AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 104 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Indiana , le 27/10/1975
Biographie :

Aron Ralston, né Aron Lee Ralston, est un ingénieur et un alpiniste américain.

Il devient célèbre en mai 2003 quand, coincé au fin fond d’un canyon reculé pendant six jours et cinq nuits lors d'une randonnée dans les gorges de l’Utah, il s’est lui-même amputé le bras droit avec son canif dans le but de survivre.

Il raconte son accident dans son autobiographie Plus fort qu’un roc (Between a Rock and a Hard Place) qui a été adaptée pour le film 127 heures réalisé par Danny Boyle en 2010, avec James Franco dans le rôle d'Aron.

Aujourd'hui, Aron est marié et a un fils. Il est retourné sur les lieux de son accident quelques années plus tard ; les os de son avant-bras étaient toujours prisonniers de la roche.

Plusieurs hommes, du matériel solide et plusieurs jours ont été nécessaires pour déplacer le rocher et récupérer la main de l'alpiniste. Cette dernière fut incinérée et dispersée par Aron à l'endroit de l'accident.

Aron continue à faire de la randonnée et de l'alpinisme, il a d'ailleurs vaincu le Kilimandjaro et veut bientôt s'attaquer à l'Everest.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo d' Aron Ralston lorsqu'il était coincé au fond du Blue John canyon dans le Colorado.


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
NathalC   06 février 2020
127 heures de Aron Ralston
Nous créons notre propre existence. J'avais recherché l'aventure ; je l'avais trouvée.
Commenter  J’apprécie          230
Nastie92   16 octobre 2014
127 heures de Aron Ralston
Jeudi 1er mai 2003. Il est 11h32. pour la seconde fois de ma vie, je viens de naître. Cette fois, je sors du ventre d'un canyon rosé où j'incube depuis six jours. Je ne suis pas un bébé, je suis un adulte et je comprends pleinement la signification et l'incroyable puissance de cette naissance, comme aucun de nous ne le comprend quand cela nous arrive la première fois. Ma famille, mes amis, mes passions engendrent en moi une énergie qui peut s'apparenter à celle que je ressens quand je touche un sommet après une ascension difficile, mais en mille fois plus fort. Je tire sur les derniers restes de tissus qui me relient encore à ma main et je presse la lame contre la roche. [...]

Je vis le moment le plus intense de toute ma vie. J'ai l'impression que je vais exploser. Je suis tellement choqué que je reste paralysé pendant un long moment. Terminé : je ne suis plus prisonnier de l'espace que j'ai occupé pendant près d'une semaine.

(Aron Ralston vient de couper sa main, coincée sous un rocher)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
NathalC   08 février 2020
127 heures de Aron Ralston
Dire au revoir est aussi un recommencement.
Commenter  J’apprécie          220
Angela   28 février 2011
127 heures de Aron Ralston
Même si j'ai beaucoup appris de cet accident, je ne regrette pas mon choix. En vérité, il a confirmé ma conviction que notre but est de suivre nos penchants, de vivre nos passions et de mener notre existence pour que d'autres puissent s'en inspirer. Tout le reste est accessoire. Quand nous trouvons notre vocation, il faut la suivre aussi bien pour nous-mêmes que pour la communauté des hommes. Au prix de choix difficiles, au prix de couper quelque chose et de l'abandonner au passé.
Commenter  J’apprécie          180
NathalC   04 février 2020
127 heures de Aron Ralston
Que restera-t-il de nos sociétés si avancées dans cinq mille ans ? Il est peu probable que ce soit notre production artistique. Ni les vestiges du temps de loisirs incroyablement long dont nous disposons (pour la simple raison que la plupart d'entre nous dilapident ce luxe en restant plantés devant leurs téléviseurs).
Commenter  J’apprécie          181
NathalC   07 février 2020
127 heures de Aron Ralston
Nous traversons la vie en ignorant qu'on échappe, chaque jour, à des millions de dangers. Et puis, un jour, on frôle l'horreur et l'on se rend compte de ce que signifient cette fraction de seconde, ou ces quelques centimètres.
Commenter  J’apprécie          180
Nastie92   20 août 2014
127 heures de Aron Ralston
Vers 13h30, j'éprouve le besoin de prier une fois de plus. Cette fois, il ne me reste qu'une seule option : attendre la mort ou les secours - la mort est plus probable. Au lieu de demander un soutien, je demande de la patience.

- Mon Dieu, c'est encore Aron. J'ai encore besoin de votre aide. La situation ne s'améliore pas. Je n'ai plus ni eau ni nourriture. Je sais que je vais mourir bientôt, mais je veux partir naturellement. J'en ai décidé ainsi : quoique je doive endurer, je ne me suiciderai pas. Au point où j'en suis, je ne crois pas que je survivrai un jour de plus - je suis là depuis trois jours, déjà -, je pense que je serai mort avant mercredi midi. Mais s'il vous plaît, mon Dieu, accordez-moi la force de ne rien faire contre moi-même.

J'irai jusqu'au bout, quelle qu'en soit la fin.
Commenter  J’apprécie          140
zarline   21 mars 2011
127 heures de Aron Ralston
Devant cette situation, j'en vins à penser que la vie dépendait de peu. Parfois, c'est une évidence: la distance qui vous sépare de la foudre, un copain dont la rapidité vous sauve d'une noyade certaine dans le Colorado. Parfois, c'est plus subtil, même imperceptible, par exemple, la microscopique chaîne d'ADN qui permet à votre organisme de combattre une infection qu'on ne sait même pas avoir contractée. Ce peut être la décision d'escalader un flanc de montagne différent, évitant par la même occasion un rocher qui dévale le chemin. Nous traversons la vie en ignorant qu'on échappe, chaque jour, à des millions de dangers. Et puis un jour, on frôle l'horreur et l'on se rend compte de ce que signifie cette fraction de seconde, ou ces quelques centimètres.
Commenter  J’apprécie          130
Angela   28 février 2011
127 heures de Aron Ralston
Dire au revoir est aussi un recommencement.
Commenter  J’apprécie          151
Nastie92   30 juillet 2014
127 heures de Aron Ralston
Au fond de mon âme, je ressens une subtile envie : il est temps de prier. Je ne m'y étais pas encore résolu, mais, maintenant, je suis prêt. Je serre le poing de ma main libre, je ferme les yeux et pose mon front sur mon poing.

- Mon Dieu, je vous implore de me guider. Je suis prisonnier, ici, dans le Blue John Canyon - vous le savez certainement - et je ne sais plus quoi faire. J'ai tenté tout ce qu'il était possible de faire. J'ai besoin de vos suggestions. Si je dois essayer encore soit de soulever le rocher, soit de m'amputer la main, montrez-moi la voie.

J'attends une minute, la tête toujours baissée. Lentement, je la relève pour contempler le ciel pâle du crépuscule, espérant un conseil divin. Je m'étonne moi-même d'attendre un signe du ciel pour résoudre mon dilemme. Mécaniquement, je scrute les parois rocheuses, attendant quelque improbable hiéroglyphe surnaturel. Bien entendu, aucun conseil métaphysique, aucune réponse divine n'est venue se graver sur le grès.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur

.. ..