AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.88 /5 (sur 143 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Anouk Filippini est titulaire d'une licence Art du Spectacle, mention Cinéma – Paris I et d'une Licence Lettres et Civilisation italiennes – Paris IV (Sorbonne).

Collaboratrice littéraire pour France Télévisions depuis 2012, elle est également scénariste et auteur. Elle a été traductrice et rédactrice d'ouvrages divers, en particulier pour la jeunesse, de 1996 à 2013.

page Facebook: https://www.facebook.com/anouk.filippini

Ajouter des informations
Bibliographie de Anouk Filippini   (20)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation

- Salut, princesse, dit son père en bâillant. Bien dormi ?

- Mmmm. Si on veut.

L’hôtel Rouge. C’est comme ça qu’ils veulent l’appeler. Parce que, le soir, le soleil couchant repeint en rouge la façade ouest de la maison, face à la mer. Sa mère tiendra le restaurant et son père s’occupera de l’hôtel. « L’hôtel Rouge, c’est sinistre », pense Nina.

Dans l’allée, on entend un bruit de moteur, puis deux petits coups de klaxon. Voilà les ouvriers qui arrivent. La journée va être longue...

Commenter  J’apprécie          70

Dans sa définition première, je dirais que l'éternité, c'est le temps associé à l'infini. Mais si nous revenons à notre discutions, vous aviez précisé que l'éternité serait ce que nous pourrions accomplir pendant ce temps qui nous sera donné. La trace que nous laisserons au monde. Et donc, dans cette perspective, l'éternité, pour nous pauvres humains, ce n'est pas le temps plus l'infini, mais le temps, plus la mémoire.

Commenter  J’apprécie          40

Elle fouille encore puis se souvient qu’en fait, sa carte de bus ET son porte-monnaie sont restés dans son sac à dos. Sac à dos qu’elle a oublié dans la voiture de sa mère. Alors là, elle est mal : elle ne peut pas payer ses deux crêpes et son sirop de fraise. Comment faire ? Partir en courant ? C’est impossible, ce serait trop la honte. Elle va demander un crédit. Après tout, ils la connaissent bien, ici. Tout le monde sait qu’elle est la fille de Kim et Gilles, les propriétaires de l’Hôtel Rouge. Le problème, c’est que si elle fait ça, sa mère va savoir qu’elle n’était pas à la bibliothèque pour travailler sur son exposé sur les sables mouvants et de la baie du Mont-Saint-Michel ! Et ce fichu Luc qui n’est jamais là quand on a besoin de lui ! Décidément, sa vie, en ce moment, ça ne va pas du tout.

Commenter  J’apprécie          30

« L’eau potable est précieuse dans notre monde. Après les inondations, par une cruelle ironie, c’est ce qui a le plus manqué. Ma mère n’était pas encore née quand les hommes se sont mis à s’entretuer pour l’eau, mais elle en a gardé de drôles de manies. » Sophia

« Les hommes attendent toujours les catastrophes pour agir, et se servent des catastrophes pour prendre le pouvoir et créer un nouveau monde injuste et inégalitaire. » Vandal

« La vérité c’est que c’est tout simplement une question de pouvoir. Il faut bien que quelqu’un ait le pouvoir. Il faut que quelqu’un domine. » Briss

« Ces mosaïques nous disent quelque choses de l’époque qui a précédé les Grandes eaux. Elles disent le chaos, la souffrance, la lutte… Mais elles expriment aussi un désir de vie, une énergie qui semble perdue aujourd’hui. »

Commenter  J’apprécie          20

Les dirigeants espéraient que les épidémies supprimeraient les populations les plus fragiles au profit des dominants. Mais les épidémies se sont mises à frapper aussi les enfants des privilégiés. Et les peuples opprimés ont commencé à se rebeller. Alors seulement, alors enfin, des milliards ont été investis dans la gestion des ressources et dans la recherche médicale. Une équipe pluridisciplinaire, dirigée par des médecins de plusieurs nationalités, a mis au point le Vaccin Universel. L'humanité a été sauvée. Pas sa mémoire.

- Les hommes attendent toujours les catastrophes pour agir, et se servent des catastrophes pour prendre le pouvoir et créer un nouveau monde injuste et inégalitaire, m'a dit Vandal le jour où il m'a raconté tout cela.

Commenter  J’apprécie          20

Je crois profondément que tout ce que nous sommes, nous l'avons déjà été. C'est pourquoi j'espère qu'un jour, dans plusieurs années ou même plusieurs centaines d'années, quelqu'un lira mon récit et y trouvera de l'aide, ou du réconfort.

Commenter  J’apprécie          30

Je la regarde, éperdue. Elle me fait un cadeau incroyable. Une pièce du puzzle, un petit morceau de mon passé. Mais ce qu’elle m’offre ouvre un autre gouffre, plus grand encore. Car maintenant, j’ai envie d’en savoir plus. C’est le principe de la connaissance, m’a expliqué un jour ma mère. Plus tu en sais, et plus tu comprends l’étendue du mystère. C’est vertigineux.

Commenter  J’apprécie          20

Je n’ai jamais vu de reportage sur ceux qui ont échoué si tôt dans la compétition. On dit pourtant qu’avoir été sélectionné pour le Slamb est, de toutes les façons, un avantage pour la suite. Mais qu’en est-il vraiment ? Qu’en est-il de ceux dont le rêve a duré le temps d’une comète, d’un battement d’ailes ? Comment vit-on avec ça pendant les quatre-vingt-cinq années de vie qui vous restent ? Et dans ces premiers passages, dans ces premières éliminations, dans ces espoirs entretenus et brisés d’un coup sec, je vois pour la première fois clairement toute la perversité de ce jeu, et au-delà du jeu, l’abjection de ce système social, l’injustice fondamentale de tout ce cirque malsain, condescendant et qui ne repose que sur l’idée que « ce n’est sans doute pas parfait, mais c’est le moins pire, et c’est pour le bien de l’humanité ».

Commenter  J’apprécie          10

Il y a deux choses vraiment difficiles dans la vie, dit ma mère : être libres et devenir soi-même. Le reste, tout le monde y arrive.

Commenter  J’apprécie          20

Ces mosaïques nous disent quelque chose de l'époque qui a précédé les Grandes Eaux. Elles disent le chaos, la souffrance, la lutte... Mais elles expriment aussi un désir de vie, une énergie qui semble perdue aujourd'hui.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Peur bleue à l'hôtel rouge" d'Anouk Filippini.

Comment s'appelle l'oncle ?

Romuald
Rogers
Rodolphe

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : L'hôtel rouge, tome 2 : Peur bleue à l'hôtel rouge de Anouk FilippiniCréer un quiz sur cet auteur