AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 886 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chalon-sur-Saône , 1950
Biographie :

Antoine Volodine est le pseudonyme d'un romancier français.

Après des études de lettres, Antoine Volodine enseigne le russe pendant 15 ans et se consacre à l'écriture et à la traduction à partir de 1987. Il commence à publier des romans dans la collection des éditions Denoël, "Présence du futur", tout en déclarant que ses livres n’appartiennent pas au registre de la science-fiction. Il publiera ensuite aux éditions de Minuit, puis chez Gallimard et au Seuil.

Dès ses premiers livres, et indépendamment des maisons d'édition où il les publiera, il construit avec constance un édifice romanesque à plusieurs voix qu'il nomme "post-exotisme". Il se place délibérément à l'écart des courants littéraires contemporains et se réclame à la fois du réalisme magique et d'une littérature internationaliste, engagée, où se croisent l'onirisme et la politique. Les thèmes de ses ouvrages sont marqués par une réflexion sur l'histoire du XXe siècle, sur les génocides et l'échec des révolutions.

L’originalité des écrits d’Antoine Volodine a souvent conduit la critique à dire de lui qu’il était inclassable. La catégorie littéraire nouvelle dont il se réclame, le post-exotisme, permet toutefois d’aborder son œuvre sans se perdre dans des systèmes de classifications intenables.

A la fin des années 90, d’autres signatures sont venues s’ajouter à celle d’Antoine Volodine. Plusieurs parmi celles qui sont citées dans Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze ont publié des livres: Elli Kronauer et Manuela Draeger à l'École des Loisirs et, en mai 2008, Lutz Bassmann aux éditions Verdier. Mais, à la façon de Fernando Pessoa, quoiqu'avec cette différence essentielle qu'est la collectivisation, absente du modèle lusitanien, il s'agit là d'une série d'hétéronymes, sous lesquels se cache un seul et même écrivain, d'abord connu sous le pseudonyme d'Antoine Volodine.

"Rituel du mépris" a reçu le Grand Prix de la science-fiction française en 1987. "Des anges mineurs" a reçu le Prix du Livre Inter en 2000 et le Prix Wepler en 1999.

En 2008, il reçoit la bourse Jean Gattégno du Centre national du Livre pour la rédaction de Macau, une fiction accompagnée de photographies signées Olivier Aubert, publiée en octobre 2009 aux Éditions du Seuil.

En 2014, "Terminus radieux" reçoit le prix de la Page 111 et le prix Médicis.

En 2017, il est lauréat pensionnaire à la Villa Kujoyama à Kyoto.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le samedi 3 août 2019, dans le cadre du banquet d'été "Transformer, transfigurer" qui s'est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019, Antoine Volodine et Lionel Ruffel se sont prêtés au jeu de la double voix. Que se passe-t-il lorsqu?on raconte des histoires ? Lorsque les images surgissent, lorsque les mots se forment, que les corps sortent d?eux-mêmes, lorsque les identités migrent ? Que transfigure-t-on lorsqu?on rêve, lorsqu?on chamanise, lorsque plus que tout et souvent contre tout on veut transformer le monde ? Ces questions sont au c?ur d?un dialogue qu?Antoine Volodine et Lionel Ruffel ont entamé il y a vingt ans, notamment à Lagrasse, et qu?ils reprennent pour ce Banquet.
+ Lire la suite
Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (321) Voir plus Ajouter une citation
Bobby_The_Rasta_Lama   22 janvier 2020
Terminus Radieux de Antoine Volodine
Solovieï se piquait d'être non seulement révolutionnaire mais poète, et donc il estimait qu'il avait le droit de dire haut et fort ce qui lui passait par la tête. La perspective de devoir écrire des mensonges pour sauver sa peau le mettait en rage. Il sabotait ses autocritiques en y insérant des narrats ésotériques, des considérations sur l'apocalypse et des discours politiquement incorrects sur la sexualité et les rêves. Sur le papier officiel des dépositions, il exposait son espoir que viendrait un temps où chamanes, experts en sorcellerie, mages et disciples de l'oniromancie seraient seuls en charge de la lutte des classes et nomadiseraient librement dans les villes et les campagnes. Les relations de Solovieï avec les autorités s'étaient envenimées.
Commenter  J’apprécie          3213
Piatka   20 septembre 2016
Terminus Radieux de Antoine Volodine
Le chant cristallin des gouttes retombant dans la vasque.

Le goût de l'eau. Un lointain parfum de tourbe, de silice un peu poivrée. Une impression de transparence, d'éternité. L'émotion de pouvoir ressentir cela, de ne pas être mort encore.

Le silence de la forêt.

Le martèlement d'un pic creusant l'écorce avec violence, à quelques centaines de mètres de la fontaine.

Puis, de nouveau, le silence.
Commenter  J’apprécie          320
Malaura   07 avril 2012
Alto solo de Antoine Volodine
Il regarde par la fenêtre.

En fait, ce n’est pas une fenêtre, mais l’ouverture d’une caverne où habitent des oiseaux.

Dehors, tout est à pic, tout est bleu : nuages bleus, soleil bleu, abîmes bleus. Quand il se penche, il aperçoit des volcans, des lacs, des coulées de lave, des montagnes que couronne une neige d’azur. La brise est légère, tiède, embaume. Il se penche un peu plus à la lisière du précipice. Les étendues d’herbe scintillent, les oiseaux planent, traversent le ciel, plumes frémissantes.

Il sait que, malgré son aile blessée, il pourra voler.

Il écoute la musique.

Il écoute le murmure de Tchaki Estherkhan qui chante autour de lui et, quand il s’élance, il la voit.

Commenter  J’apprécie          310
Malaura   08 avril 2012
Alto solo de Antoine Volodine
Ils sont trois, cinq cents, mille, ils sont légion, des millions.

Leur nombre s’explique par des facteurs économiques et sociaux, mais il faut avoir le courage de compléter l’explication en disant que quelque chose d’instinctif, inscrit sans doute dans le patrimoine génétique de l’espèce, pousse les grandes masses humaines à cautionner ce qui promet la désolation et le carnage.

Un élan mystérieux anime collectivement les esprits et les dévoie vers le pire. Il suffit qu’aux opinions publiques on désigne un ennemi hors des frontières pour qu’en une nuit, elles se bellicisent et fassent bloc autour de nos soldats ; pour qu’après une seule journée d’orchestration du mensonge, elles plébiscitent les bombardements, réclament à n’importe quel prix la victoire ; goulûment elles s’abreuvent à la propagande martiale.

Commenter  J’apprécie          260
Malaura   09 avril 2012
Alto solo de Antoine Volodine
Lorsque le monde lui déplaît sous tous ses angles, l’écrivain, sur le papier, métamorphose le tissu de la vérité. Il ne se contente pas dénoncer, sur un ton d’amertume dépitée, ce qui l’entoure. Il ne reproduit pas trait pour trait l’élémentaire brutalité, l’animale tragédie à quoi se réduit le destin des hommes.

Au lieu de cela, il choisit, de la vie réelle, les brins les plus ténus, ombres et harmoniques, et à ses souvenirs il les entremêle à des visions qu’il a eues pendant son sommeil et qu’il chérit, à son passé il les entrelace, aux impatiences, aux erreurs, aux croyances déçues de son enfance.

Commenter  J’apprécie          260
nadejda   23 mai 2012
Écrivains de Antoine Volodine
Elle aime s’adosser au mur en imaginant qu’elle traverse le mur, qu’elle est dépeignée par le vent, qu’elle est sous le ciel mouvant de la steppe, au milieu des herbes mouvantes, et qu’elle parle plus fort que les souffles, qu’elle dit le monde. p 28
Commenter  J’apprécie          260
Bobby_The_Rasta_Lama   20 janvier 2020
Terminus Radieux de Antoine Volodine
- On va vous interpréter un glorificat burlesque, annonça Matthias Boyol.

On ne sait pourquoi, car cela n'avait aucune importance, l'ancien commandant Pedron Dardaf sortit de son apparente torpeur, leva la main comme un gamin interrogeant son institutrice et demanda :

-Dis donc, Boyol, il y a une différence entre un glorificat burlesque et une mélopée tragi-comique, comme que vous nous en avez récité une la semaine dernière ?

Matthias Boyol eut l'air décontenancé pendant quelques secondes, parce qu'il était déjà absorbé par le spectacle qui avait commencé silencieusement en lui, mais il répondit de bonne grâce :

- Non, Pedron Dardaf. C'est exactement la même chose. C'est exactement la même foutaise poétique.

Puis la déclamation musicale commença.
Commenter  J’apprécie          240
nadejda   24 mai 2012
Écrivains de Antoine Volodine
... il se rappelle les fils de la Vierge, des filaments ondulants, des cheveux d’une finesse extrême qu’on ne voyait pas à contre-jour, mais dont la blancheur argentée se détachait avec une grande netteté quand il volaient devant le feuillage des arbres de la cour, quand ils volaient lentement devant les marronniers et les tilleuls, il se rappelle que pendant un instant il avait failli se laisser distraire par cette texture soyeuse de l’air du dehors, par cette pluie miraculeuse, car, tout en brûlant d’une excitation violente qui lui ordonnait de négliger toute autre activité mentale que l’écriture, il conservait un intérêt pour les choses étranges du monde, pour les phénomènes surnaturels contre quoi l’assurance des adultes vacillait, et l’apparition automnale des fils de la Vierge était de ceux-là... p 46

Commenter  J’apprécie          230
brigetoun   11 novembre 2009
Des Anges Mineurs de Antoine Volodine
Les humains étaient à présent des particules raréfiées qui ne se heurtaient guère. Ils tâtonnaient sans conviction dans leur crépuscule, incapables de faire le tri entre leur propre malheur individuel et le naufrage de la collectivité, comme moi ne voyant plus la différence entre réel et imaginaire, confondant les maux dus aux séquelles de l'antique système capitaliste et les dérives causées par le non-fonctionnement du système non capitaliste
Commenter  J’apprécie          210
Piatka   22 septembre 2016
Terminus Radieux de Antoine Volodine
L'exténuation était en train de les désunir. Ils ne communiquaient pratiquement plus. Cachés en terrain découvert, contraints d'attendre sans bouger soit le départ des soldats, soit d'improbables secours, ils n'étaient plus en état de se réconforter mutuellement.

Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..