AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.84 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Châtenay-Malabry , 1978
Biographie :

Aram Kebabdjian, né à Châtenay-Malabry, le 23 juillet 1978.

Titulaire d’un doctorat en histoire de la philosophie, il mène par ailleurs une carrière de photographe. Antiquaire et marchand de livres anciens, c’est au contact des tableaux et des éditions originales qu’il a écrit Les Désœuvrés, son premier roman.

Source : http://www.rentree-seuil.com/ouvrage/les-desoeuvres
Ajouter des informations
Bibliographie de Aram Kebabdjian   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Aram Kebabdjian vous présente son ouvrage "L'hymne à la joie" aux éditions Faubourg. Rentrée littéraire automne 2021. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2541741/aram-kebabdjian-l-hymne-a-la-joie Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
BurjBabil   25 août 2021
L'hymne à la joie de Aram Kebabdjian
Ruth était heureuse. (C’était son mari, son monument.) Installés sur le sofa, ils assistèrent à la fin du journal télévisé. Des hordes mécontentes déambulaient dans les capitales. On hérissait les frontières de barbelés. Les bateaux sombraient au fond des mers, les camps étaient saturés de monde. Ruth avait préparé un navarin
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlem   07 septembre 2021
L'hymne à la joie de Aram Kebabdjian
— C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de travailler avec l'Arcadia, société bien implantée dans le facility management. Pour nous aider à faire face à la situation... et mettre en place une politique adaptée.

Lui qui n'avait jamais rien voulu voir, lui qui, une heure auparavant, aurait pu tout quitter pour s'installer ici et vivre heureux, assistait au basculement généralisé de son être. Ce qu'il avait vu, ce qu'il avait entendu, fait ou ignoré, ces semaines passées, tout changeait de perspective. Les documents qu'il avait lus, les doutes qui avaient été les siens. Tout se réactivait à cette minute. L’argent n'arrivait pas là où il devait arriver parce qu'il était détourné à la source. Là était le vrai problème. Détourné par les agents communautaires, par les différents ministères, par la mairie ou par des ONG. Par tout le monde. (On se servait généreusement.) Le juge commençait vraiment à comprendre ce qui se passait. Aussi surprenant que cela pût paraître, ces vies de rien, ces vies désolées, ces vies de fuyards étaient devenues encore plus lucratives que la revente d'armes et tous les trafics réunis. C'était la nouvelle poule aux œufs d'or des crapules associées. L'Arcadia voulait ce marché. Angèle elle-même n'était pas là par hasard. Non. Il le voyait bien. Elle hochait la tête, elle flattait son hôte, en souriant. Ses boucles, ses yeux, sa poitrine, ses mains le long du visage, ses lèvres et tout son corps — tout en elle respirait la duplicité. p. 123
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
michelblaise   23 septembre 2021
L'hymne à la joie de Aram Kebabdjian
L'argent n'arrivait pas là où il devait arriver parce qu'il était détourné à la source. Là était le vrai problème. Détourné par les agents communautaires, par les différents ministères, par les mairies ou par des ONG...





Ces vies de fuyards étaient devenues encore plus lucratives que la revente d'armes et tous les trafics réunis. c'était la nouvelle poule aux oeufs d'or des crapules associés.
Commenter  J’apprécie          70
chartel   04 octobre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
Mais un homme arriva très brun, presque aussi grand qu'elles, la chemise ouverte sur sa toison noire, il avait la mâchoire carnassière, le teint hâlé et semblait tout droit sorti de son yacht. Les deux blondes se mirent à glousser comme des bêtes de basse-cour. On commanda de l'alcool fort pour célébrer la rencontre. La fête pouvait commencer.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   31 octobre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
Comme ces pies qui picorent ce qui brille pour l’accrocher à leur nid, le collectionneur accole ses images les unes aux autres, sans tisser de relation profonde. Éternel enfant, il associe ce qui se ressemble, mais n’avance vers rien d’essentiel.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   31 octobre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
On ne peut pas continuellement se refuser ce que l’on désire. Autant se tuer tout de suite. Vous vivez en vase clos. Il vous faut retrouver le chemin de la société et faire en sorte que vos désirs fructifient.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   31 octobre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
Et, à considérer les choses en toute objectivité, la réalité était bien pire encore : comme si le simple fait de vouloir s’en prémunir provoquait la faute, Dolorès constatait que les petites bévues qu’elle n’arrivait pas à contenir brillaient d’autant mieux qu’elles étaient mises en valeur par le fond uniformément irrépréhensible de sa conduite.
Commenter  J’apprécie          50
Azor   13 novembre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
Autour de Dolorès, les bataillons de spectateurs avançaient au pas de course. Pressés d'en découdre, ils approchaient des cartouches, et lisaient en lettres d'or les grands noms. Immobiles quelques instants, ils saisissaient les appareils qui pendaient depuis leur nuque, comme le joug ployant l'échine des bêtes, et dressaient l'oeil sur leur viseur. Pour ce gros bétail, les tableaux venaient au monde pour être transformés en photographie. On savait d'avance ce qu'il fallait avoir vu,c'était écrit, c'était prévu depuis des mois, depuis des années et pour l'éternité. Sous peine d'avoir raté son déplacement, il était impératif de rapporter une image de Jean Critto, une autre de Jonas, de Berg, de Markus Broch et de Violaine Bourguiba. Certains traînaient des pieds, d'autres mangeaient ou buvaient du sucre. Où étaient-ils ? Où allaient-ils ? Que partageaient-ils ? Un peuple d'enfants dociles, qui mâchonnait sans y penser la révolte qu'on fixait aux murs de l'institution, et qu'il était pourtant convenu d'appeler "le peuple de la culture".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   31 octobre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
La création ne peut être résumée à un jet de sperme.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   31 octobre 2015
Les désoeuvrés de Aram Kebabdjian
Donnez tout ce que vous pouvez à vos enfants, ils jugeront toujours préférable de vous humilier en guise de remerciement.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Poètes et/ou romanciers ?

Victor Hugo a écrit beaucoup de poésie. A-t-il aussi écrit des romans ?

oui
non

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur