AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 113 notes)

Nationalité : Pologne
Né(e) à : Ludza , le 27/05/1876
Mort(e) à : Milanówek , le 3/01/1945
Biographie :

Ferdinand-Antoine Ossendowski, né Ferdynand Antoni Ossendowski est un écrivain polonais.

Enfant, il s'installe avec son père à Saint-Petersbourg où il suit sa scolarité en russe. Il s'inscrit à l'université et entame des études de mathématiques, de physique et de chimie. Il commence alors à mener des voyages d'étude puis parcourt les mers d'Asie.

En 1899, il fuit la Russie à la suite d'émeutes étudiantes et se rend à Paris, où il poursuit ses études à la Sorbonne.

Il retourne en Russie en 1901, et enseigne la physique et la chimie à l'Institut de Technologie de l'Université de Tomsk . Il donne aussi des cours à l'Académie d'Agriculture et publie des articles consacrés à l'hydrologie, à la géologie, à la physique et à la géographie.

En 1905, il est nommé au laboratoire de recherches techniques de Mandchourie.

Impliqué dans les mouvements révolutionnaires, il est arrêté et condamné à mort. Sa peine sera commuée en travaux forcés. Mais il est relâché en 1907 avec l'interdiction de travailler et de quitter la Russie. Il se consacre alors à l'écriture de romans. Lorsqu'éclate la révolution d'octobre, il se rallie aux groupes contre-révolutionnaires, et accomplit différentes mission pour Alexandre Vassilievitch Koltchak, qui en fait son ministre des finances.

En1920, il fuit et voyage beaucoup, surtout en Asie.

En 1922, il retourne en Pologne et s'installe à Varsovie. Il enseigne alors à l'université.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Ossendowski reste à Varsovie où il participe clandestinement au gouvernement secret de Pologne.

Après sa mort, ses ouvrages furent par la suite interdits par le gouvernement communiste de Pologne jusqu'à la chute du régime en 1989.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
kielosa   05 octobre 2019
De la présidence à la prison de Antoni Ferdynand Ossendowski
Au début du XXe siècle, des géographes militaires russes préparaient une carte de la Mandchourie. Ne parlant pas la langue, ils demandèrent aux villageois le nom de l'endroit. La réponse était invariablement "pu tung te" ou "je ne comprends pas". L'officier inscrivait alors gentiment sur la carte "Putungte". Résultat : le nombre d'hameaux Putungte fût pléthorique, rendant l'état-major de l'armée du tsar fou furieux !



(page 18).
Commenter  J’apprécie          262
le_Bison   02 février 2012
Asie fantôme : A travers la Sibérie sauvage 1898-1905 de Antoni Ferdynand Ossendowski
Le géant Ienisseï a toujours exercé sur mon imagination un prestige irrésistible et dominateur. J’ai déjà dit comment cette immense masse d’eau verdâtre, froide et pure, qui descend des sommets neigeux des monts Sayan, de l’Abakan, de l’Oulan taïga et des Tannu-Ola, se soulève dans sa toute-puissance et brise la dalle massive de glace sous laquelle l’hiver cherche à l’ensevelir.



J’avais éprouvé une douloureuse sensation de malaise à voir les inimaginables épaves humaines que le fleuve charriait vers le nord, comme un affreux butin, jusqu’aux solitudes glacées de l’Arctique.



Quand je vis cette débâcle, en 1920, aux premiers jours de ma fuite de Sibérie, mon cœur frémit d’indignation et des paroles de malédiction montèrent à mes lèvres. Je me trouvais si loin du XXe siècle, de sa culture et de sa civilisation, en face d’un pareil anachronisme d’horreur !
Commenter  J’apprécie          80
tristantristan   10 décembre 2019
Esclaves du soleil de Antoni Ferdynand Ossendowski
Je sais à quel point les Pères Blancs sont dévoués à leur mission, prêts à tout, mais je sais aussi que seule l'angoisse d'une âme tourmentée ou d'un coeur blessé a pu conduire ces moines dans les solitudes du Soudan, où, comme un vaisseau perdu dans l'océan, leur labeur opiniâtre ne voit jamais briller le rayon lumineux d'un phare à l'horizon.
Commenter  J’apprécie          80
Moan   09 septembre 2012
Bêtes, hommes et dieux de Antoni Ferdynand Ossendowski
C'est ainsi que voyagent les Mongols: au lieu de passer par le poste de relais, ils vont de troupeau en troupeau, y capturent à l'aide de l'ourga de nouveaux chevaux, dont les propriétaires font en même temps office de guides. Tous les Mongols ainsi réquisitionnés par droit d'ourga n'ont qu'une hâte: s'acquitter au plus vite de leur tâche; aussi galopent-ils à toute vitesse vers le troupeau suivant, afin de se décharger de leur mission sur le voisin. Un voyageur ayant le droit d'ourga peut attraper lui-même les chevaux; s'il ne trouve pas de gardiens, il peut contraindre ceux qui l'accompagnent déjà à continuer, en laissant leurs propres bêtes dans le troupeau où il fait sa nouvelle acquisition. Mais la chose ne se produit que très rarement car, par peur de litiges qui pourraient survenir, les Mongols n'aiment guère abandonner leurs animaux dans un troupeau appartenant à un autre gardien.
Commenter  J’apprécie          70
tristantristan   29 novembre 2019
Esclaves du soleil de Antoni Ferdynand Ossendowski
Chez l'homme, vous retrouvez le pouvoir de résistance et le calme de la pierre, la faculté de régénération de l'arbre, la loi inviolable du cours des étoiles, la flamme et la chaleur du soleil.
Commenter  J’apprécie          80
tristantristan   09 décembre 2019
Esclaves du soleil de Antoni Ferdynand Ossendowski
Je veux seulement signaler un danger possible. Tant que l'Islam,cette internationale fanatique et militante, aussi sensible que l'océan à tous les souffles du vent, ne dominera pas les conceptions des tribus nègres, la possibilité du réveil parmi les Noirs n'apportera aucune menace de bouleversement. Mais si le Coran,, avec ses espoirs secrets de victoire finale pour la doctrine du Prophète, réussit à unir toute la population de l'Afrique-Occidentale, alors il est impossible de prévoir l'avenir.

p.47
Commenter  J’apprécie          60
enkidu_   24 mars 2018
Bêtes, hommes et dieux de Antoni Ferdynand Ossendowski
Le houtouktou de Narabanchi me raconta ceci quand je lui fis une visite à son monastère au commencement de 1921 :



— Quand le Roi du Monde apparut devant les lamas, favorisés de Dieu, dans notre monastère, il y a trente ans, il fit une prophétie relative aux siècles qui devaient suivre. La voici :



« De plus en plus les hommes oublieront leurs âmes et s’occuperont de leurs corps. La plus grande corruption régnera sur la terre. Les hommes deviendront semblables à des animaux féroces, assoiffés du sang de leurs frères. Le Croissant s’effacera et ses adeptes tomberont dans la mendicité et dans la guerre perpétuelle. Ses conquérants seront frappés par le soleil mais ne monteront pas deux fois ; il leur arrivera le plus grand des malheurs, qui s’achèvera en insultes aux yeux des autres peuples. Les couronnes des rois, grands et petits, tomberont : un, deux, trois quatre, cinq, six, sept, huit… Il y aura une guerre terrible entre tous les peuples. Les océans rougiront… la terre et le fond des mers seront couverts d’ossements… des royaumes seront morcelés, des peuples entiers mourront… la faim, la maladie, des crimes inconnus des lois, que jamais encore le monde n’avait vus.



Alors viendront les ennemis de Dieu et de l’Esprit divin qui se trouvent dans l’homme. Ceux qui prennent la main d’un autre périront aussi. Les oubliés, les persécutés, se lèveront et retiendront l’attention du monde entier. Il y aura des brouillards et des tempêtes. Des montagnes dénudées se couvriront de forêts. La terre tremblera… Des millions d’hommes échangeront les chaînes de l’esclavage et les humiliations, pour la faim, la maladie et la mort. Les anciennes routes seront couvertes de foules allant d’un endroit à un autre. Les plus grandes, les plus belles cités périront par le feu… une, deux, trois… Le père se dressera contre le fils, le frère contre le frère, la mère contre la fille. Le vice, le crime, la destruction du corps et de l’âme suivront… Les familles seront dispersées… La fidélité et l’amour disparaîtront… De dix mille hommes, un seul survivra… il sera nu, fou, sans force et ne saura pas se bâtir une maison ni trouver sa nourriture…



Il hurlera comme le loup furieux, dévorera des cadavres, mordra sa propre chair et défiera Dieu au combat… Toute la terre se videra. Dieu s’en détournera. Sur elle se répandra seulement la nuit et la mort. Alors j’enverrai un peuple, maintenant inconnu, qui, d’une main forte, arrachera les mauvaises herbes de la folie et du vice, et conduira ceux qui restent fidèles à l’esprit de l’homme dans la bataille contre le mal. Ils fonderont une nouvelle vie sur la terre purifiée par la mort des nations. Dans la centième année, trois grands royaumes seulement apparaîtront qui vivront heureux pendant soixante et onze ans. Ensuite il y aura dix-huit ans de guerre et de destruction. Alors les peuples d’Agharti sortiront de leurs cavernes souterraines et apparaîtront sur la surface de la terre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
urbanbike   16 février 2010
De la présidence à la prison de Antoni Ferdynand Ossendowski
La société de cette petite créature m'avait apporté un grand soulagement et j'étais vraiment très impressionné par la façon dont mon moineau se montrait sensible à mes états d'âme. Lorsque j'étais calme, il venait se poser sur mon épaule ou sur ma tête et me piquait du bec comme pour me taquiner ou bien sautillait sur mon papier. Quand au contraire j'étais triste, il restait silencieux, à me regarder, immobile, sur le rebord de la fenêtre. Un coup d'oeil, un appel suffisait à le faire sortir de sa torpeur et il arrivait aussitôt sur ma table en pépiant joyeusement comme s'il voulait me réconforter. Le matin, il me réveillait en volant autour de la cellule ou en se posant sur mon visage. Il me regardait curieusement, semblant insister pour me faire lever, réclamant son déjeuner et de l'eau fraîche pour son bain.



C'était vraiment une intelligente petite bête: ses yeux noirs, semblables à des perles, pénétraient jusqu'au fond des âmes. Il avait de la sympathie pour le directeur de la prison qui passait faire son inspection une fois par semaine. Dès que celui-ci entrait, l'oiseau lui faisait un accueil tout à fait cordial, se posant sur la table et sautillant de la façon la plus amusante, de manière à se rapprocher petit à petit de la manche galonnée.



Au contraire, quand arrivait le procureur, l'attitude de l'oiseau était absolument différente: il se cachait dans son nid et gardait obstinément le silence. Si le magistrat prolongeait un peu sa visite, la petite créature se posait sur le rebord de la fenêtre, ouvrait les ailes et criait à tue-tête des injures à l'intrus. Une fois que la porte s'était refermée sur l'indésirable visiteur, mon compagnon se mettait aussitôt à voleter joyeusement en exprimant sa satisfaction.



Quand je fus bien assuré que le moineau était rétabli, je décidai de lui rendre sa liberté et de l'envoyer porter notre message au monde extérieur si proche de nous et cependant si affreusement loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Oliv   16 février 2016
Bêtes, hommes et dieux de Antoni Ferdynand Ossendowski
La nature ne connaît que la vie. La mort n'est pour elle qu'un épisode. Elle en efface les traces sous le sable ou sous la neige, les fait disparaître sous une végétation luxuriante de verdure ou de fleurs. Qu'importe à la nature si une mère, à Tché-Fou ou sur les rives du Yang-tsé-kiang, fait offrande d'un bol de riz et de quelques bâtons d'encens au dieu du sanctuaire, en priant pour le retour de son fils : martyr obscur, tombé sur les plaines de la Tola, ses ossements se dessèchent sous les rayons destructeurs du soleil, et les vents en éparpillent la poussière sur les sables de la prairie. Il y a de la grandeur dans cette indifférence de la nature envers la mort, dans son ardeur à ne connaître que la vie.
Commenter  J’apprécie          50
tristantristan   09 décembre 2019
Esclaves du soleil de Antoni Ferdynand Ossendowski
Il se peut qu'un jour le gouvernement français se heurte au mouvement qui commence en faveur de l'indépendance nègre. Mais il n'y a aucun doute, autant que je puisse en juger d'après ce que j'ai observé moi-même, qu'il se trouvera, à ce moment, non pas en face d'un ennemi déclaré, mais devant un "jeune" qui, au jour de sa majorité, aura reçu la préparation nécessaire pour savoir profiter de ses droits nouvellement acquis. En tout cas, ce ne sera pas une guerre qui s'en suivra, mais un traité.

p.46
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Antoni Ferdynand Ossendowski (154)Voir plus


Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur