AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.72 /5 (sur 219 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boisset, Cantal , le 13/04/1942
Biographie :

Antonin Malroux est un écrivain français.

Il suit un apprentissage de tailleur d’habits, puis s’oriente vers le commerce. Responsable commercial dès l’âge de vingt-six ans, il passera sa vie dans le secteur du textile en tant que directeur de magasin cadre. Parallèlement, il commence à écrire des romans.

Retraité, il consacre son temps à sa famille et à la littérature.

En 1994, il est à l'origine de l'idée de créer un bois, une forêt… dont chaque arbre porterait le nom d’un écrivain, d’un artiste, ce qui entraînera René Varennes à la création de la Forêt des Mille Poètes à Vesdun, Cher.

Son ouvrage, "Les Chemins de la communale" (2007), a obtenu le prix littéraire du Salon du livre 2008 et "La Grange au foin" (2010) - le Prix Arverne 2011.

Antonin Malroux est aujourd’hui membre correspondant de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand.

Le 24 mars 2016, en présence des hautes instances de l'Éducation nationale, il procède au baptême républicain de l'école communale de son village natal de Boisset, devenue "École Antonin-Malroux".
+ Voir plus
Source : www.salondulivre.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Antonin Malroux   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

A l'occasion du salon Lire à Limoges 2019, Antonin Malroux nous présente son nouveau roman "Le c?ur de mon père" Interview de Georges-Patrick Gleize


Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
NathalC   10 février 2019
La dernière estive de Antonin Malroux
On naît, on vit, on s'aime ou on ne s'aime pas et puis on meurt, tandis que tourne la terre, dans cette lumière bleue qu'on appelle le ciel.
Commenter  J’apprécie          370
Chrichrilecture   21 septembre 2020
Un fils pour mes terres de Antonin Malroux
Elle avait déjà acheté quelques meubles et une pendule. Oui, ça tient compagnie une pendule, ça ne s'arrête jamais, c'est de la vie et en même temps une compagnie sûre et fidèle. Une pendule d'occasion, certes, mais le marchand lui en avait garanti le bon fonctionnement. On l'arrêterait donc le jour de sa mort, comme le veut la coutume.
Commenter  J’apprécie          200
Annette55   09 avril 2022
La source aux trois fontaines de Antonin Malroux
«  Justine avait maintenant ce besoin d’identité, jusque là maîtrisé par sa jeunesse mais aujourd’hui , n’y tenant plus, elle était prête à bousculer et renverser les barrières de la honte, fussent - elles infranchissables, voire destructrices » …..
Commenter  J’apprécie          120
myriampele   15 octobre 2013
La Noisetière de Antonin Malroux
- Allez vous promener, les hommes, on n'a pas besoin de vous dans nos casseroles! proposa Amandine une fois le café pris.

- Ne nous attendez pas de sitôt, dirent-ils en s'éloignant en direction des terres.
Commenter  J’apprécie          60
VACHARDTUAPIED   11 avril 2013
La Cascade des loups de Antonin Malroux
L’enfant arriva enfi n, les mains sales de terre,

comme à son habitude.

– Il y a une lettre pour toi, je vais l’ouvrir, Denis.

Une feuille pliée en quatre protégeant la

photographie d’Emma. Au dos de celle-ci :

Pour Denis, mon amour ! et pas un mot de plus.

– Tiens, c’est ta maman, mais va te laver les mains

d’abord.
Commenter  J’apprécie          50
joedi   05 mars 2011
Un fils pour mes terres de Antonin Malroux
Celle que l'on avait appelée la vieille révélait un glorieux passé. Membre important de la Résistance dans l'est de la France, elle avait cependant été rasée en place publique dans la précipitation et l'euphorie de la Libération, avant que l'on puisse reconnaître l'erreur et sa véritable participation dans la lutte. Elle avait été réhabilitée, reçue et félicitée par le Général, mais la journaliste qu'elle était devenue ne pouvait oublier l'humiliation et, peu de temps après, elle s'était réfugiée ici, dans une incroyable solitude, loin d'un monde qui l'avait blessée à mort et pour qui elle avait risqué sa vie tant de fois.
Commenter  J’apprécie          40
joedi   05 mars 2011
Un fils pour mes terres de Antonin Malroux
Il n'y a que deux sortes de gens sur la terre : ceux qui gagnent et ceux qui perdent. Alors choisissez votre camp !
Commenter  J’apprécie          50
joedi   05 mars 2011
Un fils pour mes terres de Antonin Malroux
Le paysage qui défilait, Lazare ne le voyait pas. Ses pensées ne s'accrochaient à rien, lissées par la fatigue et le chagrin. Au bout du voyage, il y avait la caserne. Cette difficile solitude de ceux qui ne peuvent s'isoler.
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLET   08 septembre 2012
La dernière estive de Antonin Malroux
Un jour je fus nouvelle dans ce village, comme vous ; la différence c'est que j'avais mon homme qui me protégeait. Hélas, il m'a quittée et m'a laissée toute vieille, toute seule et sans enfants. Il repose dans le petit cimetière... Je ne sors plus de ma maison, sauf pour m'occuper de mon jardin, mon potager est mon seul ami, et depuis on m'appelle la Vieille, toute vêtue de noir que je suis. Mais lorsque j'ouvre ma fenêtre, chacun peut voir mon fusil, et chacun sait qu'il est chargé. Un soir j'ai dû m'en servir contre des rôdeurs nocturnes, et depuis... la Vieille... on ne la dérange plus !
Commenter  J’apprécie          30
brigaldufenec   31 janvier 2015
L'homme aux ciseaux d'argent de Antonin Malroux
Je voudrais exercer un beau métier. J'en ai envie, vous ne pouvez pas savoir. Il me tarde déjà de commencer.

Et d'un geste, il lui fit comprendre.

Tu veux devenir couturier?

Ce n'est pas tout à fait ça. Je veux apprendre le métier de tailleur, chez M. Philippe Chaninge, ce n'est pas pareil!

Elle le regarda soudain avec des grands yeux étonnés, ne sachant que dire. ….....

-Je sais bien ce qui va m'arriver dès que les autres garçons sauront, je les imagine: il fait comme les filles, c'est pas un garçon comme les autres, il va manier l'aiguille et les ciseaux...

Cette crainte avouée, il la subissait déjà. Jacques baissa la tête.

C'est un formidable métier, tu as fait un très bon choix. Qu'en pensent tes parents?

Ils n'auraient pas pu payer un centre de formation , je le sais bien. Ce sera plus facile pour eux , un apprentissage.....

….....

-Il ne faudra jamais dire « couturier », j'y tiens beaucoup. «  Tailleur d'habits », ça c'est un métier d'homme. Il faudra que je le fasse admettre à beaucoup.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur