AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : Mexique
Né(e) à : Guadalajara , 1976
Biographie :

Antonio Ortuño est l’auteur de plusieurs romans lui ayant valu différentes distinctions ainsi que de recueils de nouvelles.

Il s’intéresse surtout à l’actualité politique de son pays.

En 2010, il figure sur la liste établit par le magazine britannique Granta des meilleurs écrivains hispanophones. L'édition mexicaine du magazine GQ le désigne auteur de l'année 2010.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Pecosa   25 septembre 2018
Méjico de Antonio Ortuño
Etre Mexicain sans l'être tout à fait et, bien entendu, vivre avec ce reproche, était le curieux destin des enfants d'immigrés dans le pays. México, champion du monde dans la production d'exilés, était en même temps le foyer d'une lourde incapacité à comprendre la condition de fils d'immigrés: pour n'importe quel Mexicain, toute personne qui n'adopte pas les plats typiques et se montre indifférente aux passions et aux phobies locales (engouement pour une certaine musique plus ou moins horripilante, haine de certains pays plus ou moins antipathiques, quand bien même la famille de la victime en serait originaire) devenait irrémédiablement un flippé, un imposteur, un enculé.
Commenter  J’apprécie          280
nadiouchka   12 novembre 2019
La file indienne de Antonio Ortuño
Je ne me souviens pas du voyage en avion. Des pierres sur mon crâne. La petite et moi, nous avons dormi jusqu’à l’atterrissage. Ont suivi cinq heures de bus (…) Nous sommes arrivées au terminus transies, lasses, alors que le soleil était au zénith. (…) Santa Rita m’a semblé une ville à laquelle on aurait retiré tous les signes d’identité indispensables sur une carte…

P.28
Commenter  J’apprécie          132
nadiouchka   03 décembre 2019
La file indienne de Antonio Ortuño
C’est pas la couleur de ta peau mais l’argent qui te rend acceptable. Santa Rita n’est pas Manhattan et il n’y a pas un seul Centre-américain avec du fric là-bas. Ils friment dans la rue.

P.49
Commenter  J’apprécie          110
nadiouchka   13 décembre 2018
La file indienne de Antonio Ortuño
Version officielle

LA CONAMI CONFIRME SON ENGAGEMENT DANS LA DÉFENSE DES MIGRANTS ET SA VOLONTÉ DE COLLABORER A L’ENQUÊTE.

La Commission Nationale de Migration (Conami) de la délégation de Santa Rita exprime son vif rejet de l’agression contre les migrants originaires de différents pays d’Amérique centrale, accueillis dans le refuge Batalla de la Angostura , dépendance de la Conami…

P.21
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchka   14 décembre 2018
La file indienne de Antonio Ortuño
Pour les Centraméricains, répond mon contradicteur, c’est différent parce qu’arriver à la porte d’entrée des États-Unis signifie avoir d’abord traversé les sept cercles de l’enfer mexicain, regarde, vérifie, vérifiez et il se met à lire le texte d’un abruti d’envoyé spécial qui s’appelle Joël Luna.

P.82
Commenter  J’apprécie          100
SeriallectriceSV   26 octobre 2018
Méjico de Antonio Ortuño
Il se promènerait sur la colline, s'assiérait dans les bars où sa mère avait posé les fesses pendant des années et défierait les hommes qui avaient financé la vie adulte de cette femme à coups d'orgasmes. Là, installé à la lisière du lieu où sa haine prenait source, il déciderait de la méthode avec laquelle il exterminerait ses ennemis. Cela ressemblait à un plan.
Commenter  J’apprécie          80
SeriallectriceSV   26 octobre 2018
Méjico de Antonio Ortuño
Ce fut raté. Le sel des années avait blindé la peau du voisin et celui-ci ne sortit jamais du droit chemin. Sa famille fut soulagée lorsque la mère de Concho dut vendre sa maison pour aller vivre avec son fils dans un taudis loué au pied de la colline, imprégné d'une odeur de chèvre et de crotte qui n'était autre que celui de l'échec.
Commenter  J’apprécie          20
SeriallectriceSV   26 octobre 2018
Méjico de Antonio Ortuño
Sans arrogance aucune, tout humble, telle que Dieu l'avait créée, l'identité mexicaine ne s'offrait pas comme la garantie d'une civilisation - comme la culture française -, c'était à peine une marque au tison que tous les bœufs de la République devaient porter gravée sur leur dos, qu'ils le veuillent ou non. Mexicains au cri de guerre, et si les descendants d’étrangers ne veulent pas s'exécuter, qu'ils la ferment. Après tout, un étranger n'était qu'un Mexicain qui s'ignorait.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Il fait chaud

Cet auteur suisse a signé un polar intitulé Chaleur:

C. F. Ramuz
Joseph Incardona
Martin Suter

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : chaleur , canicule , soleil , ete , littérature , romans policiers et polars , adapté au cinéma , cinema , Actrices , acteur , vacancesCréer un quiz sur cet auteur