AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.55 /5 (sur 32 notes)

Né(e) : 1977
Biographie :

Antoine Vitkine, né en 1977, est un journaliste et écrivain français. Il est également réalisateur de documentaires français.

Il est diplômé de Sciences Po et titulaire d'un DEA de relations internationales.

Il a réalisé une quinzaine de films documentaires pour Arte, Canal Plus, etc... Parmi lesquels: "Mein Kampf, c'était écrit", "Les esclaves oubliés", "Dati l'ambitieuse"...

Il a également travaillé pour France 2 et l'INA.

En 2005, il est l'auteur d'un essai intitulé les Nouveaux imposteurs, traitant des théories du complot, depuis le 11 septembre 2001. En 2006, il publie La Tentation de la défaite, un ouvrage de politique-fiction sur l'islamisme radical et la politique étrangère française.

Il collabore à la revue Le Meilleur des mondes, publiée par les éditions Denoël.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Antoine Vitkine   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

1945, en Allemagne. Devant les caméras de la propagande de guerre, des soldats américains fondent les plaques qui servaient à imprimer Mein Kampf. Vingt ans plus tôt, le chef nazi Adolf Hitler mettait en circulation son texte d'une violence rare, dans lequel il dévoilait son programme. Mein Kampf contient-il un poison qu'on ne saurait conjurer ? La question a ressurgi lorsque les droits du livre sont tombés dans le domaine public, le 1er janvier 2016, après avoir cessé d'être détenus par le seul État régional allemand de Bavière, qui les avait reçus des forces d'occupation américaines au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Ce 2 juin, une maison d'édition française, Fayard, mettra en circulation un imposant volume de 1 000 pages, à la mise en page réduite au strict minimum. Une version de "Mein Kampf" assortie d'un important appareil critique et dont le titre, “Historiciser le mal”, laisse bien comprendre qu'il s'agit plus d'un travail universitaire que d'une simple réédition. Pour en parler : Sophie de Closets, présidente directrice générale de la maison d'éditions “Fayard” qui publie cette semaine “Historiciser le mal : une édition critique de Mein Kampf” (disponible le 2 juin 2021, Fayard). Florent Brayard, co-directeur de l'ouvrage “Historiciser le mal : une édition critique de Mein Kampf” (Fayard) avec Andreas Wirsching directeur de recherche au CNRS et à l'EHESS, spécialiste de l'histoire de la Shoah. Antoine Vitkine, journaliste, réalisateur de documentaire, auteur de “Mein Kampf, histoire d'un livre” (Flammarion, 2009, réédition mise à jour en version poche, en librairie le 2 juin). L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 21 Mai 2021) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr

+ Lire la suite

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
enkidu_   29 janvier 2017
Mein Kampf, histoire d'un livre de Antoine Vitkine
Dans les pays où le nationalisme s’exprime sans la retenue que donne l’expérience de l’Histoire, dans des nations neuves, Mein Kampf est désormais un succès populaire. C’est ainsi le cas en Inde : on y trouve Mein Kampf, en version intégrale, en hindi, en anglais et en plusieurs langues régionales indiennes, soit une dizaines d’éditions différentes, disponibles dans la plupart des librairies, chez les marchands de rue, dans les kiosques de gare. Une enquête du Time dans la capitale, Delhi, rapporte que le livre est un best-seller chez une majorité de vendeurs ambulants, au coude-à-coude avec Barbara Bradford et John Grisham… L’un de ces vendeurs, Vinod Jain, explique à l’envoyé du journal : « Je ne sais pas pourquoi ils le veulent tous, mais c’est un supercarton, a red-hot seller. »



Il est malaisé de connaître les chiffres de vente à l’échelle du pays, mais il ne fait pas de doute que le phénomène est massif, au point d’être devenu une curiosité pour les touristes et les journalistes du monde entier. En 2006, le Chicago Tribute révélait que, dans la seule ville de Bombay, la plus grande librairie en vendait 35 exemplaires par semaine. Enquêtant pour Marianne sur le nationalisme hindou, Martine Gozlan note ainsi qu’à Ahmedabad, capitale du Gujarat, « la plus grande librairie de la ville propose Mein Kampf en différentes éditions avec le portrait de Hitler en couverture. Il y en a à tous les prix, pour tous les goûts. La littérature nazie est un must ces jours d’avant moussons ». « Il est proposé en format poche dans tous les stands offrant une littérature grand public », remarque sur son blog une universitaire américaine, professeur d’histoire en voyage. Quant à Georg Martin Oswald, écrivain allemand en résidence à Bangalore, il a eu la surprise d’entendre un de ses amis indiens, brillant médecin de trente-deux ans, polyglotte, lui dire qu’il avait expressément appris l’allemand pour lire Mein Kampf en version originale et l’avais lu plusieurs fois en anglais. Il voulait comprendre quelle sorte d’homme était Hitler : « Quelqu’un qui a eu autant de partisans ne peut pas être le simple clown décrit par la propagande américaine. » « Hitler a beaucoup d’admirateurs en Inde », finit par lâcher ce jeune homme. (pp. 260-261)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mouette_liseuse   06 février 2015
Mein Kampf, histoire d'un livre de Antoine Vitkine
Pourquoi, aujourd'hui, dans notre société prospère et civilisée, au cœur d'un continent pacifié qui se rêve "hors de l'histoire", faudrait-il se soucier de Mein Kampf, ce livre hérité d'un temps lointain pourtant toujours présent ? Quelles leçons tirer de la trajectoire hors du commun du livre d'Adolf Hitler, de la cellule de Landsberg au panthéon du IIIe Reich, des ruines de Munich aux rues d'Istanbul ?



Première leçon : la destinée de ce livre appelle à accorder de l'attention aux projets politiques fanatiques et violents, et à ne jamais les sous-estimer, surtout quand ils sont rendus publics et en particulier lorsqu'ils sont portés par des hommes susceptibles de les mettre en œuvre. Il n'y a guère de systèmes d'idées fascisant, ultranationaliste, raciste ou antidémocratique qui ne demeurent sans conséquences. Les mots ont un sens et affectent la réalité, parfois de la pire des façons.

Page 289
Commenter  J’apprécie          20
enkidu_   29 janvier 2017
Mein Kampf, histoire d'un livre de Antoine Vitkine
Déjà, en 1934, à l’initiative de nationalistes panarabes favorables aux Allemands, un journal irakien, Le Monde arabe, publiait des extraits de Mein Kampf en feuilleton, avant de réunir sous la forme d’un livre.

(…)

En outre, de nombreux nationalistes, désireux d’aller à l’encontre du déclin et d’unifier les Arabes dans un même ensemble, se montrent intéressés par l’idéologie nazie, dont ils partagent le nationalisme, l’exécration de la démocratie, le culte du chef, l’exaltation du sang, la défense de la terre, la justice sociale pour les membres de la communauté.



Dans ses mémoires, le Syrien Sami al-Jundi, l’un des fondateurs du parti Baath, futur parti au pouvoir dans l’Irak de Saddam Hussein et en Syrie, dresse un tableau de l’atmosphère régnant à Damas dans les années 1930 :



« Nous étions racistes et pleins d’admiration pour le nazisme, nous dévorions ses publications et les ouvrages dont il s’était inspiré. […] Nous fûmes les premiers à vouloir traduire Mein Kampf. Quiconque a vécu à Damas durant cette période se souvient de l’engouement général pour le nazisme, qui paraissait la seule force capable de servir la cause arabe ; le faible admire toujours le fort. »



En ces années, des mouvements fascisants voient le jour dans tous les pays arabes, comme le Misr el-Fatah, mouvement ultranationaliste égyptien, situé plutôt à gauche, qui s’inspire du fascisme et du nazisme et adopte le slogan « un peuple, un parti, un leader », ainsi que, pour ses milices de jeunesse, un code vestimentaire identique à celui utilisé alors à Rome ou à Berlin. En fait partie le jeune Gamal Abdel Nasser, futur chef de l’État. Quasiment au même moment, en Syrie, est créé le Parti social nationaliste syrien, dont le drapeau est une variante du drapeau nazi et le salut semblable au salut nazi. Ce parti prétend à une Grande Syrie, du Sinaï à l’Irak, unifiant tous les Syriens, sur une base ethnique.



De leur côté, les Allemands comprennent tout le parti qu’ils peuvent tirer d’auxiliaires qui harcèleraient les Anglais et les Français sur leurs arrières. Des contacts se nouent, des émissaires se chargent de diffuser la propagande nazie auprès de leurs interlocuteurs, en particulier Mein Kampf, sous forme de brochures résumant certaines idées du livre. En 1938, une radio allemande émettant en arabe est même créée. (pp. 265-266)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
enkidu_   29 janvier 2017
Mein Kampf, histoire d'un livre de Antoine Vitkine
L’intérêt du Führer pour la question arabe perdurera jusqu’aux derniers jours du Reich. En 1945, dans son bunker berlinois, Hitler dicte à son fidèle Martin Bormann un testament politique dans lequel il ne renie rien et où il fait un bilan de sa carrière. De nombreux passages sont consacrés aux Arabes. Il y avoue un regret : avoir trop écouté les Italiens et les diplomates qui conseillaient de ménager les intérêts français au Levant et au Maghreb. « C’est ce qui nous a empêchés, en Afrique du Nord, par exemple, de faire une politique révolutionnaire. […] Seuls, nous aurions pu émanciper les pays musulmans dominés par la France. Cela aurait eu un retentissement énorme en Égypte et dans le Proche-Orient asservis par les Anglais. D’avoir notre sort lié à celui des Italiens, cela rendait une telle politique impossible. Tout l’islam vibrait à l’annonce de nos victoires. Les Égyptiens, les Irakiens et le Proche-Orient tout entier étaient prêts à se soulever. Que pouvions-nous faire pour les aider, pour les pousser même, comme c’eût été notre intérêt et notre devoir ? […] Il y avait une grande politique à faire à l’égard de l’islam. C’est raté. […] Cette politique aurait suscité l’enthousiasme dans tout l’islam. C’est en effet une particularité du monde musulman que ce qui touche les uns, en bien ou en mal, y est ressenti par tous les autres, des rives de l’Atlantique à celles du Pacifique. »



Surtout, Hitler dit à Bormann, à l’heure où la bataille est perdue : « Les peuples régis par l’islam seront toujours plus proches de nous que la France, par exemple, en dépit de la parenté du sang qui coule dans nos veines. » (pp. 270-271)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

OK pour le K ? (en littérature)

Claude Klotz est le pseudonyme du romancier Patrick Cauvin

c'est vrai
c'est faux
je ne connais ni l'un, ni l'autre

15 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , romans policiers et polars , culture littéraire , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur