AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 1317 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1973
Biographie :

Né à Paris, Antonin Varenne n’y restera que quelques mois avant d’être enlevé par ses parents pour vivre aux quatre coins de France, puis sur un voilier. Il n’y reviendra qu’à vingt ans, pour poursuivre des études à Nanterre.

Après une maîtrise de philosophie (Machiavel et l’illusion politique), il quitte l’Université, devient alpiniste du bâtiment, vit à Toulouse, travaille en Islande, au Mexique et, en 2005, s’arrime au pied des montagnes Appalaches où il décide de mettre sur papier une première histoire.

Revenu en France accompagné d’une femme américaine, d’un enfant bilingue et d’un chien mexicain, il s’installe dans la Creuse et consacre désormais son temps à l’écriture.

Après "Fakir" en 2009, récompense par les Prix Michel Lebrun et Sang d'Encre, Antonin Varenne remporte les prix Quais du polar-20 minutes 2012, le Prix du polar francophone et le 8e Prix Jean Amila/Meckert 2012 pour "Le mur, le Kabyle et le marin".

"Trois mille chevaux-vapeur" est lauréat du prix littéraire de l'Archipel, "récits de l'ailleurs", Saint-Pierre et Miquelon, 2015.

"Battues" obtient le Prix de la ville de Mauve-sur-Loire, ainsi que le Prix Sable Noir en 2016.
+ Voir plus
Source : AudioLib, www.viviane-hamy.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Antonin Varenne   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait de "La Toile du monde" d'Antonin Varenne lu par Julien Defaye. Editions Audiolib. Parution le 13 février 2019. Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-toile-du-monde-9782367628257


Citations et extraits (274) Voir plus Ajouter une citation
Les paysans savent à quelle vitesse leur trace s’efface. La terre est un outil de travail qui donne tant qu’on a la force de le faire. Il reconnaissait que les dégâts mécaniques risquaient de pourrir la vie, mais la nature (...) n’avait pas besoin qu’on la défende. Elle nous boufferait tout cru si on lui tournait le dos quelque temps.
Commenter  J’apprécie          380
"A chaque fois que je regarde un feu, je me dis la même chose. Que les premiers souvenirs sont toujours des feux de camp entre gamins et que les vieillards, à la fin de leur vie, tirent des fauteuils devant les cheminées pour s'en rappeler."
Commenter  J’apprécie          380
La guerre ne forme pas la jeunesse, elle la viole.
Commenter  J’apprécie          392
Nous sommes deux rêves qui gardent un souvenir l'un de l'autre.
Commenter  J’apprécie          350
- Les Indiens ne se serrent pas la main, peut-être la seule chose que nous aurions dû apprendre de vous. Malheureusement, tellement de mensonges ont été scellés par une poignée de main que nous sommes devenus réticents à cette tradition.
Commenter  J’apprécie          330
Sa tête tomba en arrière dans la main de l'homme. Les muscles du cou ne la soutenaient plus, Arthur sentait le crâne peser dans sa paume. Elle le regardait toujours.
Trop jeune pour arriver à partir en paix ; la peur, plus forte que tout, de crever seule sans savoir pourquoi.
- Je peux rien faire pour toi, petite.
Son coeur battait encore et elle le suppliait, avant qu'elle ne puisse plus entendre, de dire quelque chose. Bowman approcha sa main de son visage. La jeune fille, voyant les doigts se poser sur ses yeux, eut un sursaut de panique.
- Chhh. C'est pas moi qu'il faut regarder. Faut pas avoir peur. C'est ton moment, petite. Respire. Y a plus rien d'autre. Juste encore un peu d'air.
Son corps se détendit. Sa poitrine se souleva lentement, puis Arthur sentit sur sa main l'air expulsé de la bouche, un petit souffle tiède, qui s'arrêta(...)
Commenter  J’apprécie          280
- Nous aussi, nous avons fait la guerre. Pascal et moi. Le sujet ne lui plaît pas beaucoup.
- Je m'en doutais.
- Vraiment ?
- À cause de votre âge, et puis... C'est surtout les yeux. Comme mon père.
- Que voulez-vous dire ?
- Je sais pas. Comme si tout ce que vous attendiez, c'était quelque chose qui vous fasse sourire, et que le reste était trop douloureux. Mon père sourit comme ça, quand ça lui arrive. Ça l'illumine, parce qu'il a l'air d'arriver d'un endroit où le rire n'existe pas.
Commenter  J’apprécie          270
Les plus belles alliances sont des promesses de guerre.
Commenter  J’apprécie          270
[Il] lui avait tout expliqué. Que l'on n'échappe pas aux pièges que l'on pose derrière soi, qu'un jour ou l'autre, l'on revient sur ses pas pour y tomber. Que les situations peuvent manquer de sens mais jamais de logique, et que la logique manque d'imagination.
Commenter  J’apprécie          250
La première bataille dans une guerre, c'est de savoir attendre.
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Antonin Varenne (1448)Voir plus

Quiz Voir plus

trois mille chevaux vapeur

Comment se nommait l'homme qui mort au tout début du livre dans un accident de cheval ?

Cole
Neville
Rooney
Scholes

20 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Trois mille chevaux vapeur de Antonin VarenneCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..