur petit égoïsme. Ils ignoraient tout. Ils parlaient fort, c'était à celui qui saurait imposer sa voix autour de la table ; ils passaient leur temps à contester les idées des autres, mais eux-mêmes ne savaient rien. Qui étaient-ils ? Où était ma place ? Avaient-ils ne serait-ce qu'une vague idée de ce qu'il y a de dérisoire dans la vie ? Pouvaient-ils comprendre la haine, le dégoût qui me submergeaient, moi, moi qu'ils voyaient à peine, prisonniers qu'ils étaient d'eux-mêmes ?



SUBIR.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Nastasia-B   01 juin 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
Je ne saurais définir l'obsession. Je crois qu'on la porte toujours en soi. Souvent, il suffit de presque rien pour la déclencher. Elle s'immisce en vous, silencieuse, attaque lentement, tortueuse, chaque partie de votre être ; mais elle est rusée et terriblement manipulatrice, car elle se fait passer pour votre amie mais ne manque pas pour autant de vous trahir. La souffrance, dans tout ça, n'est qu'un effet.



SUBIR.
Commenter  J’apprécie          350
Nastasia-B   31 mai 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
Bien sûr, ses nouveaux amis ne m'ont jamais vraiment acceptée au sein de leur groupe ; de toute façon, Sarah y veillait. Je la suivais partout, mais tous mes efforts étaient vains, car elle prenait toujours plaisir à m'ignorer.



JOUER.
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-B   17 mai 2016
Respire de Anne-Sophie Brasme
On écrit comme on tue : ça monte depuis le ventre, et puis d'un coup ça jaillit, là, dans la gorge. Comme un cri de désespoir.



OUBLIER.
Commenter  J’apprécie          310
Bazart   28 novembre 2014
Respire de Anne-Sophie Brasme
(« Je ne comprenais pas le monde. Il m’apparaissait sous une étrange dimension ; je n’existais pas, il me semblait que tout ce que je pouvais voir et toucher, entendre et sentir, était sans consistance. Je vivais dans un univers de silence et de questions, d’abstraction, de jeux et de cris, de rires et de pleurs, d’éclats de joies et de lumières, mais je ne contrôlais rien. »
Commenter  J’apprécie          240
virginiedelattre   10 septembre 2014
Respire de Anne-Sophie Brasme
"...Je ne saurai définir l'obsession. Je crois qu'on la porte toujours en soi. Souvent, il suffit de presque rien pour la déclencher. Elle s'immisce en vous, silencieuse, attaque lentement, tortueuse, chaque partie de votre être; mais elle est rusée et terriblement manipulatrice, car elle se fait passer pour votre amie, mais ne manque pas de vous trahir. La souffrance dans tout cela n'est qu'un effet. Lorsqu'on devient fou, on ne se rend pas compte car on n'a pas mal. Le plus douloureux c'est la chute. Le moment où on réalise. Moi non plus je ne voulais rien voir venir. Et puis, forcément, j'ai fini par atterrir...."
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Respire, d'Anne-Sophie Brasme

Depuis combien de temps Charlène est-elle en prison ?

1 an
2 ans
3 ans

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Respire de Anne-Sophie BrasmeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..