AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.44 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : Colombie
Né(e) à : Bogota , 1945
Biographie :

Né en 1945, Antonio Caballero a habité en Espagne, en France, en Angleterre, en Italie, et vit depuis trois ans à Bogotá. Célèbre en Colombie pour ses dessins satiriques, il est également chroniqueur de tauromachie au journal El Tiempo, et surtout journaliste. Il a notamment travaillé pour l’Agence France-Presse, pour El País et pour Cambio 16, créé en Espagne en 1975 à la mort de Franco. Il a également fondé et dirigé la revue colombienne de gauche Alternativa.


Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Et si on prenait un café, Antonio Caballero ?


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SophieChalandre   09 décembre 2016
Un mal sans remède de Antonio Caballero
Bogota a vaguement la forme d'un rein, appuyée sur ses montagnes, nauséabonde, boudinesque.
Commenter  J’apprécie          70
PhilippeSAINTMARTIN   09 décembre 2016
Un mal sans remède de Antonio Caballero
L'inauthenticité est la seule chose qui soit vraiment authentique en Colombie.
Commenter  J’apprécie          70
SophieChalandre   09 décembre 2016
Un mal sans remède de Antonio Caballero
Tu as été mort pendant toutes les minutes de ta vie, depuis que tu es né.
Commenter  J’apprécie          70
jmquentin   18 avril 2015
Un mal sans remède de Antonio Caballero
Vers midi, avec un certain sérieux, il pensa au suicide. Mais il savait qu’il ne se suiciderait pas. Ça, on le sait toujours. Le savait-il vraiment ? Pourquoi ne pas essayer au moins le suicide, pour savoir une fois pour toutes si au moins il était capable de se suicider, ce qui est relativement facile ? Parce que, s’il en était capable, il l’aurait découvert trop tard pour que ça puisse lui servir à quelque chose de le savoir. Et, s’il n’en était pas capable, il n’en serait pas plus avancé. Si. Du moins aurait-il connu ses limites. Les limites qu’il n’avait jamais voulu connaître ; ni même essayer, pour pouvoir penser qu’il n’avait peut-être pas de limites.
Commenter  J’apprécie          30
SZRAMOWO   01 juin 2016
Un mal sans remède de Antonio Caballero
- Tu ne les trouves pas divins ? lui demanda la cousine maigre.

- Si. Non. Je ne sais pas.

Qu'on les pende tous. Et les oncles, les tantes, les belles-filles, les cousines et les gendres. Une grande hécatombe. Une révolution sanglante. Bien qu'une révolution, ce soit peut-être la même chose : des gens

qui trébuchent, des choses qui se cassent, des verres qui se renversent. On reste seul, entouré par l'odeur du peuple, une odeur d'oignon et de bouillon à la ciboulette, acculé contre un piano. Et un intellectuel qui s'écrie dans cette extase insensée : "Tu ne les trouves pas divins, ces révolutionnaires ?" Si. Non. Je ne sais pas. C'est une question de point de vue.

Evelia revint avec d'autres glaçons et d'autres verres. Mais déjà les jeunes mères allaient et venaient, récupérant petits manteaux et béguins, les cousins et les gendres sortaient, de mauvaise humeur, en faisant tinter dans leurs mains les clés de leurs voitures.

La paix revint.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
139 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur