AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.94 /5 (sur 3608 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Taganrog, Russie , le 29/01/1860
Mort(e) à : Badenweiler, Allemagne , le 02/07/1904
Biographie :

Anton Pavlovitch Tchekhov (en russe: Антон Павлович Чехов) est un écrivain russe.

Il étudie la médecine à l'université de Moscou et commence à exercer à partir de 1884. Mais se sentant responsable de sa famille, venue s’installer à Moscou après la faillite du père, il cherche à augmenter ses revenus en publiant des nouvelles dans divers journaux. Le succès arrive assez vite, mais il ressent les premiers effets de la tuberculose, qui le contraint à de nombreux déplacements pour trouver un climat qui lui convienne mieux que celui de Moscou.

Il dira que la médecine est son "épouse légitime" et la littérature sa "maîtresse"

En 1878, Tchekhov rédige pour la première fois une pièce de théâtre, laquelle doit avoir pour titre "Sans Père" et est dédiée à Maria Iermolova, une actrice renommée qu’il admire. Mais cette pièce ne rencontre aucun écho favorable à Moscou à cause de ses multiples remaniements tardifs.

Dans les années 1890, Tchekhov se consacre à la dramaturgie : en 1887, il assiste à la création de sa première grande pièce, "Ivanov" puis, entre 1888 et 1889, il écrit plusieurs petites pièces en un acte ainsi que "L’Homme des bois" qui, une fois remaniée en 1896 sous le titre d’"Oncle Vania", devient sa prochaine pièce importante qui demeure aujourd’hui une de ses pièces les plus connues.

Bien que refusant l'engagement politique, il semble extrêmement sensible à la misère d’autrui. Il ouvre des dispensaires, soigne gratuitement les plus pauvres, et favorise la création de bibliothèques. En 1890, malgré la maladie, il fait un séjour d'un an au bagne de Sakhaline pour témoigner des conditions d’existence des bagnards ("L’île de Sakhaline", 1891).

Trois ans avant sa mort, il se marie avec Olga Knipper, une actrice du Théâtre d’art de Stanislavski. Il meurt en Allemagne, lors d’une cure dans un sanatorium, à l'âge de 44 ans. Il est enterré à Moscou, au cimetière de Novodevitchi.

Dans l'œuvre de Tchekhov, les personnages sont terriblement humains, égarés entre leurs regrets et leurs espoirs. Les nouvelles d’abord (près de 650), le théâtre ensuite ("La Mouette", "La Cerisaie"), font de Tchekhov, de son vivant, outre une gloire nationale, l'un des plus grands dramaturges russes. Il s'inscrit ainsi dans la lignée des géants que sont ses aînés Dostoïevski et Tolstoï.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Anton Tchekhov   (178)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Anton Tchekhov : La Cerisaie - mise en scène par Jean-Louis Barrault (1955 / France Culture). Diffusion sur la Chaîne Nationale (France Culture) le 9 janvier 1955. Peinture : Anton Tchekhov à Nice, en 1898 • Crédits : Portrait d'Osip Braz / Galerie Tretiakov, Moscou - Radio France. Mise en scène par Jean-Louis Barrault au théâtre Marigny dans des décors de Georges Wakhevitch, avec dans les rôles principaux : Jean Desailly (Lopakine), Nathalie Nerval (Douniacha), André Brunot (Firss), Nicole Berger (Ania), Madeleine Renaud (Mme Ranievski), Pierre Bertin (Gaiev), Simone Valère (Varia), Jean Servais (Pistchik), Jean Juillard (Epikodov), Marie-Hélène Dasté (Charlotte), Jean-Pierre Granval (Iacha), Jean-Louis Barrault (Trofimov), Régis Coutin (Le passant), Jacques Galland (Le chef de gare), Jacques Sempey (L'employé des postes), etc. Traduction de Georges Neveux. Direction musicale de Pierre Boulez. En introduction, André Ransan retrace l'histoire de la pièce, créée en 1904 au Théâtre d'Art de Moscou. En 1903, Tchekhov est à Yalta en Crimée pour soigner sa tuberculose. Il termine "La Cerisaie" en octobre de la même année. Elle sera créée au Théâtre des Arts Stanislavski de Moscou le 17 janvier 1904, le jour même du 44ème anniversaire de l’auteur. Ce sera la dernière sortie officielle de Tchekhov. Profondément affaibli par la maladie, il meurt le 17 juillet de la même année. "La Cerisaie" est une des œuvres les plus représentatives de la manière de Tchekhov. Jean-Louis Barrault la résumait ainsi : Premier Acte, La Cerisaie risque d'être vendue ; Deuxième Acte, La Cerisaie va être vendue ; Troisième Acte, La Cerisaie est vendue ; Quatrième Acte, La Cerisaie a été vendue. "La Cerisaie" est un vaste et beau domaine appartenant à la famille Ranievski qui doit être mis aux enchères pour rembourser les dettes de la famille. Selon Barrault toujours : « La pièce n'appartient ni au naturalisme selon la mode de 1904, ni même au réalisme, elle appartient à la vérité. Une vérité qui, selon ses deux visages, est faite à la fois de réel et de poésie. C'est, si l'on veut, du réalisme poétique, comme dans Shakespeare. » 00:25 : Présentation de la pièce par André Ransan 07:21 : Début de la pièce Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (13) Voir tous


Citations et extraits (1190) Voir plus Ajouter une citation
Anton Tchekhov
Nastasia-B   26 septembre 2015
Anton Tchekhov
Sans doute l'homme heureux ne se sent-il bien que parce que les malheureux portent leur fardeau en silence, car sans ce silence le bonheur serait impossible. C'est une anesthésie générale. Il faudrait que derrière la porte de chaque homme satisfait, heureux, s'en tînt un autre qui frapperait sans arrêt du marteau pour lui rappeler qu'il existe des malheureux, que, si heureux soit-il, tôt ou tard la vie lui montrera ses griffes, qu'un malheur surviendra — maladie, pauvreté, perte — et que nul ne le verra, ne l'entendra, pas plus que maintenant il ne voit ni n'entend les autres. Mais l'homme au marteau n'existe pas, l'homme heureux vit en paix et les menus soucis de l'existence l'agitent à peine, comme le vent agite le tremble, et tout est bien.



LES GROSEILLIERS.
Commenter  J’apprécie          1281
Anton Tchekhov
Nastasia-B   21 janvier 2015
Anton Tchekhov
Il faut être un barbare sans conscience pour brûler dans son poêle toute cette beauté, pour détruire ce que nous ne pouvons pas créer. L'homme a été doué de raison et de force créatrice pour multiplier ce qui lui était donné, mais, jusqu'à présent, il n'a pas créé, il a seulement détruit. Les forêts, il y en a de moins en moins, les rivières tarissent, le gibier a disparu, le climat est détraqué, et, chaque jour, la terre devient plus pauvre et laide.



L'HOMME DES BOIS, Acte I, Scène 7.
Commenter  J’apprécie          1126
Nastasia-B   28 novembre 2012
Oncle Vania de Anton Tchekhov
C'est étrange quand même !... On se connaît, et puis... brusquement, sans savoir pourquoi... on ne se revoit plus jamais ! C'est toujours comme ça, dans la vie !...
Commenter  J’apprécie          1030
Anton Tchekhov
Nastasia-B   07 avril 2014
Anton Tchekhov
La femme, c'est le meilleur de l'homme.



PLATONOV, Acte I, Scène 2.
Commenter  J’apprécie          974
Anton Tchekhov
Nastasia-B   29 mars 2014
Anton Tchekhov
Ne rougit pas des sentiments dont la vieillesse se souvient avec bonheur !



PLATONOV, Acte II, Deuxième Tableau, Scène 5.
Commenter  J’apprécie          950
peloignon   23 décembre 2012
La Mouette de Anton Tchekhov
Les gens sans talent mais prétentieux n'ont pas d'autres ressources que de nier les talents véritables. (63-64)
Commenter  J’apprécie          861
Anton Tchekhov
Nastasia-B   10 février 2013
Anton Tchekhov
L'homme a été doué de raison et de force créatrice afin de multiplier ce qui lui a été donné. Mais jusqu'à présent il n'a rien fait... que détruire ! Il y a de moins en moins de forêts !... Les rivières se dessèchent ! Le gibier disparaît ! Le climat se détériore !... de jour en jour la terre devient de plus en plus pauvre et de plus en plus laide...



ONCLE VANIA.
Commenter  J’apprécie          840
Anton Tchekhov
Nastasia-B   26 avril 2013
Anton Tchekhov
Si pour lutter contre une maladie on donne une infinité de remèdes, cela signifie que la maladie est incurable.



LA CERISAIE.
Commenter  J’apprécie          770
Nastasia-B   21 décembre 2014
Théâtre de Anton Tchekhov
Parfois, j'en souffre d'une façon insupportable. Mais pour moi aucune petite lumière au loin. Je n'attends plus rien. Je n'aime pas les gens... Depuis longtemps déjà je n'aime personne.



ONCLE VANIA.
Commenter  J’apprécie          710
Anton Tchekhov
Nastasia-B   20 décembre 2014
Anton Tchekhov
De ma vie je n'ai jamais respecté un homme aussi profondément, on peut même dire aussi totalement, que Lev Nikolaïevitch Tolstoï.
Commenter  J’apprécie          710

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur cet auteur