AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citation de VALENTYNE


VALENTYNE   20 février 2016
Vienne au crépuscule de Arthur Schnitzler
« Cet été factice ne peut faire illusion jusque dans la nuit. Tout cela sera bientôt définitivement passé » dit Henri dans un accès de mélancolie disproportionné, puis il ajouta comme pour se consoler : « Eh bien, on travaillera. »
Ils arrivaient dans le parc aux attractions du Prater. On entendait la musique des guinguettes, un peu de cette ambiance bruyante et joyeuse se communiqua à Georges, l’arrachant d’un coup à la tristesse d’une tonnelle automnale et à une conversation assez pénible.
Devant un manège dont l’orgue mécanique géant répandait alentour un pot-pourri du Troubadour, et à l’entrée duquel un bonimenteur conviait le public à un voyage à Londres, à Atzgesdorf et en Australie, Georges se souvint de nouveau de la sortie du printemps avec les invités des Ehrenberg. Madame Oberberger était assise sur ce banc étroit avec, à son côté, comme cavalier de la soirée, Déméter Stanzidès, et elle lui avait probablement raconté une de ses histoires invraisemblables : que sa mère avait été la maîtresse d’un grand-duc de Russie ; qu’elle-même était restée une nuit avec un admirateur dans le cimetière de Hallstadt, et qu’il ne s’était naturellement rien passé ; ou bien que son mari, le célèbre voyageur, avait à Smyrne en une semaine fait dans un harem la conquête de dix-sept femmes. Dans la petite voiture tapissée de velours rouge, avec le conseiller Wilt pour vis-à-vis, Else s’était installée avec l’aisance gracieuse d’une grande dame, comme dans un fiacre le jour du derby, tout en donnant à comprendre par sa tenue et l’expression de son visage, que s’il le fallait, elle pouvait se montrer aussi mutine que d’autres personnes simples et naïvement heureuses. Anna Rosner, qui chevauchait un pur-sang arabe blanc, tenait les rênes d’une main négligente, l’air digne bien qu’un peu malicieux ; Sissy se balançait sur un cheval noir qui non seulement tournait en cercle avec les autres animaux et les autres voitures, mais de plus oscillait d’avant en arrière. Sous une coiffure hardie surmontée d’un énorme chapeau noir à plumes, étincelaient, riaient les yeux les plus effrontés du monde, et sur ses chaussures vernies échancrées et ses bas de dentelle la robe blanche volerait, voltigeait. Cette apparition avait produit une impression si profonde sur deux inconnus qu’ils lui lancèrent une invitation sans équivoque ; il s’ensuivit un court et mystérieux entretien entre Willy, tout de suite accouru, et les deux messieurs, qui, passablement gênés, cherchèrent d’abord en allumant nonchalamment des cigarettes à sauver la face, mais qui, par la suite se perdirent rapidement dans la foule.
Commenter  J’apprécie          10