AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 270 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Mantoue , le 30/10/1947
Biographie :

“Écrivain Patrimoine”, ainsi que l’a défini Roberto Saviano.

Moresco a un parcours humain et littéraire riche et complexe. Il passe une partie de son enfance comme séminariste dans un collège religieux, puis débute une longue période d’activisme politique (ces deux expériences sont racontées dans "Gli esordi").
Il exerce différents métiers (portier de nuit, ouvrier...) et se consacre à l’écriture. Toutefois, il met longtemps à devenir écrivain, refusant de se plier à d’autres exigences que celle son impérieuse vocation, cherchant sa voie propre, luttant contre l’institution littéraire.

Son premier livre, "Clandestinità", ne sortira qu’en 1993.
1998 "Gli esordi"
2013 "La lucina", traduit en français sous le titre "la petite lumière"


+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
https://www.librairiedialogues.fr/livre/10774433-le-cas-malaussene-tome-1-ils-m-ont-menti-daniel-pennac-gallimard Lors de la rencontre avec Daniel Pennac, du 8 février 2017 à la librairie dialogues à Brest, l'auteur nous propose sa sélection de livres coups de c?ur du moment ! À savoir : - L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante (Folio) - La petite lumière d'Antonio Moresco (Verdier) - La porte de Magda Szabó (Viviane Hamy) - Les deux pigeons d'Alexandre Postel (Gallimard) - Et j'ai su que ce trésor était pour moi de Jean-Marie Laclavetine (Gallimard) Entretien mené par Laurence Bellon. Réalisation : Ronan Loup. Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   11 septembre 2016
Les incendiés de Antonio Moresco
Je ne saurais dire comment ça a débuté. Les rêves n'ont ni début ni fin, si d'ailleurs début et fin existent.
Commenter  J’apprécie          300
Annette55   22 octobre 2017
Fable d'amour de Antonio Moresco
"La vie du clochard est immobile et sans espoir.Le matin, il se réveille sur son carton humide de rosée, les cheveux raides et trempés.Il regarde autour de lui et, pendant un moment , il ne se souvient même pas de qui il est, ne reconnaît pas les rues ni le monde qui peu à peu apparaissent devant ses yeux chassieux. Il essaie de bouger ses jambes raidies par le froid et par l'humidité qui a pénétré ses os, mais ses jambes ne bougent pas et ses articulations ne plient pas...."
Commenter  J’apprécie          231
nadejda   26 août 2015
La petite lumière de Antonio Moresco
À présent ils (les trois lys blancs) sont là, en pièces, les calices massacrés, les tiges brisées, la poudre jaune des pollens coulant sur ce qui reste des blanches corolles déchiquetées.

« Quel désastre ! Quelle horreur ! je me dis en m’éloignant pour ne pas voir. Se prendre la grêle juste au moment de la floraison ! Après tout cet énorme travail chimique obscur, dans les bulbes qui sont sous terre, durant l’hiver, le printemps, et puis cet essor soudain et presque miraculeux des longues tiges droites comme des épées, puis ces turgescences que l’on commence à voir, çà et là, et qui les font plier sous leur nouveau poids, puis cette ouverture, rapide et fulgurante, en quelques heures, le soir ils sont encore fermés et le lendemain matin ils sont déjà ouverts et diffusent leur parfum… La machine lancée de la floraison qui ne peut ralentir, qui ne peut plus s’arrêter, et puis, d’un coup, à ce moment-là précis, le fouet de la pluie froide, du gel, tous ces morceaux de glace qui s’abattent soudainement du ciel sur ces calices blancs à peine inventés… »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24   25 août 2015
Fable d'amour de Antonio Moresco
Alors parfois il s'éloignait , parcourait de longs trajets dans l'espace- car c'était un pigeon voyageur- et regardait en bas pour voir ce qu'l y avait dans le monde.

Et puis un jour, tandis qu'il passait de son vol bancal dans le ciel, son œil avait été attiré par une corolle bigarrée de sacs et de haillons tout autour d'un vieil homme couché sur un trottoir , comme mort.

Il avait ralenti son vol. Il était descendu. Il s'était posé tout doucement, sur sa patte abîmée.

Il avait regardé le vieil homme qui semblait dormir, tournant deux ou trois fois la tête, l'œil rond.

mais le vieil homme ne dormait pas.

il avait entendu le léger bruit de ses ailes et il s'était alors retourné lui aussi pour regarder le pigeon.

Il s'était levé un peu sur son coude, avait farfouillé dans un sac en plastique plein de croûtes de pain sec qui teintaient comme des morceaux de bois;

Il en avait émietté une et l'avait laissée tomber près du pigeon.

puis il avait refermé les yeux.

De ce jour-là, le pigeon l'avait élu son seul ami au monde;

Et il en avait été de même pour le vieil homme. (p. 12)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24   25 août 2015
Fable d'amour de Antonio Moresco
Elle se souvint que, dans sa vie, un temps, il y avait eu cette inconcevable rencontre et qu'elle avait cru, elle aussi, que l'impossible était possible, que c'était là la seule chose possible pour pouvoir vivre dans un monde pareil. (..)



Pourquoi je n'ai pas été fidèle aux mots que je lui ai faites ? Pourquoi je n'ai pas été fidèle à mon rêve ? (p.83)
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24   27 août 2015
Fable d'amour de Antonio Moresco
Les femmes, elles sont faites comme ça, causent, et elles causent, mais elles veulent du solide. Elles cherchent quelqu'un qui les sorte pour dîner, qui les amuse, qui les emmène en voyage, qui les fasse se sentir tranquilles comme si elles avaient pris de la morphine. elles se casent, elles se reproduisent, elles mettent au monde d'autres hommes et d'autres femmes qui à leur tour essaient de vivre mieux, se casent, se reproduisent... Qu'est-ce qu'il croyait qu'il y avait d'autre monde , ce vieux fou ?

"Mais alors , si c'était juste ça..., pensa pour la dernière fois le vieil homme. Mais alors, si c'était juste ça ce qu'elle cherchait au fond elle aussi...pourquoi Est-ce qu'elle me disait qu'elle voulait faire quelque chose de différent et de grand, quelque chose d'impossible...?" (p. 70)
Commenter  J’apprécie          132
fanfanouche24   25 août 2015
Fable d'amour de Antonio Moresco
Que c'est dur toute cette douleur des vivants et aussi des morts, tous ces gens qui se cherchent et ne se trouvent pas. Que c'est dur tout cet amour impossible...mais alors pourquoi se cherchent-ils, s'ils ne se trouvent pas ? Mais alors pourquoi se jouent-ils les uns des autres, pourquoi se font -ils du mal, se trompent-ils, se blessent-ils, se quittent-ils, s'ils doivent ensuite continuer à se chercher et à ne pas se trouver ? (p.81)
Commenter  J’apprécie          130
GabySensei   29 décembre 2014
La petite lumière de Antonio Moresco
Quand l'hiver prend fin, ces vieux murs et ces pierres se couvrent de cruelles feuilles nouvelles et de fleurs. Des nuages d'insectes qui viennent juste de naître volent tout autour, se jettent dans leurs plaies profondes, entrent tête la première dans les blessures des figuiers poussés sur les murs en se tordant vers le haut pour arriver à la lumière, des pommiers et des pêchers sauvages dont les petits fruits se déshydratent, racornissent, tombent, restent un moment accrochés aux branches de plus en plus nues. Les feuilles aussi tombent, recouvrent les toits effondrés, les racines pressent sous les ardoises gelées, pour soutirer un peu de sève à ce monde minéral suspendu dans l'espace. Tous continuent à mourir et à renaître et à mourir à nouveau, toute chose dans le même cercle de la douleur créée. Leurs cellules végétales continuent à lutter désespérément et à se reproduire et à se dupliquer en silence, et c'est ce qu'elles continueront à faire une fois que les hommes ne seront plus là, qu'ils auront disparu de la surface de cette petite planète perdue dans les galaxies, il ne restera plus que ce tourment de cellules qui luttent et se reproduisent, tant qu'arrivera encore un peu de lumière de notre petite étoile. Tous continueront à casser et à disjoindre encore plus les murs entre les pierres desquels leurs petites racines se sont accrochées, sur le sol, sur les plafonds, ils jailliront en passant à travers les ouvertures des fenêtres enfoncées, ils briseront les rares vitres encore intactes de leur douce et irrésistible pression végétale, envoyant en éclaireurs leurs tendres pédoncules qui oscillent dans l'espace en quête d'amarrage, ils disjoindront et effondreront les toits, envahiront les chemins, les ruelles, les routes, projetant leurs minuscules pointes qui se montrent pour la première fois à l'espace. Ils écartèleront les structures intimes de la matière qu'ils rencontreront sur leur route, ils s'insinueront avec leur vide atomique dans leur vide atomique, ils feront tourbillonner l'espace vide avec ces résidus de particules dotées de charge électrique qui flottent dans l'espace vide. Ils rongeront les maisons, les routes, les autoroutes qu'il y a loin d'ici, quelque part dans le monde, les grandes villes désertes pleines de gratte-ciel et de tours, ils enfonceront les vitres des fenêtres, les rideaux de fer des garages, ils feront exploser dans le silence les tuyauteries, les bouches d'égout, sous leur tourment végétal et leur pression muette, les carrosseries des voitures, les pompes à essence, les centres commerciaux tout en verre aux abord des métropoles. Ils lanceront leurs colonnes végétales sur les gratte-ciel, dont ils dépasseront les toits avec leurs ultimes et tendres crochets moelleux, ils tâtonneront à la recherche de nouvelles structures et de nouveaux points de débarquement dans l'espace. De nouvelles villes remodelées et de nouvelles visions végétales urbaines phagocytées se pencheront sur les masses liquides horizontales des mers, des océans, lançant plus avant leurs crochets pour s'unir aux forêts dormant sous leurs eaux muettes dans l'obscurité la plus profonde, pour les sortir de leur sommeil et recouvrir le monde.



(P119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Antonio Moresco
ATOS   24 mars 2017
Antonio Moresco
« Pourquoi il y a tout ce sous-bois mauvais ? Je me demande. Qui essaie d'envelopper et d'effacer et d'étouffer les arbres plus grands.Pourquoi cette férocité misérable et désespérée qui défigure toute chose ? Pourquoi tout ce grouillement de corps qui tentent d'épuiser les autres corps en aspirant leur sève de leurs mille et mille racines déchaînées et de leurs petites ventouses forcenées pour détourner vers eux la puissance chimique, pour créer de nouveaux fronts végétaux capables de tout anéantir, de tout massacrer ? Où je peux bien aller pour ne plus voir ce carnage, cette irréparable et aveugle torsion qu'on a appelé vie ? »

Commenter  J’apprécie          100
Piatka   21 septembre 2015
Fable d'amour de Antonio Moresco
" C'est passé si vite ! " se disait-il encore.

Il souffrait de la perte de son amour mais plus encore de constater que les choses arrivent et puis c'est comme si elles n'étaient pas arrivées, qu'elle aussi alors, comme tout le monde, avait parlé avec une superficialité et une légèreté cruelles, qu'elle non plus n'avait pas été sincère [..]

que les mots ne valent rien, que quelqu'un pouvait devenir soudainement quelqu'un d'autre, que chaque goutte de joie était toujours donnée dans un océan de douleur.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le quiz cinéma

Un homme se déguise en rabbin pour échapper à une bande de truands, puis, il y a méprise sur la personne et tout lui échappe !

Intouchables
Astérix et Obélix : mission Cléopâtre
E.T. l'extra-terrestre
La saga Star Wars
Le fabuleux destin d'Amélie Poulain
Forrest Gump
Les aventures de Rabbi Jacob
La trilogie Retour vers le Futur
Edward aux mains d'argent
Les temps modernes

10 questions
96 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinemaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..