AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.36/5 (sur 32 notes)

Nationalité : Colombie
Né(e) à : Bogota , 1945
Biographie :

Né en 1945, Antonio Caballero a habité en Espagne, en France, en Angleterre, en Italie, et vit depuis trois ans à Bogotá. Célèbre en Colombie pour ses dessins satiriques, il est également chroniqueur de tauromachie au journal El Tiempo, et surtout journaliste. Il a notamment travaillé pour l’Agence France-Presse, pour El País et pour Cambio 16, créé en Espagne en 1975 à la mort de Franco. Il a également fondé et dirigé la revue colombienne de gauche Alternativa.


Ajouter des informations
Bibliographie de Antonio Caballero   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Et si on prenait un café, Antonio Caballero ?


Citations et extraits (6) Ajouter une citation
L'inauthenticité est la seule chose qui soit vraiment authentique en Colombie.
Commenter  J’apprécie          100
Bogota a vaguement la forme d'un rein, appuyée sur ses montagnes, nauséabonde, boudinesque.
Commenter  J’apprécie          80
Tu as été mort pendant toutes les minutes de ta vie, depuis que tu es né.
Commenter  J’apprécie          80
- Tu ne les trouves pas divins ? lui demanda la cousine maigre.
- Si. Non. Je ne sais pas.
Qu'on les pende tous. Et les oncles, les tantes, les belles-filles, les cousines et les gendres. Une grande hécatombe. Une révolution sanglante. Bien qu'une révolution, ce soit peut-être la même chose : des gens
qui trébuchent, des choses qui se cassent, des verres qui se renversent. On reste seul, entouré par l'odeur du peuple, une odeur d'oignon et de bouillon à la ciboulette, acculé contre un piano. Et un intellectuel qui s'écrie dans cette extase insensée : "Tu ne les trouves pas divins, ces révolutionnaires ?" Si. Non. Je ne sais pas. C'est une question de point de vue.
Evelia revint avec d'autres glaçons et d'autres verres. Mais déjà les jeunes mères allaient et venaient, récupérant petits manteaux et béguins, les cousins et les gendres sortaient, de mauvaise humeur, en faisant tinter dans leurs mains les clés de leurs voitures.
La paix revint.
Commenter  J’apprécie          20
De l'autre côté de la rue, dans son bois d'eucalyptus, il vit comme dans une vision mythologique un enfant qui jouait à jeter en l'air et à rattraper une balle d'or. Ce devait être une orange. Il en eut l'eau à la bouche.
– Je te l'achète ! cria-t-il par-dessus le vrombissement rapide des voitures, alors qu'il se trouvait encore de l'autre côté de la rue.
C'était effectivement une orange : l'enfant la pela avec ses ongles, planta ses dents dans la pulpe blanche tachée d'or. Escobar vit le jus couler sur son menton, et c'est à peine s'il put se retenir de se précipiter dans le torrent de voitures.
– Je t'achète ce qui reste ! cria-t-il de nouveau.
L'enfant leva son orange et la mordit dans la lumière, en souriant. Et soudain il la lança de toutes ses forces contre le large pare-brise d'une voiture qui arrivait à toute vitesse. L'orange éclata sur le verre en projetant dans le soleil un flot de diamants, et le conducteur sembla un instant perdre le contrôle du véhicule, faisant quelques embardées au milieu d'un épouvantable hurlement de pneus déchirés avant de s'arrêter cinquante mètres plus loin. La voiture fit rapidement marche arrière et freina devant Escobar. Il en descendit un homme gros en sueur, avec des pattes épaisses et frisées et des yeux injectés de sang. L'enfant, debout sur son talus de l'autre côté de la rue, fit un salut militaire. L'homme tira en s'appuyant sur le toit de sa voiture après avoir saisi dans sa main gauche son épais poignet droit autour de sa montre en or, pour bien viser. L'enfant se mit à courir en zigzaguant entre les arbres. Après avoir tiré six fois, et comme l'enfant n'était plus qu'une petite cible mobile qui grimpait la montagne au pas de course en direction des quartiers pauvres, le gros homme rechargea son pistolet en soufflant fort, remonta dans sa voiture rutilante et démarra en faisant rugir le moteur et crisser ses pneus au premier tournant.
Commenter  J’apprécie          00
Il lut à voix haute, à genoux au pied du lit. C'était peut-être comme ça que Pétrarque lisait ses sonnets à Laure, après avoir tenté en vain de coucher avec elle. Et peut-être que Laure continuait à dormir, impassible, comme Cecilia à présent, respirant la bouche ouverte, sans entendre un seul mot. Peut-être. Mais Laure se réveillerait tôt ou tard, les yeux chassieux, et le sonnet, en revanche, garderait sa fraîcheur de rose tout juste cueillie. Laure vieillirait, année après année, et finirait par mourir, ses os seraient dissous dans la chaux de la fosse commune, alors que les sonnets de Pétrarque resteraient éternellement jeunes. Il relut le sien. Ce n'était pas un sonnet de Pétrarque.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Antonio Caballero (55)Voir plus

Quiz Voir plus

Vrai faux titre

L'histoire du corbac aux baskets

Vrai
Faux

11 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : tribuCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}