AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Docteur en sociologie, Antoine Idier est l’auteur d’une thèse, Les vies de Guy Hocquenghem. Sociologie d’une trajectoire à l’intersection des champs politiques, culturels et intellectuels français des années 60 aux années 80 (Université de Picardie-Jules Verne, 2015) qui donnera lieu à la parution le 18 janvier 2017 d’une biographie chez Fayard : Les vies de Guy Hocquenghem. Directeur des études et de la recherche à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy, il a publié Les Alinéas au placard. L’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982) (éd. Cartouche, 2013).
Il a écrit la postface du livre de Guy Hocquenghem, Un journal de rêve (Verticales, 2017).

Source : http://www.editions-verticales.com/auteurs_fiche.php?rubrique=4&id=172
Ajouter des informations
Bibliographie de Antoine Idier   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Antoine Idier vous présente l'ouvrage "Archives des mouvements LGBT+ : une histoire des luttes de 1890 à nos jours", coécrit avec Jean-Michel Arnaud, aux éditions Textuel. Entretien avec Michael Stambolis-Ruhstorfer.


Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWO   24 février 2017
Les vies de Guy Hocquenghem de Antoine Idier
« Ma famille […] m’intéresse peu. » La phrase est prononcée par Adam, narrateur du roman Ève publié en 1987, écrivain homosexuel qui partage avec Guy Hocquenghem de nombreux traits. Celui-là également : le militant gay s’est tenu à l’écart de sa famille où, par ailleurs, les liens entre les membres sont plutôt lâches. À tel point que son frère Joani, de trois ans son cadet, peut aujourd’hui s’exclamer : « Comme je connais peu Guy adulte2 ! » Sa famille, cependant, nous intéresse. Le milieu social dans lequel il naît n’est pas pour rien dans la suite de sa trajectoire. Certes, tout ne s’est pas passé comme prévu. Comme le notera cet enfant de la bourgeoisie intellectuelle parisienne, il « aurait normalement dû devenir fonctionnaire ». Toutefois, « mai 68 est intervenu ». Son habitus, ses dispositions sociales incorporées n’en ont pourtant pas moins compté. Ils ne sont pas étrangers au fait que le normalien est devenu « homosexuel gauchiste officiel».

Hocquenghem rejettera ses origines sociales. Il écrira en 1988 : « N’être ni un salaud, ni un bourgeois, cet engagement sartrien […] n’a pas cessé de me hante. » Ses amis peuvent même être surpris de la violence avec laquelle il parle de ses parents. Mais, autant qu’il a voulu y échapper, il restera un enfant de la bourgeoisie. Un des traits que certains retiennent est l’assurance et la morgue dont il peut faire preuve, autant dues aux brimades et aux injures qu’il a dû affronter en raison de son homosexualité qu’à son milieu de naissance. Il lui arrivait d’être « méprisant », selon son ancien amant Rémy Germain, et « un peu péremptoire », selon Alain Jaubert. « Une grande arrogance et un cynisme ricanant », juge Didier Eribon. Bien des positions qu’Hocquenghem défendra sembleront s’expliquer par un goût pour la provocation. Or cette dernière est sociale : le geste de défi est une attitude de celui qui, assuré de sa propre place dans le monde, sait qu’il peut se le permettre. Patrice Finet, un de ses amants aux débuts des années 1970, explique : « On sentait l’éducation bourgeoise qu’il avait reçue et cela l’ennuyait. » Comme le résume son amie Noëlle Châtelet, à propos de sa fascination pour Jean Genet, « il avait sans doute envie d’être un mauvais garçon, mais je ne suis pas sûre qu’il pouvait l’être. Il restait un jeune homme bien élevé ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'expression ad hoc ! 😁(ludique et facile)

Cette expression ludique par excellence signifie qu'on est prêt à dévoiler ses projets ou ses intentions. Quand on n'a plus rien à perdre, on risque le tout pour le tout, c'est une tactique comme une autre

Risquer ses cartes
Rebattre ses cartes
Abattre ses cartes
Oser ses cartes

10 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , expressionsCréer un quiz sur cet auteur