AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Antoine Wauters (517)


J’étais un vieux bonhomme et l’âge, tu le sais, fait
qu’on est moins enclins à se laisser berner
par les fanaux des rêves de liberté.
Commenter  J’apprécie          450
La nostalgie, c’est un applaudissement du passé. Dans une main, il y a des larmes. Dans l’autre, beaucoup de joie.
Commenter  J’apprécie          434
Vieillir, c’est devenir l’enfant que plus personne ne voit.
L’enfant dont on dit qu’il a les cheveux gris.
Commenter  J’apprécie          430
Est-ce cela vieillir ?
Mieux voir hier qu’aujourd’hui ?
Mieux voir jadis que maintenant ?
Chercher à oublier mais voir tout revenir ?
Le passé est une bombe. Il explose.
Eux, c’est cela qu’ils nomment oubli, qu’ils nomment vieillir.
Commenter  J’apprécie          410
Je ne peux que fermer les yeux et me souvenir,
une main dans mon amour de toi et l'autre dans
le regret.
Commenter  J’apprécie          405
Mais qu’est-ce que le vouloir d’un père
contre la soif de liberté d’un enfant ?
Commenter  J’apprécie          370
Il s'efforçait de rire.
Et eux aussi riaient, ne se doutant pas un seul
instant du gouffre que cache parfois le rire d'un père.
Commenter  J’apprécie          360
D’un autre côté, elle se faisait un sang d’encre à la
moindre occasion.
Encore maintenant (il fixe le ciel). Ainsi sont faites les
mères : taillées dans le bois du souci.
Inquiètes, toujours, de ce qui va nous tomber dessus.
Commenter  J’apprécie          360
Nos enfants aussi sont partis aux quatre coins du pays.
Se battre.
Être le père d’enfants partis se battre n’est pas
seulement étrange.
C’est une chose insensée.
Comme l’est le fait de ne plus voir celles
et ceux que l’on a un jour aimés.
Commenter  J’apprécie          362
Peu respirer.
Peu dire.
Peu penser.
Je regarde la vie contenue dans un seul brin d’herbe,
L’architecture d’une fleur dont j’ignore le nom,
la perfection de ses pétales, un scarabée courant
se réfugier dans l’espace clos
d’une pomme de pin.
Je converse avec le pin qui abrite une nuée d’oiseaux.
Et avec les balles qui sifflent et envoient leur plumage
au ciel.
D’où viennent-ils ?
Qu’ont-ils vu ?
Et toi, vieux pin, que ferais-tu à ma place ?
Reprends ton souffle, idiot.
Et cesse de te tourmenter.
Qui te tuerait, hein ? Qui tuerait le vieil Elmachi
assis sur sa souche ? Face au ciel. Face à rien.
Avec un peu de chance, tu n’es même plus visible. (p.107)
Commenter  J’apprécie          340
Je ressens comme une certitude que l’écriture n’est pas une activité. C’est un pays, un lieu qui me devance et vers lequel je tends. Le seul endroit où l’on peut me trouver – et le seul où je me trouve. Partout ailleurs, je n’y suis pas. Je n’ai lieu que là.
Commenter  J’apprécie          331
Je revois mon enfance, la barbe verte et drue
de mon père, piquante comme dix oursins,
maman, qui m’affolait beaucoup, belle à tomber,
avec ses nerfs toujours en pelote et en débordement.
Commenter  J’apprécie          330
Peu de souvenirs restent.
Seuls quelques mots, que j’ai écrits.
Mais qu’importe les mots.
Qu’importe ce que j’ai pu écrire.
Les mots ne sont que les bras armés du silence.
Et je n’ai plus envie de me battre.
C’est fini.
Commenter  J’apprécie          320
L’écriture m’a beaucoup donné et elle m’a beaucoup pris. Ce qu’elle m’a donné de meilleur ? Une voix parallèle. Ce qu’elle m’a pris de plus précieux ? La voix principale, celle qui menait aux autres.
Commenter  J’apprécie          312
Et puis un jour, ils sont venus remplir le lac.
Et tous, nous avons vu nos maisons sombrer
les unes après les autres, emportant nos souvenirs.
La mosquée.
Le café Farah.
Nos arbres et nos jardins.
Rien n’y a survécu.
Commenter  J’apprécie          310
Vieillir, c’est devenir l’enfant que plus personne ne voit.
L’enfant dont on dit qu’il a les cheveux gris.
Dont on attend des choses, promesses, gloires et
accomplissements, alors que tout ce qu’il souhaite,
c’est rester à jouer avec son bâton en regardant tomber la
pluie, les mains couvertes de boue.
Vierge de paroles et de tout clinquant.
Je suis vieux, Sarah-de-mon-cœur,
parce que j’ai sept ans tous les jours depuis sept
décennies, mais que personne ne le voit. (p.46)
Commenter  J’apprécie          290
Une vie placée sous le signe d’un Dieu représenté par des curés, omnipotents et profiteurs, qui mangeaient indifféremment sur le dos des morts, des jeunes mariés, des communiants, des baptisés. Et des morts et des morts encore. Une vie placée sous le signe d’une nature immense, de kermesses à répétition, d’alcool et de ce bienheureux ennui dont je me sens si souvent orphelin aujourd’hui. Tout vient de là. Du silence des plaines. De tout ce qui se tramait en nous pendant que, objectivement, il ne se passait rien.
Commenter  J’apprécie          280
À l’époque, je n’avais jamais vu autant de force chez
quelqu’un. Tu ne reculais devant rien. Un miracle,
la liberté n’ayant rien d’un sport national
par chez nous.
Ailleurs, elle est sur toutes les bouches.
Chez nous, elle coud les lèvres de ceux
qui en parlent.
Car telle fut la devise de nos dirigeants :
nous changer en moutons doublés de pauvres ignares,
afin de pouvoir nous manipuler à leur guise,
qu’il pleuve ou qu’il vente.
Commenter  J’apprécie          280
Il y a plus de quarante ans !
Où passe le temps, Sarah ?
Où se range-t-il ?
Qu’en fait-on ?
Commenter  J’apprécie          272
Tout prenait un temps fou en Wallonie, et pour une large part, le travail consistait à faire semblant de travailler ou, ce qui revient au même, à le faire traîner le plus longtemps possible.
Commenter  J’apprécie          250



Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs de Antoine Wauters (1667)Voir plus

Quiz Voir plus

Que savez-vous de Proust ? (niveau assez difficile)

De combien de tomes est composé le roman "A la recherche du temps perdu" ?

5
6
7
8

8 questions
531 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel ProustCréer un quiz sur cet auteur

{* *} .._..